Navigation – Plan du site
Des féminismes dans l'histoire

La crise du féminisme en France dans les années trente

L’impossible transmission
Christine Bard
p. 13-27

Texte intégral

« La querelle du féminisme a fait couler assez d'encre, à présent elle est à peu près close : n'en parlons plus. On en parle encore cependant ». Simone de Beauvoir, 19491

1Pour renouveler l'éternelle métaphore du flux et du reflux, Michelle Perrot comparait récemment le féminisme à « un art de la fugue ». L'expression sonne juste, dans son double sens. Depuis deux cents ans, sur un thème commun, de nouvelles variations surgissent, entrecoupées de silences. Les années noires de Vichy mettent un terme à un mouvement collectif né au début de la Troisième République2. En mai-juin 1940, les féministes dissolvent leurs associations et cessent leurs publications. Le déclin s'amorce dès le milieu des années trente, même si elles défendent encore énergiquement le droit au travail, le suffrage des femmes et se mobilisent pour la paix, contre le fascisme. Mais elles s'essoufflent, confrontées à un contexte qui leur est défavorable et à une implacable sclérose de leurs associations. Des militantes, se faisant archivistes et historiennes, essaieront de conjurer cette menace de disparition, mais leurs efforts ne pourront pas assurer une réelle transmission.

2Le « féminisme comme art de la fugue » évoque aussi la fugue des « féministes intégrales, ces rebelles solitaires qui contestent le réformisme d'un mouvement dont l'ambition se résume à l'intégration des femmes dans la Cité. Ces fugueuses-là sont par définition sans héritières directes. « Je suis née plusieurs siècles trop tôt », écrit Madeleine Pelletier, dans des autobiographies qui sont autant de testaments destinés à celles qui pourront un jour comprendre le sens de sa fugue. Féministes réformistes et radicales vivent les déceptions et les angoisses des années trente dans des conditions bien différentes.

La crise du féminisme réformiste

3Malgré leur ténacité, les féministes ne parviennent pas à briser le blocage sénatorial. Leur insuccès est incontestablement démobilisateur. À la résistance de la classe politique, à l'antiféminisme diffus et renforcé par la crise s'ajoute désormais la défection de leurs alliés de gauche qui justifieront le silence du programme du Front populaire au sujet du vote des femmes par le péril du fascisme intérieur. À l’approche de la guerre, dans un climat politique turbulent, la légitimité de leur combat, perçu comme secondaire, est contestée. C'est avant tout sur le mode défensif qu'elles interviennent pour sauvegarder le droit au travail ou la paix. Pour Cécile Brunschvicg, « le mouvement féministe subit le contrecoup des événements qui depuis quelques années bouleversent le monde et nous devons reconnaître que les femmes ont aujourd'hui moins d'ardeur que jadis à réclamer leurs droits. Croient-elles moins en la justice ? Est-ce parce que les fondements du Droit sont eux-mêmes ébranlés par des doctrines de force que notre cause subit cette crise douloureuse3 ? » D'autres militantes accusent les effets retardés du premier conflit mondial : « C'était fatal, ce retour à l'ordre, après les grandes guerres4. »

4Les suffragistes peuvent mesurer alors l'entêtement de leurs adversaires. Bercées de promesses, elles sont trahies au moment où celles-ci peuvent se réaliser. En dépit de ces déceptions, elles restent des « madame quand-même5 » trop confiantes. Leur modération porte probablement une part de responsabilité dans le tarissement du recrutement de leurs associations. Les liens étroits, familiaux et amicaux, qui les unissent à certains hommes politiques ne facilitent pas la contestation. Cette prudence est souvent attribuée à l'origine bourgeoise des militantes, prédisposées à préférer des solutions graduelles et légales compatibles avec les standards de la respectabilité6. Une minorité galvanisée par l'avocate Maria Vérone tente pourtant de rompre avec ce féminisme « souriant », mais sa pression s'avère insuffisante. Elle le regrette :  »Peut-être le féminisme un peu tiède de quelques groupements se confond-il trop souvent avec la bienfaisance. Peut-être certaines associations ne donnent-elles pas une place assez importante au suffrage dans le programme de leurs revendications.7 »

5Les obstacles idéologiques qui pourraient éloigner les jeunes femmes de l'action féministe sont rarement examinés par les militantes. La repolitisation de la société française qui atteint son apogée en 1934-1937 a pourtant joué un rôle, puisque les partis et leurs organisations de jeunesse en pleine expansion s'ouvrent alors aux futures électrices, souvent dans le cadre de structures non mixtes (commissions féminines, groupes de jeunes filles). Le militantisme antifasciste et/ou pacifiste attire également, non seulement des jeunes femmes, mais aussi de nombreuses féministes qui privilégient désormais ce combat. Enfin, le féminisme - identifié au suffragisme - semble avoir déjà gagné la partie : la résistance sénatoriale est perçue comme un archaïsme qui ne saurait durer. L'émancipation politique des Françaises semble toute proche.

6Le féminisme qui avait su symboliser pendant quelques décennies la modernité apparaît comme « dépassé ». Il décline dans la plupart des pays occidentaux, victime de ses propres succès, en particulier la victoire du droit de vote. La vague conservatrice des années vingt associée à l'émergence d'une culture consumériste, l'imposition de nouvelles normes de féminité, et la jouissance tranquille des quelques acquis gagnés par les féministes de la génération précédente (notamment dans le domaine de l'éducation) expliquent ce recul. Les féministes elles-mêmes abandonnent leur ton de croisade et insistent avec optimisme sur le chemin accompli. « De tous côtés, l'activité féminine se multiplie et suscite un intérêt de plus en plus vif », écrit Yvonne Netter, « les succès remportés par les femmes dans tous les domaines, littéraire, scientifique ou artistique, éveillent l'intérêt de la masse qui se rend compte, peu à peu, que les Françaises sont capables et, comme les femmes des autres pays, dignes d'occuper des postes de premier plan. A ce propos, rappelons les paroles prononcées au début de 1935 par M. Anatole de Monzie, ancien ministre et féministe avéré : « Messieurs, à l'heure où je parle, le plus grand prosateur français est une femme : Colette », et il ajoutait : « le plus grand poète est une femme : Mme de Noailles ; notre plus grand savant est aussi une femme : Mme Curie.8 » Dans la France des années trente - celle du Front populaire, des congés payés, des auberges de jeunesse - la ségrégation sexuelle apparaît comme un vestige du passé.

7Les difficultés de la transmission ne concernent pas que les Françaises. Au congrès de l'Association internationale pour le suffrage des femmes à Berlin, en 1929, une représentante de la jeunesse exprime sa déception car le congrès « ne leur avait pas clairement fait voir quelle place dans le mouvement féministe pouvaient occuper des jeunes filles armées de toute leur bonne volonté et de leur besoin d'activité. La jeunesse n'a aucune méfiance à l'égard du féminisme, et à condition que celui-ci ne se pose pas en adversaire du sexe masculin et ne réclame pas une égalité artificielle et théorique, la jeunesse est prête à collaborer avec lui. » Des féministes s'écrient : « C'est ridicule ! », et la déléguée qui rapporte l'incident essaie de leur faire comprendre que : « La jeunesse féminine actuelle ne peut pas se rendre compte à quel point la camaraderie toute naturelle qu'elle pratique vis-à-vis de l'autre sexe est le résultat des efforts de celles qui ont dû jadis lutter à cet égard. Et elle ne se doute pas non plus que cette camaraderie est pour elle l'épreuve du feu et que, lorsque le temps insouciant de la jeunesse aura passé, l'homme et la femme se retrouveront comme concurrents dans la vie économique, ou devront supporter dans le mariage la charge d'intérêts parfois opposés. Mais ne serait-il pas absurde de vouloir dénier tout droit de critique à la jeunesse, au lieu de la laisser faire ses expériences ? »

8Ce sont les femmes nées au début du siècle qui font défaut. La vie de Simone de Beauvoir avant Le Deuxième sexe est à cet égard représentative même si elle est, beaucoup plus que d'autres femmes de sa génération, libérée des préjugés et contraintes sexuelles. Amours libres, camaraderie mixte, fréquentation des cafés, vie à l'hôtel sont autant de libertés sans label féministe. Née en 1908, elle est dans les années trente un individu qui se situe d'emblée dans la neutralité de l'universel, dont elle ne tardera pas à découvrir les mensonges. À l'opposé de cette hédoniste sans angoisses apparentes, Simone Weil, née en 1909 : oubli de soi, fascination pour l'Autre, le prolétariat. Hannah Arendt, née en 1906, se détourne elle aussi la question des femmes. Certes ces trois exemples sont peut-être mal choisis, car pour vivre leur amour pour la philosophie, ces femmes doivent nécessairement oublier leur identité sexuelle pour se couler dans le moule de leur discipline9, mais leur « neutralité » de genre symbolise bien l'époque et ses contradictions. Depuis un siècle, des féministes ont martelé que « l'individu est une fin en soi », et ce droit semble gagné dans les années trente. Pour qui veut bien le prendre, car la tendance la plus forte de ces années-là consacre le triomphe des valeurs familiales traditionnelles.

9Le féminisme dans les années trente est un mouvement vieillissant, dont les militantes ont en moyenne une cinquantaine d'années. Il repose sur l'apport décisif de la génération née dans les années 1870 et 1880. Jusqu'en 1920, des militantes nées pendant la première moitié du XIXe siècle ont exercé des responsabilités, puis le renouvellement se tarit10. L'âge des dirigeantes indique un désir de stabilité politique : les cadres se renouvellent peu, et lentement. Mais leur âge ne les confine pas dans les salons tant méprisés par Louise Weiss11. Alors qu'il serait tentant, et certaines se laissent tenter, de répondre à la caricature antiféministe en mettant en avant de jeunes femmes, de nombreuses féministes récusent les préjugés liés à l'âge, valorisent la jeunesse d'esprit des plus âgées et apprécient la richesse des relations entre générations différentes. Sans doute cette maturité des cadres féministes est-elle un trait spécifique lié au genre (les contraintes familiales s'allègent avec l'âge) et à l'expérience des femmes dans la vie publique (par exemple, dans les grèves de cette époque, les meneuses surgissent toujours du groupe des femmes les plus âgées).

10Les féministes intégrales échappent à cette règle commune. Elles découvrent en général tôt leur « vocation » et évitent souvent l'expérience conjugale et maternelle. Arria Ly, Madeleine Pelletier, Hélène Brion ont vingt ans quand elles se lancent à corps perdu dans la lutte, en 1904-1906. Les premiers pas de ces féministes radicales n'ont évidemment rien de commun avec ceux de Marguerite de Witt-Schlumberger ou de la duchesse de la Rochefoucauld qui, sur les traces de leur mère, viennent au féminisme par la philanthropie. Échappent aussi à la règle de l'engagement tardif, les jeunes avocates et enseignantes, qui fréquentent des milieux où le féminisme n'est plus incongru. Mais le cas le plus fréquent est celui des femmes qui rencontrent le féminisme entre trente-cinq et quarante-cinq ans au hasard d'une lecture ou d'une conférence. Le vieillissement est donc indéniable, même s'il mérite d'être nuancé tant l'engagement tardif apparaît comme un phénomène permanent, structurel.

11La division est souvent évoquée comme une explication au déclin du mouvement. Certes, la stratégie unitaire des Etats généraux du féminisme, organisés de 1929 à 1931, se solde par un échec, après un conflit provoqué par la participation des catholiques refusée par certaines laïques. Il faut pourtant relativiser les effets négatifs de cette division pour plusieurs raisons. Elle est beaucoup plus accentuée à Paris qu'en province. Autour de la défense du droit au travail, de la paix et du suffrage féminin se forment des rassemblements éphémères peut-être, mais réellement unitaires, capables de transcender le clivage entre les positions familialistes traditionnelles des féministes de droite et des positions féministes laïques et individualistes. Il n'est pas étonnant de voir à l'oeuvre chez les féministes une division de type gauche-droite. Enfin, les associations assez fortes pour se faire entendre ne sont pas très nombreuses. Le morcellement des forces féministes est néanmoins une réalité, regrettée par nombre de militantes.

12La personnalisation joue et a toujours joué un rôle important, souvent considéré comme nocif. Certaines féministes refusent la logique collective et s'isolent. Madeleine Pelletier, trop exigeante à l'égard des militantes de la Solidarité des femmes, ne peut exercer longtemps un rôle de direction. Louise Weiss, qui ne peut accepter les seconds rôles, crée sa propre association, la Femme nouvelle, en 1934. La réussite médiatique de son expérience montre cependant que la multiplicité des initiatives accroît la visibilité des féministes.

13L'autoritarisme des dirigeantes renforce la fermeture aux nouvelles venues, exclues des postes à pourvoir par des scrutins verrouillés. Un certain népotisme est à l'oeuvre au Conseil national des femmes françaises et à l'Union française pour le suffrage des femmes. Le déficit démocratique des organisations, la tendance à l'émiettement, la constitution de clans révèlent probablement des pulsions destructrices. Un tel déni de la nécessité de l'efficacité montre bien des enjeux inconscients à l'oeuvre à travers leurs rapports de pouvoir. Outre le morcellement, la tendance à l'apathie des grandes associations est étonnante : leur pratique militante n'est pas à la hauteur de l'ambition de leur projet ; le dire l'emporte sur le faire ; la répétition s'installe ; la déliaison l'emporte sur la liaison. Autant de symptômes qui pourraient, dans une perspective psycho-sociologique, être interprétés comme l'expression de pulsions mortifères12. Si l'organisation doit plus que jamais remplir sa fonction de protection contre l'anxiété, elle doit alors s'interdire toute remise en question et se fermer aux jeunes, aux autres groupes ou à de nouveaux enjeux.

14Les organisations sont-elles condamnées à la sclérose, aboutissement logique et fatal du processus de bureaucratisation ? Eugène Enriquez suggère que si l'organisation naissante a besoin de sujets autonomes, « anormaux », ces derniers sont chassés par des « fous de pouvoir », des « hypernormaux », des  »individus soumis » nécessaires à l'organisation normalisée. Le sentiment d'être en marge, caractéristique des sujets autonomes, disparaît chez les sujets hétéronomes, même s'ils gardent sans doute toujours une parcelle d'autonomie et d'originalité. De grandes bourgeoises aux biographies lisses, comme Cécile Brunschvicg et Marguerite Pichon-Landry, symbolisent dans l'entre-deux-guerres ce stade bureaucratique et normalisé dans les associations suffragistes réformistes.

15Dans les congrès féministes où s'étalent les compétences juridiques, oratoires, diplomatiques des unes et des autres, il n'y a pas de place pour une parole néophyte plus libre, plus spontanée. Le type de fonctionnement choisi par goût et par souci d'efficacité par les grandes associations nationales et internationales est excluant. Il écarte, non seulement les jeunes, mais les non diplômées, les ouvrières, les employées.

16L'échec du suffragisme est souvent attribué à l'insuffisance de l'assise sociale du mouvement, autrement dit, à sa nature « bourgeoise13 ». L'anathème lancé par les socialistes au début du siècle est devenu un poncif repris par de nombreux historiens. Le mouvement réformiste n'est pourtant ni plus ni moins bourgeois que la SFIO ou la Ligue des droits de l'homme. Madeleine Pelletier n'espère pas trouver chez les ouvrières la base du mouvement et estime que « la force du féminisme est dans l'élite intellectuelle de la nation : un groupe d'hommes et de femmes qui, instruits, cultivés, au courant de toutes les questions qui agitent le monde, ont su se libérer des préjugés séculaires14 ». L'antagonisme latent, parfois explicite, entre le mouvement féministe, qui pratique pourtant une politique de la main tendue, et le mouvement ouvrier crée une difficulté permanente. Mais on voit mal comment le mouvement féministe pourrait miraculeusement transcender un cloisonnement social (redoublé par un cloisonnement politique qui freine l'accès des ouvrières à une éventuelle conscience féministe) qui reste extrêmement fort et rassembler en nombre équivalent des ouvrières, des employées, des intellectuelles et des bourgeoises. Cette contrainte ne peut pas expliquer le déclin du mouvement. Un fait mérite en revanche d'être retenu : si la génération des pionnières dans les professions « masculines » notamment libérales a été le fer de lance des associations, la génération suivante, plus soucieuse d'assimilation, semble se détourner du féminisme sous sa forme classique.

17Demeure une faiblesse structurelle, que la crise du recrutement aggrave à partir du milieu des années trente, celle du manque d'argent, qui limite la propagande, fragilise la régularité des publications et prive les féministes de lieux bien à elles15.

Le crépuscule des féministes radicales

18La crise du féminisme prend pour les militantes les plus radicales une tournure dramatique. L'effondrement de l'action collective coïncide avec celui des personnes. Ces années noires sont pour elles celles de la solitude, de l'impuissance, de l'aigreur, du désespoir, et parfois de la mort. Combattantes proches de l'heure de la retraite, elles vivent dans l'angoisse ces années difficiles. Sans illusions, certaines retournent à la lutte politique, aux seconds rangs. Chez les institutrices, la disparition des Groupes féministes de l'enseignement laïque, après 1933, laisse à jamais un vide. La dispersion des efforts militants, qui s'est accentuée dans les années vingt, est fatale à l'aile radicale du féminisme. Le reproche formulé par Madeleine Pelletier en 1909 reste d'actualité : « Libertaires, socialistes, syndicalistes, pacifistes, les femmes sont un peu tout cela, alors qu'elles feraient mieux de n'être que féministes, et de l'être sérieusement16 ».

19Aux difficultés de l'heure s'ajoute la tristesse des deuils qui frappent ce milieu. Ces fins parfois tragiques ne sont pas anodines. Elles parlent de l'extraordinaire isolement psychique des militantes les plus intransigeantes. Ces drames personnels se sont joués juste avant la guerre. Ils ont été oubliés. Mais des archives soigneusement conservées portent témoignage de ces souffrances.

20Parmi ces fins tragiques, le spectaculaire suicide d'Arria Ly, dont l'audace au début du siècle avait fait la fierté des féministes les plus intransigeantes. Sa vie se termine à l'âge de cinquante-trois ans, à Stockholm, car c'est en Suède, terre « féministe », qu'elle a choisi de mettre volontairement fin à ses jours. Elle évoque dans ses dernières lettres le désespoir causé par la mort de sa mère, « celle à qui je dois le jour et beaucoup plus que le jour est ma vie, ma foi, mon âme, mon orgueil et ma consolation... mon unique raison de subsister17... » Elle règle sa succession, préserve ses archives, visite les cimetières et se renseigne sur le prix des crémations. Le 31 octobre 1934, elle se jette dans la Baltique avec l'urne funéraire contenant les cendres de sa mère. Mais l'urne la ramène à la surface. Elle est arrachée aux flots, puis internée. Peu après, elle réussit son second suicide en se jetant du toit d'un immeuble de seize étages. Acte d'autant plus spectaculaire qu'il a été annoncé à de nombreuses féministes. Nulle lettre amie ne pourra décourager Arria Ly, décidée à quitter  »l'affreux caravansérail de la vie18 ».

21Avant de mourir, Arria Ly s'est inquiétée pour sa grande, mais si difficile amie, Madeleine Pelletier. En avril 1939, la doctoresse néo-malthusienne, dénoncée comme avorteuse, est inculpée pour manoeuvres criminelles, déclarée irresponsable et internée à l'asile de Perray-Vaucluse, où elle tombe dans une profonde dépression. Hélène Brion recueille la dernière version de son autobiographie, des lettres - dont une bouleversante, « le petit chat est mort », gribouillée comme un mot d'enfant -, et cette avant-dernière lettre lucide et amère - « Voilà comment en France on traite les femmes qui se distinguent au point de vue intellectuel : Arria Ly s'est suicidée et moi je suis dans une maison d'aliénés19 ». Elle meurt le 29 décembre 1939 à soixante-cinq ans. Triste fin pour celle qui fut en 1903 la première femme interne des asiles de la Seine, celle qui rêvait pour son héroïne, dans La Femme vierge, d'une mort révolutionnaire héroïque dans un Berlin insurgé, saluée par des « obsèques magnifiques », et pleurée par ses amies. Cette mort solitaire, dans un pays en guerre, est annoncée furtivement par des entrefilets dans la presse d'extrême gauche.

22Madeleine Pelletier n'a pourtant pas cessé d'écrire dans la dernière partie de sa vie. Elle publie une somme théorique sur La Rationalisation sexuelle - son ouvrage le plus achevé. Dans La Femme vierge, elle livre une autobiographie qui éclaire de manière sensible ses choix politiques et personnels et qui reste un des témoignages les plus brillants et les plus émouvants sur la psychogenèse d'une conscience féministe. Enfin, avec son roman utopique - Une vie nouvelle20 - elle se construit un refuge consolateur : défiant la mort, elle organise son récit autour du thème de la jeunesse et de la santé éternelles rendues possibles grâce à de fabuleux progrès scientifiques. La cité rêvée porte en elle la fin des conflits, la fin du politique (les administrateurs compétents dirigés par un dictateur respecté pour sa sagesse remplacent les politiciens), bref, la fin de l'Histoire. L'avènement de cette société a été précipité par des déchaînements de violence qui peuvent évoquer les temps troublés et menaçants des années trente. En 1933, elle confie à la bibliothèque de Marie-Louise Bouglé un important manuscrit autobiographique qui témoigne de sa révolte, restée intacte, malgré l'amertume et les déceptions. Elle n'y évoque pas le présent : son enfance, avec son cortège de traumatismes, et son ascension sociale et politique jusqu'en 1914 restent l'horizon indépassable d'une vie dévorée par la passion féministe.

23Le désenchantement touche des militantes moins connues qu'Arria Ly et Madeleine Pelletier, figures de proue du féminisme  »intégral ». Adrienne Sahuqué, déprimée par le silence presque total des critiques et des féministes après la publication de son ouvrage Les Dogmes sexuels (1932), confie à Hélène Brion son désespoir : « Je n'ai plus ni argent, ni forces physiques et si cela s'aggrave, je n'aurai plus qu'à aller crever sous un pont. Voilà où mène le dévouement aux idées féministes. On s'explique que beaucoup de femmes choisissent un autre idéal !!... »

24Hélène Brion, qui avait occupé le devant de la scène en 1918, lors de son procès pour défaitisme devant le conseil de guerre de Paris, s'éloigne de la vie militante. Elle se consacre à son Encyclopédie féministe, et reste liée, au moins épistolairement, avec ses amies. Sa correspondance avec Angelica Balabanoff, qui a quitté sa misérable vie parisienne pour s'installer à New York, révèle leur désespoir face à la dégradation de la situation politique mondiale, année après année, entre 1936 et 1939. « Il paraît que ce n'est qu'une parenthèse entre deux époques que nous traversons, mais pour chaque être qui souffre c'est une éternité21 ». Dans ces lettres affectueuses, elles réaffirment leurs principes, leur fierté d'être pauvres, libres, indépendantes et intègres et la nécessité d'une solidarité qui adoucirait le sort des femmes qu'elles connaissent dans le milieu des féministes d'extrême gauche où tant de militantes célibataires vieillissent seules et brisées.

25Marginales, les féministes radicales sont, davantage que les réformistes, exposées à une répression et à une exclusion qui ne les étonnent guère. Elles se perçoivent souvent comme des apôtres, fatalement martyres. Le sentiment de persécution accompagne la vie d'Arria Ly qui se présente comme « une nihiliste obstinée, dominée à tout instant par la pensée obsédante que la vie est un mal ». L'apôtre de la virginité aime à dire qu'elle n'appartient à aucun parti et que, même en féminisme, elle est une « dissidente ». Farouchement individualistes, les féministes intégrales sont rebelles aux arrangements et aux compromis nécessaires à l'action collective. Leurs rares réussites médiatiques sont presque toujours le fruit d'initiatives personnelles. Leur engagement militant répond à des nécessités psychologiques particulières, comme si le féminisme était à la fois le symptôme et le remède du malaise.

26Leur échec politique est en partie responsable de drames personnels qui donnent toute la mesure de l'importance prise par le combat féministe dans leur vie. Leur projet est manifestement marqué par la démesure : que l'on songe ici au projet de révolution totale de Madeleine Pelletier ou bien à l'entreprise d'Hélène Brion, collectionnant des milliers de coupures de presse pour restituer l'histoire mondiale des femmes des origines à nos jours dans son Encyclopédie féministe. Elles rêvent d'« une vie nouvelle », rien de moins. Conscientes de penser « contre le courant », elles travaillent pour les siècles à venir. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elles ont recours, davantage que les féministes réformistes, à l'écrit chargé de témoigner pour la postérité de leur lucidité.

27L'idée que, pour convaincre, les militantes doivent être moralement irréprochables pèse fortement. Leur exigence d'excellence est frappante, notamment chez Madeleine Pelletier qui utilise la catégorie « femme supérieure » pour désigner celle qui grâce à la maîtrise de ses instincts et à son refus des conventions parvient à s'élever dans la sphère de la pensée.

28Mais leur pratique militante est marquée par l'impuissance. L'argent manque, les journaux et les associations sont éphémères. Les radicales s'entre-déchirent tout particulièrement, leur correspondance révèle des haines farouches et des solitudes douloureuses. Madeleine Pelletier ne fait entrer qu'elle-même dans sa catégorie des « femmes supérieures »... Arria Ly dans Combat féministe ou Hélène Brion dans La Lutte féministe ne supportent pas d'intruses dans les colonnes de leur journal. Malheureuses, désenchantées, écrasées par leur sentiment d'impuissance, elles cherchent des échappatoires. Hélène Brion se réfugie dans le spiritisme, Arria Ly dans l'exil. Une impuissance qui évoque celle de leurs amis d'extrême gauche, « une génération de vaincus, soucieux de maintenir quelques idées essentielles22 ».

29Leur succès sera posthume. Émancipation sexuelle, droit à l'avortement, critique de la famille patriarcale sont des thèmes chers aux féministes radicales qui annoncent ceux de la deuxième vague, post-soixante-huitarde.

30Apprécier les rôles respectifs des raisons externes (liées au contexte historique) et internes (la sclérose des organisations, l'isolement fatal des radicales) dans le déclin du féminisme des années trente est sans doute une tâche impossible. À partir de 1934-1936, le pacifisme, l'antifascisme et la mobilisation en faveur du Front populaire déplacent les pôles d'intérêt des féministes et provoquent une dissolution de leur identité. L'émancipation des femmes apparaît plus que jamais comme un problème secondaire, y compris aux yeux de la plupart des militantes qui s'investissent dans des luttes mixtes qu'elles estiment plus urgentes. Ce transfert d'énergie est d'ailleurs conforme à leur conception universaliste et humaniste du féminisme. Il entre dans leur logique du double engagement, et l'exemple de cette période démontre particulièrement l'impossibilité pour les féministes de se situer politiquement exclusivement comme femmes et comme féministes. Mais d'une manière plus indépendante des événements, les organisations féministes se languissent, se sclérosent, s'institutionnalisent. L'examen des symptômes de cette crise laisse deviner une des raisons de l'oubli des luttes de l'avant-guerre après la Libération. Il explique, par exemple, le succès de la réécriture de l'histoire entreprise par Louise Weiss qui, tout en mentant, dit le vrai, en exagérant la fadeur des organisations classiques, face à l'agitation amusante et médiatique. C'est un mouvement en crise, usé, fatigué, qui se saborde en 1940. Après l'annonce de la victoire tardive des suffragistes, en 1944, quelques associations d'avant-guerre se reconstituent. Désorientées, elles ne trouvent pas la revendication qui pourrait cristalliser une révolte collective23. Les années cinquante, malgré quelques frémissements du côté des protestantes et du Planning familial, étouffent tout espoir de contestation et enterrent le féminisme de la Troisième République.

31Quand l'histoire des femmes et du féminisme a permis la redécouverte des pionnières, la transmission a été à nouveau envisagée. Le « Libération des femmes année zéro » proclamé en 1970 est devenu un symbole du sort historique du féminisme, voué tel le phénix à renaître éternellement de ses cendres24. Le début des années 1980 marque le début d'un reflux du féminisme comme mouvement social. Et depuis une dizaine d'années, une réflexion s'engage sur la difficile transmission de cette fin de siècle25. Faute de mémoire, l'histoire se trouve chargée de restituer le passé, de révéler cette discontinuité constitutive des luttes féministes et d'offrir - à travers de nombreuses biographies notamment - d'éventuels modèles identificatoires. Le succès sans précédent de l'histoire des femmes indique un véritable besoin culturel. Donne-t-elle des réponses aux questions du présent ? Je l'espère, car la fugue continue...

Haut de page

Notes

1  Le Deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949, p. 1.

2  Cf. Laurence Klejman et Florence Rochefort, L'Egalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la FNSP et Ed. des femmes, 1989 et Christine Bard, Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes (1914-1940), Paris, Fayard, 1995.

3  Cécile Brunschvicg, « La Française doit-elle vivre ? », La Française, 5 décembre 1938. Cécile Brunschvicg, membre du Parti radical et sous-secrétaire d'Etat en 1936, préside la principale association suffragiste : l'Union française pour le suffrage des femmes et dirige l'hebdomadaire La Française.

4  Tapuscrit de l'interview de Marguerite Durand par Harlor pour une émission de Radio-Paris diffusée en mai 1936 (BMD).

5  Quand le droit de vote avait été rejeté par les sénateurs en 1922, Maria Vérone (présidente de la Ligue française de droit des femmes) avait crié, depuis les tribunes, « Vive la République quand même ! »

6  Steven Hause et Ann Kenney expliquent l'échec de la réforme suffragiste au parlement par la modération et le légalisme des associations. Cette affirmation mériterait d'être nuancée. (« The limits of suffragist behavior : legalism and militancy in France 1876-1922 », The American Historical Review, vol. 86, n° 4, october 1981, p. 781).

7  Maria Vérone, « Où en sont les féministes ? », Le Droit des femmes, 05/1937, p. 57.

8  Yvonne Netter, Plaidoyer pour la femme française, Paris, Gallimard, 1936, p. 17.

9  Cf. Michèle Le Doeuff, L'Etude et le rouet. Des femmes, de la philosophie, etc., Paris, Seuil, 1989.

10  La moyenne d'âge est en 1914 de 46 ans. En 1920, de 47 ans, en 1930, de 51 ans, et en 1939, de 58 ans.

11  Elle décrit le Conseil national des femmes françaises comme « une fédération d'associations sans action militante, sorte de conservatoire des principes féministes qui poursuivait discrètement ses travaux à l'abri des murs lugubres du Musée social » et considère que  »c'est à coups de pied qu'il faut sortir le féminisme des quelques salons où il se pavane et des ligues orthodoxes où il se momifie. » (Louise Weiss, Louise Weiss, Combats pour les femmes 1934-1939, Paris, rééd. Albin Michel, 1980, pp. 34-35).

12  Eugène Enriquez, L'Organisation en analyse, Paris, PUF, 1992, p. 96.

13  Françoise Picq, « Qu'est-ce que le féminisme bourgeois ? », Stratégies des femmes, Paris, Tierce, 1984, pp. 391-406.

14  Madeleine Pelletier, « La République portugaise et le vote des femmes », Les Documents du Progrès, mars 1911, p. 184.

15  Les caisses des associations se vident à cause de la baisse du nombre d'adhésions mais aussi à cause du décès des généreuses donnatrices du début du siècle.

16  Madeleine Pelletier, « Le féminisme et ses militantes », La Revue internationale, juillet 1909, p. 23.

17  Lettre d'Arria Ly à Marie-Louise Bouglé, 20 mai 1933.

18  Lettre à Cécile Brunschvicg, 27 juillet 1934.

19  Lettre de Madeleine Pelletier à Hélène Brion, 5 décembre 1939.

20  Cf. Claudie Lesselier, « Une utopie des années trente. Une vie nouvelle, un roman de Madeleine Pelletier », Christine Bard (dir.), Madeleine Pelletier (1874-1939). Logique et infortunes d'un combat pour l'égalité, Paris, Côté-femmes, 1992, pp. 167-174.

21  Lettre à « Hélène et Marguerite Brion », 16 mars 1938.

22  Colette Chambelland et Jeremy Jennings, « Lectures et relectures de textes syndicalistes », Mil Neuf Cent, n° 8, 1990, p. 174.

23  La thèse de Sylvie Chaperon (sous la direction de Michelle Perrot, Université de Paris VII) sur les associations féminines dans les années 1950-1970 nuancera peut-être l'idée d'une rupture aussi radicale.

24  Cf. Dominique Loiseau, « Le féminisme, éternel phénix ? », BIEF, n° 20-21, septembre 1989, pp. 79-87.

25  Cf. Les Cahiers du GRIF : « Les Jeunes, la transmission », hiver 1986, ainsi que le BIEF :  »Le féminisme... ringard ? », décembre 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Bard, « La crise du féminisme en France dans les années trente », Les cahiers du CEDREF, 4-5 | 1995, 13-27.

Référence électronique

Christine Bard, « La crise du féminisme en France dans les années trente », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 4-5 | 1995, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/291

Haut de page

Auteur

Christine Bard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org