Navigation – Plan du site
Des domaines, des thèmes, des structures : une spécificité ?

Rencontres et Transmissions : Ici et ailleurs

Léa Auffret
p. 183-184

Texte intégral

1Je poursuis actuellement une thèse de civilisation américaine sur les jeunes féministes aux États-Unis, sous la direction de Francoise Basch, à l'institut Charles V. Je viens ici un peu en qualité de témoin du DEA Sexes et Sociétés à Paris 7. Je viens d'entendre Anne Le Gall dire que l'institution était un poison, et bien moi, ce poison m'a ranimée. Venant des Études anglophones, j'ai choisi en 1993 de suivre certains séminaires de ce DEA. Je découvrais les études féministes à l'université et ce DEA offrait l'avantage d'une interdisciplinarité tout à fait unique en son genre, en présentant l'analyse féministe dans différents champs disciplinaires d'une manière accessible même aux non–spécialistes.

2Le fait qu'il y ait des cours qui donnent cette place centrale aux femmes s'est révélé très important pour moi. Au sortir de la maîtrise, j'avais ressenti une certaine lassitude vis-à-vis des études. Les cours me semblaient désincarnés, trop abstraits, trop loin de la réalité. Et voilà que tout à coup, dans ce DEA qui parlait des femmes, je me sentais directement concernée. ça peut sembler naïf, mais le fait d'avoir enfin noué un lien personnel avec l'enseignement universitaire m'a remotivée, réconciliée avec l'institution et a ranimé mon désir de connaissance. L'autre effet de cet enseignement, c'est d'avoir contribué à m'ouvrir aussi d'autres disciplines, comme la sociologie par exemple, que je connaissais très mal.

3D'autre part, je venais d'une université où les professeurs étaient très majoritairement des hommes. Entre moi et l'élite intellectuelle, il y avait pour ainsi dire un « sexe d'écart ». Dans le DEA Sexes et Sociétés, l'enseignement était exclusivement dispensé par des femmes. Pour moi, ces professeurs sont apparues comme des modèles à suivre. En exposant que la pensée et la connaissance ne sont pas l'apanage masculin, elles m'ont libérée d'un certain complexe d'infériorité intellectuelle.

4Le DEA Sexes et Sociétés avait aussi une fonction militante dans l'institution. Il a rempli cet office dans l'université, en rassemblant en petits forums des étudiantes françaises et étrangères, européennes mais aussi américaines et australiennes, des chercheuses, des militantes, des féministes « historiques ». Les unes ont pu apprendre des autres, qui à leur tour ont su transmettre leur histoire, leur savoir, leur militantisme. Le DEA a fait effet de réseau.

5Par ailleurs, il faut souligner que ce DEA a été une passerelle privilégiée vers le militantisme féministe extra-universitaire. Il était d'ailleurs difficile qu'il en soit autrement vu les liens souvent étroits entre ces deux variations militantes.

6Personnellement, j'ai rapidement ressenti le besoin d'entrer en contact avec des groupes de femmes. Je suis allée à certaines des réunions, puis aux manifestations : celle du 25 novembre et celles de décembre 1995, aux rassemblements des femmes algériennes. J’ai également assisté aux procès des commandos anti-IVG. Finalement, j'ai navigué dans la mouvance de certains des jeunes groupes féministes. Je dois ajouter que beaucoup d'étudiantes du DEA ont suivi ce même itinéraire et se sont engagées davantage dans le militantisme féministe.

7Enfin, et puisque le titre est « Ici et Ailleurs », je peux ajouter que le DEA m'a conduite littéralement beaucoup plus loin. Je me suis rendue au Danemark à l'université d'été de Noise Erasmus en 1994 où j'ai pu découvrir plusieurs facettes du féminisme universitaire européen. Ensuite, je suis allée étudier aux États-Unis où j'ai mené l'année dernière une recherche de terrain sur les jeunes féministes américaines, notamment hors des campus.

8Toutes ces expériences sont pour moi indissociables. Pour ces raisons, privée, universitaire, militante, je déplore la disparition de ce DEA, espace privilégié où les étudiantes pouvaient s'exprimer librement et médium unique de la transmission féministe entre les générations à l'université. Aujourd'hui, nous redoutons qu'avec certains départs à la retraite, l'avenir des études féministes ne soit relativement compromis. Le vœu des étudiantes, il avait aussi été exprimé lors des journées de l'ANEF en juin 1996, c'est que les enseignantes se fassent habiliter à diriger nos recherches, pour nous appuyer et nous permettre de continuer à transmettre à notre tour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Auffret, « Rencontres et Transmissions : Ici et ailleurs », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 183-184.

Référence électronique

Léa Auffret, « Rencontres et Transmissions : Ici et ailleurs », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 26 septembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/281

Haut de page

Auteur

Léa Auffret

Doctorante Etudes anglicistes, Université Paris 7 – Denis Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org