Navigation – Plan du site
Des domaines, des thèmes, des structures : une spécificité ?

Un regard critique

Françoise Basch
p. 179-184

Texte intégral

  • 1  Claire Moses, « La construction du « French Feminism » dans le discours universitaire américain », (...)

1Ce qui me vient à l'esprit, lorsque je pense au regard que nous renvoyaient nombre de féministes américaines depuis les années 1980, c'est que dans notre université – sans former d'école à proprement parler – nous récusions l'étiquette de « French feminism », dont on aimait nous affubler Outre-Atlantique. Amalgame et généralisation abusive émanaient généralement des départements de littérature de prestigieuses universités américaines où régnait le culte de la sémiologie. Elle renvoyait à des domaines littéraires et philosophiques et à une vision essentialiste, qui comme on s'évertuait à le répéter, étaient loin de constituer le féminisme en France dans sa globalité1.

2Mais mise à part cette orientation générale, une approche non essentialiste, plutôt « matérialiste» de l'histoire des femmes, que peut-on dire brièvement dans le cadre de cette journée de la spécificité des études féministes dans le champ anglo américain ?

3Pour donner à cette question une réponse très partielle mais concrète, j'évoquerai quelques-unes de mes recherches sur l'histoire des femmes.

4J'ai entrepris dans les années soixante d’examiner les représentations des personnages féminins créés par les grands romanciers anglais de l'époque victorienne, Dickens, Charlotte, Emily et Anne Brontë, Thackeray, Georges Eliot, etc avec le souci d'analyser les stéréotypes, leurs caractères récurrents, l'influence des mythes (Eve ou Marie) sur la création romanesque. Ces mythes éternels mais modelés par l'époque incarnent un système de valeurs rigide et de rôles masculin/féminin fondés sur la Différence quasi ontologique entre les sexes, qui construit une abstraction, La Femme.

5Dans ce système de représentations, le concept de « gender » (né aux États-Unis dans les années quatre-vingt) est opératoire et s'accorde avec l'exigence de contextualisation : comment ces images se sont-elles construites dans une société donnée et à quelles fins ? Quelles fonctions remplissent ces stéréotypes manichéens, caricatures et figures angéliques ? Quel rapport entre ce féminin et le masculin ? La formule lapidaire de Balzac : « la femme est une esclave qu'il faut savoir mettre sur un trône » résume, sans l'épuiser, une fonction essentielle : porter aux nues la faiblesse pour mieux écarter les femmes de tout pouvoir. Nos recherches indiquent aussi que le genre du romancier retentit sur la conception de ses personnages. Le comment n’est pas évident. Mais on constate que les représentations du genre dans les œuvres des romancières de cette époque, Anne, Emily, Charlotte Brontë, Élisabeth Gaskell et Georges Eliot, incarnent généralement une vision plus problématique, plus critique des rapports de genre : les mythes s’en trouvent sérieusement ébranlés.

6Une certaine littérature victorienne se prêtait particulièrement bien à cette enquête, mais j'aurais pu poser des questions identiques à propos de tel ou tel romancier français. Ce questionnement, orienté par un « regard » démystifiant et démythifiant, était nécessairement critique, voire iconoclaste à l'égard des « grands » romanciers et de certaines valeurs traditionnelles.

7Puis, délaissant l’étude des représentations dans la fiction du dix-neuvième siècle britannique, j'ai abordé un sujet historique dans le domaine américain, une étude de la grève des ouvrières du corsage à New York en 1909 : sujet qui ressortit à la fois de l'histoire du travail, de l'immigration (juive d’Europe centrale et italienne), et de la représentation de ces personnages dans l'imaginaire de certains protagonistes. Je cherchais à voir comment, en fonction de quels axes se construisait la vie des ouvrières récemment arrivées d'Europe centrale dans la ville de New York. Construction complexe et identités multiples : femmes, immigrantes juives ou italiennes, ouvrières, il convenait d'examiner différentes facettes de l'insertion des ouvrières dans le monde du travail et de l'action revendicative : l'identité femme ne suffisait nullement à les définir. Comment se construisaient-elles dans l'espace du travail, (employeurs, syndicats) parmi les classes sociales, les groupes ethniques, les partis, etc. ?

8Sur l'autre versant, j'interrogeais les différentes forces politiques et syndicales impliquées dans cette grève, leurs méthodes de contrôle et de noyautage du mouvement, comment 'elles' (suffragistes, socialistes, syndicalistes) s'adressaient à tel ou tel aspect de ces identités multiples ou en puissance. Qui tentait de contrôler le conflit ? Syndicats, juifs ou non, organisations féministes et philanthropes, suffragistes, socialistes ? Incidemment, les hommes dans leurs rôles divers (employeurs, ouvriers qualifiés, responsables politiques et syndicaux) font partie du tableau d'ensemble.

9Dans le domaine des représentations, une notion caractérisée, encore plus que la fiction, par l'irrationnel, le contradictoire et les fantasmes est celle de « folie » associée à une Nature féminine. Le travail consiste là à mettre en perspective les fables et mythes négatifs associés à la Femme depuis toujours. Dangerosité et tentation sont au centre du mythe d'Eve. Le négatif est présent dans le déchaînement des procès en sorcellerie, tortures, mise à mort par le feu de femmes qui représentent une menace pour le pouvoir masculin, médical ou politique. Au dix-neuvième siècle, folie, neurasthénie désignent souvent le refus des rôles assignés aux femmes (sujétion dans le mariage et la famille) cruellement sanctionnées pour conduites subversives (voir Florence Nightingale, Camille Claudel, Charlotte Perkins Gilman, Edith Lanchester – amie d'Eleanor Marx). Une certaine vision du corps fait partie de cette problématique et les médecins (Dr Cofeynon) ont beau jeu de présenter les organes sexuels féminins comme tout puissants, capricieux, régissant entièrement leur existence de la puberté à la ménopause. Les anti-psychiatres ont aussi fait entrer dans cette structure le volet « famille », conçu comme un puissant modèle de répression : Ronald Laing et David Cooper (Family Life) montrent à l'envi comment les parents construisent la folie (des filles surtout) en interprétant ou en forçant les rôles de genre.

10En conclusion de ces remarques, on peut dire que la problématique féministe présuppose un regard critique et orienté, regard qui interroge prioritairement le masculin/féminin dans le champ social et en littérature. Il semble que cette approche de genre s’exerce indifféremment dans tel ou tel champ spécifique, anglophone ou hispanisant par exemple. Si des éléments de l'analyse se décodent autrement selon le cadre, le processus et la méthode, me semble-t-il, restent globalement identiques.

Haut de page

Notes

1  Claire Moses, « La construction du « French Feminism » dans le discours universitaire américain », Nouvelles Questions Féministes n° 16, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Basch, « Un regard critique  », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 179-184.

Référence électronique

Françoise Basch, « Un regard critique  », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 26 septembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/280

Haut de page

Auteur

Françoise Basch

Etudes anglophones, Université Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org