Navigation – Plan du site
Des domaines, des thèmes, des structures : une spécificité ?

Discours et formes d'exclusions (du CIFFR au CERIC)

Rita Thalmann
p. 165-169

Texte intégral

1Après dix huit ans d’existence de notre équipe dont quinze à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, le moment est venu de tirer un bilan des objectifs que nous nous sommes assignés et de la manière dont ils ont été réalisés. En ce sens ? Après un rapide historique, je développerai succinctement deux aspects principaux de notre apport aux recherches féministes et de leur spécificité.

2Comme d’autres groupes de recherches féministes, notre équipe est née en 1981, dans le contexte de la préparation du Colloque Femmes-Féminisme-Recherche de Toulouse, à partir d’un noyau de germanistes de l’Université de Tours et s’est transformé rapidement en Conseil interrégional Femmes-Féminisme-Recherche (CIFFR) de la région Centre-Ouest à vocation pluridisciplinaire et interculturelle. Sa création (association loi 1901) a coïncidé avec celle de la Fondation scientifique internationale des femmes (W.I.F) établie en Autriche grâce à l’appui du chancelier Kreisky, de la ministre des enseignements supérieurs et de la Recherche Herta Firnberg et de la secrétaire d’État à la condition féminine Johanna Dohnal. Notre action s’est située d’emblée à trois niveaux : régional, national et international. Orientation maintenue après le transfert d’une partie de l’équipe à l’Université Paris 7 en octobre 1984. Ce qui a permis de conserver en la développant, et c’est un premier aspect spécifique, une osmose effective entre chercheuses de province, de Paris et d’équipes universitaires européennes et nord-américaines à partir d’une problématique centrée sur une histoire globale de femmes à dominante politique et socioculturelle. Si notre ambition initiale de constituer un carrefour Est-Ouest/Nord-Sud s’est avérée trop vaste ? Compte tenu des moyens dont nous disposons, l’accueil, grâce à Michelle Perrot, au sein du laboratoire Histoire et civilisation des sociétés occidentales et le soutien du conseil scientifique de Paris 7 ont permis la création du Centre d’études et de recherches-intereuropéennes contemporaines (CERIC) qui a bénéficié rapidement du statut d’Équipe d’accueil de doctorants. La création aussi d’un séminaire du 3e cycle « Sexe et Race » – et formes d’exclusion du XIXe siècle. Avec le soutien du conseil scientifique nous avons pu assurer également le développement des études hispaniques en obtenant la création des deux postes de professeurs dans cette discipline qui n’en avait aucun auparavant et était insuffisamment représentée dans notre université. Nous n’avons malheureusement pas réussi pour l’italien. Lacune d’autant plus importante qu’une partie de nos travaux ont porté dès le départ sur la problématique femmes et fascismes. Objet d’ailleurs de notre premier colloque international à Salzbourg en décembre 1982, cofinancé par les ministères français et autrichiens de la recherche et le ministère français des Relations Extérieures. Le financement de la traduction des contributions publiées en français a été obtenu après quelques réticences de la première ATP Femmes du CNRS. En mentionnant ces réticences initiales, levées lors de la 2e partie de l’ATP grâce notamment à Rolande Trempé, je voudrais attirer l’attention sur le problème de la circulation internationale des recherches sur les femmes. Lors d’un récent colloque international sur « vingt ans d’histoires des femmes sur le nazisme » à l’Institut de recherche sociale de Hambourg, j’ai souligné l’insuffisance de publications traduites du français ou en français de travaux d’intérêt général, qui devrait aboutir à un réseau de traduction allemand-anglais-français, voire d’autres langues selon les possibilités. Cette suggestion a été fortement soutenue par Atina Grossmanm (Colombia University) et approuvée par les participantes au colloque. Reste à savoir si elle deviendra réalité.

3Malgré ce handicap, notre équipe a publié depuis 1985 cinq ouvrages – dont quatre colloques internationaux avec des contributions traduites de l’allemand et de l’anglais. Colloques sur Femmes et Fascismes. Paris, Ed. Tierce, 1986. Femmes-Nations-Europe, sous la direction de Marie-Claire Hoock-Demarle (publications CERIC-Université Paris 7, 1995), Féminismes et Nazisme, sous la direction de Liliane Kandel CEDREF/CERIC- Publications. Université Paris, 7).

4Enfin, le colloque « Der faschistische Körprer » (WIF) sous la direction de Leonore Siegele-Wenschkewith, Plaffenweiler-RFA, 1990, malheureusement non traduit en français. De même qu’on peut regretter que n’aient pas été traduites, entre autres, les contributions Nash Osten publiées sous la direction de Theresa Wobbe, Francfort/Main 1992 (sur les lacunes de l’historiographie féministe concernant les femmes allemandes bourreaux ou victimes de la Shoa) et la remarque biographique de Gerda Taro, émigrée juive allemande en France devenue reporter photographe – tuée sur le front aux côtés des républicains espagnols en 1937 et enterrée au Père Lachaise (biographie réalisée par Irme Schaber, Marbourg, 1994). Regret aussi que n’ait pas été publié en français le colloque international réuni à Washington en novembre 1991 sur les réfugiés de la période nazie Between Sorrow and Strength édité par Sybille Quack, Cambridge University Press-USA, 1995. Il y aurait bien d’autres ouvrages méritant une traduction en raison de leur intérêt pour l’histoire des femmes et l’on ne peut que souhaiter le soutien des ministères de l’Éducation nationale, de la Culture, des Affaires sociales et de la Jeunesse et des sports. Cette dernière semble particulièrement intéressée à ce sujet puisqu’elle a fait acheter certaines de nos publications.

5Notre cinquième ouvrage – non encore mentionné – La tentation nationaliste, (Paris. Deux Temps-Tierce, 1990), n’est pas un colloque, mais le résultat de quatre années de recherche menées par treize chercheuses et un chercheur. Ce fut sans doute la première tentative de faire ressortir l’importance des traditions culturelles nationales dans l’attitude des femmes d’Allemagne, d’Autriche, d’Espagne, de France et d’Italie passées de régimes démocratiques à des régimes fascistes. Ces travaux et leurs publications furent financés par l’ATP Femmes dont on ne peut que déplorer la disparition. À ces travaux collectifs, il convient d’ajouter les nombreux travaux de membres de notre équipe. Aussi bien dans les publications d’autres pays incluant en plus de ceux déjà nommés la Suisse, la Grande-Bretagne et les États-Unis (Femmes et Fascisme fut même publié au Japon) ainsi qu’à des expositions comme celles sur « l’Art dégénéré » sous le IIIe Reich, Emigrés français en Allemagne-Allemands en France ou encore celles sur la Résistance et la Déportation, qui ont toutes permis d’accorder une plus grande place aux femmes trop souvent oubliées dans ces évocations.

6Équipe reconnue depuis 1986 par le M.E.N. dans les différents plans quadriennaux de recherche, nous avons pu assurer depuis 1985 la parution de dix volumes de « Sexe et Race », qui donnent un aperçu des recherches réalisées aussi bien par des chercheurs et des chercheuses confirmés que par de jeunes chercheurs et chercheuses tant français qu’étrangers. Parmi les thèmes traités : « Genèse et nature du concept de race et de la doctrine raciale », par Colette Guillaumin, associée de longue date à nos travaux, « Hiérarchisation raciale des groupes humains dans les régimes fascistes », « Théories et théoriciens de la bio-politique », et « Camps d’internement de femmes en France », « Discours juridique et théologique de l’exclusion », histoire de l’émigration féminine en France des années 30-40, de la persécution des Tsiganes, aspects de la négation et de la relativisation de la Shoah, etc…

7Le lien établi entre aspects généraux du racisme et de l’antisémitisme d’une part, du sexisme, mais aussi de la participation des femmes à la diffusion de ces phénomènes ou au contraire à leur résistance aux idéologies et pratiques d’exclusion, constituant une deuxième spécificité de notre équipe ont permis de susciter l’intérêt et la coopération de chercheurs et chercheuses d’autres universités et instituts de recherche dont le CNRS, l’INED et l’INSERM comme d’institutions spécialisées dans ces domaines d’autres pays. Cette osmose a permis de contribuer à la réflexion comme à l’émergence de nouveaux thèmes dans les nouvelles générations d’historiennes et de civilisationnistes notamment – que l’on me pardonne de n’en citer que quelques-unes – Nicole Gabriel (Paris 7), Françoise Thébaud (Avignon), Sabine Zeitoun (aujourd’hui à Lyon), Christine Bard (Angers), Claudie Lesselier et Fiammetta Venner (Paris), Marianne Walle et Corinne Bouillot (Rouen) dont certaines ont d’ailleurs soutenu leur thèse dans le cadre de notre équipe. Ayant essaimé dans d’autres universités, la plupart ont créé à leur tour leur propre réseau de recherche tout en gardant le contact avec le nôtre.

  • 1  Il a cependant dû être arrêté définitivement fin juin 1999.

8Au terme de 18 ans d’un travail qui a atteint presque l’âge de la majorité, notre équipe dispose d’une bonne implantation locale, nationale et internationale. Les relais sont assurés par le CERIC grâce à André Bachoud (hispaniste) et Marie-Claire Hoock-Demarle (germaniste), tandis que le séminaire Sexe et Race bénéficie depuis deux ans du concours de Liliane Crips, spécialiste de bio-politique du IIIe Reich, ainsi que de celui de Liliane Kandel et de Françoise Basch, qui ont assuré respectivement la jonction avec le CEDREF et la recherche sur le monde anglo-américain1.

9Pour terminer, je dirai que plutôt qu’un « devoir de mémoire » expression à la mode mais trop réductrice, la transmission aux nouvelles générations de connaissances historiques relatives aux discours et formes d’exclusion du XIXe au XXe siècle revêt plus que jamais une importance particulière dans un monde en crise. Comme l’exprimait encore récemment Simone Veil, nous avons conscience que la disparition progressive de notre génération, la dernière à avoir vécu et subi la montée des fascismes dans un monde occidental si fier des acquis de la civilisation, appelle plus que jamais l’éveil à la connaissance et à la vigilance. Car loin d’avoir disparu, ce phénomène ressurgit aujourd’hui avec une force accrue par les nouveaux moyens de communications transcendant les frontières de l’espace et du temps, des groupes humains et des spécificités de genres. D’où le rôle et la responsabilité des nouvelles générations de chercheurs et de chercheuses dont la tâche ne sera sans doute pas plus facile qu’aura été la nôtre, mais du moins aussi passionnante.

Haut de page

Notes

1  Il a cependant dû être arrêté définitivement fin juin 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Thalmann, « Discours et formes d'exclusions (du CIFFR au CERIC) », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 165-169.

Référence électronique

Rita Thalmann, « Discours et formes d'exclusions (du CIFFR au CERIC) », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 26 septembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/276

Haut de page

Auteur

Rita Thalmann

Études germaniques, Université Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org