Navigation – Plan du site
Des domaines, des thèmes, des structures : une spécificité ?

Poursuivre l’aventure de l’histoire des femmes

Françoise Thébaud
p. 155-163

Texte intégral

1L’Université Paris 7 – Jussieu, qui a pris depuis peu, signe des temps, le nom de Denis Diderot, est incontestablement depuis vingt-cinq ans un des pôles des études féministes en France, au côté des Universités de Provence, Toulouse-Le Mirail et Paris 8. Il est sans doute trop tôt pour faire l’histoire, complexe, de leur implantation et de leur développement, histoire qui nécessiterait d’examiner tous les acteurs (étudiant-e-s, enseignant-e-s, militantes extérieures, administration), de contextualiser résistances et évolutions, de rassembler, à côté des témoignages oraux, des archives écrites. Mais, journée de commémoration et de transmission aux plus jeunes, le rassemblement d’aujourd’hui invite chacune d’entre nous à faire un peu d’ego-histoire, à se rappeler et à exposer son parcours. Avec toutes les imperfections de l’exercice, qu’analysera l’historien ou l’historienne futur-e.

2Pourquoi ai-je fait de l’histoire des femmes à Jussieu dans les années 1970 ? Comment ai-je tenté de poursuivre ailleurs l’entreprise ?

Le forum Jussieu

3Il est difficile d’imaginer aujourd’hui, derrière cette architecture froide et ce plan carcéral, l’atmosphère qui régnait à Jussieu dans les premières années qui ont suivi sa création. Scission de La Sorbonne, fondée par ceux qui voulaient après 1968 enseigner autrement et autre chose, Jussieu était pour les étudiants le lieu de deux apprentissages tout à fait complémentaires, presque inséparables. D’un côté, l’apprentissage disciplinaire sur des thèmes bien souvent engagés politiquement : par exemple, en histoire, l’histoire des ouvriers, du Tiers-monde, des marginaux, de la Chine, du Vietnam, des modes de transition au socialisme. De l’autre, l’apprentissage politique dans les meetings et assemblées générales qui se tenaient régulièrement à l’entrée, dans la cour et dans les amphithéâtres du rez-de-chaussée pour soutenir des causes françaises ou internationales : mouvements gauchistes ou leaders en butte à la répression, grèves ouvrières, mouvement des femmes, combats « anti-impérialistes », contre la guerre du Vietnam notamment. Présente aux cours et aux AG, je finissais par fuir, suffoquée par la fumée de cigarettes, alors qu’une tentative de protestation contre ce symbole des libertés conquises par la jeunesse m’avait valu dans un groupe de travaux dirigés l’étiquette infâmante de « fasciste ».

  • 1  Voir Françoise Picq, Libération des femmes. Les années-mouvement, Paris, Seuil, 1993
  • 2  C’est le titre que Michelle Perrot a donné à son essai d’ego-histoire, in Essais d’ego-histoire, r (...)
  • 3  Le cours était intitulé : « Les femmes ont-elles une histoire  ? » ; voir le témoignage de Michell (...)
  • 4  Isabelle Ernot, qui prépare actuellement une thèse sur « l’impossible historienne », a découvert d (...)
  • 5  Comme le souligne le titre du numéro 54-55 de la revue Partisans (juillet-octobre 1970) : « Libéra (...)
  • 6  Le terme « d’histoire féministe »  est rarement utilisé en France par les historiennes, qui soulig (...)

4Dans ce contexte d’ouverture de l’institution, dans ce lieu d’innovation, dans ces années d’affirmation du mouvement de libération des femmes1, il n’est pas étonnant que des enseignantes – et notamment Michelle Perrot toujours sensible à « l’air du temps2 »- aient mis sur pied, à la rentrée 1973, un enseignement en histoire des femmes3 et lancé les premières recherches de maîtrise sur des thèmes liés à l’actualité : avortement, prostitution, féminisme, travail des femmes. Ainsi, le mouvement social des femmes a été le stimulus politique du développement de l’histoire des femmes dans les années 1970 mais il faut souligner aussi que cette histoire est plus ancienne, qu’elle a été longtemps occultée et oubliée, incapable d’assurer sa transmission4 ; et préciser que le féminisme, a priori sans mémoire5 et méfiant vis-à-vis de l’histoire, a eu besoin de relais institutionnels, pour que s’enclenche la dynamique militantisme-recherche, dynamique symbolisée à Jussieu par la création en 1975 du Groupe d’études féministes (GEF). Le fonctionnement de cette dynamique, comme ses tensions internes illustrées par exemple par l’usage ou non de l’adjectif « féministe » pour qualifier ce nouveau champ de recherche6, me sont alors restés hermétiques. Jeune étudiante, normalienne qui avait choisi en 1971 Paris 7 contre La Sorbonne, qui avait sollicité de l’ENS de Fontenay-aux-Roses l’autorisation de ne faire une maîtrise qu’en troisième année (et donc de n’avoir qu’une seule chance à l’agrégation), pour suivre après la licence des enseignements libres aux titres alléchants, j’adhérais avec enthousiasme à ces recherches nouvelles et incitais deux amies – Mathilde Dubesset et Catherine Vincent – à me rejoindre pour entreprendre un travail collectif, formule acceptée à Jussieu.

  • 7  mémoire soutenu en septembre 1974, inédit. Mais un article en a été tiré : Mathilde Dubesset, Fran (...)

5Je ne me souviens plus de la gestation du sujet de mémoire sur les ouvrières de guerre de la région parisienne (1914-19187), sujet qui correspondait cependant à notre souhait de lier histoire des femmes et histoire ouvrière, l’histoire dominante du moment. Je me souviens par contre de la recherche obstinée des femmes dans les archives de police, les papiers d’Albert Thomas ou la presse ouvrière, de notre découverte éblouie de la bibliothèque Marguerite Durand, coincée au 4e étage de la Mairie du 5e arrondissement, des rencontres qui rassemblaient le lundi soir dans le bureau de Michelle Perrot étudiants en histoire ouvrière et étudiantes en histoire des femmes, et de quelques sujets contemporains (les grèves de 1913 ou la loi de 1920).

  • 8  C’est ainsi que j’appelle, dans mon ouvrage Écrire l’histoire des femmes,  la phase d’accumulation (...)

6Post-soixante-huitarde favorable à l’enseignement de masse, je n’ai pas cherché à échapper à l’enseignement secondaire, ce que mon statut de normalienne agrégée rendait jouable, malgré des possibilités moins nombreuses qu’aujourd’hui. Mais les nominations dans des postes non parisiens (Caen, le Nord de la France qui n’étaient pas à l’heure du TGV) m’ont malheureusement éloignée de l’ambiance Jussieu et de ce qui devenait le lieu de rendez-vous de toutes celles qui pratiquaient l’histoire des femmes : le séminaire très ouvert de Michelle Perrot, toujours le lundi soir. Je m’inscrivais cependant quelques années plus tard en thèse sur la maternité dans l’entre-deux-guerres, sujet « d’histoire au féminin8 » et d’histoire des politiques de santé, travaillais certaines années à temps partiel pour tout concilier et soutenais mes recherches en janvier 1982, dans une des salles du département d’histoire. Cette expérience de travail solitaire et d’abonnements SNCF m’invite d’ailleurs à déplorer les difficultés rencontrées par les enseignants du secondaire inscrits en thèse : mal vus de leurs collègues et de l’administration, ils sont souvent, faute de temps et d’information, hors des circuits productifs de carrière universitaire ; elle m’invite aussi à dire ici ma préférence politique pour des mesures facilitant la mobilité entre les degrés d’enseignement et valorisant les parcours diversifiés et atypiques, plutôt que pour le développement de « filières universitaires » dont les heureux privilégiés sont choisis très jeunes.

L’expérience  lyonnaise

  • 9  Il serait intéressant de faire comprendre héritages et différences entre  le GEF et le CEDREF. Cet (...)

7L’histoire des femmes a incontestablement souffert à la fin des années 1970 et dans les années 1980 d’un contexte défavorable à sa reconnaissance intellectuelle et à son institutionnalisation. Alors qu’elle produisait ses premières thèses, l’Université et la Recherche, qui avaient beaucoup recruté dans l’après-1968, entraient dans une phase de contraction des postes. Cette contraction accroissait la concurrence entre les historiens et ne facilitait pas l’ouverture à des domaines nouveaux de recherche. À ce facteur de démographie universitaire, s’ajoute le caractère transversal de l’histoire des femmes qui bouscule les catégories usuelles de la discipline (et donc les modes de pensée et d’institutionnalisation) et suscite le raidissement des structures existantes. Il faut évoquer aussi les stratégies des actrices qui oscillaient entre la peur, pour les plus engagées dans les institutions, de créer un ghetto disciplinaire dévalorisé, et la crainte, pour les plus militantes, de banaliser ce champ de recherche. Enseignante dans le secondaire, provinciale la plupart du temps et bientôt mère, je n’ai participé que de très loin à ces débats, dont on pourra faire un jour l’histoire et qui apparaîtront sans doute à la fois inévitables et paralysants. Je penchais plutôt pour la première position, sans bien connaître toutefois le fonctionnement institutionnel des universités ou du CNRS, et en méconnaissant tout à fait les résistances que pouvait susciter l’histoire des femmes. De fait, l’embellie qui suit le colloque de Toulouse en décembre 1982 (« Femmes, féminisme et recherches ») ne conduit qu’à la création de quatre postes d’études féministes, dont un en histoire à Toulouse et un en sociologie à Jussieu, où le CEDREF (Centre d’enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes) obtient la reconnaissance du Conseil scientifique9. Dans ces années de vaches maigres, de nombreuses thésardes ont été laissées au bord du chemin.

  • 10  Françoise Thébaud, Donner la vie. La Maternité en France dans l’entre-deux-guerres, Lyon, PUL, 198 (...)

8Dans ce contexte, après quelques candidatures infructueuses ou envois inutiles de CV (absence de postes), j’ai été recrutée début 1985 par l’Université Lyon 2, comme assistante détachée du second degré, puis comme maître de conférences en 1989 dans le cadre de la résorption de l’assistanat. Ma thèse a été publiée en 1986, dans une version abrégée, par les Presses Universitaires de Lyon10. Mais cette ouverture à l’histoire des femmes – c’est ainsi que j’étais perçue – a duré peu de temps. Pour des raisons diverses que je ne souhaite pas exposer en détail, conjonction d’un repli national sur des domaines plus classiques et d’enjeux locaux très complexes. Pendant les douze années et demi où j’ai enseigné dans cet établissement, j’ai pu offrir un cours d’histoire des femmes – très suivi d’ailleurs – pendant un semestre seulement, en me glissant dans un trou laissé vacant par un départ à la retraite ; et comme tous les maîtres de conférences, j’ai tardivement dirigé des mémoires de maîtrise.

9Alors que la faculté, dotée de nombreux étudiants et enseignants, offrait une large palette d’enseignements spécialisés en histoire (histoire des sciences et des techniques, histoire du monde musulman...), les arguments avancés contre des cours d’histoire des femmes soulignent la perception négative dont elle était l’objet et l’inégalité des situations : les maîtres de conférences sont là pour assurer des enseignements généralistes ; aucun chercheur n’enseigne son domaine de recherche ; l’histoire des femmes n’intéresse pas les étudiants ; c’est un domaine trop spécialisé et entaché de militantisme. Au mieux, on m’envoyait enseigner « chez les psychologues », c’est-à-dire dans les sous-dominantes interdisciplinaires d’études sur les femmes, mises sur pied par le CLEF (Centre lyonnais d’études féministes) et gérées par le département de psychologie. J’ai enseigné avec intérêt plusieurs semestres dans ce département (histoire du travail féminin, femmes et citoyenneté aux XIXe et XXe siècles) mais j’y côtoyais très peu d’apprentis-historiens à qui il est fortement conseillé de choisir la géographie comme matière annexe, pour mieux se préparer aux concours de recrutement de l’enseignement secondaire. J’étais marginalisée, même après la publication de plusieurs livres ou ma nomination à l’Institut Universitaire de France, qui contraint de rester cinq ans dans son établissement. Quelque peu traumatisante, l’expérience s’est close par mon départ à Avignon en septembre 1997, seule université qui ait accepté de me nommer comme professeur. Les tâches quotidiennes y sont lourdes (deux postes et demi en histoire contemporaine pour 600 étudiants du DEUG à la maîtrise), les enseignements nécessairement généralistes mais j’ai pu y développer un cours optionnel en histoire des femmes : créé à l’origine pour désengorger une option d’histoire contemporaine surchargée, il a rencontré l’intérêt des étudiants et des étudiantes dont beaucoup poursuivent en maîtrise, poursuivront peut-être un jour en thèse ou n’oublieront pas cette composante lorsqu’ils seront professeurs d’écoles, de collèges ou de lycées.

Les voies de la transmission

10Malgré les difficultés rencontrées par beaucoup, l’histoire des femmes n’est pas morte. Développée aux États-Unis et dans la plupart des pays d’Europe occidentale, considérée comme un élément de démocratisation dans de nombreuses jeunes démocraties du monde, appréciée du public lecteur, sollicitée par la société civile pour comprendre les enjeux contemporains, l’histoire des femmes est en passe d’acquérir en France une certaine reconnaissance intellectuelle. Comme d’autres, j’ai assuré sa transmission dans la mesure de mes moyens.

  • 11  Signalons le « contre-manuel » très stimulant que Siân Reynolds propose sur l’entre-deux-guerres : (...)

11Il n’existe pas encore de manuel « idéal » qui envisagerait l’histoire dans sa dimension mixte et n’oublierait ni les femmes ni les hommes comme individus sexués11. Il n’est pas toujours facile, ni nécessairement dans l’intérêt des étudiants (dans les grandes universités, des cours sont dispensés par plusieurs enseignants pour un examen commun) de s’abstraire des questions classiques d’une période donnée et d’en proposer une lecture nouvelle. Mais il est toujours possible – et je l’ai largement pratiqué – d’inclure dans un cours général un exposé, un chapitre ou un texte d’histoire des femmes. Cette pratique pouvait susciter des réactions d’incrédulité chez certains étudiants : à Lyon, où l’histoire des femmes n’avait pas de légitimité, je me souviens de l’apostrophe « mais ce n’est pas de l’histoire ! » d’une étudiante géographe mère de famille à propos de remarques sur la maternité et l’avortement dans la France de l’entre-deux-guerres ou de l’hostilité d’un militant étudiant qui ne supportait pas d’entendre, dans un cours d’initiation politique, deux heures sur le vote des femmes et leur place dans les assemblées politiques. Elle est de mieux en mieux acceptée aujourd’hui, où l’histoire a pour tous de multiples facettes et où la revendication de parité a sensibilisé aux rapports de sexe.

  • 12  La rédaction du texte définitif invite à actualiser son propos. Signalons que Mathilde Dubesset a (...)
  • 13  Signalons que les archives de l’association Pénélope ont été déposées à la bibliothèque Marguerite (...)

12Deuxième moyen de transmission : la revue Clio, Histoire, Femmes et Sociétés que j’ai fondée en 1995 avec Michelle Zancarini-Fournel (codirectrice), Christine Bard, Agnès Fine, Gabrielle Houbre, Christiane Klapisch-Zuber, Claudine Leduc, Catherine Marand-Fouquet et Florence Rochefort12. Parce qu’elle offre un espace de publication des résultats de recherche et un lieu de débats méthodologiques, parce qu’elle rend visible un champ scientifique et permet un dialogue avec la communauté scientifique française et étrangère, une revue est un élément fondamental de vitalité. Entre 1979 et 1985, ce rôle a été joué par Pénélope, pour l’Histoire des femmes, résultat d’une collaboration entre un groupe d’historiennes de l’EHESS (autour de Cécile Dauphin, Arlette Farge, Christiane Klapisch-Zuber et d’autres) et le GEF de Paris 7. Treize gros cahiers thématiques ont stimulé la recherche en rendant compte, en cent à cent cinquante pages chacun et par de courts articles, d’une vingtaine de travaux en cours ou achevés. J’ai écrit dans deux numéros mais je n’ai pas participé à l’équipe fondatrice et n’ai d’ailleurs pas le souvenir d’avoir été convoquée à des réunions. Pénélope ayant cessé de paraître, notamment faute de moyens institutionnels suffisants13, il fallait combler le vide. Dix ans plus tard, forte du développement des recherches et de l’inflexion de l’histoire des femmes vers une histoire du genre, Clio est plus académique et veut forcer les portes de la reconnaissance avec annuellement deux numéros thématiques de trois cents pages et des rubriques articulées autour du dossier : « Regards complémentaires », « Témoignages », « Actualité de la recherche », « Documents », « Varia », « Informations et initiatives », « Clio a lu ». Mûrement réfléchi et volontairement banal, son titre souligne que l’histoire des femmes appartient bien à l’histoire générale, en est une de ses composantes ; tandis que son sous-titre, clin d’œil à l’ancien triptyque des Annales, affirme qu’elle n’étudie pas les femmes isolément mais dans leurs relations aux hommes et à la société, ce que les Français de 1995 ne nommaient pas encore facilement le genre. Les membres du comité de rédaction ne sont pas seulement un groupe d’amies qui veulent travailler ensemble, elles se sont réunies pour associer des universités réparties sur l’ensemble du territoire, des chercheuses dans et hors institution, ainsi que plusieurs générations et approches de l’histoire. Le travail quotidien n’en est pas facilité, d’autant que parmi l’ensemble des éditeurs contactés (grandes maisons parisiennes et presses universitaires régionales), seules les Presses Universitaires du Mirail à Toulouse, qui gèrent plus de dix revues et publient des travaux sur les femmes, ont accepté le projet ; mais les échanges sont très fructueux. Par son contenu et la composition de son équipe, Clio voudrait manifester la plus grande ouverture possible et contribuer à la diffusion et à la transmission de toutes les formes et thématiques d’histoire des femmes. Elle vient de passer le cap des dix numéros et est assurée d’une plus grande longévité.

  • 14  ENS éditions Fontenay/Saint-Cloud, 1998.

13Transmettre est aussi le sens que j’ai voulu donner à cet exercice mal défini qu’est le mémoire d’habilitation à diriger des recherches, soutenu à l’Université Lyon 2 en janvier 1995. Faute de mémoire et de transmission, les femmes ont trop souvent, dans de multiples domaines, recommencé des tâches déjà entreprises : l’histoire des femmes échappe d’autant moins à cette malédiction qu’elle est encore peu enseignée. Largement complété pour devenir un livre, Ecrire l’histoire des femmes14 fait le récit – ou tout au moins un récit – de l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes en France depuis plus de vingt-cinq ans. Instrument de travail pour les étudiants et les chercheurs, il pose des repères méthodologiques et propose une lecture critique de l’historiographie, afin de jeter les bases d’une mémoire disciplinaire, afin de permettre à ce champ de recherche de maîtriser son passé pour mieux aller de l’avant. Il tente aussi d’être une défense et illustration des écrits qui ont été produits, des débats qui ont interpellé l’ensemble de la discipline historique ; avec l’espoir de forcer les portes de la légitimité et d’ouvrir le dialogue avec les historiens d’autres spécialités.

14Il me semble qu’aujourd’hui l’histoire des femmes et du genre – ce terme commence à être compris – a atteint une certaine maturité, qu’elle bénéficie peu à peu d’une reconnaissance intellectuelle mais que cette reconnaissance intellectuelle n’est pas suivie d’une reconnaissance institutionnelle, qui seule permet à un domaine de recherche d’exprimer toutes ses potentialités, de se confronter avec d’autres dans un dialogue égal et constructif et de pénétrer les formes habituelles du savoir. L’histoire des femmes et du genre se trouve à la croisée des chemins, condamnée à une lente asphyxie ou appelée à se développer et s’institutionnaliser, pour contribuer à la production et à la transmission d’une culture mixte qu’appelle de ses vœux une part de plus en plus grande de la société civile. Pour que ce dernier scénario – plus probable à l’heure de la parité – se réalise, il faut se mobiliser et tenter de sortir des débats anciens : non, il n’y a pas risque de ghetto à demander des postes fléchés et des centres de recherche spécialisés ; non, l’étiquette « d’études féministes », perçue comme exclusive, n’est pas indispensable, même si les chercheuses et les chercheurs concernés se reconnaissent bien souvent et à des degrés divers dans le féminisme ; non, il ne faut pas définir de bonne manière de les pratiquer ; oui, l’important est que les études sur les femmes et le genre se développent dans le débat et la confrontation, soient enseignées et entrent dans la formation des maîtres ; oui, l’ancrage disciplinaire est incontournable pour bénéficier de la pluridisciplinarité ; oui, les jeunes générations ont le droit de poser les questions de leurs rapports aux hommes et à la société dans d’autres termes que leurs aînées. Ce n’est pas trahir le passé que de regarder vers l’avenir. Cette journée est là pour nous le rappeler.

Haut de page

Notes

1  Voir Françoise Picq, Libération des femmes. Les années-mouvement, Paris, Seuil, 1993

2  C’est le titre que Michelle Perrot a donné à son essai d’ego-histoire, in Essais d’ego-histoire, réunis et présentés par Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1987, pp. 241-292.

3  Le cours était intitulé : « Les femmes ont-elles une histoire  ? » ; voir le témoignage de Michelle Perrot dans cet ouvrage.

4  Isabelle Ernot, qui prépare actuellement une thèse sur « l’impossible historienne », a découvert de nombreuses auteures et des ouvrages anciens d’histoire des femmes.

5  Comme le souligne le titre du numéro 54-55 de la revue Partisans (juillet-octobre 1970) : « Libération des femmes, année zéro »

6  Le terme « d’histoire féministe »  est rarement utilisé en France par les historiennes, qui soulignent que, si le chercheur ou la chercheuse sont féministes, le discours produit est tout aussi scientifique qu’un autre.

7  mémoire soutenu en septembre 1974, inédit. Mais un article en a été tiré : Mathilde Dubesset, Françoise Thébaud, catherine Vincent, « Les munitionnettes de la Seine », in 1914-1918, L’Autre Front, cahier du Mouvement Social, n° 2, études coordonnées par Patrick Fridenson, Paris, Les Éditions ouvrières, pp. 189-219.

8  C’est ainsi que j’appelle, dans mon ouvrage Écrire l’histoire des femmes,  la phase d’accumulation des travaux placés sous le signe de la remémoration, de la volonté de rendre visibles les femmes en histoire et de connaître les expériences passées des femmes. Les anglophones ont parlé d’herstory.

9  Il serait intéressant de faire comprendre héritages et différences entre  le GEF et le CEDREF. Cette journée a peu abordé les différences de statut et les moyens de l’institutionnalisation.

10  Françoise Thébaud, Donner la vie. La Maternité en France dans l’entre-deux-guerres, Lyon, PUL, 1986.

11  Signalons le « contre-manuel » très stimulant que Siân Reynolds propose sur l’entre-deux-guerres : Siân Reynolds, France between the Wars : Gender and Politics, London, Routledge, 1996.

12  La rédaction du texte définitif invite à actualiser son propos. Signalons que Mathilde Dubesset a rejoint le comité de rédaction à l’automne 1999 et que Dominique Godineau le fera prochainement (été 2000).

13  Signalons que les archives de l’association Pénélope ont été déposées à la bibliothèque Marguerite Durand.

14  ENS éditions Fontenay/Saint-Cloud, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Thébaud, « Poursuivre l’aventure de l’histoire des femmes », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 155-163.

Référence électronique

Françoise Thébaud, « Poursuivre l’aventure de l’histoire des femmes », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/274

Haut de page

Auteur

Françoise Thébaud

Histoire, Université d’Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org