Navigation – Plan du site
Des domaines, des thèmes, des structures : une spécificité ?

Du côté de l’histoire

Michelle Perrot
p. 147-152

Texte intégral

1Cette journée est 1'occasion de tenter un bilan des recherches menées durant plus de deux décennies à Jussieu, du point de vue quantitatif, mais surtout de prendre conscience des évolutions, thématiques ou de méthode. C'est aussi une occasion exceptionnelle de rendre hommage à ces travaux, discrets, modestes, surtout en ce qui concerne les maîtrises, dont la plupart n'ont pas été publiées (à la différence de nombreuses thèses) et de souligner 1'ampleur de cet effort collectif qui a, en l'occurrence, construit l'histoire des femmes. Je dois dire que, faisant ce bilan, j'ai été frappée, surprise même, de la continuité et de l'intensité de ce travail qui a représenté, sans doute, un moment d'une quête d'identité personnelle et partagée sur laquelle, rétrospectivement, il serait intéressant de s'interroger. Que voulions‑nous, que cherchions-nous en faisant ces recherches ?

  • 1  Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africains, Histoires des femmes d'Afrique Noire du XIXe au Xxe s (...)

2Je ne puis, ici, parler que de l'histoire, voire de l'histoire contemporaine, et moins encore : de l'histoire de la France contemporaine. Il faudrait incorporer les recherches menées dans les autres périodes et les autres aires culturelles. Je pense notamment au secteur Tiers-Monde. Le livre de Catherine Coquery-Vidrovitch1 montre combien s’est développée, depuis peu il est vrai, du moins pour l’Afrique francophone, une histoire des femmes africaines, à laquelle Jussieu a certainement contribué. Je ne parlerai ici que de ce que je connais plus directement.

3Impossible, malheureusement, de mentionner les mémoires de maîtrises réalisés sur l'histoire des femmes depuis 1974, date du mémoire de Françoise Thébaud, Mathilde Dubesset et Catherine Vincent, dont j'ai parlé déjà, premier d’une longue série. Cent à cent cinquante, peut-être, en vingt ans ? Il n'y aurait là rien de surprenant. Systématiquement déposés au Centre de Documentation d’histoire de l'UFR, notre sanctuaire, ces mémoires représentent des heures d'exploration d’archives, de dépouillement de presse, d'interviews, et naturellement d’écriture, qui ont constitué peu à peu une mémoire et un instrument de travail, avec un côté très cumulatif. Mine d’informations souvent utilisées, et, espérons-le, convenablement citées, ils ont fait l'objet de recensions partielles, du temps où nous avions quelques crédits.

4On trouvera, en revanche ci-après la liste des thèses soutenues de 1974 à 1997, “ancien” et « nouveau » régime sous la même rubrique, et distingué seulement les thèses d'État, bien moins nombreuses.

5Outre les thèses portant explicitement sur les femmes, on a retenu également quelques travaux qui les concernaient au premier chef (ainsi les thèses de Francis Ronsin sur le divorce ou Michel Allner sur l'Armée du Salut.)

6Je me suis permis d'inclure quelques travaux dont je n'étais pas officiellement la directrice, mais qui avaient été largement commencés à P7 (ainsi que celles d'Anne Cova et de Sylvie Chaperon, soutenues à l'Institut européen de Florence). À l’inverse, je n'ai indiqué – cela va de soi – aucune des thèses « femmes » à la préparation et au jury desquelles j'ai participé dans d'autres universités : cela s'est produit de plus en plus, indice d'un développement certain de la recherche en ce domaine et du rôle de Paris 7 en histoire contemporaine des femmes.

7De 1974 (Francis Ronsin) à 1997 (Denise Noël), j'ai dénombré 49 thèses soutenues : 2 avant 1980 (et pour cause), 23 entre 1980 et 1989 et 24 entre 1990 et 1997 : il y a nécessairement un « effet retard » lié à la longueur de l'investissement préalable. Six sont l'œuvre d'hommes. Vingt-six de ces thèses (soit plus de la moitié) ont été publiées ; la plupart ont donné lieu à des articles.

8Un regroupement sommaire permet de dégager les principales directions de recherches qui se sont succédées ou plutôt qui ont coexisté au cours de ce quasi quart de siècle :

D'abord, le corps

9D'abord, le corps, de la maternité (cf. Françoise Thébaud) à la prostitution, en passant par la beauté, les soins du corps, les postures du corps (les larmes, partage des femmes au XIXe siècle : cf. Anne Vincent), incluant la folie (Yannick Ripa), le contrôle des naissances (travaux de Francis Ronsin sur le néo-malthusianisme), la sexualité, du moins l'homosexualité qui a bénéficié des recherches de Marie- Jo Bonnet et de Christian Bonello, ce dernier malheureusement inédit.

  • 2  Cf. Une histoire des femmes est-elle possible ? Actes sous la direction de Michelle Perrot, avec P (...)

10« L'histoire des femmes passe-t-elle par celle de leur corps ? », demandait Catherine Fouquet au colloque de Saint-Maximin, en 1983, en concluant que c'était en quelque sorte « un détour obligé2 ». L'expérience de Paris 7 confirmerait son propos. La proportion aurait été encore accrue si on avait inclus dans cette rubrique certains métiers, manifestement liés au corps (sages-femmes, infirmières).

11Notons, avec la thèse d'Agnès Thiercé, le croisement avec la diagonale de l'âge. Elle montre la difficile conceptualisation de 1’« adolescente », tant la catégorie est d'abord pensée comme masculine, et bourgeoise. On trouvera, à l'autre extrémité, pour les femmes âgées, de nombreuses indications dans la thèse d'Elise Feller, plus préoccupée toutefois de la question du statut (institutionnel et politique), de la vieillesse et de la naissance des retraités, que de son genre.

Le travail

12Le travail comporte huit titres où se déclinent toutes les formes de métiers de femmes : infirmières (V. Leroux-Hugon), sages-femmes (D. Tucat), bonnetières (H. Harden-Chenut), employées de maison (C. Brac de la Perrière, dans le contexte très particulier de l'Algérie en guerre), concierges (J.L. Deaucourt), danseuses de l’Opéra de Paris (thèse de Louise Robin-Chaland, malheureusement inédite), employées de bureau auxquelles Delphine Gardey a consacré pour le XXe siècle une recherche très neuve, fondée sur les dossiers du personnel Renault et sur une rigoureuse analyse en termes de genre. On voit ainsi en vingt ans s'infléchir la méthode, qui se fait moins descriptive et plus problématique. C'est un étudiant coréen, M. Byeon, qui a fait la socio-histoire des ouvrières de Paris sous la Troisième République. Il s'efforce aujourd'hui à Séoul de développer l'histoire des femmes.

Les femmesdans la Cité

  • 3  Laurence et Florence, prenant des risques, décidèrent de faire leur thèse et de la soutenir ensemb (...)

13Les femmesdans la Cité regroupent une dizaine de titres : féminisme, luttes de femmes, associations... Grâce à Florence Rochefort et Laurence Klejman3, Christine Bard et Sylvie Chaperon, on dispose maintenant d'une histoire quasiment continue du féminisme de 1870 à 1968. Ces jeunes historiennes ont complètement renouvelé la question par un formidable travail d'archives, dans des fonds jusque-là quasiment inexplorés. Ainsi le fonds Marie-Louise Bouglé dont, devant l'inertie des autorités de tutelle, Maïté Albistur avait fait l'inventaire dans le cadre de sa thèse. Grâce à elles, l'action des femmes, sous toutes ses formes, a été mise en lumière. On a retrouvé des journaux, des centaines de figures oubliées. Surtout, on a mieux compris les rapports de sexes dans la cité.

14Les associations ont retenu l'attention d'Evelyne Diébolt et de Sylvie Fayet-Scribe. Tandis qu’Eleni Varikas consacrait à « la révolte des Dames en Grèce au XIXe siècle » une thèse qui fit date par la construction de la « conscience de genre », Anne-Marie Käppeli nous apportait l'expérience du féminisme suisse et Anette Goldberg, celle du féminisme brésilien contemporain.

15On note une grande diversité d'approches : tantôt il s'agit de travaux généalogiques, privilégiant l'appréhension totale d'une période ; tantôt de monographies plus territoriales (ainsi Dominique Loiseau scrutant les formes et les orientations du militantisme féminin à Saint-Nazaire dans le dernier demi-siècle) ; ou encore d'une biographie, comme celle que Claude Schkolnyk consacre à Victoire Tinayre, « institutrice et féministe », communarde exilée en Hongrie où elle a recherché ses traces, s'y fixant à son tour. Les histoires de thèses sont aussi des histoires de vies.

Criminalité et pénalité

16Criminalité et pénalité sont représentées par les études de Joëlle Guillais, (le crime passionnel, dont les femmes sont le plus souvent victimes), d'Odile Krakovitch qui inclut ses Femmes bagnardes (Paris, Orban, 1990) dans son doctorat sur travaux et de Claudie Lesselier qui avait ouvert la voie par sa thèse de 1982 sur « Les femmes en prison, 1815-1939 », étude de longue durée de l'incarcération des femmes en France, inégalée à ce jour.

17Dans ce domaine, qui me tenait particulièrement à cœur, car il croisait d'autres champs de recherches auxquels Jussieu avait été attentif, nous aurions pu faire davantage. Il y eut aussi de solides mémoires de maîtrise. Ainsi celui d'Isabelle Varda sur « la délinquance de Grands Magasins à Paris au XIXe siècle », aux frontières de l'histoire sociale et de la psychiatrie. Appréhender la différence des sexes dans la délinquance, la répression, le discours criminologique, dans l'exercice de la Justice et, plus encore, dans le Droit lui-même sont des axes majeurs de recherche auxquels s'attachent aujourd'hui Christine Bard (Université d'Angers)et Marie-Victoire Louis (EHESS).

Éducation, Religion

18Ces thèmes furent assez peu abordés à Jussieu, en raison des partages, plus ou moins implicites, qui se font entre universités. Françoise Mayeur, Claude Langlois ou Jean Baubérot (avec lesquels nous avons collaboré) n'œuvraient-ils pas en la matière ? Marie-Françoise Lévy, pour traiter de l'éducation des filles sous le Second Empire, prit un biais original : la transmission privée, notamment de mères en filles.

19Aux somnambules, médiums et voyantes du XIXe siècle, Nicole Edelman consacra une recherche subtile qui apporte beaucoup à la connaissance de la culture en contre-point des femmes au XIXe siècle. Elle poursuit aujourd'hui des recherches sur les femmes hystériques.

20Enfin Michel Allner dans son travail magistral sur l'Armée du Salut en Grande-Bretagne, États-Unis, France, fait une place évidente (tant elles sont réellement présentes) aux femmes de la famille fondatrice Booth (la Générale, la maréchale.) ainsi qu'aux rapports masculins/féminins forts complexes dans cette grande organisation caritative, ancêtre des ONG (Organisations Non Gouvernementales).

21Quant à la création, elle n'est guère représentée que par la thèse de Denise Noël sur « les femmes peintres au Salon, Paris, 1863-1889 », qui repose à la fois sur la littérature personnelle de ces femmes (correspondance, journaux intimes) et sur l'analyse systématique des catalogues des Salons. On y perçoit la vie quotidienne, difficile et passionnée, de ces femmes, – qu'on connaît d'autant mieux qu'elles sont étrangères et laissent en l’occurrence plus de traces, – et les obstacles qu’elles rencontraient pour parvenir à peindre, à exposer, à être reconnues surtout. Histoire sociale très concrète des pratiques sexuées de la peinture.

22La plupart de ces thèses portaient sur la France. Toutefois, j'ai accueilli aussi des chercheuses grecques, brésiliennes et, à un moindre degré, italiennes, qui ne trouvaient pas toujours dans leurs universités d'ouverture sur l'histoire des femmes. D'elles – Efi Avdela, Maria Korrasidou, les deux Eleni, Denise Bernuzzi, Monica Raisa Schpun, Anette Goldberg et les autres -, j'ai beaucoup appris.

23Ce trop rapide survol laisse une impression d'inachevé. Inachèvement quant au compte-rendu lui-même, forcément injuste, malhabile à suggérer les apports, à saisir les évolutions, thématiques (du corps à la création), méthodologiques (de l'histoire des femmes à celle du genre, très sensible dans les dernières études, plus soucieuses de comprendre la différence des sexes), les limites (beaucoup sur l'action des femmes, mais peu sur femmes et politique, par exemple), les cécités mêmes, qui, avec le recul, sont plus sensibles. J'imagine, bien sûr, la lecture critique que, dès maintenant, et plus encore dans quelques années, on pourra faire de cette activité, intense, mais peut-être un peu brouillonne, sans doute parce que mal dirigée (autant pour moi). Avec tout de même un vif sentiment du plaisir de la découverte.

24Et si c'était à refaire ? Que ferions-nous ?

25Et maintenant, que faire ?

Haut de page

Notes

1  Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africains, Histoires des femmes d'Afrique Noire du XIXe au Xxe siècle, Paris, Desjonquières, 1994.

2  Cf. Une histoire des femmes est-elle possible ? Actes sous la direction de Michelle Perrot, avec Pauline Schmitt Pantel. La différence des sexes. Histoire anthropologique et cité grecque, Paris, Rivages, 1984

3  Laurence et Florence, prenant des risques, décidèrent de faire leur thèse et de la soutenir ensemble, en octobre 1987. Comme le firent, un an plus tard à Lyon II, Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel sur les femmes de Saint-étienne. Seules les femmes ont tenté cette pratique pourtant si positive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Perrot, « Du côté de l’histoire », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 147-152.

Référence électronique

Michelle Perrot, « Du côté de l’histoire », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/270

Haut de page

Auteur

Michelle Perrot

Histoire, Université Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org