Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

L’inscription des études féministes au sein du CNRS

Dominique Fougeyrollas-Schwebel
p. 113-126

Texte intégral

  • 1 EPHESIA : La place des femmes. Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences soci (...)

1Divers bilans sur le développement des études féministes en général et au sein du CNRS ont désormais été publiés1. Il n’a certes pas fallu attendre les mouvements féministes des années soixante-dix pour que les femmes soient prises en compte comme objet de recherche des sciences sociales, au CNRS notamment, si on pense aux contributions de Madeleine Guilbert ou Andrée Michel. Toutes ces publications insistent sur l’importance de ces recherches, leurs apports, sur le renouvellement des problématiques qu’elles ont pu avancer et sur leur extrême fécondité et cela en dépit des faibles moyens accordés par les institutions de rattachement.

2Plutôt que d’offrir un autre bilan des avancées théoriques et méthodologiques apportées par les recherches féministes, mon propos ici est centré sur les conditions sociales, politiques et culturelles qui ont accompagné le déploiement des recherches féministes au sein du CNRS en s’appuyant sur l’expérience du Gedisst (Groupe d’étude sur la division sociale et sexuelle du travail), équipe à laquelle j’ai longtemps participé et, du fait de ses liens constants avec l’Université Paris 7, et celle de la création du DEA « Sexes et société » en 1989. Au CNRS et à l’université, le développement des problématiques féministes est concomitant ; il n’en demeure pas moins que des différences institutionnelles vont être ici de quelque importance pour comprendre les obstacles ou les facilités apportées au développement du champ dans des disciplines comme la sociologie, la psychologie ou la philosophie notamment.

Repères chronologiques

1 - Reconnaissance institutionnelle et renforcement du domaine (1983-1984)

3La transformation du Gedisst d’unité de recherche au sein du Centre d’étude sociologique (CES) en équipe CNRS s’est faite dans une conjoncture doublement favorable : concrétisation des propositions issues du Colloque de Toulouse de 1982, d’une part, et soutien de nos institutions de rattachement aussi bien pour Danièle Kergoat que moi-même au sein de nos propres institutions, le CES et le CAESAR de l’université de Nanterre. Ces institutions permettent alors l’ouverture nécessaire à la problématique pluridisciplinaire ou transdisciplinaire que représente une équipe comme le Gedisst. L’ouverture scientifique de personnes comme André Nicolaï et Eugène Enriquez, la pluridisciplinarité de leur équipe, la réorganisation de l’antique institution du CES sous la direction de Renaud Sainsaulieu les conduisent à soutenir l’originalité et le dynamisme des recherches.

  • 2 URES Texte collectif « Unité de recherche : Division sociale et sexuelle du travail » in Femmes, fé (...)

4L’équipe du Gedisst, centrée à l’origine sur les travaux de la sociologie du travail dans une perspective de déconstruction, entre autres, du concept de travail s’est élargie à d’autres thématiques – les politiques sociales, les nouvelles technologies de la reproduction – et s’est ouverte à d’autres approches disciplinaires, la géographie et la psychologie notamment. Cette équipe a été le pôle des recherches sur la question du travail avec la mise en cause des dimensions universalisantes au profit d’approches qui restituent la diversité des points de vue, non point pour faire une sociologie féministe mais pour faire reconnaître que les femmes, lorsqu’elles sont prises en compte dans les sciences sociales, apportent de nouvelles conceptualisations – peut-être pas la rupture épistémologique annoncée mais des avancées théoriques, épistémologiques et des réponses aux demandes sociales. Au centre du projet théorique : « La nécessaire interrogation du concept de travail : l’observation montre que, même à l’intérieur d’une classe sociale donnée, hommes et femmes ont des comportements distincts et largement autonomisables ; face à cette réalité, ne prendre en compte que le seul travail productif serait revenu, une fois de plus, à confronter le groupe social femmes à un cadre théorique forgé sans référence aucune à leur situation. Il est donc nécessaire de prendre en compte, d’emblée et simultanément, le travail productif et le travail reproductif, l’un et l’autre devant être resitués à l’intérieur d’un système social donné historiquement : le capitalisme2. ».

  • 3 URES Texte collectif « Unité de recherche : Division sociale et sexuelle du travail » op. cit.,p. 3 (...)

5Cette perspective théorique a immédiatement pour ambition de répondre aux questions sociales et c’est pourquoi, le premier texte de l’équipe présenté au Colloque de Toulouse de 1982 et les présentations suivantes n’ont de cesse d’insister sur les conséquences attendues de ce point de vue théorique : répondre aux questions sociales et aux réformes en cours et mesurer les attentes que les femmes peuvent en espérer (réorganisation du temps de travail, par exemple…) ; ouverture de nouvelles perspectives épistémologiques mieux à même de rendre compte de la multiplicité des situations, ouverture méthodologique sur la redéfinition des frontières disciplinaires. En conséquence la dimension interdisciplinaire est au cœur de l’équipe comme le prônent d’ailleurs maintes recherches féministes. Notre filiation avec le mouvement féministe s’exprime également dans les formes de travail que nous souhaitions instaurer entre nous, travail collectif et direction collégiale. En effet la reconnaissance du travail scientifique comme résultant du travailleur collectif, la confrontation des points de vue et celle des disciplines, non pas dans une volonté d’absorption totalisante mais comme reconnaissance des contributions diversifiées témoignent de notre filiation3.

6Le bilan du Gedisst est fortement positif : c’est une équipe à la croissance régulière qui connaît un rayonnement important tant en France qu’à l’étranger. Une de ses chercheuses, Erika Apfelbaum, sera co-directrice de l’institut de rattachement de l’équipe, l’IRESCO (Institut de recherches sur les sociétés contemporaines). Cette croissance régulière est sans doute à mettre en parallèle avec les difficultés que connaissent encore les recherches féministes au sein de l’université. Les conditions d’institutionnalisation s’avèrent distinctes à l’université et au CNRS à cette époque. En effet, à cette époque, la reconnaissance comme équipe CNRS permet aux travaux du Gedisst de se développer sans avoir à se justifier préalablement. De plus d’autres initiatives et groupements de recherches soulignent le dynamisme et le potentiel de ces recherches : citons en particulier l’APRE (Atelier production reproduction financé par le programme PIRTTEM du CNRS) dont les séminaires sont en 1985-1987 l’occasion de confrontations fructueuses et donnent lieu à une publication régulière.

  • 4 Sociétés contemporaines n° 8, « Production domestique », 1991 et n° 17, « Aspects des modes de vie  (...)
  • 5  Jacques Commaille en a fait la synthèse dans son ouvrage  : Les stratégies des femmes. Travail, fa (...)

7Dans le même temps les problématiques directement issues des perspectives féministes sont prises en compte dans des programmes ayant pour visée la confrontation des problématiques les plus diversifiées : économistes, sociologues de multiples horizons. Des collaborations tout à fait inédites entre l'Insee et le CNRS peuvent se concrétiser, assurant un développement très important des recherches sur l'ensemble de la production domestique et c'est Christine Delphy qui, à partir de ses travaux sur le travail domestique, coordonne avec Yannick Lemel de l'Insee l'ensemble de ces recherches4. De même, le thème des relations entre la vie professionnelle et la vie familiale est au centre d’un ensemble de recherches financées par la Caisse nationale des allocations familiales5. Tous ces éléments plaident en faveur de la reconnaissance de la place des femmes comme une place à part entière dans les pratiques sociales, et non comme un chapitre spécifique ou secondaire ainsi qu’on le voyait dans les années 1960.

8Mais, parallèlement les équipes antérieures du CNRS comme l’équipe d’Andrée Michel est mise en concurrence et sous certains aspects déconsidérée. L’opprobre se maintient sur les travaux qualifiés de féministes et d’idéologiques comparés à d’autres travaux. Cependant le nombre important d’initiatives collectives a incontestablement un effet considérable pour la promotion des travaux individuels. Ces initiatives ont deux conséquences : ouvrir à l’investigation des domaines jusqu’ici peu explorés, permettre le développement des recherches plus traditionnelles, par exemple dans le domaine du travail ou de la famille, sur des bases renouvelées. Selon que l’on se situe dans une perspective ou dans l’autre, la reconnaissance des contributions féministes au domaine sont effectives ou occultées. Au demeurant on assiste à une certaine reconnaissance des questionnements issus des problématiques féministes. En témoigne l’inscription de l’axe rapports sociaux de sexe dans le rapport de conjoncture du secteur sciences sociales au CNRS. Cependant, la dynamique de renouvellement des recherches ne connaît pas la même ampleur dans toutes les disciplines et des différences se marquent alors entre le CNRS et les universités.

2 - Un tournant : 1989

9L’année 1989 peut être retenue comme charnière d’un double mouvement : d’une part les recherches féministes poursuivent leur développement mais elles connaissent un infléchissement thématique par une croissance notable de recherches intégrant les dimensions politiques, peu présentes jusqu’alors. Dans le même temps les pouvoirs politiques accordent une moindre place aux revendications égalitaires des femmes.

  • 6 Marie-France Brive (dir.) « Les femmes et la Révolution française ». Actes du colloque Toulouse, 12 (...)
  • 7  Cf. Notamment Mariette Sineau Des femmes en politique. Paris : Economica, Coll. Vie politique, 198 (...)

10Confortés par les reconnaissances institutionnelles du CNRS et l’attribution de postes à l’université pour la promotion des enseignements sur les femmes, les groupes de recherche féministes se diversifient. Les multiples colloques, journées d’études, séminaires qu’ils organisent témoignent de la fécondité de leurs travaux. Parmi ceux-ci, une place particulière doit être faite au Colloque de Toulouse dans le cadre des commémorations du bicentenaire de la Révolution de 1789 : « Les femmes et la Révolution », coordonné par Marie-France Brive6. Ce colloque international marque une étape importante dans le renouvellement des recherches ; car le fait de reparcourir l’histoire de la Révolution dans la perspective de la place des femmes et des rapports de genre fait émerger des problématiques nouvelles mettant au jour l’exclusion des femmes de la politique, la question de leur représentation et l’analyse du politique en général7. C’est donc un infléchissement des recherches vers la prise en compte du féminisme comme élément de la vie politique. Ces nouvelles perspectives théoriques se traduisent entre autres par la diffusion de ces débats à l’ensemble de l’opinion et se polarisent désormais autour de la question de la parité entre hommes et femmes en politique. Mais dans le même temps les différents gouvernements réduisent la place accordée au secrétariat aux droits des femmes, de Ministère au temps d’Yvette Roudy, il ne s’agit plus que d’un secrétariat d’État, secrétariat que le gouvernement Rocard a hésité à maintenir. Un secrétariat d’État est néanmoins maintenu sous la pression des mouvements associatifs au moment où les mouvements de droite et d’extrême droite poursuivaient des campagnes virulentes à l’encontre du droit à l’avortement.

  • 8 Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (dir.). Sexe et genre. De la hiérarchie entre les (...)

11Cet essor des recherches féministes s’accompagne d’un élargissement des études sur les femmes dans un contexte théorique précisément renouvelé par les problématiques féministes. Cependant cet élargissement se fait dans le temps même où les aides financières et institutionnelles transitant par les actions du CNRS arrivent à leur terme. En mars 1989 un colloque pluridisciplinaire est organisé autour d’un des thèmes du programme de « Recherches sur les femmes et recherches féministes » – Actions thématiques programmées (ATP), 1983-1987 et 1985-1989 du CNRS. Ce colloque « Sexe et genre » est l’occasion de confrontations couvrant un large éventail de disciplines, sciences sociales, biologie, mathématiques, et mettant en avant des propositions théoriques diversifiées pour l’analyse de la domination masculine, domination matérielle ou idéelle, domination économique ou politique, par exemple. La publication issue de ce colloque est une source essentielle pour comprendre les logiques fondatrices des deux termes, sexe et genre, en France, ce qui les oppose ou les rapproche8. En interrogeant en effet la pertinence de la distinction entre sexe et genre, cet ouvrage montre combien, à la différence de l’anglais, l’emploi en français du terme de sexe se détache de la seule analyse de la sexualité, on parle de classe de sexe, de rapports de sexe. Mais à l’inverse, on peut se demander si cette moindre proximité avec la sexualité n’a pas trop souvent contribué à laisser cette question dans l’ombre.

  • 9 Françoise Collin « L’apport des « gender studies ». La singularité française », Revue française des (...)

12Cependant, après 1989 les formes institutionnelles qui devaient prendre le relais de ces premières opérations ne réunissent pas à se mettre en place. Un projet de GRECO (groupement de recherches pluridisciplinaire du CNRS) ne parvient pas à se constituer. Comme le souligne Françoise Collin9, dans le contexte centralisé de la recherche française, cette interruption est fortement dommageable. Ce ne sont pas les projets de recherches sur les femmes ou sur la différences des sexes qui se trouvent limités mais ceux qu’animent des chercheuses féministes. Seules les recherches s’inscrivant dans la thématique du marché du travail trouvent alors un prolongement institutionnel. Citons en particulier, la création en 1995 d’un groupement de recherche du CNRS « Marché du travail et genre » (MAGE), groupement financé également par le Service des Droits des femmes et l’Unité « Egalité des chances » de la Commission des commu­nautés européennes. Ce groupement s’inscrit en prolongement de réseaux antérieurs ayant donné lieu aux publications Le Sexe du travail et les Cahiers de l’APRE (Atelier Production-Reproduction). Cette faible continuité à l’égard des recherches féministes de la part des grands organismes de recherche, jointe à la déconsidération qui souvent en France s’attache au féminisme vu comme « approche ringarde », fragilise les chercheuses féministes. Ceci au moment où la concurrence s’intensifie pour l’obtention des nouvelles sources de financement qu’offrent, dans la Communauté, puis l’Union européenne, les programmes d’action pour l’égalité des chances et les autres opérations en faveur des femmes.

  • 10 Danièle Senotier et Nathalie Cattanéo. Sexes et sociétés. Répertoire de la recherche en France. Par (...)

13De fait les recherches menées par des chercheuses appartenant au CNRS bénéficient davantage des possibilités de financement d’organismes autres que le CNRS. En effet, à partir de 1993, le Service des droits des femmes met en place une cellule chargée des études et des statistiques et s’engage dans une politique active d’aide aux associations œuvrant dans le domaine. En particulier ce sont les actions de soutien du Service des droits des femmes qui pallient les carences du CNRS dans le domaine des publications et des aides aux revues : Nouvelles questions féministes, Cahiers du Cedref, Cahiers du Gedisst, Cahiers du Mage, et à la publication d’ouvrages. Le Service, à l’initiative de Monique Dental, chargée de mission pour les études, recherches et statistiques, soutient, sur les sujets les plus liés aux difficultés économiques et sociales que peuvent rencontrer les femmes, de nouvelles recherches et permet ainsi la visibilité des questions les plus aiguës. Citons notamment les recherches sur les quartiers en difficulté et le rôle des femmes relais, les recherches sur les situations de précarité, et les droits des femmes migrantes ainsi que sur les enfants issus de l’immigration. Ces études ont un rôle essentiel dans la prise en compte de nouvelles questions sociales dont la recherche fondamentale se doit de rendre compte. Le Service des droits des femmes ne limite toutefois pas son action aux éléments les moins explorés de la recherche ; il encourage également la poursuite de travaux existant comme, par exemple, la réalisation par le Gedisst du Répertoire recensant les recherches sur les rapports sociaux de sexe10.

14La fin des années quatre-vingt correspond également à un moment important de la prise en compte désormais incontournable de la dynamique européenne et à la nécessité pour les recherches de s’engager dans les divers programmes liés à la construction de l’Europe. En particulier, en février 1989, Les Cahiers du Grif organise à Bruxelles le premier colloque européen d’études féministes, « Concept et réalité des études féministes », qui permet de recenser l’ensemble des thématiques des recherches féministes. Les réseaux établis alors permettent pour une part la mise en place d’échanges d’étudiants et d’enseignantes avec le programme Erasmus de la Commission des Communautés européennes (désormais volet enseignement supérieur du programme Socrates de la Commission européenne). Les chercheuses et chercheurs français participent aux divers réseaux européens mis en place aussi bien par le Conseil de l’Europe que grâce aux financements de la Commission européenne. Ces participations deviennent dès lors le nouveau moyen de reconnaissance institutionnelle. Conséquence de cette dynamique européenne de promotion des études sur les femmes, des relais nationaux paraissent indispensables et les chercheuses françaises les plus engagées dans la diffusion des recherches féministes créent l’Association nationale des études féministes (ANEF) : celle-ci fédère en quelque sorte les associations régionales qui s’étaient constituées à la suite du colloque « Femmes, féminisme et recherche » à Toulouse, en 1982.

3 - Une nouvelle donne du féminisme : la deuxième moitié des années 1990

15Les années 1994 et 1995, années de la préparation de la quatrième Conférence mondiale de l’ONU sur les femmes, au travers de mouvements contradictoires ou paradoxaux, connaissent des changements significatifs dans la prise en compte des recherches sur les femmes et mettent en lumière une nouvelle donne des recherches féministes.

  • 11 Les actes du colloque ont été publiés dans leur totalité au Brésil et partiellement en France. Estu (...)
  • 12  Actes du groupe de travail : Sociologie des rapports sociaux de sexe, coordonnés par Monique Haica (...)
  • 13   Cette collection est actuellement dirigée par Oristelle Bonis, Dominique Fougeyrollas et Hélène R (...)

16Ces dernières se multiplient : renforcement des réseaux européens mais aussi internationaux. Citons le « Colloque international Brésil, France, Québec sur les recherches féministes à l’université » à l’initiative d’Huguette Dagenais au Québec et Léna Lavinas au Brésil qui associent en France le Cedref et le Gedisst. Cette rencontre, outre la confrontation des recherches sur des domaines aussi diversifiés que le travail, l’école, les mouvements féministes, la santé, les violences envers les femmes, est l’occasion de faire le point sur l’analyse des conditions institutionnelles, politiques et sociales qui président au développement des recherches féministes au Brésil, au Québec et en France11. Les enseignantes et chercheuses participent également activement aux associations de recherches dans leur discipline et créent en sociologie un groupe de recherche « Sociologie des rapports sociaux de sexe » au sein de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française)12. L’activité éditoriale concernant le domaine connaît un renouveau à partir de 1994 alors que le nombre de publications avait fortement fléchi du fait même de la disparition les unes après les autres des collections « femmes » créées chez divers éditeurs dans la foulée du mouvement féministe des années 1970. En créant une collection « Recherches » aux éditions Côté-femmes, puis « Bibliothèque du féminisme » aux éditions l’Harmattan13, l’ANEF avait précisément pour ambition de pallier ces difficultés et les réserves des éditeurs dans cette période.

  • 14 Claire Aubin et Hélène Gisserot. Les femmes en France : 1985-1995. Rapport établi par la France en (...)

17Parallèlement la préparation de la Conférence de Pékin et les effets médiatiques et politiques qui accompagnent l’événement mettent en lumière l’ampleur des travaux des féministes, même avec des moyens institutionnels faibles, tout autant qu’ils dévoilent les obstacles à leur développement. La Mission française de coordination chargée de la préparation de cette quatrième conférence prend l’initiative d’un colloque international qui se tient à Paris les 6 et 7 mars 1995. La promotion de nombre de recherches à travers la publication de l’ouvrage La place des femmes (1995), synthèse des travaux pour ce colloque, redit avec une intensité médiatique inégalée la fécondité des recherches féministes. Mais tout ne se déroule pas de façon équitable. La préparation même de la conférence a suscité de vives réactions d’indignation et de scandale. En effet, le rapport sur les recherches féministes joint au rapport officiel pour la France présenté à Pékin, rédigé sans concertation avec les principaux centres de recherche dans le domaine – le Gedisst, le Cedref à Paris, le groupe Simone à Toulouse, le CLEF (Centre lyonnais d’études féministes) à Lyon – plaide pour le renouvellement du champ dans des formes non spécialisées14. Il ne comporte aucune recension réelle des groupes existants, aux moyens certes divers, certains même très faibles, mais qui en dépit de ces piètres conditions matérielles assurent une activité scientifique importante de séminaires et de colloques. Au terme de plusieurs dénonciations et de nombreuses pressions, la Mission française de coordination chargée de la préparation de la Conférence de Pékin finit par élargir le comité scientifique de préparation du colloque sur la recherche et accepte de joindre en annexe à l’ouvrage La place des femmes le rapport de l’ANEF sur les recherches féministes qui est venu « équilibrer » le point de vue partial antérieur.

18Durant les années 1990, la crainte qui avait pu s’exprimer un moment d’une ghettoïsation des recherches se révèle infondée et on assiste au contraire à un essaimage de questionnements issus des problématiques féministes. Le texte précédemment cité présentant l’équipe Gedisst en gestation au Colloque de Toulouse de 1982 s’achève par une conclusion à la forme interrogative, sur la double impasse devant laquelle se trouvait le groupe : se maintenir dans la marginalité ou sortir de la marge pour s’enferrer dans le ghetto ? Inquiétude partagée par nombre de féministes qui pourtant n’ont de cesse de dénoncer l’universalisme des concepts. Être un groupe de femmes dans l’institution universitaire, c’est en effet reconnaître en toute lucidité la dévalorisation potentielle de sa production scientifique compte tenu des rapports sociaux existants auxquels l’institution de recherche n’échappe pas – déconsidération qui n’existe pas s’il s’agit d’un groupe uniquement constitué d’hommes.

19Mais les recherches féministes se développent dans un environnement renouvelé de plusieurs façons et tout particulièrement, par l’effet de la construction de l’Union européenne qui place la France devant la nécessité de répondre aux engagements d’égalité et de promotion des femmes. Plus encore, les chercheurs français trouvent auprès des organismes européens de nouvelles sources de financement dès lors qu’ils s’inscrivent dans les programmes de promotion de l’égalité des chances. Une nouvelle question se pose alors : derrière la banalisation de la diffusion d’évidences nouvelles, comment faire reconnaître les problématiques féministes comme contribution au renouvellement théorique et méthodologique de la recherche ? Cet essaimage favorise aussi bien les femmes que les hommes, les hommes par le maintien des positions de pouvoir institutionnel, les femmes par les possibilités de mobilisation de réseaux d’alliance diversifiés.

Recherches féministes et nouvelles donnes politiques

  • 15   Huguette Dagenais (dir.) Pluralité et convergences. La recherche féministe dans la francophonie. (...)

20Savoirs scientifiques et pouvoirs politiques sont des processus qui ne sont jamais très éloignés. En matière de recherches sur les femmes et de recherches féministes les liens sont particulièrement étroits. C’est pourquoi, pour analyser l’essor des recherches féministes, il faut comprendre la place du féminisme sur l’échiquier politique ; dans cette perspective les confrontations entre expériences de différents pays sont extrêmement profitables et la tenue du premier colloque international sur la recherche féministe dans la francophonie à l’université Laval à Québec en 1997 doit être soulignée chaleureusement15.

21Alors même que le féminisme est, en France, associé au large processus de transformation des valeurs culturelles consécutif à l’élargissement du salariat féminin, il est dans le même temps marginalisé et prioritairement rapporté aux groupes politiques de l’extrême gauche, en marge des groupes politiques. Même si l’on tient compte du fait que le féminisme des années 1970 ne peut se réduire à son intégration aux groupes de l’extrême gauche, même s’il faut reconnaître que le mouvement connaît alors des manifestations de grande ampleur mobilisant un nombre important de femmes, même s’il y a parmi elles aussi bien des femmes appartenant aux organisations syndicales et aux partis politiques que des femmes sans appartenance, il n’en demeure pas moins que le féminisme n’est jamais pris en considération comme instrument indispensable des transformations sociales. Lorsque les analyses dépassent les attitudes premières de dénigrement, le féminisme est ainsi essentiellement caractérisé comme un symptôme des contradictions sociales, comme l’expression des revendications de nouveaux groupes sociaux face aux évolutions sociales ; on ne le considère pas dans cette période comme un levier décisif du changement. Le mouvement féministe est alors avant tout perçu au travers de son opposition frontale à l’ensemble de la société : on le voit contestataire, on ne le pense pas comme constructif. Durant les années 1970 et 1980 les militantes féministes tentent au terme de luttes incessantes de faire entendre leur point de vue au sein des partis et des organisations syndicales. Mais c’est souvent en vain. Ce n’est que plus récemment que le féminisme semble bénéficier d’une place pacifiée au sein des partis politiques : la dénonciation des inégalités comme autant d’injustices faites aux femmes a évolué vers la reconnaissance, désormais à l’ordre du jour, de la position des femmes comme instrument d’une rénovation des partis politiques.

22Le milieu des années quatre-vingt-dix représente une évolution des recherches, non pas tant du fait de leur évolution propre que du fait des conditions plus favorables qui se font jour. Comme nous l’avons rappelé, le colloque de recherches dans le cadre de la préparation de la quatrième Conférence mondiale de l’ONU et les effets du renforcement de la concurrence européenne contraignent en quelque sorte le gouvernement français à se sentir interpellé avec assez de force pour qu’il envisage une action spécifique de promotion des recherches dans le domaine. Cette évolution peut être rapprochée de la volonté politique nouvelle de s’appuyer sur les femmes et le potentiel de « cohésion » sociale qu’on leur prête, dans la mise en place de mesures destinées à remédier aux effets de la crise économique des années 1980 et 1990. On trouve en effet une participation de plus en plus importante des femmes au sein de divers mouvements associatifs. Ces associations sont de plus en plus souvent mises à contribution comme partenaires des politiques sociales : elles interviennent dans les domaines les plus variés, depuis les violences à l’encontre des femmes jusqu’aux programmes de formation professionnelle, en particulier, mais non exclusivement, en direction de populations féminines.

23Des années 1970 à aujourd’hui se dessine ainsi un parcours quelque peu paradoxal des recherches féministes, longtemps laissées aux marges de la recherche et qualifiées d’idéologiques et militantes : désormais le contexte international favorise l’émergence de nouveaux experts du domaine. Conséquences de la tenue de la Conférence de l’ONU en 1995, ces recherches connaissent alors quelques facilités de financement et un certain renouvellement. Ainsi est-ce la place que la France estime devoir tenir au niveau international qui donne un nouveau support aux recherches féministes. Enfin en 1995, la résurgence de mouvements de revendication de quelque importance relie potentiellement les recherches féministes aux nouveaux acteurs sociaux.

24Signe des effets de renouvellement des problématiques de recherche par les théories féministes, le CAPES (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire) de sciences sociales pour l’année 1998 comporte à son programme la question des inégalités entre hommes et femmes et la bibliographie de préparation donnée aux étudiants fait une large place aux travaux pionniers des féministes dans ce domaine, en sociologie et en histoire. Des questions analogues avaient été introduites antérieurement dans la préparation des concours de langue anglaise mais sans faire référence de manière aussi nette aux travaux de recherche menés en France. C’est en effet en sciences sociales et en histoire que les recherches féministes se sont le plus développées et notamment dans les domaines du travail, de la famille, de l’école et des politiques sociales. De nouveaux thèmes pourtant présents dès les années quatre-vingt, mais qui n’avaient connu que peu de développement depuis, se renforcent comme en particulier les questions de la sexualité ou de la violence. Là encore, les engagements de la France dans le concert des résolutions prises à la Conférence mondiale de Pékin puis renouvelés au sein du Conseil de l’Europe ont fortement contribué au développement de nouvelles recherches sur ce thème.

25En conclusion je soumettrai quelques questions à la réflexion.

26Dans un univers fortement concurrentiel tel que la recherche scienti­fique, je noterai combien la qualification de féministe intervient pour disqualifier la concurrence. Dans un domaine scientifique comme le nôtre, en étroite relation avec les conséquences politiques des résultats de la recherche, et où les chercheuses peuvent pour un grand nombre d’entre elles participer à l’élaboration de mesures en faveur des femmes, les liens avec la politique sont une évidence et on ne peut pas s’en affranchir. Encore faut-il le reconnaître. L’accusation de plus ou moins grande proximité avec le féminisme n’est pas un critère pertinent d’évaluation de la recherche : il ne doit s’agir que de bonne ou de mauvaise recherche.

27Ce débat n’a rien de nouveau et d’autres domaines l’ont déjà connu, mais ce qui importe c’est que la démarche scientifique doit nous aider dans la mesure du possible à dépasser le point de vue moraliste, à fonder les arguments pour comprendre les réalités. En ce sens je plaide depuis longtemps pour que l’on reconnaisse que la problématique des rapports sociaux de sexe ne soit pas le préalable unique à la recherche. Les réalités sont complexes en ce que les relations entre les hommes et les femmes ne sont pas de même nature, ne fonctionnent pas selon les mêmes logiques dans les différentes sphères de la société. Il faut comprendre les articulations des rapports hétérogènes : les recompositions en cours dans le monde du travail en particulier produisent des effets contrastés, un maintien des discriminations, mais aussi une participation des femmes aux professions qualifiées, voire très qualifiées qui fondent de nouvelles évaluations des positions hiérarchiques des femmes.

28Ce qui me paraît important aujourd’hui, outre ce que les contributions précédentes viennent de rappeler sur les dimensions interdisciplinaires des recherches, c’est la capacité de ce domaine à intégrer des approches différentes pour instaurer non pas tant le dialogue que la confrontation qui offre le moyen de validation scientifique des problématiques. Pour cela, le féminisme ne doit pas se laisser confiner aux marges de la pensée scientifique, il y participe pleinement. De plus les théories féministes n’ont rien de monolithique, elles sont traversées par des perspectives distinctes ; selon les moments et les domaines de recherches, ces oppositions s’estompent ou au contraire elles deviennent des positions contradictoires, sinon antagoniques : c’est l’ensemble de ces confrontations qui contribue au développement du domaine.

Haut de page

Notes

1 EPHESIA : La place des femmes. Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales. Paris  : La Découverte, 1995, 740 p., et en particulier la contribution de l’ANEF aux annexes : « Études féministes et études sur les femmes en France », p. 689‑710. 

2 URES Texte collectif « Unité de recherche : Division sociale et sexuelle du travail » in Femmes, féminisme et recherches-Actes du colloque national, Toulouse 1982. Toulouse : AFFER, 1984,p. 321.

3 URES Texte collectif « Unité de recherche : Division sociale et sexuelle du travail » op. cit.,p. 318-325.

4 Sociétés contemporaines n° 8, « Production domestique », 1991 et n° 17, « Aspects des modes de vie », 1994.

5  Jacques Commaille en a fait la synthèse dans son ouvrage  : Les stratégies des femmes. Travail, famille et politique Paris : Éditions La Découverte, textes à l'appui/série sociologie, 1993, 190 p.

6 Marie-France Brive (dir.) « Les femmes et la Révolution française ». Actes du colloque Toulouse, 12-14 avril 1989, Toulouse : PUM, 1989-1991. Voir également Marie-France Brive : « l’effet 89 sur l’histoire du féminisme français ». In Actes du colloque, Mons, 1991 et Irène Corradin et Jacqueline Martin (dir.) Les femmes sujets d’histoire. à la mémoire de Marie-France Brive. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, « Féminin et masculin », 1999, 352 p.

7  Cf. Notamment Mariette Sineau Des femmes en politique. Paris : Economica, Coll. Vie politique, 1988, 240 p. ; Cahiers du CEDREF “Silence, émancipation des femmes entre privé et public”, n° 1, 1989 ; Geneviève Fraisse Muse de la raison. La démocratie exclusive et la difference des sexes. Aix-en-Provence : Alinéa, 1989, 223 p. (réédité en 1995 chez Gallimard, coll. Folio-Histoire).

8 Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (dir.). Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes.Paris : CNRS, 281 p.

9 Françoise Collin « L’apport des « gender studies ». La singularité française », Revue française des affaires sociales, 49e année, n° hors série « Du côté des femmes. Conférences, institutions, recherches », août 1995, p. 159-169.

10 Danièle Senotier et Nathalie Cattanéo. Sexes et sociétés. Répertoire de la recherche en France. Paris : La Documentation française/Ministère de l’Emploi et de la Solidarité (Droits des femmes )396 p.

11 Les actes du colloque ont été publiés dans leur totalité au Brésil et partiellement en France. Estudos feministas, n° spécial, 1994. Dominique Fougeyrollas-Schwebel : « Les rapports sociaux de sexe : nouvelles recherches ou renouvellement de la recherche ? » Cahiers du CEDREF, n° 4-5, 1995, p. 121-130 ; Claude Zaidman : « Institutionnalisation des études féministes », op. cit., p. 131-137. Cahiers du CEDREF n° 6, 1997.

12  Actes du groupe de travail : Sociologie des rapports sociaux de sexe, coordonnés par Monique Haicault et Annie Rieu, XIVe Congrès de l’AISLF, Lyon 6-10 juillet 1992, Toulouse, 198 p.

13   Cette collection est actuellement dirigée par Oristelle Bonis, Dominique Fougeyrollas et Hélène Rouch.

14 Claire Aubin et Hélène Gisserot. Les femmes en France : 1985-1995. Rapport établi par la France en vue de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes. Paris : La Documentation française, 1994, 150 p.

15   Huguette Dagenais (dir.) Pluralité et convergences. La recherche féministe dans la francophonie. Montréal : Les éditions du remue-ménage, 1999, 532 p. Un deuxième colloque s’est tenu à Dakar en mai 1999 ; un troisième est en préparation à Toulouse pour 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « L’inscription des études féministes au sein du CNRS », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 113-126.

Référence électronique

Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « L’inscription des études féministes au sein du CNRS », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/268

Haut de page

Auteur

Dominique Fougeyrollas-Schwebel

Sociologie, IRIS-CNRS-Université Paris IX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org