Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

Pénélope : une expérience militante dans le monde académique

Cécile Dauphin
p. 61-68

Texte intégral

« Pénélope, femme d’Ulysse et mère de Télémaque, opposa un refus constant aux demandes de ceux qui prétendaient à sa main pendant l’absence d’Ulysse, laquelle dura vingt ans. Appelant la ruse à son secours, elle promit de faire un choix lorsqu’une toile qu’elle brodait serait terminée ; mais elle défaisait la nuit tout le travail du jour. Un travail de Pénélope, c’est un travail qui ne se termine jamais. »

(Dictionnaire Larousse)

1Pénélope n’est pas seulement un personnage légendaire. Son nom inspira diverses associations de femmes, comme les condamnées de la prison de Rennes, sans parler des multiples usages commerciaux. C’est aussi le nom emblématique retenu à la fin des années 1970 pour baptiser une revue d’histoire et d’anthropologie des femmes. Ce choix s’imposa, non sans discussions, pour des raisons de forme et de fond mêlées. En empruntant à Pénélope les traits de la ruse et de la résistance, l’entreprise affichait l’idée d’une action vitale et combattante, d’une histoire sans fin, toujours à reprendre.

  • 1 La collection complète des numéros de Pénélope est disponible sur microfilm à l’Association pour la (...)

2Faire l’histoire de la revue Pénélope revient d’abord à évoquer une expérience. C’était hier. Si proche encore mais déjà reléguée dans le grenier des souvenirs, Pénélope appartient au vécu d’une génération de femmes, militantes et intellectuelles. Le regard que nous pouvons porter aujourd’hui sur cette expérience s’apparente nécessairement au témoignage. Se souvenir, c’est mettre de l’ordre dans des impressions et l’album de famille, c’est fouiller dans des coins oubliés et réactiver une communauté de mémoire, pour susciter d’autres lectures. L’exercice salutaire du souvenir, dans ce cas précis, peut emprunter les lunettes de l’historien. L’expérience a produit un ensemble de documents constitués en archives à la Bibliothèque Marguerite Durand1 : courrier, statuts, factures, dossiers de subventions, fichier d’adresses, bulletins d’abonnements, documents bancaires et fiscaux, surtout collection de la revue avec ses plaques d’imprimerie, enfin livres, brochures et périodiques reçus par Pénélope. Sans doute reste-t-il quelques vestiges épars, encore aux mains des actrices. Mais d’ores et déjà, l’archivage dans un lieu officiel protège et légitime cette toile treize fois remise sur le métier, comme autant de numéros fabriqués.

3Pour « fêter » ces vingt-cinq ans d’études féministes, l’esquisse d’une histoire possible, d’un passé à recomposer n’a pas pour but de célébrer une mémoire particulière, ni de ressusciter un temps révolu. Il s’agit seulement, à travers une expérience symptomatique, de restituer les conditions de l’émergence d’un champ de recherches sur les femmes, dans sa complexité, dans ses relations avec le contexte de l’époque. Ni bilan, ni manifeste, mais un regard rétrospectif et réflexif dans la communion du chemin parcouru ensemble et dans la distance critique. On peut classiquement relater les circonstances de la naissance de Pénélope, en décrire le contenu, pour dégager ensuite les caractères majeurs de cette expérience.

La naissance de Pénélope

4La naissance de Pénélope se déroule en deux épisodes. Le premier (juin 1977 – mai 1978) pourrait s’intituler : l’aiguillon venu de l’étranger. En effet, en juin 1977, quelques historiennes de divers pays ont été sollicitées par un éditeur américain (Gordon and Breach) pour créer une revue internationale d’histoire et d’anthropologie des femmes. Des discussions se sont poursuivies toute l’année, principalement à Paris mais aussi à l’occasion du premier congrès international d’histoire des femmes dans le Maryland en novembre 1977. Finalement, le projet a échoué, pour plusieurs raisons, notamment : le manque d’intérêt des historiennes américaines et anglaises, déjà amplement pourvues de ce type de publication, les Women’s Studies ayant déjà droit de cité sur les campus et produisant leurs propres revues (Feminist Studies, Signs, par exemple) ; l’usage exclusif de la langue anglaise imposé par l’éditeur faisait également obstacle, tant du côté de la fabrication que de la réception. L’ambition d’une diffusion européenne, fondée sur la présence d’historiennes italiennes, allemandes, belges et néerlandaises, ne pouvait guère s’accorder à cette forme de colonisation culturelle.

5En dépit de son échec, la négociation a eu le mérite de faire prendre conscience des besoins et d’une demande pressante d’informations sur les enseignements et sur les recherches portant sur les femmes, dans toutes les disciplines des sciences humaines. Elle a aussi fait émerger un réseau de relations, rapidement désigné comme Groupe de recherche pour l’histoire et l’anthropologie des femmes. Les contours en étaient un peu flous, pas vraiment institutionnels mais la logistique solidement arrimée au Centre de recherches historiques (Maison des sciences de l'homme) et au Groupe d’études féministes (Paris 7 – Denis Diderot). Un document du 24 mai 1978 comportant les noms des participantes atteste de ces liens multiples.

6Le deuxième épisode (novembre 1978 – mars 1980) s’inscrit dans ce contexte de demande d’informations : on pourrait le désigner par la métaphore du bief qu’évoque le titre même du Bulletin d’Information des Études Féminines, soit, au sens propre : le canal de dérivation servant à conduire l’eau jusque sur la roue d’un moulin. Cette belle image suggère que le mouvement était lancé, il fallait canaliser les forces et tirer profit de cette dynamique.

7Concrètement, le premier Bulletin est issu de la collaboration de trois groupes :

  1. à Paris, le Groupe de Recherche pour l'histoire et l’anthropologie des femmes, baptisé Pénélope pour l’occasion (à savoir le réseau CRH et Jussieu) ;

  2. à Lyon, le Centre lyonnais d’études féministes (le CLEF), créé en 1976 autour d’Huguette Bouchardeau et d’Annick Houel ;

  3. à Aix-Marseille, le Centre d’études féminines de l’Université de Provence (le CEFUP), créé officiellement en 1976 (mais il fonctionnait depuis 1972), autour d’Yvonne Knibiehler, de Christiane Souriau (disparue en 1985) et de Sylvia Ostrowetsky.

8Ce numéro 0 comprend 35 pages ronéotées. Le contenu est essentiellement bibliographique et centré sur le thème du corps, environ 1 300 exemplaires ont été distribués gratuitement. Quatre autres numéros sont ensuite publiés jusqu’en mars 1980, par les deux groupes de Lyon et d’Aix-Marseille, distribués cette fois par abonnements, sans thématique particulière et au contenu essentiellement informatif (enseignements, livres parus, colloques, recherches en cours...). De son côté, le groupe parisien se lançait dans la publication de la première revue d’histoire et d’anthropologie des femmes. Pénélope était née.

La revue Pénélope

9La revue Pénélope a été publiée entre 1979 et 1985, à raison de deux numéros par an. Elle a compté jusqu’à deux cents abonné(e)s environ. Le corpus comprend treize numéros, chacun centré sur un thème particulier. Cette logique thématique permettait de présenter l’éventail le plus complet des recherches dans un domaine précis, mais aussi de dessiner au moyen de l’introduction (de plus en plus développée au fur et à mesure des parutions), du plan et de la bibliographie, une sorte de fil conducteur pour éclairer l’état de la question. Dans cette optique il fallait se limiter à des contributions courtes pour faire la place à des approches nombreuses et variées. On demandait aux auteurs un effort de synthèse qui a souvent conduit à déplacer les questions et à donner une impulsion nouvelle à des développements ultérieurs.

10La simple énumération des thèmes indique l’état du questionnement féministe à cette époque de défrichage, caractérisée par le souci de visibilité, de mise à jour des espaces, des moments et des questions susceptibles de faire émerger les femmes dans l’historiographie.

11Les femmes et la presse (Michelle Perrot et Caroline Rimbault) – Education des filles et enseignement des femmes (Geneviève Fraisse) – Les femmes et la création (Marie-Jo Bonnet) – Les femmes et la science (Christine Frougny, Françoise Gaill, Michèle Kail et Jeanne Peiffer) – La femme soignante (Évelyne Diébolt) – Femme et violence (Véronique Nahoum) – Femme et terre (Rose-Marie Lagrave) – Questions sur la folie (Yannick Ripa) – Femmes et techniques (Claude Maignien, Catherine Eicher et Helen Chenut) – Femmes au bureau (Cécile Dauphin et Pierrette Pezerat) – Femmes et associations (Sylvie Fayet-Scribe) – Mémoires de femmes (Danièle Voldman et Sylvie van de Casteele Schweitzer) – Vieillesses des femmes (Françoise Cribier).

Une expérience militante dans le monde académique

12De l’expérience militante, Pénélope comporte les caractères : précarité des conditions de production, mobilité des rédactrices, métissage des genres, intervention des praticiennes, débat sur la mixité. Du monde académique, elle fut superbement ignorée, tout en gagnant une reconnaissance posthume.

  • 2 Lorsque l’association a décidé l’arrêt de la publication, le pécule résiduel a été distribué ainsi  (...)

13L’association (loi 1901) formée pour gérer la revue disposait nécessairement d’une adresse. Cette localisation lui permettait de disposer d’un tiroir, de quelques étagères dans un placard, d’un coin de bureau destiné par ailleurs aux réunions et travaux collectifs. Mais pas de « chambre à soi », encore moins pignon sur rue. En partie autofinancée par les abonnements et la vente des numéros, Pénélope connu diverses modalités de fabrication : elle fut d’abord imprimée par les soins de l’Atelier de Reprographie de l’Université Paris 7 – Denis Diderot, et seul le coût du papier fut facturé. Le travail diligent de son responsable resta bénévole jusqu’à ce que les services financiers de l’Université vinssent y mettre leur veto. Une imprimerie de femmes, Voix Off, dans les conditions normales du marché, prit le relais pour les derniers numéros, au moment où le Ministère des Droits de la Femme accordait une subvention sous forme d’un demi poste de secrétariat, alors assumé par Caroline Rimbault. Le changement de gouvernement en 1985, eut pour conséquence de couper cette aide opportune. Faute de subsides pour professionnaliser le travail de gestion au moment où l’énergie militante commençait à faiblir et pour financer les coûts croissants de la fabrication, il fallut clore l’épisode2.

14Chacun des numéros a été conçu et organisé par une équipe nouvelle, parfois réduite à une seule responsable pour solliciter, lire, réécrire parfois, les contributions. Quelques permanentes de l’association faisaient fonction de secrétaire, trésorière et de manutentionnaire. Cette alternance a permis de renouveler les compétences et les réseaux, et de rester ouvert aux divers courants qui ont traversé le mouvement féministe. Cette mobilité a sans doute joué contre la durée et la visibilité de la revue dans les lieux mêmes qui l’accueillaient.

15À parcourir aujourd’hui la collection de Pénélope, on est frappé par le caractère de métissage des genres. Les numéros se sont essentiellement nourris des travaux de mémoires de maîtrise, de thèses, de diplômes divers, de recherches en cours... Certains auteurs publiaient pour la première fois. Par ailleurs, nous donnions la parole à des praticiennes, à des témoins : ainsi selon les thèmes traités, journalistes, éducatrices, créatrices, infirmières, paysannes, secrétaires, membres d’associations, femmes âgées... ont apporté leur point de vue. Cette ouverture hors des milieux académiques a permis de toucher un public diversifié et renouvelé à chaque numéro. L’origine géographique des auteurs est également signe de cette volonté de désenclavement : autour d’un fort noyau parisien, on trouve en effet des contributions venues du Japon, des USA, du Canada, du Brésil, de Colombie, de Bangui, de Rabat, de divers pays européens. La diffusion à l’étranger fait écho à cette diversité culturelle.

16Comme dans toute association féministe de cette époque, la non mixité fut souvent affichée, revendiquée dans les réunions comme une volonté militante. En pratique, le principe a pu être contourné. On observe, d’après les signatures des articles, que le « taux de masculinité » est le plus fort là où on s’y attendrait le moins, à savoir sur les thèmes de la violence et de la vieillesse (un homme sur quatre auteurs). Leur présence est faible, mais également peu attendue, dans les domaines de l’éducation et de la santé. La non mixité ne souffre pas d’exception dans des champs a priori masculins tels que la presse, la création, la science et les techniques. Comment interpréter ces écarts ? En termes de transgression, on pourrait dire que les femmes sont restées entre elles quand elles investissaient un domaine jusqu’alors réservé aux hommes. En termes plus sociologiques, la non mixité affiche sans détours l’appartenance des responsables de numéros au mouvement féministe et le recrutement des collaboratrices dans des réseaux non académiques. Par souci d’objectivité, il faudrait aussi en savoir plus sur les motivations et les circonstances qui ont fait que des hommes ont voulu travailler à cette époque dans le champ de l’histoire des femmes. D’après les signatures, les auteurs masculins étaient plus nettement inscrits dans l’institution et dans la hiérarchie : les signataires sont pour la plupart « professeurs » ou titulaires d’une thèse d’État. Les contributions féminines témoignent en majorité de statuts encore précaires. Le devenir des auteurs de Pénélope serait un beau sujet de méditation. Quel effet sur les carrières ou les itinéraires professionnels a pu produire la participation à cette revue ? Un « plus » pour des chercheurs déjà confirmés, un « risque » pour les candidates à une carrière universitaire ou de recherche ? Une revue aussi discrète que Pénélope n’échappe pas en définitive aux stratégies de publication qui déterminent les itinéraires différenciés des hommes et des femmes.

17Présente dans des lieux aussi notoires que Paris 7 – Denis Diderot, l’école des hautes études et la Maison des sciences de l’homme, Pénélope a souffert du paradoxe de la littérature grise. Elle fut ignorée de son vivant par les collègues qui ne la lisaient guère, mais pour qui l’appellation souriante « des Pénélope » a fini, post mortem, par confondre, non sans quelque ironie, le produit et les initiatrices de recherches sur les femmes. Elle fut néanmoins recommandée dans le journal Le Monde, par Yves Florenne, dans sa revue des revues. Autre aspect de ce paradoxe : telle responsable de numéro s’est vue contrainte par son directeur de laboratoire de ne pas mentionner cette activité dans son rapport annuel. Au regard de l’institution, la discrétion, voire l’autocensure, se sont le plus souvent imposées à toutes. Les revues scientifiques n’accordaient alors aucun crédit aux travaux « entachés » de féminisme. Si un encart publicitaire a pu paraître exceptionnellement dans l’une ou l’autre, seule la sympathie d’une secrétaire de rédaction pouvait en être la cause.

18De l’autre côté du miroir académique, se profile un grand public réceptif, avide d’informations, de soutien, de dialogue. Le courrier reçu peut en témoigner. Fille de son temps, Pénélope a participé au défrichage d’un champ nouveau, au balisage d’un questionnement parfois dérangeant. Des idées d’article, de livre ou de thèse ont germé à partir d’une collaboration. Citées, données comme sujets d’examen ou comme textes de référence, certaines contributions ont trouvé une fortune inattendue. Au moment de la liquidation, les stocks ont fait le bonheur d’étudiants, de correspondants étrangers.

19Après une éclipse de dix ans (1995), une nouvelle revue spécialisée a repris le flambeau. Dans son premier numéro, Clio (autre figure mythique), forte de ce passé et des débats qui l’ont enrichi, exprime cependant le même sentiment d’urgence : « la déperdition – injuste et décourageante – qui a souvent caractérisé dans notre pays les recherches sur les femmes, gêne la transmission des acquis comme la confrontation et l’accumulation des savoirs ». Sur la toile sans fin de l’histoire des femmes, ce court récit a tenté de nouer quelques fils.

Haut de page

Notes

1 La collection complète des numéros de Pénélope est disponible sur microfilm à l’Association pour la Conservation et la Reproduction Photographique de la Presse. BP 21-77313 Marne-la-Vallée Cedex 2. Ce microfilmage a été fait à la suite de la demande d’un chercheur australien. Quant aux archives et à la collection sur papier, elles sont consultables à la bibliothèque Marguerite Durand.

2 Lorsque l’association a décidé l’arrêt de la publication, le pécule résiduel a été distribué ainsi : comme subvention au Groupe d’Études Féministes de Paris 7 pour l’édition des actes d’un colloque tenu les 22-23 avril 1988 à la Sorbonne : Crises de la société, féminisme et changement, éd. Tierce 1991 ; comme aide à une association d’universitaires algériennes « Novembre 54 ». Cette association cherche à recueillir des témoignages sur la guerre d’Algérie (Université d’Oran, Mme Bougherara) ; enfin le solde du compte fut versé (le 25 janvier 1993) à l’association « Femmes européennes » dont l’objectif est d’aider les femmes de l’ex-Yougoslavie. Le caractère tant soit peu académique de Pénélope ne l’a donc pas coupé de la « cause des femmes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Dauphin, « Pénélope : une expérience militante dans le monde académique », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 61-68.

Référence électronique

Cécile Dauphin, « Pénélope : une expérience militante dans le monde académique », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/261

Haut de page

Auteur

Cécile Dauphin

Histoire, EHESS-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org