Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

Moulin d’Andé, France 1978-1979, Shaker Mill Farm, USA 1982

Françoise Basch
p. 33-36

Texte intégral

1Il était une fois, vers 1977, une féministe française qui, rencontrant à New York d'autres féministes, se dit qu'elles auraient d'intéressantes histoires à raconter aux féministes parisiennes. Éblouie par certains de leurs travaux, elle voulait organiser à la faveur d'un séjour en France – je n'ose dire vacances, concept indécent Outre-Atlantique – autour d'un dîner ou d'une tasse de thé, une rencontre amicale. Avant que l'innocente ait eu le temps de se retourner, la tasse de thé avait pris la forme tentaculaire d'un colloque international sur six pays, sur trois années, deux en France et un aux USA, assisté de deux interprètes et subventionné par de puissantes organisations, la fondation Rockefeller, The National Endowment for the Humanities, le Marshall Fund.

2Sur le sentier de la guerre, les Américaines nous inondent de demandes de projets à soumettre aux différentes instances, d'organigrammes, de listes d'ateliers ; puis d'annonces de prestigieuses subventions. En vue de la dernière rencontre en 1982, les « conference facilitators » américaines expliquent patiemment le fonctionnement des ateliers, demandent l'envoi d'une première version, puis de la communication définitive aux animatrices d'ateliers, le tout bien avant la rencontre, afin que les participantes présentent des commentaires sur le dit papier avant la réunion.

3Thème de ce colloque en trois temps, le Moulin d'Andé dans la région parisienne en 1978 et 1979, Shaker Mill Farm dans l'état de New York en 1982 : « The New Woman and the New Family ». Prière de ne pas sourire : il y a de cela près de vingt ans : nous autres « femmes nouvelles » ainsi que notre objet/sujet d'étude avons perdu quelques-unes de nos fossettes...

4L'objectif officiel de ce projet : situer et comparer les perspectives théoriques et méthodologiques des études féministes dans les six pays participants (France, USA, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Grande-Bretagne). Les thèmes à partir desquels on pouvait définir des problématiques à la fois communes et différentes selon les pays ne manquaient pas. On se demandait par exemple comment les femmes s'étaient organisées politiquement aux USA, en France, en Allemagne, (droit de vote, immigration). Les communications du premier « Moulin », « féminisme et mouvements révolutionnaires", "les femmes dans le parti communiste britannique », « féminisme bourgeois et anti-féminisme socialiste », « femmes et national-socialisme », se regroupèrent sans trop de difficultés dans les ateliers de 1982 : formes d'action politique : les femmes et la gauche ; les femmes et la droite ; les ouvrières : travail salarié et famille. L'expérience urbaine. Femmes et Holocauste. Femmes contre l'État : reproduction et sexualité. Redéfinition de la différence à l'époque moderne.

5La littérature figurait aussi parmi nos préoccupations dans des ateliers axés sur « le genre et les femmes écrivains », le théâtre, Gertrude Stein, Radcliffe Hall, post modernisme et avant-garde féministe. On effectuait une percée dans le territoire interdit des Gay et Lesbian Studies : « évolution de l'identité lesbienne », « lesbianisme et féminisme ». Dans ce domaine, les intervenantes étaient en majorité américaines, exception faite d'une Française, pionnière de longue date dans les recherches lesbiennes.

6De ces rencontres naquirent deux livres, l'un en français (Stratégie des femmes, Tierce 1984), l'autre américain (Women in Culture and Politics, A Century of Change, Indiana 1986) qui comprenait environ vingt-cinq articles répartis selon les rubriques suivantes : « Contextes historiques, réponses féminines » ; « Construction de nouvelles identités ? » « Stratégies féministes » (Tierce). Les rubriques de l'ouvrage américain : « Women in historical contexts » ; « Women in culture » ; « Women in politics » ; « Political theory : Socialist Feminism : a Critique from within ». Les éditrices de l'ouvrage américain déclarent dans la préface avoir atteint leur objectif : traiter la question du contrôle politique, culturel et social du corps des femmes et de la sexualité : état des lieux, bilan des changements et de la diversité des champs. On parlait aussi bien de l'Allemagne de Weimar que des suffragettes anglaises, du socialisme américain au tournant du siècle.

7Une critique estimait « qu'en dépit des affirmations des éditrices le livre américain, Women in Culture and Politics ne présentait aucune unité de thème ». Elle reconnaissait tout de même, heureusement, la qualité des articles ainsi que le thème majeur récurrent : séparatisme et intégration des femmes. Elle appréciait aussi l'article qui refusait tout présupposé d'un sens moral inné et commun au sexe féminin.

8Au niveau des témoignages, du quotidien, de l'histoire orale, quelles impressions subsistent de ces colloques ? Interrogées récemment, les participantes américaines comme les Françaises, conservent un souvenir peut-être plus vif des liens noués, des réactions respectives, des rapports humains en somme, que de l'aspect scientifique.... Le beau domaine du Moulin d'Andé, traversé par un bras de la Seine, où une de nos interprètes prit un bain involontaire, fut un cadre idéal. Cadre qui favorisait à la fois le temps propice à la stimulation intellectuelle, aux échanges et à une écoute exceptionnelle. Dans la phase dynamique du féminisme la constitution d'un réseau – sur plusieurs pays – était une aventure nouvelle et passionnante.

9Du côté américain, ces confrontations et études comparées mirent en même temps en valeur les différences nationales : une participante parle de la révélation que fut pour elle une différence autre que la différence des sexes. Une ethnologue spécialiste des Indiens s'orienta à la faveur de ces discussions vers une lecture de Sartre et du Deuxième sexe qui reliait sexisme et racisme. Toutes trouvaient positif et enrichissant de sortir d’un certain provincialisme des études féministes américaines – malgré leur richesse.

10Une autre Américaine se réjouit de trouver parmi Françaises et Italiennes des « gens qui pensent idéologiquement », contrairement à telle revue historique américaine qui avait écarté un de ses articles. Réseau, donc, perspective comparatiste, horizon plus vaste. Débats parfois houleux sur le statut de victime des femmes, notamment dans le contexte du national socialisme. Ou sur la priorité à accorder au genre ou à la classe sociale.

11Du côté français, on restait pantois devant l'optimisme sur les voies et moyens, l'efficacité logistique manifestés par les féministes américaines dans cette aventure, même si on se pliait parfois mal aux règles qui tentaient de discipliner désordre et spontanéité soixante-huitarde : déjà une essentielle différence entre France et États-Unis (les deux pays organisateurs). On restait ébahi devant la diversité des recherches féministes américaines ; et plus encore de leur place significative dans l'institution. Si les diplômes portaient et portent encore rarement la mention « Women Studies », la pluridisciplinarité et la crédibilité des Études Féministes nous paraissaient stupéfiantes. Il est significatif que ce soit Robert Paxton, président du National Endowment for the Humanities en 1978, qui nous ait accordé une subvention.

12On appréciait enfin le travail éditorial et la faculté de critique constructive des Américaines : curiosité intellectuelle et rigueur sur l'argumentation et sur la forme nourrissaient leurs commentaires, qui restaient pourtant empreints de neutralité bienveillante.

13Particulièrement positives pour notre groupe de recherche, le GEF, ces rencontres édifièrent de réelles bases d'échange et de communication au niveau des enseignements et de la recherche. Échelonnés sur plusieurs années, les liens noués continuèrent à stimuler les individues et groupes de divers pays européens et d'Outre-Atlantique engagés dans les études féministes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Basch, « Moulin d’Andé, France 1978-1979, Shaker Mill Farm, USA 1982 », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 33-36.

Référence électronique

Françoise Basch, « Moulin d’Andé, France 1978-1979, Shaker Mill Farm, USA 1982 », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/258

Haut de page

Auteur

Françoise Basch

Etudes anglophones, Université Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org