Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

L’invention d’un nouveau champ de recherche

Françoise Barret-Ducrocq
p. 33-36

Texte intégral

  • 1  Revue de l’Université Paris 7 – Denis Diderot

1Plantons le décor : en 1979, lorsqu’avec Françoise Basch nous sommes allées à Londres pour préparer un article sur le mouvement de libération des femmes, l’un des groupes féministes que nous avons alors rencontrés a refusé de nous accorder un entretien, au motif que nous allions publier dans une revue (Les Cahiers Charles V1) qui serait lue également par des hommes...

2Sans aller jusqu’à ces excès de dogmatisme, beaucoup pensaient alors que mener des recherches et discourir sur les femmes dans un lieu aussi traditionnellement phallocratique que l’université risquait de compromettre à jamais la cause des femmes.

3C’était oublier un peu vite que le premier groupe qui, dès l’automne 1968, s'est réuni en France pour analyser et lutter contre l’aliénation des femmes était précisément composé de chercheuses et d’universitaires qui, avant de défiler dans la rue, ont commencé par étudier ce qui avait été écrit sur les deux sexes. Dans ce premier groupe, auquel j’appartenais, et qui réunissait Antoinette Fouque, Monique et Gilberte Wittig, Nelcya Delanoë et quelques autres, on lisait et on commentait Friedrich Engels, L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, on lisait le syndicaliste allemand Bebel, Karl Marx, Simone de Beauvoir, La Révolution sexuelle de Wilhem Reich, La femme mystifiée de Betty Friedan (1964), Women. The Longest Revolution de Juliet Mitchell (1966), Sexual Politics de Kate Millett (1969), The Female Eunuch de Germaine Greer (1970) et Évelyne Sullerot Histoire et sociologie du travail féminin (1968), et la première anthologie d'écrits de militantes américaines Sisterhood is powerful (1970) qui comprenait parmi tant d'autres le SCUM Manifesto (Society for Cutting up Men) de Valerie Solanas. « Demandons l'impossible ! », avions-nous crié dans les défilés de mai. Nous continuions le combat en cherchant rien moins que l'origine de l'oppression des femmes et les moyens de l'éradiquer !

4De son côté, Sheila Rowbotham en Angleterre écrivait Feminism and Revolution et Hidden from History (1972 et 1973) et Juliet Mitchell publiait Woman's Estate (1971).

5Cette interrogation lancinante sur les raisons de notre oppression nous l’avons en effet partagée, dès le début, avec nos sœurs d’Outre-Manche et lors de la première assemblée générale du Women’s Lib à Ruskin College, Oxford, en 1970 où nous nous étions rendues avec Antoinette Fouque, une de nos interventions où j'avais exprimé la conviction qu’une réflexion scientifique sur l’oppression des femmes s’imposait, qu’elle constituait l’essence même de notre action et qu'elle devait sinon la précéder au moins l'accompagner, avait été vivement applaudie.

6Mais vint l’extension militante du mouvement de libération des femmes dont le but était de frapper l’opinion publique par des actions symboliques et par des manifestations. Il fut moins question de recherche et davantage de « groupes de conscience », de maisons d’édition, de journaux, de librairies, de cafés et autres lieux de rencontre. À l’Institut d’anglais Charles V, nous avions créé un groupe mixte qui réfléchissait sur la jalousie et qui a aussi tenté d’obtenir une crèche pour les étudiantes. Des pétitions ont circulé, le conseil d’UFR a vaguement promis de faire quelque chose. L’affaire n’était pas simple car de nombreuses étudiantes habitaient en banlieue et envisageaient mal de se promener quotidiennement dans les transports en commun avec leur progéniture...

7En 1975 tout cela était bien loin. Seule demeurait une unité de valeur de licence sur les femmes intitulée « Le mouvement de libération des femmes en Grande-Bretagne ».

8C’est alors que Françoise Basch et Michelle Perrot décidèrent de créer le Groupe d’Études Féministes (GEF). On allait graduellement passer de l’étude des textes des autres à la production de nos propres recherches et de nos propres textes.

  • 2  Christine Dufrancatel, Arlette Farge et al., L'histoire sans qualités, Paris, Galilée, 1979, p. 10

9Ce n’est pas un hasard si les créatrices du GEF étaient, pour l’une, historienne et pour l’autre, spécialiste de civilisation britannique : les travaux du groupe d’étude sont en effet marqués par la volonté de restituer une histoire des femmes alors très fragmentaire et par l’inspiration des travaux des universitaires anglaises et américaines qui avaient entrepris avant nous ce type de recherches. Deux livres vont d’ailleurs émerger de cette période : Les Femmes victoriennes, roman et société, fruit des travaux de recherche effectués pendant dix ans pour sa thèse par Françoise Basch et L'histoire sans qualités, ouvrage collectif qui réunissait des essais de Michelle Perrot, Arlette Farge, Christine Fauré, Geneviève Fraisse, etc... Dans sa préface Pascale Werner écrit alors : « Sur ce sol de l’histoire nous sommes encore précaires, héritières d’un présent sans passé, passé décomposé, brouillé, dispersé2. »

10Nous cherchons aussi du côté de la psychanalyse. Pour beaucoup de féministes, Freud est l’ennemi, il justifierait l’infériorisation des femmes en les cantonnant dans le rôle d’épouse et de mère. En 1975, Françoise Basch, Catherine Lawton et moi-même traduisons pour les éditions Des femmes Psychanalyse et féminisme de Juliet Mitchell qui démontre le contraire. L’année suivante je traduis encore Conscience des Femmes, Monde de l’homme de Sheila Rowbotham. Lentement nos liens scientifiques se renforcent avec les chercheuses américaines. À l’initiative de l’une d’elles, Caroll Smith-Rosenberg, et avec l’aide de la Rockefeller Foundation, Françoise Basch entraîne le GEF dans une aventure passionnante qui durera six ans. Elle a donné naissance à un gros livre collectif – Stratégies des Femmes – publié aussi aux États-Unis. Ce livre était l’aboutissement du travail accompli par des femmes de six pays différents (Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne, États-Unis, France, Italie), lors de trois rencontres qui eurent lieu en France, puis en Amérique. On y avait cherché « à formuler...des questions nouvelles qui ébranlent les catégories habituelles et les idées reçues, y compris nos propres catégories et nos propres idées. ». On y remettait en cause, grâce à ce foisonnement de recherches internationales, la notion même d’appartenance. Nous exprimions la conviction dans cet ouvrage que : « Rendre problématique l’enjeu de l’identité sexuelle, qui contribue à l’élaboration de notre identité tout court [c’était] peut-être faire bouger...quelque chose dans l’immuable système des hiérarchies et des exclusions. »

11Créé d’emblée comme un centre de recherche international, le GEF a joué un rôle unique en France en nous mettant à même d’inscrire notre réflexion et notre production dans une perspective comparatiste qui a permis de travailler plus vite et mieux.

12Concrètement, cette inscription dans le milieu scientifique international nous a permis, en association avec les groupes de recherche féministes de Toulouse, d’Aix-en-Provence, de Lyon, de convaincre en 1982 le Ministère de la Recherche de l’extrême misère des moyens accordés à la recherche féministe en France par comparaison avec le foisonnement et la richesse des groupes d’études féministes en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Certes, ce ne fut pas le pactole. Mais cela permit le grand colloque de Toulouse, premier colloque national de réflexion sur les femmes, le féminisme et la recherche. Ce fut surtout la reconnaissance par le CNRS de la validité des études sur les femmes. Le CNRS créa une Action Thématique Programmée sur cinq ans dotée d’un conseil scientifique composé uniquement de chercheuses féministes. Cette inscription dans l’une des plus grandes institutions scientifiques nationales légitima le domaine des études sur les femmes qui jusque-là, en dépit des efforts de la grande sociologue Andrée Michel, n’avait pas été pris en compte. Elle permit à plusieurs jeunes chercheuses spécialistes de l’étude de la différence des sexes d’être recrutées au CNRS et à l’Université Paris 7 – Denis Diderot et notamment de bénéficier de la création d’un poste de maître de conférence réservé aux recherches féministes. L’intérêt de l'anthropologue Maurice Godelier et du philosophe Yves Duroux pour ce champ nouveau d'études, rendit possible le financement de nombreux programmes de recherche.

13La richesse de ces travaux sur les femmes dans notre université aujourd’hui est la preuve de l’utilité de notre entreprise : bien des UFR de sciences humaines et sociales ont intégré dans leurs programmes des enseignements plus spécifiquement consacrés à l’étude de la différence des sexes qui, il y a vingt-cinq ans, était tenue pour une question parfaitement marginale.

Haut de page

Notes

1  Revue de l’Université Paris 7 – Denis Diderot

2  Christine Dufrancatel, Arlette Farge et al., L'histoire sans qualités, Paris, Galilée, 1979, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Barret-Ducrocq, « L’invention d’un nouveau champ de recherche », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 33-36.

Référence électronique

Françoise Barret-Ducrocq, « L’invention d’un nouveau champ de recherche », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/256

Haut de page

Auteur

Françoise Barret-Ducrocq

Etudes anglophones, Université Paris 7 – Denis Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org