Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

Les premières expériences

Michelle Perrot
p. 13-22

Texte intégral

1Dans le développement des recherches féministes, Paris 7 a joué un rôle certain. Notamment en histoire des femmes, dont elle fut, avec Toulouse et Aix-Marseille, un pôle fort. Je voudrais évoquer ici ces initiatives, à la fois collectives et pionnières.

2Les cours, d’abord. Celui qui s’ouvrit, le 24 octobre 1973, (niveau DEUG) sous le titre interrogatif « Les femmes ont-elles une histoire ? » était une initiative inédite. Elle venait d’un joyeux trio, composé de Pauline Schmitt, Fabienne Bock et moi-même. Pauline et Fabienne étaient de toutes jeunes assistantes, l’une en histoire ancienne, l’autre en contemporaine. Venue de la vieille Sorbonne, lors de la création de Paris 7, j’avais pour ma part soutenu ma thèse (sur les ouvriers en grève) en 1971 et étais en voie de titularisation comme maître de conférence, puis comme professeure (il y avait encore trois échelons, plus pour longtemps). Nous militions dans les mouvements de femmes, manifestions et pétitionnions pour le droit à l’avortement et fûmes un jour saisies de notre mutisme sur les femmes dans nos enseignements. Ceci se passait début 1973 et nous décidâmes d’un commun accord de proposer ce cours, qui fut accepté sans difficulté particulière.

3À la vérité, nous étions bien embarrassées. Nous n’avions pas de matériau, ni de problématique et nous sentions incapables d’assumer seules un tel enseignement. Les femmes avaient-elles seulement une histoire ? Nous n’en étions pas certaines. D’où le choix d’une formulation interrogative, qui fut louée par nos collègues (Jacques le Goff en particulier nous félicita pour cette prudence épistémologique). Le texte programmatique que nous avions rédigé porte la marque de ces incertitudes et de la prégnance d’un certain structuralisme sur notre vision des choses. Le voici :

4« Les femmes sont-elles seulement le nœud presque immobile des structures de la parenté ? Dans leur rapport à l’autre sexe, à la société globale, quels sont les facteurs de changement ? Les césures fondamentales ?
La question est trop vaste pour être confiée à un seul enseignant, et notre savoir, trop fragmentaire pour faire l’objet d’un enseignement linéaire.
On se propose seulement de susciter la réflexion en comparant la situation et le rôle des femmes dans divers types de sociétés présentes et passées, par des conférences hebdomadaires assurées par divers chercheurs. Sur ces conférences se grefferont des groupes de coordination (chaque quinzaine) destinés à seconder les étudiants dans leur effort de réflexion critique et de lectures personnelles. »

5Le premier semestre partait du « temps présent ». On y passait en revue la situation des femmes dans divers types de sociétés : américaine, soviétique, chinoise, musulmane (sic), africaine, française… Le second semestre recherchait des « repères historiques », de la préhistoire aux temps actuels. Nous fîmes appel plutôt à des sociologues pour le premier semestre et à des historiens pour le second, demandant à nos collègues de nous dire ce qu’ils percevaient sur les femmes dans les divers champs historiques qui étaient les leurs. Nous ne rencontrâmes aucun refus, plutôt une sympathie un peu intriguée.

6De ce cours, l’ouverture se fit en fanfare et je ne puis résister au plaisir de l’évoquer. Le 7 novembre 1973 dans une salle comble, surchauffée par la présence d’étudiants gauchistes hostiles à notre projet, parce qu’ils estimaient que s’occuper des femmes, c’était se détourner de la révolution, faire diversion aux choses sérieuses, Andrée Michel, sociologue, pionnière, amie de Simone de Beauvoir, ouvrit le feu par un exposé sur « la femme et la famille dans les sociétés développées, en opposant deux « modèles », traditionnel et moderne. Elle fut, courtoisement mais vigoureusement, prise à partie par des garçons dont l’un lui reprochait de se référer à des « modèles » familiaux, alors que, disait-il, « nous, la famille, on n’en veut plus » ; et un autre, de ne pas évoquer l’orgasme, tout en caressant les longs cheveux d’une jolie blonde assise par terre, à ses côtés ; la salle était comble et il n’y avait plus une place disponible. Ce qui fit s’esclaffer les filles de l’assistance, solidaires de leur compagne : « Il faudrait peut-être lui demander son avis ? » Andrée Michel, que d’ailleurs son mari accompagnait, tant il était curieux du déroulement d’une séance visiblement insolite, expliqua avec une sérénité enjouée que « modèles » n’avait pour les sociologues aucun sens normatif et que l’orgasme n’était pas présentement son propos. On a du mal à imaginer aujourd’hui un tel brouhaha et à en percevoir les raisons. à l’automne 1973, parler d’histoire des femmes faisait figure d’événement.

7Après cette brillante et pittoresque entrée en matière, les cours suivants furent bien plus calmes. Nous pûmes écouter tranquillement parler du comportement de la femme préhistorique (Guy Dhoquois), de la situation respective des femmes américaines (Janine Rovet) et africaines : la doctoresse Retel nous ouvrit des horizons en présentant ses recherches sur la stérilité des femmes Nzacaras, victimes des maladies vénériennes, si seules dans leur honte (comme le sont aujourd’hui les femmes africaines contaminées par le sida).

8Signe des temps (l’horizon des années 1970) : nous consacrâmes deux séances aux femmes chinoises. Claudie Broyelle venait de publier La moitié du ciel, où elle célébrait les mérites du maoïsme qui intègre les femmes dans la production en les délivrant des tâches domestiques par les équipements collectifs. Dans la nouvelle culture, la sexualité, considérée comme une « invention bourgeoise » , n’était pas une priorité. Jean Chesnaux, qui rapportait ces analyses, prit soin de souligner que des « contradictions »  n’en subsistaient pas moins. Un optimisme presque identique parcourait la conférence sur « La situation de la femme maghrébine »  ; la conférencière (Fadela M’rabet s’était décommandée) insistait sur les difficultés persistantes du droit familial, en dépit du féminisme foncier du Coran : si le code tunisien était résolument moderne, le Maroc était nettement plus conservateur, et la situation encore fluctuante en Algérie, malgré l’action de l’Union des femmes. Tout de même, le taux de scolarisation des filles nous parut très encourageant (jusqu'à 23 % des effectifs de l’enseignement supérieur, nous dit-on).

9Au second semestre, Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Jean-Louis Flandrin, Emmanuel Leroy Ladurie, Mona Ozouf, Marc Ferro… nous parlèrent de la condition des femmes dans leurs périodes respectives. Ils le firent de très bonne grâce, considérant qu’il s’agissait d’une question légitime, mais en effet peu abordée. En somme, ce fut une ouverture « à la française », assez éloignée des controverses américaines dont nous prenions connaissances par ailleurs, notamment par les réunions du GEF, beaucoup plus conflictuelles parce qu’aussi plus soucieuses de discussion théorique. J’y ai pour ma part énormément appris ; j’y ai fait mon éducation féministe. Mais ceci est une autre histoire, dont parle Françoise Picq.

10De cette année 1973 à 1974, nous sommes plusieurs à garder un souvenir très vif. Elle fut en somme notre propédeutique. Par la suite, nous prîmes notre sort en main avec des cours plus affirmatifs, et à certains égards, plus classiques, sur « femmes et famille » , « femmes et travail » , « histoires des mouvements des femmes et des féminismes », etc… Ce fut l’occasion d’immenses lectures et de découvertes de textes (la collection « Mémoire des femmes » , dirigée par Odile Krakovitch nous révélait Maria Deraismes, Madeleine Pelletier, Hubertine Auclert, etc…). Il y eut encore des moments surprenants : telle la venue de Pierre Samuel qui, au vu de l’intitulé d’un cours, proposa ses services. Brillant mathématicien, professeur à Paris 7, il venait d’une famille d’hellénistes ; il demanda la permission d’écrire en grec au tableau, étonné et contristé de constater que les étudiants présents – des historiens pourtant ! – ne le suivaient pas. Il avait publié un ouvrage, Amazones, guerrières et gaillardes, où il démontrait que, dans la Grèce archaïque, les femmes maniaient le javelot et les armes avec maestria et étaient, à la course, aussi performantes que les hommes. Ainsi la soi-disant faiblesse des femmes n’était pas inscrite dans leur corps ; elle était le résultat pernicieux de leur immobilisation par la civilisation. Cet ardent défenseur de la vigueur féminine était arrivé en compagnie de Françoise d’Eaubonne, qui partageait son féminisme radical (il faudrait la relire aujourd’hui) et portait un feutre noir à larges bords, qui fit sensation. L’époque était effervescente ; nous avions l’impression de découvrir un monde nouveau ; aussi, nous nous amusions beaucoup.

  • 1  Françoise Thébaud, Écrire l'histoire des femmes, ENS/ Éditions Fontenay‑Saint‑Cloud, 1998.

11Par les cours, l’histoire des femmes prenait une place légitime dans les enseignements ; ils suggéraient des recherches, que nous proposions par ailleurs. Pour ma part, j’utilisais pleinement les possibilités académiques que ma nomination comme professeur m’autorisa, voir m’intimait désormais. Il y eut en effet rapidement une forte réponse étudiante, comme si notre initiative avait révélé une demande latente, qui ne cherchait qu’à s’exprimer. Demande presque exclusivement féminine ou plus timidement, homosexuelle. Il est vrai qu’il fallait un certain courage aux garçons pour s’aventurer sur ces chemins et dans ces lieux où le « patriarcat »  en prenait pour son grade et conçus par les femmes comme leur étant propres. Le GEF, on le verra par ailleurs, avait exclu les hommes ; mais c’était un groupe de réflexion (de prise de ­conscience, comme on disait aux USA) libre et non académique. Bien entendu, dans les instances ordinaires, il ne pouvait en être question et cela ne nous serait pas venu à l'idée. Mais, en fait, les hommes se sentaient mal à l'aise dans une réflexion dont ils pensaient qu'elle ne les concernait pas. À quelques exceptions près, cependant, hommage soit rendu à Christian Bonelloo, Jean‑Paul Burdy, Georges Ribeill et quelques autres qui prirent leur part dans cette démarche pas forcément gratifiante. C'est aussi qu'à ce stade, on pensait « femmes », et pas encore « genre » ou différence des sexes, bien que très tôt, on ait perçu que cette dimension s'imposait. On se situait dans une première phase d'exploration mémoriale et de quête identitaire, d'une « histoire au féminin » que Françoise Thébaud, témoin et actrice de ces premiers pas, a fort bien décrite dans son livre, Écrire l'histoire des femmes1, désormais indispensable guide de ce parcours historiographique, où d'ailleurs Jussieu est très présent.

  • 2  Publication partielle dans « 1914‑1918. L'Autre front », Cahiers du Mouvement Social, sous la dire (...)

12En effet, c'est là que, dès 1974, Françoise, Mathilde Dubesset et Catherine Vincent, élèves de l’ENS – Fontenay ou de Cachan, firent justement un mémoire de maîtrise pionnier sur « les ouvrières des usines de guerre de la Seine (1914-1918)2 », les fameuses « munitionnettes », dont jusque-là on ne connaissait que de trop gracieuses photos et les sempiternels clichés sur les « profiteuses » de guerre. Ce que les auteurs mirent fortement en doute, sans nier aucune des innovations dont la guerre fut l'occasion, inaugurant une réflexion très neuve sur « guerre et différence des sexes », destinée à bien des prolongements. Le choix de ce sujet manifeste, d'autre part, les liens avec l'histoire sociale, du travail et de la classe ouvrière dont, pour la période contemporaine, vinrent souvent les premières historiennes des femmes, comme s'il y avait transfert des figures de l'oppression et des catégories d'analyse. Les sociologues avaient suivi une démarche analogue, avec Évelyne Sullerot et Madeleine Guilbert, une de nos premières invitées, et dont Marie‑Hélène Zylberberg-Hocquard, très présente aussi à Jussieu dans ces mêmes années, était l'élève.

Séminaires

13Le modeste groupe de travail de 1973-1974 (nous étions une demi‑douzaine) se transforma, à partir de 1976, en un séminaire plus organisé, en raison de la demande croissante de maîtrises et bientôt de thèses que je m'efforçai d'accueillir et de coordonner. J'intercalais les séances thématiques et les exposés de recherche. Voici les thèmes des premières années « Travail » (1976), « Femme et famille » (1977), « Le corps et la mode » (1978), « L'espace de la ville » (1979), « Espace public, espace privé et femmes » (1980-1981), « L'écriture des femmes. Journaux intimes ». Cette année-là, Georges Ribeill apporta, pour notre plus grand plaisir, les cahiers d'une certaine Caroline, épave d'un journal d'une jeune fille du second Empire, qu'il avait trouvés aux Puces. Je tentai de faire de ce séminaire un lieu stable et ouvert où, le lundi soir, on pouvait toujours « passer ». Mon objectif était de favoriser la parole et les échanges, de faire circuler l'information, de stimuler la réflexion (le besoin de théorie se faisait de plus en plus sentir), de permettre à chacun de nouer des contacts, dans une perspective de réseau national et international. Il y eut des années à dominante grecque ou brésilienne, avec toujours des Italiennes, des Japonaises et, bien sûr des Américaines. Les Allemandes vinrent plus tard, grâce à Rita Thalmann qui rejoignit Jussieu en 1984. Toute chercheuse qui le souhaitait pouvait présenter sa recherche en cours ou les résultats de sa thèse. On assistait ainsi à une accumulation primitive en même temps qu'à une modification assez profonde des problématiques. Dans les premières années, par la force des choses, j'assurai la plupart des séances. Au fil du temps, le solo devint chœur et mon rôle fut davantage de présentation et d'animation. Le séminaire fut ainsi un lieu-témoin des mutations de la recherche sur les femmes, dont je regrette d'ailleurs de n'avoir pas conservé plus de traces écrites.

14Ce mouvement de recherches sur les femmes était général. Il traversait les disciplines et à Jussieu, nous bénéficions des apports de presque toutes. J'ai eu pour ma part des liens spécialement intenses avec la géographie sociale de Françoise Cribier – qui m'a poussée à prendre en compte les âges de la vie et singulièrement la vieillesse des femmes – avec les littéraires, les linguistes des civilisations, et bien sûr les sociologues. Plus épisodiquement – et je le regrette – avec les psychocliniciens. Je pense à Claude Revault d'Allones, qui vient de nous quitter. Déjà.

15Nous avions aussi des liens avec d'autres groupes de recherches, plus spécifiquement historiens, et notamment avec le groupe du Centre de recherches historiques de l'École des Hautes Études, qui, à partir de 1978-1979, se réunit autour de Christiane Klapisch-Zuber, Arlette Farge, Cécile Dauphin. L'histoire est une discipline très masculine et l'École en est un des sanctuaires. Nous éprouvions le besoin d'y pénétrer et de nous y affirmer, notamment par rapport aux Annales. Venues de Paris 7, Pauline Schmitt et moi, puis Yannick Ripa, Joëlle Guillais, le fréquentions assidûment, heureuses d'y retrouver Geneviève Fraisse, Danièle Voldman, bien d’autres, en marge de nos obligations professionnelles, dans une totale liberté, voire même une certaine clandestinité ! Ce groupe fut très efficace, soutint le colloque de Saint-Maximin (1983 : « Une histoire des femmes est-elle possible ? »), fournit l'équipe responsable de l'Histoire des femmes en Occident et opéra une certaine percée dans les Annales. C'est, bien sûr une autre histoire, mais où Paris 7 a été très présent.

Pénélope

16Le groupe de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et Paris 7 ont produit ensemble Pénélope, Cahiers pour l'histoire des femmes (1979-1985, 13 livraisons), que je voudrais évoquer pour finir. L'origine de Pénélope, c'est d'abord le projet éditorial ambitieux d'une revue franco-américaine d'histoire des femmes, proposée par les presses Blackwell (je crois) et Maurice Lévy. Le projet échoua d'une part en raison de l'abondance des revues dont disposaient déjà les Américaines et d’autre part en raison de notre manque d'enthousiasme : dans l'état de nos faibles forces, il nous paraissait éreintant par avance, voire incongru d'assumer la direction d'une revue rédigée essentiellement en anglais et dont nous devrions assurer toute la logistique. C'était trop tôt sans doute.

17Mais à la faveur des pourparlers, une équipe s'était constituée, appuyée notamment sur les historiennes de Jussieu rattachées au GEF et celles du Centre de Recherche Historique de l'EHESS. Le titre, controversé, de Pénélope fut choisi pour sa dimension temporelle et anthropologique, comme pour sa valeur symbolique. L'attente des femmes pouvait se révéler une grande force. Nous n'avions pas les moyens de faire une revue, d’où la formule des Cahiers, semestriels, aux saisons intermédiaires (automne, printemps). Chaque cahier, autour d'un thème ou d'un problème, dont le choix faisait l’objet de discussions collectives, entendait faire le point de recherches achevées ou en cours, par des articles très courts qui permettraient une large participation des femmes ou des hommes engagés dans une recherche liée au thème, qu'elle soit universitaire ou non. Nous demeurions très soucieuses de ce qu'on appelait le « hors institution », qui avait si fortement marqué les premières recherches. Le comité de rédaction était élu par assemblée générale annuelle. Mais chaque numéro était confié à une ou deux responsables appuyées par de petites équipes autonomes. D'abord financé par Paris 7 (via GHSS et le GEF), Pénélope le fut ensuite par une association de type 1901 et réussit à s'autofinancer par abonnements et dons. En revanche, Paris 7 continua de fabriquer les Cahiers, grâce à la compréhension du responsable des services centraux de la reprographie, Monsieur Luchescou, aujourd'hui décédé. Grand sportif – son bureau de Jussieu était rempli des coupes gagnées en diverses compétitions (de rugby, je crois), probablement assez macho, il était convaincu qu'il fallait « soutenir les femmes » et je garde de son accueil et de son soutien le meilleur souvenir. M. Luchescou fabriquait la revue pour rien ; nous payions seulement les fournitures. Jusqu'au jour où le syndicat (le puissant syndicat du Livre) s'inquiéta de cette entorse aux règles et obligea à facturer la main-d'œuvre. Du coup, nous ne pouvions plus assurer le financement, les abonnements n’étant pas suffisants. Même un peu améliorée par l’intervention des éditions Tierce, la diffusion n'était pas bien organisée. Le bénévolat régnait ; c'est ainsi que la maquette des Cahiers avait été dessinée, de manière très élégante, par le compagnon de Caroline Rimbault, historienne rattachée à l'EHESS, auteur d'une thèse sur « la presse des femmes au XVIIIe siècle ».

18De 1979 à 1985, date de son interruption, Pénélope avait publié treize numéros : la Presse (avec l'article de Liliane Kandel sur la presse féministe depuis 1970, repris par Le Débat), l'Éducation des filles, la Création, le très novateur Femmes et Science, La femme soignante, Les femmes et la violence, Les femmes et la terre de Rose-Marie Lagrave, Femmes et folie de Yannick Ripa, et encore, Femmes et machines, Femmes au bureau, Vieillesses des femmes réalisé par Françoise Cribier, dernière livraison d'une tentative intéressante, très marquée par son époque, plus descriptive que théorique et très fragile matériellement. La comparaison avec Clio, fondée dix ans après, en 1995, par une équipe qu'anime Françoise Thébaud, devait montrer les changements, fort encourageants à tous points de vue.

19Jussieu, encore une fois, n'était qu'un point, dans un mouvement beaucoup plus général, venu d'un désir militant, souvent extérieur à l'université, mais qui prenait appui sur elle. On trouvait des situations similaires à Aix-Marseille, autour d'Yvonne Knibiehler et du BIEF, à Toulouse, autour de Rolande Trempé, Marie-France Brive et Agnès Fine ; à Paris VIII (Madeleine Rebérioux), Lyon (moins en histoire qu'en psychologie sociale), Nantes (Michèle Bordeaux) et quelques autres lieux. Nous avons été partie prenante de la plupart des colloques, qui ont rythmé le développement de la recherche. En 1975, au colloque sur « les femmes et les sciences humaines », (couvent de la Baume à Aix-en-Provence) dominé par la psychanalyse et l'histoire (et leurs controverses), nous étions venues nombreuses de Jussieu et je pus présenter un « bilan » (premier d'une longue série !) des recherches entreprises. Il y eut 1978, Vincennes :  « Les femmes et la classe ouvrière » ; puis les grands colloques de Toulouse (1982, « Recherches sur les femmes et études féministes » : un sommet ; 1989 « Les femmes et la Révolution française »). Mais cela excède le présent propos qui était d'évoquer les commencements, les « enfances – Jussieu » de l'histoire des femmes.

20Oui : un bon, un très bon souvenir dont j'ai sans doute tendance à gommer les fatigues, les inquiétudes, les conflits, pour garder la mémoire d'un élan joyeux et complice, entre nous et avec les étudiants, les étudiantes surtout, qui nous ont si constamment soutenues, épaulées, stimulées par leur attente, leur écoute, leur regard, leurs questions, leur demande de plus en plus insistante. À elles surtout, je dédie cette chronique.

Haut de page

Notes

1  Françoise Thébaud, Écrire l'histoire des femmes, ENS/ Éditions Fontenay‑Saint‑Cloud, 1998.

2  Publication partielle dans « 1914‑1918. L'Autre front », Cahiers du Mouvement Social, sous la direction de Patrick Fridenson, Éditions ouvrières, 1977,  p. 189‑ 219

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Perrot, « Les premières expériences », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 13-22.

Référence électronique

Michelle Perrot, « Les premières expériences », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 20 juin 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cedref.revues.org/253

Haut de page

Auteur

Michelle Perrot

Histoire, Université Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org