Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

Présentation

Pauline Schmitt Pantel
p. 11-12

Texte intégral

1Entre histoire et mémoire, nous tentons de nous souvenir, de dire, de transmettre, de faire comprendre ce que furent ces années à Jussieu où, depuis des territoires voisins, nous nous sommes retrouvées dans une volonté commune de lier notre prise de conscience féministe avec, pour les unes, nos études, pour les autres, notre métier déjà d’enseignantes et de chercheuses. Chacune raconte un brin de cette histoire, les souvenirs se recoupent parfois, ils se complètent le plus souvent parce que nous avons souhaité couvrir le mieux possible la diversité des expériences de ces années : enseignement de l’histoire, de la sociologie, groupes de recherches pluridisciplinaires, rencontres avec d’autres féministes de France et d’ailleurs, création de revue, préparation de colloque, participation à une certaine institutionnalisation des recherches féministes. Nous avons donc réparti les rôles, mais chacune parle de ce qui lui tient à cœur, de ce dont elle a été la plus proche. Le ton est personnel comme l’était l’engagement alors dans des groupes et des actions, un engagement qui, à vrai dire, allait de soi. Rarement les barrières ont paru plus minces entre une vie quotidienne faite de revendications, de manifestations et de luttes pour obtenir nos droits, et Jussieu, lieu d’apprentissage et de diffusion du savoir, dont le parvis était transformé dans ces années-là en une vaste caisse de résonance de bien d’autres slogans politiques. Nous n’étions pas vraiment sur le parvis, mais dans des salles de cours bondées et enfumées puis dans les pièces plus exiguës des séminaires. Nous n’avions pas le sentiment de détenir un savoir mais plutôt celui d’apprendre sans cesse, nous passions des heures dans des livres austères de démographie historique pour sortir désespérées de n’avoir pas trouvé un paragraphe de synthèse sur la mortalité des femmes en couches, il nous fallait fabriquer nous-même nos documents de réflexion, nous découpions les articles dans les journaux et les commentions « à chaud » dans le prochain groupe de travaux dirigés, passant par exemple d’une enquête de Claude du Granrut « Les femmes transformeront-elles le monde du travail ? » du 21 novembre 1973 à la résolution du ministère de l’éducation qui voulait organiser des stages de formation professionnelle pour les femmes de trente à quarante ans, désirant reprendre un emploi « après l’interruption due aux obligations maternelles » (8 mars 1974). Nous lisions et travaillions sur « Le harem et les cousins » de Germaine Tillion une semaine, « La cause des femmes » de Gisèle Halimi la semaine suivante, nous décortiquions un « Au fil de la semaine » de Pierre Viansson-Ponté dans « Le Monde » (20 janvier 1974) qui comparait sous le titre « Deux femmes » le sort de Alice C. de la Ferrière-aux-Etangs, trente six ans, dix enfants, qui, après avoir dissimulé le corps de sa mère morte sous le plancher de sa cabane, est dénoncée par une pétition de vingt-cinq habitants du village de l’Orne et part en prison, et le sort d’une Américaine surnommée Pandora, diplômée de psychologie, qui venait de créer un nouveau job lucratif « assistante sexuelle », et le journaliste concluait à « deux univers séparés par des millions d’années-lumière ». Nos « provinces » d’origine (pour moi par exemple l’histoire ancienne) et nos « spécialités » étaient sans importance, oubliées, il y avait mieux à faire, et le contemporain avait la première place. Nous placardions des affiches représentant une jeune femme coupée en deux, une moitié en tablier et bigoudis, une autre moitié en jupe sexy et frisettes, une main soulevant un marmot, une casserole et une cuillère, l’autre tenant un téléphone, un bloc note et un crayon, sous le slogan : « double journée, demi-salaire, y’en a marre ». Le va-et-vient entre une expérience personnelle forcément différente pour chacune d’entre nous en raison de l’âge, de l’insertion sociale, de la vie familiale, de l’engagement dans des groupes politiques, et une action-réflexion menée en commun sur les femmes d’aujourd’hui, d’hier, d’ailleurs, d’un point de vue juridique, sociologique, psychologique, politique, anthropologique, historique, donnait au quotidien une saveur extrême, nous faisait exister au présent. C’est la chronique précise de cette aventure dans tous ses détours qui est ici rappelée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Schmitt Pantel, « Présentation », Les cahiers du CEDREF, 10 | 2001, 11-12.

Référence électronique

Pauline Schmitt Pantel, « Présentation », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 10 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/252

Haut de page

Auteur

Pauline Schmitt Pantel

Histoire, Université Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org