Navigation – Plan du site
Témoignages

La lutte des « Sans-papières »

Entretien de Madjiguene Cissè avec Catherine Quiminal
Madjiguene Cissè et Catherine Quiminal
p. 343-353

Texte intégral

1Durant les années 1970-1980, l'immigration se déclinait au masculin. Les luttes dans lesquelles les femmes africaines ont joué un rôle important, de manière répétée, leur apparition sur la scène publique, leur regroupement dans de multiples associations figurent en bonne place parmi les facteurs qui ont contribué à la visibilité des femmes en migration.

2Voici plus de quatre ans que certaines d'entre elles, de nationalités différentes, se sont engagées dans la lutte des sans-papiers. Madjiguene Cissè, présente dès les premiers jours de cette lutte, Déléguée à la Coordination Nationale des sans papiers vient de publier un ouvrage, Parole de sans papier, dans lequel elle consacre un article aux « sans papières ».

3Il nous a semblé important, dans le cadre de ce numéro, de lui donner la parole, de l'interroger sur la complexité, parfois la dureté des relations qu'elle a dû tisser avec les femmes et les hommes de ce mouvement, français et étrangers, sur la violence des situations qu'elle a dû affronter.

4C.Q. : Madjiguène, tu viens de publier un livre Paroles de sans papiers dans lequel tu consacres un chapitre aux « sans papières ». Est-ce toi qui a décliné au féminin cette appellation que le mouvement s’est donnée afin d’éliminer le terme de « clandestin », est-ce une appellation que vous utilisiez entre femmes, qui circulait dans le mouvement ?

5M.C. : Oh non ! c’est une appellation qui ne circulait pas dans le mouvement, mais c’est plutôt entre femmes africaines d’origine étrangère et femmes françaises, en rigolant comme cela, on a dit pourquoi on ne dirait pas des sans papières, on a trouvé que ça sonnait bien et depuis lors c’est passé. Même dans la presse. Il y a eu des journaux qui ont parlé des sans papières.

6C.Q. : Tu rappelles que dans le Collectif de Saint-Ambroise, dès le début, il y avait un groupe important de femmes, est-ce que tu peux préciser sociologiquement qui étaient ces femmes ?

7M.C. : Essentiellement, au tout début, il n’y avait que des femmes d’Afrique noire, comme je le dis dans le bouquin, la plupart du Mali, des Sénégalaises aussi, mais on n’était pas très nombreuses les Sénégalaises, on était une vingtaine seulement, quelques femmes guinéennes, puis on a été rejointes par des femmes maghrébines, mais pas nombreuses non plus, elles étaient sept ou huit. Essentiellement le grand groupe c’est les femmes maliennes qui venaient pratiquement toutes d’une région rurale du Mali. Elles avaient tout juste transité par Bamako pour rejoindre leurs maris, c’étaient essentiellement des femmes d’origine paysanne, à part une ou deux, là je parle des Maliennes, parce que les Sénégalaises c’est le contraire, elles sont toutes d’origine urbaine, elles viennent toutes de Dakar, ou d’une grande ville, de Kaolak, etc. Ce sont dans leur majorité des femmes qui n’ont pas de qualification, qui ont des problèmes pour parler le français, et qui rencontrent des problèmes à cause de ce que je viens de dire pour trouver du travail. C’est un peu ça la composition sociologique au niveau des femmes, milieu traditionnel rural, arrivées par le biais du regroupement familial parce qu’il n’y en a presque pas eu qui étaient venues toutes seules. En tant qu’aventurières, il y en a très très peu.

8C.Q. : Comment ont-elles osé participer à ce mouvement, s'y engager activement ?

9M.C. : Elles ont osé parce que la situation dans laquelle elles vivaient était dure. Elles sont venues en fait retrouver les maris. Elles ne se doutaient pas des problèmes juridiques qu'elles allaient rencontrer. Des fois le mari avait une carte de séjour qu’il n’a pas pu renouveler, mais le plus souvent la femme est venue avec un visa de tourisme de trois mois et est restée, c’est la situation type. Elles  se sont retrouvées rapidement sans papiers. Il y en a eu très peu sur les quatre-vingts qui avaient déjà obtenu les papiers. Mais c’étaient surtout les maris qui étaient « réguliers » et les femmes non. Alors les femmes se sont dit qu’il fallait aussi peut-être rejoindre le mouvement pour pouvoir obtenir les papiers pour elles aussi et c’est ce qui explique que dès le début à Saint-Ambroise déjà il y avait un groupe important de femmes.

10C.Q. : Quelles étaient, au début, la ou les positions des hommes quant à la participation des femmes ? Est-ce qu’il y a eu des débats sur cette question ?

11M.C. : Oui, il y a eu des débats parce que les hommes ont voulu en fait reconduire le schéma un peu traditionnel africain : c’est-à-dire, les femmes s’occupent du ménage, des enfants, etc., les hommes, du rapport avec la police, les institutions, la politique, schéma peut-être européen même, parce qu’on se rend compte que ce point de vue ça n’a pas beaucoup bougé ici non plus, hein ! Ils ont dit : « Nous on s’occupe de la lutte ». Les femmes ont dit non, « nous on veut les papiers aussi ». Les A.G. ont été mixtes dès le début, mais les hommes nous disaient quand même, « on va élire des délégués, mais c’est pas la peine qu’il y ait des candidates », on leur a dit « pourquoi pas ? ». Toutes les femmes ont réagi comme cela, elles ont dit, « mais nous aussi on est là, on est sans papiers, on a notre mot à dire, on veut aussi que les femmes soient représentées dans le collège des délégués » et c’est ainsi qu’on a pu avoir deux représentantes sur dix. On était deux femmes sur dix délégués au tout début. Mais la deuxième, une Malienne a été tellement traumatisée par les hommes maliens, qu’elle a abandonné, elle ne pouvait pas continuer la course. Ils voyaient d’un mauvais œil qu’une femme soit présente à l’assemblée des hommes, ait son mot à dire, etc., c’était pas simple, elle a dû abandonner parce qu’ils lui disaient, « qu’est-ce que tu fais là », d’autant plus qu’elle était mariée, « pourquoi c’est pas ton mari qui est délégué, pourquoi c’est toi qui es déléguée » c’était cela. C’était pas simple. Il a fallu s’imposer.

12C.Q. : Justement je me demandais comment vous avez réussi à vous imposer comme déléguées ?

13M.C. : Comme les femmes étaient un groupe nombreux, un groupe important, on a dit « non, on veut des femmes » et les déléguées femmes ont été choisies par l’assemblée grâce aux votes des femmes. Le groupe s’est rendu compte aussi que les femmes apportaient quelque chose d’important et d’intéressant. Les femmes trouvaient qu’on faisait quand même des choses comme elles le souhaitaient et donc elles ont appuyé notre élection, elles ont voté pour nous. Alors. C’est ainsi qu’on a pu avoir deux déléguées femmes pendant un certain laps de temps, et une déléguée qui a dû abandonner devant les attaques répétées des hommes. Ils ont tout fait pour nous décourager, avec moi ça n’a pas marché, et finalement ils m’ont dit « on n’avait jamais vu une femme comme toi ». C’est eux qui ont abandonné.

14C.Q. : Tu dis que dans la lutte, les femmes ont eu un rôle particulier. Tu dis, je cite, « un rôle de ciment ». Que veux-tu dire ? Elles étaient conciliatrices quand il y avait des conflits, tu peux préciser un peu ?

15M.C. : Quand il y avait des conflits, c’est grâce aux femmes que nous sommes arrivés à les résoudre. Ce sont les femmes qui, par leur perspicacité, par leur sang-froid (elles ont fait preuve de beaucoup de sang-froid) sont arrivées à cimenter le groupe parce que le gouvernement de droite de l’époque a essayé de nous diviser. Les premières propositions c’était « bon d’accord on va faire un groupe plus petit, les autres vont rentrer à la maison ». Là ce sont les femmes qui ont refusé, qui ont dit « non, le groupe il est bien comme cela, si on le scinde déjà, il va être trop petit, est-ce qu’on aura assez de force, etc. », ce sont les femmes qui ont dit « non, l’idée de scinder le groupe n’est pas une bonne idée », et ce sont les femmes qui se sont dit que si jamais les célibataires étaient lâchés, ils n’auraient jamais les papiers, ce qui est vrai aussi, les célibataires c’est le groupe de femmes qui les a protégées en fait parce qu’ils étaient la cible de Debré. Debré, il a dit devant toutes les télés à l’époque « les célibataires, déboutés du droit d’asile, ils n’auront jamais les papiers » c’est ça qu’il avait dit. À chaque fois aussi qu’il y avait des tentatives de divisions comme cela, ce sont les femmes qui ont sauvé la situation. J’ai raconté dans le livre l’épisode du 15ème arrondissement où on nous avait proposé de reloger cinquante familles, même pas toutes les familles. Des familles bien choisies, dont les dossiers étaient bien. Ce sont les femmes qui ont dit non. Les femmes ont dit non, les hommes eux étaient tentés quand même, après l’errance dans Paris, on avait changé d’endroit au moins six, sept fois. Ces hommes étaient tentés de rentrer chez eux et de faire confiance au curé de la paroisse du 15ème. Ce sont les femmes qui ont dit « non ! attention !, le curé déjà nous on ne le connaît pas, il nous a été présenté par SOS Racisme, on a eu de problèmes avec SOS. Est-ce qu’on peut faire confiance au curé ? » Nous on pensait si on lui confie nos dossiers, on revient à la case départ, ça a été l’analyse des femmes après une réunion, tenue entre femmes seulement, où il n’y avait que nous, et quand on est sorties on a convoqué l’assemblée générale, on leur a dit : « Voilà, nous notre décision, c’est simple : on continue ». Et c’est là que les hommes ont dit « Ah ! si les femmes veulent continuer toutes seules, on est obligé de rester avec elles ». C’est un exemple, mais qui s’est répété.

16CQ : Vous aviez des réunions de femmes ? Entre femmes seulement ? Des réunions au cours desquelles vous preniez des décisions ?

17M.C. : La mairie du 11ème, personne n’était au courant, la manifestation du 11 mai, c’était une décision des femmes. On a occupé la mairie du 13ème, la Journée nationale pour les droits de l’enfant, etc. , les manifestations hebdomadaires devant l’Élysée c’étaient des initiatives prises par les femmes, mais rien qu’entre femmes. Alors moi je pense que quand même c’était important. Il n’y aurait eu au départ que des hommes, la lutte n’aurait jamais eu le même impact, c’est sûr.

18C.Q. : Quels types de rapports avez-vous eus avec les associations de femmes ou féministes ?

19M.C. : Les associations de femmes ont été les premières à répondre à notre appel, je me souviens à Saint-Ambroise déjà, on a eu les copines de la Maison des Femmes, les copines de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie, les copines de la CADAC. Dès Saint-Ambroise, les femmes ont été là, peut être parce qu’il y avait déjà un nombre important de femmes, moi je suis sûre que ça a joué dans la suite. Elles sont venues aussitôt à l’appel, car elles ont vu aussi les femmes à la télé avec les enfants. Elles sont venues, elles ont posé des questions sur la situation des femmes, sur leurs besoins aussi et la chaîne de solidarité a fonctionné aussitôt. Dès qu’elles sont reparties, elles sont revenues avec des duvets, avec du lait, etc. Et c’est là, à Saint-Ambroise que le contact s’est tissé, et les relations ont été très profondes parce qu’on a eu aussi à discuter entre femmes étrangères et françaises, ça c’était important. Comme je l’ai dit dans le bouquin, la complicité est plus facile entre femmes. On s’est vite entendues et l’aboutissement aujourd’hui c’est la création d’un réseau pour l’autonomie juridique des femmes étrangères. C'est important, parce que nous on était dans le groupe mais on avait des problèmes spécifiques que nous vivions parce que nous sommes des femmes, on s’est dit que c’était bien de continuer au-delà de Saint-Bernard avec des femmes de tous collectifs, à discuter sur nos problèmes spécifiques, sur comment essayer d’attirer l’attention des responsables de l’État sur les spécificités de notre situation, etc., et on a même rédigé un manifeste qui a déjà été amendé et qui sera rendu public dimanche 28 novembre à notre réunion à la Maison des Femmes de Paris. C’est un travail vraiment fructueux qui nous a apporté beaucoup. Je pense que nos copines françaises ont beaucoup appris aussi. Il y en avait qui côtoyaient des Africaines pour la première fois. C’est la première fois qu’elles vivaient comme ça avec nous, qu’elles partaient la nuit, on allait chez elles, etc. Il y en a pour qui ça a été une découverte aussi et qui sont même allées jusqu’à faire le voyage en Afrique. On a des copines qui sont parties au Mali, qui sont allées dans des villages où il y avait des sans papiers qu’on connaissait ici. Voilà, ça a été une expérience enrichissante de part et d’autre.

20C.Q. : Beaucoup de femmes avaient des enfants, il y a eu des organisations collectives pour permettre aux femmes justement d’être disponibles, de participer aux A.G. pendant le mouvement ?

21M.C. : Oui c’est ça qu’on a organisé, et ça on l’a organisé justement avec les femmes françaises qui étaient là. Certaines amenaient les enfants à la ludothèque, amenaient les enfants par exemple assister à un arbre de Noël qui était organisé par un syndicat ou par une autre association. Il y en avait qui s’occupaient d’amener les enfants à l’hôpital quand ils étaient malades, passer la visite, il y en a qui s’occupaient aussi d’organiser des sortes de crèches, par exemple. Nous quand on avait certaines actions dures, il y avait des femmes qui gardaient les enfants pendant que nous on allait occuper ou qu’on était évacués par les C.R.S. ça a été une forme d’organisation très intéressante.

22C.Q. : Est ce que les femmes qui ont participé au mouvement se revoient entre elles maintenant ?

23M.C. : Oui, bien sûr. Il y a des réunions régulières pour revoir les cassettes, les films (rire), il y a les souvenirs toujours, « Ha la la ! comment il s’appelle ? ». « Ah ! celui-là, on le voit plus ». Il faut dire que ce sont des femmes qui se connaissaient avant, ça c’est important. Ce sont des femmes qui se connaissaient dans la mesure où, en ce qui concerne les Maliennes, elles sont originaires pratiquement toutes de la même région. Des fois c’est des cousines, presque de la même famille, de telle sorte que les liens sont restés, les gens se voient régulièrement dans des fêtes, les baptêmes, les mariages, etc., ou pour organiser tout simplement une fête entre Africains... Les liens sont restés, moi je les vois toutes.

24C.Q. : Est-ce que les points de vue des hommes ont un peu changé sur les femmes ?

25M.C. : Beaucoup. ça a été une petite révolution même. Je dirais, sans exagérer, parce qu’une lutte c’est la meilleure école de formation, ce que nous avons appris en quatre ans, pratiquement on ne l’aurait jamais appris en dix ans, vingt ans, c’est sûr. Les femmes ont affirmé un besoin d’émancipation. C’est comme cela, et il y a eu même des frictions entre les couples. Il y a des hommes qui trouvaient que leurs femmes exagéraient un peu d’aller à la manif et « de me laisser le bébé, qu’est-ce que ça veut dire, etc ». Mais il y a eu une transformation au niveau du couple traditionnel africain au point où les journalistes qui venaient nous voir s’étonnaient de voir que ce sont les hommes qui faisaient la cuisine. Il y a une équipe de M6 qui vient au 32, qui me dit : « On voudrait bien voir votre cuisine », je les amène, ils ne trouvent que des hommes en train d’éplucher des légumes. « Mais en Afrique ce sont les femmes qui font la cuisine », je leur dis « mais on n’est pas en Afrique justement ! ». Les femmes ont éprouvé ce besoin-là d'être libre, de choisir leurs activités, et l’ont dit, et l'ont imposé. Les hommes ont dû aussi changer un peu leurs façons de faire. On s’est retrouvées avec des hommes qui ont même encouragé leur femmes à suivre des cours d’alphabétisation, parce que nous on organisait aussi des cours d’alphabétisation au sein du groupe, toujours avec une majorité de femmes, étudiantes surtout, et d’autres copines, enseignantes, etc., qui venaient régulièrement donner des cours de français aux femmes. Les hommes ont même accepté que leurs femmes apprennent le français, participent aux actions, et je pense que ça a changé aussi quelque chose, même quand les gens sont retournés à la maison. Une preuve, la plupart ont trouvé du travail par la suite.

26C.Q. : C’est une grande école d’intégration, finalement ?

27M.C. : La plupart ont trouvé du travail. Elles travaillent, elles vont, elles viennent et dans la lutte pour les papiers les gens ont appris à lutter pour d’autres choses aussi. Quand elles ont obtenu les papiers, ce sont les femmes qui étaient aussi à la pointe du combat pour le logement. Elles se sont battues comme elles le faisaient du temps des papiers. Elles sont allées faire le siège à la Mairie du 10ème. Elles ont dit : « Nous on veut un logement, maintenant on travaille tous les deux, on a de quoi payer »... et il y en a qui commencent à être logées par les mairies. Moi je trouve que ça a été une bonne époque.

28C.Q. : Les femmes africaines, finalement sont spécialement dynamiques. Depuis plusieurs années elles participent aux luttes :Square de la Réunion, Boulevard de le Gare, Esplanade de Vincennes, mouvement des sans papiers, elles ont aussi créé beaucoup d’associations de femmes africaines. Est-ce que tu as des idées sur les raisons de ce dynamisme ?

29M.C. : Je pense que c’est en Afrique déjà qu’il y a cette façon de se regrouper. C’est quelque chose qu’elles ont importé si tu veux, parce que, en milieu urbain c’est très très frappant, les femmes ont des sortes d’associations par quartiers dans lesquelles elles organisent des tontines par exemple, où elles s’organisent pour aider celles qui traversent des difficultés financières ou autres. Au village aussi c’est pareil, au village c’est encore plus facile, il y a des classes d’âges, des solidarités féminines... Je pense que c’est ça que nous avons transposé ici, parce qu’en Afrique c’est comme ça que ça fonctionne.

30C.Q. : Oui, mais en Afrique, dans les villages, elles n’ont pas la parole sur la place publique.

31M.C. : Oui mais entre elles, elles ont la parole. Même en ville, elles n’ont pas souvent la parole sur la place publique, mais entre elles, elles ont la parole. Elles s’organisent entre femmes, quoi. Moi je crois que c’est une forme de résistance par rapport au machisme qu’elles vivent, aux statuts, c’est une façon de se protéger. Comme elles n’ont pas tellement la parole, elles se la donnent et essaient de s’organiser entre elles.

32C.Q. : Est-ce qu’il y a des choses que tu souhaiterais ajouter concernant ton expérience personnelle, parce que j’imagine que ça a dû être très dur de tenir si longtemps et face à de si nombreux obstacles ?

33M.C. : à la conférence de presse, il y a quelqu’un de la C.G.T. qui le disait « C’est une des luttes les plus longues de ce siècle » et des plus dures aussi, parce qu’une lutte qui peut se terminer dans une prison ou dans un centre de rétention, c’est pas facile. Il a fallu faire preuve de courage quand même, et moi j’en profite pour rendre hommage à ces femmes-là, Africaines, mais pas seulement Africaines, il faut le dire. Voilà, c’est ça qu’on avait oublié parce que les autres femmes, si elles n’ont pas été aussi « dynamiques », elles ont été présentes quand même. Les femmes turques (par exemple, le Troisième Collectif), les femmes chinoises qui se sont toujours mobilisées en grand nombre, qui ont été très présentes aussi. Je pense que les femmes, je le dirais sans hésiter, ont été le moteur de cette lutte des sans papiers.

34C.Q. : Tu parlais aussi des discriminations. Tu penses que le mouvement a été traité de manière particulière par le gouvernement et par la police, parce qu'il s'agissait d'étrangers, que certains comportements relèvent du racisme ?

35M.C. : Oui c’est sûr. Les traitements qu’on a subis, les humiliations, c’est parce que nous sommes étrangers et aussi que nous venons de pays pauvres. Oui, je pense... ils pourraient jamais traiter un groupe d’Allemands comme ils nous ont traités. Oui ce serait le scandale !. Il y a Bonn qui taperait sur la table, le problème c’est qu’avec nous, il n’y a personne qui tape sur la table. Nos ambassadeurs, ils sont contents de faire plaisir à Paris... nos chefs d’État aussi, du reste. Mois je pense que c’est ce qui explique notre désir d’autonomie, tu vois, parce que quand tu te dis : « Moi, je viens d’un pays, mais le gouvernement il ne défend pas mes intérêts, je suis dans un pays étranger mais ma représentation diplomatique je n’ai rien à attendre d’elle. Alors on est obligés de se battre nous-mêmes pour obtenir quoi que ce soit ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madjiguene Cissè et Catherine Quiminal, « La lutte des « Sans-papières » », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 343-353.

Référence électronique

Madjiguene Cissè et Catherine Quiminal, « La lutte des « Sans-papières » », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 28 août 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/220

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org