Navigation – Plan du site
Regards sur la littérature et la recherche

« Femmes immigrées » et autres désignations problématiques, ou comment parler des « immigré(e)s » sans pérenniser un statut transitoire ?

Gabrielle Varro
p. 295-316

Texte intégral

« La langue peut être envisagée à l'intérieur de la société comme un système productif : elle produit du sens, grâce à sa composition qui est entièrement une composition de signification et grâce au code qui conditionne cet agencement » (Benveniste 1968, II : 100).

« Un oiseau-mouche est un oiseau, un poisson-chat est un poisson » (Ibid. : 147).

1Les chercheur(e)s en sciences sociales ont souvent un sentiment de malaise face aux désignations qu'ils emploient car désigner, c'est affecter l'autre (au double sens de catégoriser et de le/la toucher dans son identité même). En effet, lorsqu'on expose un problème ou une question sociale, nommer celles et ceux dont on parle, qui sont concernés par la question ou le problème, est incontournable. Mais on prend toujours le risque de pérenniser des situations ou des représentations qu'on cherche au contraire à modifier, sachant que les désignations ont non seulement des retombées concrètes dans la vie quotidienne mais contribuent à construire et/ou à perpétuer les réalités sociales et personnelles. Tel est, me semble-t-il, le cas de la désignation « femme immigrée », qui pose à la fois l'importance et la difficulté de nommer.

2Certaines appellations sont employées au sujet d'autrui mais jamais ou rarement par soi-même pour soi-même. Il se produit alors une tension entre désignateur et désigné(e), proprement politique, faite, d'un côté, de l'intention d'enfermer des gens dans une catégorie et de l'autre côté, de la volonté (voire la rage) d'en sortir. Je n'entrerai pas ici dans les divers types de réponses apportées par les désigné(e)s, dont la rétorsion est une des stratégies les mieux connues, permettant de reprendre un terme péjoré à son compte et le retourner à son profit.

  • 1  Mais voir le cri de cœur de la confédération des bouchers et charcutiers (Libération du 24 novembr (...)

3Quand une auto désignation et une hétéro-désignation se rejoignent, le terme peut prendre une stabilité consensuelle et tout le monde, y compris l'intéressé(e), s'accorder pour juger qu'il lui « colle » bien. C'est notamment le cas des noms de certaines professions et métiers1. La catégorisation socioprofessionnelle est en effet un bon test pour savoir s'il y a plutôt consensus ou plutôt tension autour d'une désignation et pour comprendre les univers sémantiques (qui tournent surtout autour des notions d'ouverture ou de fermeture) qui déterminent ses connotations. En évoquant les différentes catégories de personnel d'une entreprise, par exemple, on voit que le classement suit une hiérarchie à la fois de prestige et de salaire (les personnels les plus hauts placés sur l'échelle des postes le sont aussi sur l'échelle des rémunérations). Les plus hauts placés jouissent en même temps de réseaux plus étendus, d'un espace social plus vaste, d'une autonomie plus grande, que ceux qui sont placés plus bas sur l'échelle. Pour objectifs qu'ils soient, les mots directeur et secrétaire, de même que les mots homme et femme, véhiculent non seulement des fonctions mais des associations, diverses selon les contextes mais d'où l'ordre hiérarchique et le rapport de forces sont rarement absents.

4De ce point de vue, il est clair que dans l'expression « femme immigrée », aucun des deux termes – ni femme ni immigrée – n'est dépourvu de connotations péjorantes, comme en témoigne le dictionnaire : dans le Nouveau Petit Robert (1994), le mot « immigré » est illustré par une citation qui enferme la personne ainsi désignée dans un statu quo d'où il devient presque impossible de s'échapper : « « Le premier immigré demeure, sa vie durant, un homme de son pays d'origine » (Sigfried) ». Le mot « femme » se trouve illustré par une citation d'André Malraux : « une femme est aussi (sic) un être humain » (le mot « homme », lui, bénéficie d'une citation plus valorisante : Francis Ponge : « l'homme est l'avenir de l'homme »). Il devient parfaitement superflu, dans ces conditions, de se demander si la co présence des deux termes dans « femme immigrée » atténue, aggrave ou annule les connotations qui se rattachent à l'un et à l'autre !

5La nomination est donc une opération discursive fondamentale et incontournable mais selon la manière dont les gens reçoivent les désignations qui leur sont destinées, en les adoptant, les refusant, les contestant, les reformulant, etc., elle influe sur leurs sentiments d'identité. Je n'envisagerai ici que le premier aspect — l'hétéro-désignation — en renvoyant, pour les questions d'intériorisation et de gestion des identités en rapport avec les désignations, à d'autres travaux (cf., par exemple, Taboada-Leonetti 1990, Geneviève Vermès 1997).

Confection des désignations et enjeu des représentations pour les intéressées

6L'examen du statut de la désignation – femme immigrée – qui paraît d'autant plus « naturelle » et indiscutable qu'elle est utilisée dans certains milieux (administratifs mais aussi de recherche, comme nous le verrons plus loin) comme désignant une catégorie particulière de femme, nous amène à constater l'étroitesse des catégories et à prendre la mesure de l'enfermement des êtres de chair et d'os dans des classifications qui, par leur effet métonymique (réducteur), s'apparentent à l'injure raciste ou sexiste (Larguèche 1997). Pas une femme mais une femme immigrée : la précision — qui se voudrait factuelle, objective — n'est pas anodine. Elle est une des manières dont le « sens » vient aux mots et dont la représentation de l'existence vient aux choses et aux gens. Car si la désignation est une façon de « faire exister », ou de reconnaître l'existence de quelqu'un, la composition (les noms composés, par exemple) est une façon de le/la faire exister d'une certaine manière, par l'affectation de qualités ou de défauts qui seront à prendre ou à laisser.

7Si femme immigrée nous frappe comme une désignation pouvant avoir des effets dévastateurs sur la personne désignée, on peut dire que c'est parce qu'elle se compose de deux termes déjà péjorés et faire l'hypothèse qu'ils forment ensemble une sorte de nouveau composé péjoratif.

  • 2  Les citations qui suivent sont tirées de Benveniste II, 1968, chapitre XI : « Fondements syntaxiqu (...)

8Quand une désignation se compose de deux termes, on peut, avec E. Benveniste2, demander pourquoi la surenchère : quelle est la fonction de l'adjonction, s'agit-il d'un composé et si oui, quel est son rôle ? Envisager la composition nominale comme « une micro-syntaxe », comme le fait Benveniste, permet de s'attacher aux connotations produites quand deux termes sont régulièrement mis en contact, à travers l'analyse des valeurs de majoration, de minoration ou d'égalisation, selon le cas, que l'un des termes apporte à l'autre.

9Deux termes en contact : examinons d'abord l'hypothèse du composé. À techniquement parler, suivant la classification de Benveniste, les « composés » se répartissent en deux grandes classes :

  1. celle où la relation tient uniquement et entièrement entre deux termes équipotents ;

  2. et celle où « la relation ne tient pas entre les deux termes, mais en quelque manière les dépasse » (exemple de « rouge-gorge »). Le groupe « femme immigrée » combine-t-il deux substantifs équipotents ? Il ne semblerait pas car, si le premier terme — femme — tient bien tout seul, le second, i.e. le mot immigrée au féminin employé seul comme substantif, est rare. En outre, comparé à l'exemple donné, la relation entre les deux termes ne semble pas complètement les « dépasser » ; il est clair que si on dissocie rouge de gorge, le sens du mot composé « rouge-gorge » est totalement perdu, tandis que ce n'est pas le cas — malgré sa relative rareté — du seul terme immigrée. Autrement dit, si on dissocie femme de immigrée, la valeur spécifique produite par leur association sera perdue d'un côté mais pas de l'autre. Immigré est le terme marqué et, employé seul, conserve sa valence spécifique ; femme, qui lui est apposé, peut n'apparaître alors que comme une marque de genre pour pallier la rareté d'emploi du féminin (immigrée) seul.

10Un autre type de composé mis en avant par Benveniste semble mieux adapté à notre problème, celui qui rassemble deux substantifs, tout en ne désignant qu'un seul objet naturel : « un oiseau-mouche est un oiseau, un poisson-chat est un poisson ». Une « femme immigrée » est naturellement une femme mais aussi un type de femme particulier. En effet, le deuxième terme marque le premier, de telle sorte qu'elle n'est plus la femme que connaissent ses proches, mais quelqu'un dont l'identité sociale est politiquement et socialement connotée et rendue disponible pour toutes sortes d'autres traitements.

  • 3  Lorsqu'elle présente « le renouveau des études sur les migrations dans le sillage de la nouvelle h (...)

11Formellement, au sens grammatical, on peut douter qu'il s'agisse d'un « véritable » mot composé car les deux termes ne sont ni soudés (comme dans « portefeuille ») ni reliés par un trait d'union : seuls « femme-enfant » et « femme-objet » sont les exemples de mots composés donnés à l'entrée « femme » par le Nouveau Petit Robert. On trouve aussi chez M. Yaguello, « femme-flic » (1978 : 193). L'absence de trait d'union dans « femme immigrée » semblerait donc renvoyer simplement à la structure nom + adjectif ou nom + nom. Mais, dans ce cas, on peut se demander lequel des deux termes est « premier », c'est-à-dire quel est le terme que l'autre vient qualifier. À première vue, on pencherait pour femme, substantif, qualifié par l'adjectif immigrée. Cette impression est renforcée par le fait que le second terme ne peut guère être envisagé comme candidat à la place principale, l'emploi du substantif au féminin étant si peu attesté : 30 occurrences seulement du mot « immigrée » — pratiquement toujours employé comme adjectif d'ailleurs — contre 656 du mot au masculin, surtout au pluriel, « (les) immigrés », dans le corpus de S. Bonnafous (voir L’immigration prise aux mots, 1991). La possibilité qu'il s'agisse de nom + nom — comme dans « femme médecin », « femme chauffeur de bus », « femme ingénieur », etc. — n'est toutefois pas exclue. L'hypothèse que le mot « femme » joue alors le rôle de marque de genre dans le groupe « femme immigrée » n'est pas totalement aberrante, d'autant plus que, si on cherche son homologue masculin, on trouvera « immigré » seul (et non homme immigré)3.

12Il faut remarquer que, si dans le cas de nom + nom ou épithète, un attribut peut être accolé au terme principal, on peut aussi normalement l'en décoller. Or, malgré l'absence de trait d'union ou de soudure, point n'est besoin de chercher bien loin pour s'apercevoir qu'il y a quelque chose d'indécollable, d'indissociable, dans « femme immigrée ». Benveniste appelle ce quelque chose « le sentiment de la composition » (p. 171).

13P. Achard et P. Fiala (1997 : 274) ont réinterprété ce sentiment en termes de « jugement porté par les locuteurs sur certaines séquences en discours… dont la valeur résulte plus ou moins de la composition des valeurs respectives des composants » (c'est moi qui souligne). Le plus ou moins de « figement » montre qu'il s'agit d'un phénomène variable selon (entre autres) l'identité sociologique du locuteur ; dans le cas de femme immigrée, les deux termes ne peuvent être dissociés sans perdre la valeur résultant de la composition — ce qui, finalement, équivaut à reconnaître que si le mot n'est pas composé « en langue », il l'est bien « en discours », où il est devenu une locution, c'est-à-dire une expression (plus ou moins) figée.

14On dit souvent que la langue véhicule des représentations comme si celles-ci existaient « dans la nature ». Il est important de voir comment elles sont au contraire produites par nos discours, puis véhiculées et renforcées (par exemple par le « figement »). L'enjeu est de taille, parce que les personnes désignées par des expressions incluant le terme « immigré(e) » peuvent par la suite difficilement s'affranchir des effets qu'elle induit. Enfermées dans et par la désignation-précision immigré(e)(s), elles n'ont plus de ce fait la liberté de « bâtir leur clown », comme on dit au théâtre.

Avec l'expression « femmes immigrées », de qui et de quoi parle-t-on ?

  • 4  Il n'est pas inutile de rappeler que l'importation officielle de main-d'œuvre étrangère remonte à (...)
  • 5  Pendant longtemps, on était en effet « beaucoup mieux renseignés sur l'histoire et les attitudes d (...)

15Il n'y a pas si longtemps, en gros avant l'arrivée massive des familles étrangères grâce à la politique de regroupement familial (1977), « l'immigré » (au masculin) évoquait surtout un type de travailleur (travailleur immigré4). Avec la crise pétrolière (1973), la suspension de l'immigration de travail (1974) et la montée de l'extrême-droite en France, la catégorie a fini par désigner des groupes socialement stigmatisés, femmes et enfants compris, mais disparaissant derrière le terme globalisant des « immigrés », qui renvoyait surtout aux hommes5. La « femme immigrée » n'évoque aucune activité économique, si ce n'est domestique ; elle est généralement la femme de l'immigré, peut-être aussi sa mère ou sa fille, en tout cas, c'est une « rejoignante ».

  • 6  « Qui sommes-nous ? » : association créée en 1978 au Maroc, association regroupant des Françaises (...)

16Il ne s'agit bien sûr pas de toutes les femmes qui arrivent de l'étranger. Les femmes (et hommes) ne provenant pas des pays exportateurs de main-d'œuvre ou du Tiers-monde sont désignées et/ou se désignent le plus souvent comme des expatrié(e)s, non comme des immigré(e)s. Le terme est rarement employé pour désigner une cadre d'entreprise ou une personne venue du « Premier Monde ». Les Françaises mariées avec des Marocains et résidant au Maroc nous en fournissent un exemple : « les problèmes les plus préoccupants qui touchent actuellement les femmes françaises expatriées concernent l'emploi, le domaine juridique et le volet culturel… », écrit l'association Maroc Amitié (1996). Leur statut valorisé de Françaises à l'étranger s'impose par d'autres désignations, telles que : « les femmes de France », « femmes françaises établies à l'étranger » ou le poétique « nous, femmes des deux rives », mais le lexique de la migration est soigneusement évité, si ce n'est par rétorsion, pour en tirer profit. En effet, reprendre à leur compte une expression employée lors de la Conférence mondiale de Nairobi sur les droits des femmes (« femmes migrantes »), permet aux Françaises au Maroc de faire état des « graves problèmes » qu'elles aussi connaissent. Mais la réponse à la question « Qui sommes-nous ? » qu'elles posent dans le document de présentation de l'association est sans ambages : « femmes expatriées » (souligné dans le texte)6.

  • 7  Depuis 1973, on dénombre les enfants étrangers dans le système scolaire français. Or selon la loi (...)

17Nous avons montré ailleurs (Varro 1997), comment le fait de traiter des élèves d'enfants étrangers ou d'enfants d'immigrés7 constitue une inégalité de traitement, en les maintenant dans une position d'infériorité et de dépendance. C'est, idéalement, leur désignation comme « élèves », sans autre précision d'origine, qui confirmera leur appartenance légitime à la population scolaire générale. Elle signale leur accession progressive à l'identité non-marquée, à la citoyenneté qu'il est en principe de la mission de l'école de préparer. C'est par là que, aussi bien dans des textes officiels que sur le terrain, l'acte désignatif d'un auteur ou d'un enseignant risque de devenir un acte d'exclusion… ou d'intégration.

  • 8  Il n'est pas dans notre intention d'exclure les hommes de cette revendication ! Pour une réflexion (...)

18Montrer un effet semblable à propos d'autres désignations stigmatisantes, telle femme immigrée, revient à revendiquer une égalité de traitement avec les « autres femmes ». Il ne s'agit pas d'une revendication de principe, mais, très concrètement, d'asseoir la légitimité de toute personne8 d'être là en tant que personne singulière, pas seulement en tant que membre d'un groupe ou en tant que femme de quelqu'un.

19Nous allons maintenant passer à l'autre question importante : qui utilise la désignation « femmes immigrées » ? Pour y répondre, nous examinerons brièvement plusieurs types de supports.

L’immigration et les immigrés dans la presse

20Sujet de société, de politique et de législation, comme en témoigne le nombre impressionnant de lois réglementant la présence des étrangers en France (l'entrée, le séjour, le mariage, le travail, l'obtention de la nationalité, etc.), l'immigration est au premier plan des préoccupations médiatisées des politiciens, à savoir au premier plan de l’actualité, depuis des années.

21L’étude de Bonnafous déjà citée traite du lexique du champ de l'immigration, recensé dans dix journaux français entre 1974 et 1984, allant de l’extrême-droite à l’extrême gauche. Pour pondérer le vocabulaire utilisé dans la presse pendant cette période, elle utilise entre autres une approche lexicométrique. Elle montre comment les termes se sont banalisés, de telle manière que, quelle que soit la position politique du journal, une sorte de discours indifférencié s'est développée, dans un domaine où pourtant on a l’impression qu’il y a énormément de divergences et de débats. Une de ses conclusions est que la précocité dans l'emploi des termes immigrés et immigration par l’extrême-droite lui a donné la maîtrise du concept sur le terrain politique. « Les immigrés » sont ainsi devenus un thème central dans la presse française essentiellement sous l’impulsion des chantres de l’extrême-droite, qui étaient les premiers à en parler d’une façon appuyée. À côté de cela, « immigré » est un mot instable et flou, témoin des enjeux et conflits d’une période, réduisant à une masse indifférenciée les hommes, femmes et enfants qu'il recouvre : quand on trouve le mot « immigré » dans la presse, un nombre infime de cas seulement se réfère à un individu, car il est utilisé pour la massification, le dénombrement, pour compter. Employée d’une façon générique, la catégorie est continuellement opposée aux « Français », comme le montre l'exemple tiré de la presse du Front National : « un enfant français de moins, un immigré de plus ».

22Face à cette utilisation, des journaux comme Libération ont tenté de trouver un terme qui n'enfermerait pas les individus dans une masse indifférenciée. Des dix journaux examinés, Libé est le seul dans lequel le terme « femme(s) » possède une spécificité positive, c'est-à-dire est significativement présent dans le vocabulaire employé (cf. Bonnafous : Tableau 15). Dans le même esprit, utiliser de préférence le terme « étranger » apparaît comme plus précis, comparé à « immigré ». Terme juridique, employé par le législateur et le statisticien, « étranger » est le pendant juridique, théoriquement équipollent, de « français » et dénote une volonté d’éviter l’amalgame. En même temps, le mot « étranger » contient l'altérité radicale, véhiculée par le mot latin (« qui vient de l'extérieur ») et incarnée dans le corps étranger ; l'étranger peut donc aussi être assimilé à quelque chose de dangereux pour le corps bien portant. « L’invasion dans son sang (la nation française), d’un million de toxines étrangères » (Le Figaro 1978). Selon Bonnafous, comparé au mot « étranger », le terme « immigré » contient ainsi une référence raciale occultée.

Une recherche associative et un document syndical

  • 9  Je remercie A. Golub de m'avoir envoyé ce document et B. Elbez d'avoir transcrit l'enregistrement (...)

23Les auteures d'un rapport9 intitulé L'insertion socioprofessionnelle des femmes d'origine étrangère (ADRI 1994) ont beaucoup réfléchi au titre. Il y est précisé que le terme « femmes immigrées » est certes une catégorie artificielle, mais que, si on l'élimine, il reste néanmoins le problème de la prise en compte des femmes qu'elle désigne : en effet, si l’on parle uniquement des « femmes », on passe à côté de leur spécificité d'immigrantes, si on parle des « immigrées », on les enferme dans un statut théoriquement transitoire. Leur conclusion est que la notion de l’insertion socioprofessionnelle est abordée avec une série de présupposés, dont celui de la double spécificité de femme et d’immigrée. Remarquer en passant le recours à la forme « immigrante », peu usitée de nos jours (on y reviendra).

24Pourtant, c'est peut-être justement d'un découpage en catégories dont on a besoin pour l’analyse sociale, plus précisément d'un décorticage de la locution. En effet, quand on énumère les catégories socialement minorisées : femmes, immigrés, jeunes, handicapés, retraités, etc., on voit la nécessité de maintenir distincts les femmes et les immigrés, parce que ce sont deux catégories marquées — même le mot « femme », théoriquement non marqué, est socialement minorisé, comme on l'a vu dans les définitions du dictionnaire. Comme chacune exige un traitement spécifique, il est difficile de les fondre sans « perdre » quelque chose de chaque côté, puisque chacune a des revendications distinctes ou qui ne se recoupent pas en tous points.

25En comparaison avec la recherche de l'ADRI, que l'on peut considérer comme militante, parce que le point de vue est manifestement favorable aux personnes concernées par l'enquête, la publication d'une grande organisation syndicale, intitulée Les femmes dans la société (SGEN-CFDT 1996), bien qu'également militante — mais d'un autre point de vue, refusant justement de marquer des différences fondées sur l'origine — n'exhibe pas la même préoccupation avec la précision terminologique. Le manque d'état d'âme relève d'un parti pris clair et net. En parcourant le document, on constate qu'il ne contient pas une seule occurrence du mot « immigré(e) » car pour l'organisation syndicale, « les femmes dans la société » renvoient à toutes les femmes. La catégorie « femmes immigrées » est donc soit implicitement incluse soit ignorée (on ne peut pas trancher, puisqu’elles ne sont pas prises en compte par le langage).

Détour par une recherche de terrain

26Comment interpréter finalement la présence ou l'absence de la désignation ? Que se passe-t-il, en effet, si on retranche le qualificatif « immigrées » de l'expression femmes immigrées ? (Re) deviennent-elles des femmes comme les autres ? Et qui sont ces « autres »? Si l'on peut, sans trop de risque de se tromper, interpréter l'absence de l'expression dans la brochure de la CFDT, en disant qu'elle traduit la volonté de la centrale syndicale de respecter le principe de l'égalité de traitement entre tous les citoyens, il y a d'autres contextes dans lesquels le terme est absent, mais pour d'autres raisons.

27Dans l'ouvrage Mariages et immigration (1994), par exemple, A. Hammouche interroge « le mariage en situation migratoire », au sein d'une communauté algérienne près de Saint-Etienne. À l’intérieur de cet horizon limité, l'auteur n’a nul besoin de la précision « immigrées », puisque les femmes dont il parle sont celles qui appartiennent à ladite communauté. Quand il écrit « les femmes », il s'agit donc d'elles. Par contre, quand il ne s'agit pas d'elles mais d'autres, par exemple lorsqu'il analyse les mariages mixtes, Hammouche précise : « jeunes femmes françaises ». Le point de vue de l'énonciation, situé à l'intérieur du groupe étudié, désigne la Française, non l'Algérienne, comme catégorie marquée. Une des rares fois où le terme « femmes immigrées » apparaît dans son texte correspond justement à un changement de point de vue, lorsqu'il rend compte d'une enquête antérieure (Michel 1973). Mais le style indirect libre de son compte rendu crée une ambiguïté : on peut s'imaginer que c’est Hammouche qui utilise le terme mais une lecture attentive montre qu’il s'agit en fait d'une citation de Michel qui, elle, l'avait employé en 1973 :

..Faisant le parallèle avec l'évolution, dans ce domaine, de la famille européenne, l'auteur suppose que si les Algériens perçoivent les comportements familiaux [...] comme contraignants, ils adopteront plus facilement « les valeurs et les comportements de la famille urbaine française où le choix du conjoint par l'intéressé et la limitation des naissances sont devenus la norme » [...]. Les jeunes qui doivent obéissance aux chefs de famille et les femmes qui sont sous tutelle — après celle du père, celle du mari — sont donc les plus réceptives, a priori, aux valeurs et comportements de la famille occidentale. Encore faut-il que le contact soit possible, ce qui n’est pas toujours le cas des femmes immigrées souvent repliées sur leur milieu, avec des femmes de même nationalité… (Hammouche 1994 : 149).

28Ainsi, dans le cadre de cette étude d'une communauté donnée, faite « de l'intérieur », lorsque l'auteur recourt à un point de vue externe (celui d'A. Michel), la précision immigrées marque les femmes d'attributs spécifiques. La locution emblématique évoque une situation d'infériorisation (repli communautaire), qui aurait pu être rendue, dans ce contexte, par « femmes dominées », par exemple ; mais il est vrai que d'autres connotations associées à la locution auraient été perdues, notamment le rapport à la société française.

L'horizon plus large de la télévision

  • 10  Il s'agit de l'association « Dialogue entre les cultures ».

29À mi-chemin entre document associatif10, article de presse et travail de recherche, le texte de N. Ouali Femmes immigrées à la télévision, quelle visibilité ? (1995), conserve l'expression dans le titre, parce que son but est d'évaluer la présence dans les médias des femmes occupant le statut d'immigrées.

30De l'observation de 78 journaux télévisés, 19 journaux et magazines et 5 films de fiction, sur six chaînes de télévision francophones en 1994, Ouali déduit que la présence des immigrés en général et des femmes immigrées en particulier est quantitativement faible. Elle conclut que ces personnes sont toujours des « catégories exclues du paysage médiatique » et que là où elles paraissent, il ne s'agit que de stéréotypes ou de séquences à connotation négative : violence physique et délinquance pour les hommes, fragilité et attributs physiques qui l’enferment dans l’image de la victime, pour la femme.

31Ambivalente, à cheval sur l'horizon du groupe étudié (si l'on peut dire !), Ouali utilise de nombreux synonymes pour désigner les femmes qui l'intéressent, réclamant leur banalisation alors même qu'elle les constitue en autant de catégories spécifiques :

32femmes immigrées, femmes d’origine musulmane, femme musulmane, femmes d’origine immigrée, femmes migrantes, femmes immigrantes, femmes d’immigrés, jeunes femmes de la deuxième génération, femmes étrangères, femmes d’origine étrangère, étrangères

33Il lui arrive de dire « au même titre que les autres femmes d’ailleurs », faisant référence aux femmes d’origine non immigrée.

34Dans ce document, la « victimisation de la femme immigrée » apparaît surtout dans les affaires (affaires du voile en 1990 et 1994, affaires Rushdie et Taslima Nasreen) et pendant la guerre du Golfe, où l’Islam était présenté comme la source de tous les dangers et de tous les problèmes d’intégration. Parallèlement à ce traitement, les télévisions francophones associent les femmes immigrées à un modèle « exotique », valorisant leurs attributs physiques et sexuels grâce à des reportages sur les défilés de mode.

35Elle souligne le fait que dans les journaux télévisés le rôle de la « femme migrante » se limite à ses fonctions sociales : on la voit en mère de famille, autour d’un repas familial, portant un enfant, ou un enfant au sein… bref, dans les rôles où son statut de mère et d’épouse l'ont « enfermée »… Mais de façon générale, selon Ouali, la question des « femmes immigrées » dans les documentaires et magazines reste peu importante, le thème de l'immigration ayant été plus souvent examiné que les « immigrés » eux-mêmes. Bien qu'insistant sur leur absence du petit écran, elle se pose aussi la question des raisons de leur présence. Si rien ne justifie l’image d’un immigré ou d'une femme immigrée dans une séquence, on peut effectivement s’interroger sur les motivations d'un réalisateur, qui associe implicitement une sur-représentation des immigrés à une thématique donnée, « livrant le téléspectateur à des interprétations hasardeuses et subjectives qui risquent d’exacerber les tendances xénophobes des personnes les plus hostiles à cette population ».

36Ouali constate enfin que c’est dans les fictions télévisuelles que les femmes immigrées sont le plus souvent présentées d’une façon positive ou valorisante. Arte et Télé 5, surtout, leur accordent une telle place. Deux des cinq histoires examinées ont pour personnage principal des jeunes filles d’origine immigrée, et trois sur cinq ont pour thème la condition de ces femmes dans les migrations. « Le rôle des femmes est présenté de façon plus hétérogène (moins stéréotypée) dans ces fictions que dans les autres émissions », dit-elle. Les femmes de la première génération sont montrées dans un rôle traditionnel tant dans leur fonction d’épouse et de mère que dans leur apparence vestimentaire, mais les jeunes filles sont présentées sous un jour moderne et dans une attitude revendicative.

37Étude intéressante dans le cadre de notre interrogation, à cause de la difficulté qu'éprouve l'auteure à nommer son sujet. Certes, on remarque qu'elle confond toutes les générations dans la même terminologie, alors qu'il est important de voir que la situation d'une femme immigrée (c'est-à-dire née, et le plus souvent socialisée, à l'étranger) est radicalement différente de celle des femmes d'origine immigrée (c'est-à-dire, le plus souvent nées, et en tout cas ayant été socialisées, en France). Hammouche fait bien ressortir la différence entre les générations. Ouali tourne autour des problèmes de désignation, qui cachent ou révèlent précisément ce qu’elle reproche aux médias, c’est-à-dire aussi bien d’exclure les « femmes immigrées » que de les montrer. C’est le paradoxe de beaucoup de chercheurs. Comment en parler, sans en parler, tout en en parlant, etc. ? En construisant leur objet, ils renforcent une spécificité que beaucoup d'entre eux voudraient réduire sur le plan social.

Une question d'époque : présence ou absence de la désignation spécifiante

38Lorsqu'on lit la littérature plus ancienne en la matière, on remarque que le vocabulaire était moins stabilisé, moins rigidement fixé, qu'aujourd'hui. Bonnafous note que, bien qu'emblématiques de l'idéologie des journaux qui les emploient, les termes « allogènes », « migrants » et « émigrés » sont à peu près dépourvus de « force contagieuse » (op. cit. : 217), alors que, dans les années cinquante, chez Girard et Stoetzel, par exemple, ces termes n'étaient pas rares. D'autres aussi étaient employés qui ont aujourd'hui pratiquement disparu de l'usage courant en France, notamment le mot « immigrant ». Les femmes, par contre, n'étaient pas à l'époque spécifiquement désignées mais sous-entendues, englobées avec les enfants dans les populations étrangères examinées, et décrites exclusivement dans le cadre familial des « immigrants », devenus « immigrés ». Dans l'usage de l'époque, les deux termes semblaient ainsi renvoyer à deux moments d'un processus d'installation (même si c'était en tant qu'étrangers discriminés). On ne doit donc pas perdre de vue la variabilité des sens produits par un mot selon l'époque.

  • 11  Voir, par exemple, « Français/Immigrés », titre d'un numéro spécial de la revue Esprit en 1985.

39Or, comparer les valeurs du mot immigrant avec celles du mot immigré fait nettement ressortir l'aspect accompli du participe passé immigré, qui figure l'installation faisant normalement suite à la mobilité géographique suggérée par l'aspect « processus en cours » du participe présent immigrant. Dans cette optique, un titre comme Français et Immigrés, publié en 1953 et 1954 — qui pour nous, renvoie plutôt à une opposition mutuellement exclusive (opposition qui s'est aujourd'hui imposée11) —, si on le resitue dans son époque, remobilise une tout autre idée, traduisant au contraire la volonté d'absorber les nouveaux venus dans la collectivité nationale, par l'assimilation et la naturalisation. Trois questions surgissent à propos de cet emploi du terme « immigrant » :

    • 12  Il faut remarquer que Girard & Stoetzel considèrent une telle assimilation comme problématique, cf (...)

    traduit-il effectivement une telle volonté12 ou n'a-t-il prévalu dans les travaux de Girard et Stoetzel (1953-1954) qu'à cause de l'influence de la sociologie américaine — l'anglais ne dispose que du seul terme « immigrant » — dans les recherches sur l'immigration en Europe ?

  • de même, le terme n'est-il préféré au Québec (par opposition à « immigré », plus courant en français de France), qu'à cause de la proximité (contagion) des États-Unis d'Amérique ?

  • ou bien, le terme est-il réellement révélateur d’une autre perception, qui serait marquée dans la forme même du mot ?

40L'usage actuel en France, ayant abandonné la forme progressive en -ant, a laissé perdre la notion de trajectoire et de processus, qui va de l'immigrant (qui arrive)à l'immigré (qui s'est installé) — et qui devrait théoriquement, d'après l'idéologie républicaine, aboutir au nouveau citoyen français. Le processus s'est interrompu : il ne reste aujourd'hui que la forme passive, figée, qui désigne l'état intermédiaire mais dont on ne sortira plus, comme semble le montrer la définition suivante du Haut Conseil à l'Intégration :

41Est étranger (sic), une personne qui ne peut se prévaloir de la nationalité française quel que soit son lieu de naissance. Est immigré (sic) une personne née étrangère, à l'étranger, qui s'est installée en France. L'immigré a pu, au cours de sa vie, acquérir la nationalité française (Commission de la Nationalité, 1988 : 1). Dans cette définition, d'une « objectivité » redoutable – puisqu'elle fait mine d'ignorer les connotations sociales du terme –, on comprend que, même devenu citoyen français, « un immigré reste toujours un immigré » (comme nous l'avait déjà suggéré le dictionnaire).

42Le problème qui se pose est de trouver une position axiologique « neutre » lorsqu'on cherche à analyser la situation des femmes en migration, ou, d'ailleurs, n’importe quel aspect de l’immigration qui mobilise la désignation immigré(e) Bien entendu, la neutralité n'existe pas. Raison de plus pour réfléchir aux désignations, qui posent continuellement le problème de l'enfermement de l'autre (et de soi), comme on vient de le voir à travers ces quelques exemples.

43Il est toujours dangereux — voire inutile — de recommander l'autocensure ou le bannissement d'un terme ; inutile, parce qu'on ne peut guère décréter l'usage et dangereux, parce que toute limite imposée à la liberté d'expression (exception faite des lois antiracistes) risque de dévier vers le doctrinaire et le totalitaire. Toutefois, il n'est peut-être pas ridicule d'attirer l'attention sur la diversité lexicale dont on dispose et qui pourrait pallier quelque peu les plus graves effets de certaines désignations.

44Une manière de contrecarrer l'effet de figement serait de revenir à la forme « dynamique », qui signale non seulement la mobilité mais le processus d'installation. Le choix de la désignation « immigrant(e) » permet d'élargir le point de vue énonciatif et d'alléger la tension entre Français et étrangers, tout en remobilisant la notion de société d'accueil.

45Contrairement à « immigrant(e) », dont l'emploi préfigurerait l'acceptation du processus d'installation d'étrangers par la société d'accueil, la forme passive « immigré(e) » suggère un quant-à-soi des habitants du pays, qui constatent leur arrivée sans plus : chez qui les immigrés sont censés s'intégrer sans prétendre rien y changer. La première exigence à l'adresse des étrangers qui viennent vivre en France est d'y vivre en étrangers respectueux, de s’y « intégrer » ou de s'en aller. Le même message, qui ne tolère aucune contestation, se trouve ailleurs (Love it or Leave it est un autocollant que l'on voit fréquemment sur les pare-brise aux États-Unis).

46Dans La communauté des citoyens (1994), D. Schnapper montre que l’intégration des populations d’origine étrangère à la société déjà constituée n’est qu’un aspect particulier de l’intégration de la société, politique dans son ensemble. Elle redonne ses deux valeurs (« sens » = « directions ») à la notion d’intégration : l'intégration « tropique », c'est-à-dire d’une personne qui s'intègre à l’endroit où elle arrive, et l’intégration « systémique », celle qu’opère la société à chaque instant à l'égard des nouveaux venus (la société intègre les gens). Les changements sociaux produits par le brassage des populations, la capacité précisément intégrative de nos sociétés, est sans doute l'aspect le plus négligé de toutes les études sur l’immigration. On se préoccupe de l’intégration des immigrés à la société qu'ils découvrent, plutôt que de l'intégration par cette société des populations qu'elle accueille — mais qu'elle cherche peu, à vrai dire, à « découvrir ».

47Le maniement des mots qui les désignent est un engagement dans l'une ou l'autre direction. Dire immigrant(e)s est une façon de réintroduire le double sens (mouvement et direction) de l'intégration.

Haut de page

Bibliographie

Achard, Pierre; Fiala, Pierre. 1997. « La locutionalité à géométrie variable », pp. 273-284 in Pierre Fiala, Pierre Lafon; Marie-France, Piguet (dirs.). La locution : entre lexique, syntaxe et pragmatique. Identification en corpus, traitement, apprentissage. Paris : Klincksieck.

ADRI. 1994. L'insertion socio-professionnelle des femmes d'origine étrangère. Un bilan des connaissances réalisé par Sabbah et Yassine Chaib. Paris : Agence pour le Développement des Relations Interculturelles, Direction de la Population et des Migrations. 86 p. + 13 p. biblio. multig.

Benveniste, Emile. 1966. Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard, 2 vols.

Bonnafous, Simone. 1991. L'immigration prise aux mots. Les immigrés dans la presse au tournant des années 80. Paris : Éditions Kimé.

Français/immigrés. 1985. Esprit (juin).

Girard, Alain; Stoetzel, Jean. 1953. Français et immigrés. L'attitude française. L'adaptation des Italiens et des Polonais. INED, Travaux et documents, cahier n°19. Paris : PUF.

Girard, Alain; Stoetzel, Jean. 1954. Français et Immigrés. Nouveaux documents sur l'adaptation. Algériens, Italiens, Polonias. Le service social d'aide aux émigrants. INED, Cahier n° 20. Paris : PUF.

Green, Nancy. 1998. « De l'immigré à l'immigrée ou la conceptualisation du peuplement », pp 129-136 in Anne-Marie Sohan et Françoise Thelamon (dirs.), L'histoire sans les femmes est-elle possible? Paris : Perrin.

Hammouche, Abdelhafid. 1994. Mariages et Immigration. La famille algérienne en France. Presses Universitaires de Lyon.

Largueche, Evelyne. 1997. Injure et sexualité. Le corps du délit. Paris : PUF.

Le Nouveau Petit Robert. 1994. Dictionnaire de la langue française.

Maroc Amitié. 1996. Bulletin d'information  n° 8 (mars) et n° 9 (décembre).

Michel, Andrée. 1973. « Groupes novateurs et valeurs familiales des immigrés algériens », Cahiers internationaux de sociologie 15 : 321-338.

Morokvasic, Mirjana. 1983. « Émigration féminine et femmes immigrées. » Pluriel-débat  n° 36 : 20-51.

Ouali, Nouria. 1995. « Femmes immigrées à la télévision : quelle visibilité ? », pp. 29-32 in Ethnie... Citée. Agenda Culturel  n° 139 (décembre). Centre Bruxellois d'Action Interculturelle.

Schnapper, Dominique. 1994. La communauté des citoyens. Sur l'idée moderne de nation. Paris : Gallimard.

SGEN/CFDT. 1996. Les femmes dans la société. Profession Éducation  (avril).

Taboada-Leonetti, Isabelle. 1990. « Stratégies identitaires et minorités : le point de vue du sociologue », chapitre 2, in Carmel CAMILLERI (et al.). Stratégies identitaires. Paris : PUF.

Varro, Gabrielle. 1997. « Les élèves «étrangers» dans les discours des institutions et des instituteurs ». Langage et Société  n°80 (juin) : 73-102.

Varro, Gabrielle; PERRIAUX, Anne-Sophie. 1991. « Les sens d'une catégorisation : «les O.S. immigrés» », Langage et Société  n° 58 (décembre) : 5-36.

Varro, Gabrielle. 1994. « Les langues immigrées », pp. 23-31 in Langues et identités, Les Cahiers de la Francophonie 2 (septembre). Paris : Haut Conseil de la Francophonie.

Varro, Gabrielle; Perriaux, Anne-Sophie. 1995. « Les O.S. immigrés à travers une analyse documentaire », pp. 395-416  in Renaud Sainsaulieu & Ahsène Zehraoui (dirs.) Ouvriers spécialisés à Billancourt. Les derniers témoins. Paris : L'Harmattan.

Vermès, Geneviève. 1997. Intelligence de la langue. Essai de psychologie anthropologique interculturelle. Habilitation à diriger des recherches en psychologie. Université de Paris VIII.

Yaguello, Marina. 1978. Les mots et les femmes. Paris : Payot, p. 162.

Haut de page

Notes

1  Mais voir le cri de cœur de la confédération des bouchers et charcutiers (Libération du 24 novembre 1997), protestant contre l'emploi du nom de leur profession pour décrire des actes meurtriers !

2  Les citations qui suivent sont tirées de Benveniste II, 1968, chapitre XI : « Fondements syntaxiques de la composition nominale », pp. 145 sq.

3  Lorsqu'elle présente « le renouveau des études sur les migrations dans le sillage de la nouvelle histoire sociale », N. Green (1998) mobilise à la fois les termes immigrées et immigrés-hommes (pp. 130-131). Son article frappe précisément par le côté inhabituel de cet usage, qui souligne le regard original porté sur l'immigration.

4  Il n'est pas inutile de rappeler que l'importation officielle de main-d'œuvre étrangère remonte à 1908, avec l'introduction d'environ 20 000 ouvriers agricoles polonais dans le Nord-Est de la France. Pendant la première guerre mondiale, la France a fait entrer sur son territoire plus d'un million de travailleurs, dont 220 000 venant des colonies et de Chine. Dès 1919, elle passe des accords avec divers pays d'émigration ; les quelque deux millions de travailleurs étrangers sont souvent accompagnés ou rejoints par leurs familles. Le recrutement de la main-d'œuvre étrangère est repris par l'État, par la création de l'Office National d'Immigration (ONI) en 1945 (Girard & Stoetzel 1953 : 9-11). La désignation des travailleurs étrangers varie avec l'époque et le contexte (cf. Varro & Perriaux 1991 et 1995).

5  Pendant longtemps, on était en effet « beaucoup mieux renseignés sur l'histoire et les attitudes des hommes venus s'installer en France que sur celles des femmes » (Girard & Stoetzel 1953 : 71). Cette lacune n'a commencé à être comblée que beaucoup plus tard (voir Morokvasic 1983).

6  « Qui sommes-nous ? » : association créée en 1978 au Maroc, association regroupant des Françaises résidentes au Maroc qui ont choisi un pays de vie différent de leur pays d'origine et qui, pour reprendre l'expression de la Conférence Mondiale de Nairobi (paragraphe 300 p. 82), sont des femmes migrantes et doivent faire face à de graves problèmes d'adaptation étant confrontées à une religion, une langue, une nationalité et des mœurs sociales différentes outre qu'elles sont séparées de leur famille d'origine, donc des femmes expatriées (expatriation matrimoniale surtout).

7  Depuis 1973, on dénombre les enfants étrangers dans le système scolaire français. Or selon la loi française, tout enfant de 6 à 16 ans sur le territoire français doit être scolarisé, quel que soit son statut par ailleurs. Compter les enfants étrangers à l’école, alors que « l'obligation scolaire » existe, est une façon détournée de les rendre responsables des dysfonctionnements du système.

8  Il n'est pas dans notre intention d'exclure les hommes de cette revendication ! Pour une réflexion sur le mot immigré dans le dictionnaire, voir Varro 1994.

9  Je remercie A. Golub de m'avoir envoyé ce document et B. Elbez d'avoir transcrit l'enregistrement de mon exposé au réseau « Femmes en migration » le 10 mai 1996.

10  Il s'agit de l'association « Dialogue entre les cultures ».

11  Voir, par exemple, « Français/Immigrés », titre d'un numéro spécial de la revue Esprit en 1985.

12  Il faut remarquer que Girard & Stoetzel considèrent une telle assimilation comme problématique, cf. « Le problème de l'assimilation culturelle des immigrants » (op. cit. 1953, p. 2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Varro, « « Femmes immigrées » et autres désignations problématiques, ou comment parler des « immigré(e)s » sans pérenniser un statut transitoire ? », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 295-316.

Référence électronique

Gabrielle Varro, « « Femmes immigrées » et autres désignations problématiques, ou comment parler des « immigré(e)s » sans pérenniser un statut transitoire ? », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 23 août 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/211

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Sociologue au CNRS, membre du Laboratoire « Printemps » (Saint-Quentin-en-Yvelines) et du Groupe de Travail sur l'Analyse du Discours (MSH, IRESCO)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org