Navigation – Plan du site
Regards sur la littérature et la recherche

Guerre des Sabines et tabou du métissage : les mariages mixtes de l’Algérie coloniale à l’immigration en France

Claude Liauzu
p. 259-280

Texte intégral

  • 1  Léon Poliakof, Le couple interdit, Mouton, 1980 ; A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’al (...)

1Mariage mixte : « entre personnes d’obédiences religieuses différentes » (Hachette), « entre personnes de religions, de races ou de nationalités différentes » (Robert, 1994). La référence à la race, disparue dans les éditions précédentes mais rétablie dans le dernier Robert, rappelle — de manière inquiétante — la prégnance des représentations en termes de différences de nature dans la culture française. En soulignant le caractère hétérogène des unions mixtes, les dictionnaires marquent la sensibilité des sociétés à l’égard de tout ce qui concerne leur reproduction. Le licite et l’illicite sont strictement codifiés, et si le désir suscite la transgression, le « couple interdit » ne peut produire que des « enfants illégitimes1 ».

2Ce qui est vrai de manière générale l’est plus encore dans le cas franco-algérien, qui cumule les hypothèques. Emmanuel Todd, dans Le destin des immigrés (1995) relève l’antinomie entre l’exogamie qui caractérise les sociétés européennes et l’endogamie des sociétés arabes. Même si celles-ci n’ont jamais pratiqué que très partiellement l’union entre cousins issus de deux frères, même si cette pratique paraît diminuer et n’intéresse qu’entre le tiers ou le quart des mariages au Maghreb, le dixième dans l’immigration, elle est posée comme la norme, l’idéal. Si elle a moins de raisons d’être liée à la préservation du patrimoine familial qu’hier, ses ressorts identitaires demeurent très forts. C’est ainsi que la règle du mariage au plus proche est réinterprétée de manière élargie : Kabyles versus Arabes, Arabes versus Européens.

3Quant à la société française, les mariages mixtes y font l’objet de deux discours, l’un y voyant une menace, l’autre les posant à la fois comme un critère d’intégration et un moyen d’assimilation des immigrés. Il s’agit là de questions d’autant plus sensibles que les types de familles concernées, la famille patriarcale maghrébine et le couple français, sont aujourd’hui en crise.

4Les tensions sont d’autant plus fortes que les attitudes peuvent se prévaloir du sacré. Le mariage n’est pas un sacrement en Islam, mais la Chariaa ne permet les mariages mixtes — sans les conseiller — qu’entre homme musulman et femme juive ou chrétienne, et le refuse strictement aux Musulmanes. À l’encontre de celles qui seraient tentées par un tel choix joue la doctrine de la kafà’a, préservant l’honneur des familles en s’opposant au mariage entre une femme et un homme de statut inférieur. Tous les Codes du Statut personnel ont rappelé la distinction entre hommes et femmes, et même si certains États ont signé la Convention de l’ONU en 1962 sur la liberté du mariage, ils ne la respectent pas. Les théologiens de Al-Azhar sont allés, en 1965, jusqu’à interdire toute union avec des communistes, considérés comme des renégats puisque athées ou supposés tels. Pour l’Église catholique, l’interdit a été la règle, sauf dispenses, qui sont plus libéralement accordées aujourd’hui. Dans certains cas, l’Église va même jusqu’à tolérer des conversions à l’islam, si elles sont exigées par les familles des jeunes filles et si elles évitent un « péril plus grand ». Dans leur quasi totalité hier, et dans leur grande majorité aujourd’hui encore, les mariages mixtes sont le fait des hommes musulmans. En réalité, c’est pour les femmes surtout que ce mariage est une transgression à haut risque, en raison du statut et des contraintes attribués à leur fonction de mère, de l’inégalité des rapports de sexes et de l’infériorité des femmes inscrite dans la culture musulmane.

5L’Islam apparaît bien actuellement en Europe comme l’altérité radicale et irréductible. À quoi il faut ajouter une relation coloniale de 132 ans pour la France, où les deux sociétés se sont livrées une guerre des Sabines, et, bien plus, les siècles de duels méditerranéens inscrits dans les mémoires, avec leur cortège d’enlèvements, de rapts… Que ces rivalités relèvent de l’imaginaire beaucoup plus que du passage à l’acte les rend d’autant plus significatives.

6Aussi, l’un des problèmes que posent les mariages mixtes est-il la disproportion entre leur quantité qui a été marginale, voire infime jusqu’à ces dernières années, et qui demeure très réduite, et des discours multiples et surabondants. Dans les années 1950, l’état civil des départements algériens enregistre une petite soixantaine de mariages, dont 20 à 25 intéressent des musulmanes ! Il a donc paru intéressant d’analyser certains de ces discours dans la longue durée. Seul l’écrit a été retenu ici, mais il est évident que l’oralité révélerait une violence bien plus forte, tant sa fonction a été de dire pour ne pas faire, pour prévenir le mal. Un classement montre des transformations très nettes des représentations dominantes.

Discours des conquérants : exotisme, érotisme et gouvernement

  • 2  Taillart Charles, L’Algérie dans la littérature française, Paris, Librairie ancienne édouard Champ (...)

7C’est dans la littérature romanesque et les récits de voyages que ces questions sont d’abord traitées. L’Algérie a été une province de notre imaginaire orientaliste. La somme bibliographique de Charles Tailliart2 ressemble à un gotha des lettres, avec une touche d’exotisme et d’érotisme, quelques titres relevant de l’Enfer de la Bibliothèque Nationale.

  • 3  Alain Ruscio, Amours coloniales. Aventures et fantasmes exotiques de Claire de Duras à Georges Sim (...)

8Loti, Maupassant, Gide, Pierre Louys, Montherlant n’ont pas manqué le rendez-vous. A. Ruscio3 a recensé pour son anthologie des amours coloniales 52 titres intéressant le Maghreb et le Levant, sur 162 au total, soit le tiers.

9Les « alouettes naïves » — du nom de la tribu des Ouled Naïl — les bayadères, les odalisques des harems ressemblent à leurs sœurs congaï : soumises, sensuelles, elles permettent la violation des tabous — celui de l’âge revenant souvent — mais elles ne sont pas de celles qu’on épouse, dont on attend des enfants. Aussi ces derniers sont-ils absents de la littérature. De même, la petite fleur bleue, la poésie de l’amour ne poussent pas dans ce milieu ingrat, où la prostitution corrompt parfois — et de plus en plus souvent avec le temps — l’échange. La Carte du Tendre de la France d’Outre-Mer porte cependant des nuances : l’image de la femme noire qui suscite à la fois une fascination et une répulsion tenant à l’état de nature, à la primitivité, à l’animalité à quoi on la réduit, se transpose difficilement au Maghreb.

  • 4  Enfantin écrit une réhabilitation Des femmes musulmanes, et publie en 1838 avec Gustave d’Eichtal (...)

10Mais un autre thème du premier âge colonial, en grande partie oublié aujourd’hui, mérite attention. Certains officiers des Bureaux arabes, tel Pelissier de Reynaud, en particulier ceux qui sont influencés par les Saints Simoniens Enfantin et Ismayl Urbain sont partisans de « l’affamiliation ». Ils voient dans le métissage une possibilité de régénération des colonisés ou de fusion entre les populations, et sont hostiles à un peuplement colonial à outrance, à la dépossession et à la destruction des assises de la société indigène. Cette position ne se confond pas avec l’assimilationnisme. Ainsi, Ismayl Urbain, lui-même métis né à Cayenne en 1812, épouse une musulmane, se convertit et se voue à la politique du Royaume arabe de Napoléon III, à une réconciliation entre Algérie et France, reprenant les projets d’Enfantin4.

  • 5  Annie Rey, Le Royaume arabe, OPU, Alger.

11Les unions mixtes entre officiers et musulmanes ont-elles été fréquentes, comme le dit Annie Rey5? Apparemment, elles sont mal vues par la hiérarchie : plusieurs militaires ont subi des avanies et certains ont été contraints de démissionner de leurs responsabilités. A fortiori, le mariage entre une Française et un Arabe est inconcevable pour le Gouverneur général de l’Algérie qui l’interdit à Aurélie Picard. C’est le Cardinal Lavigerie, meilleure tête politique que de Gueydon, qui consacre l’union de celle-ci avec Ahmed Tijani, cheikh de la grande Confrérie Tijania. Veuve, elle épousera le frère et successeur du cheikh et aura la coquetterie de refuser le mariage civil, qui lui est proposé cette fois par le gouvernement. De fait, Aurélie Tijani a contribué au rayonnement de la France dans le Sahara, ce qui lui a valu la légion d’honneur à titre posthume. Cet exemple, qui a été interprété sur un registre soit réaliste soit romantique, fait cependant exception.

12Il n’y a pas eu au Maghreb l’équivalent de liaisons telles que celle de Cortès et doña Marina qui ont eu une portée politique directe. L’islam y est pour beaucoup : en sacralisant la défense du sanctuaire identitaire familial, en cantonnant en outre la femme dans la sphère privée, il rend difficile un rôle de truchement, de médiatrice ou d’agent double, analogue à celui des Amérindiennes, des « Senôres » du Sénégal ou de Madagascar. De même, l’influence de la Française ne saurait s’exercer qu’à travers son mari, et Aurélie Tijani doit s’effacer quand ses époux ont disparu.

Discours des colons

13Au demeurant, l’Algérie des officiers, des voyageurs séduisant Aziyadé, ou des bergères séduites par un prince musulman, le cède à celle des colons. Le peuplement et l’immigration des Européennes cantonnent les « mariages d’Afrique » à la marge. Elisée Reclus, en prévoyant un métissage généralisé dont les Espagnols, préparés par leur passé, seraient le liant, commet une erreur.

  • 6  Préface à Marthe Bassene, Aurélie Tijani, princesse des sables, Plon, 1925.

14Louis Bertrand, le père de l’école littéraire algérianiste, qui s’impose au début du siècle comme l’expression de la culture coloniale, souligne le caractère exceptionnel du cas d’Aurélie. « Ou bien les deux conjoints, et c’est le cas le plus fréquent, ne peuvent pas se comprendre et finalement se séparent, ou bien la civilisée capitule devant le barbare. Elle tombera au niveau des concubines dont elle partage la misérable existence6 ».

  • 7  Demontès, Le peuple algérien, p. 13. De 1830 à 1877 sur 44816 mariages, 51,8 % ont lieu entre Fran (...)

15Le thème de l’union mixte recule dans le roman, pour s’effacer presque entièrement à partir de la première guerre. Confirmation de cette marginalité est fournie par les études démographiques7. L’Afrique du Nord, qui n’est pas incluse dans l’état des lieux dressé par la Commission Guernut en 1937-1938, ne semble pas avoir fait l’objet d’enquête sur les métissages, à la différence des autres colonies.

  • 8  Notons qu’en 1938 est publiée aussi la première étude posant les problèmes en termes sociologiques

16Le seul discours qui prenne une certaine consistance est le discours juridique. D’abord limité à une jurisprudence très contradictoire, il se structure et prend forme dans des travaux spécialisés et dans des thèses, qui donnent à la question ses lettres de noblesse dans les années 19308. Le droit demeure cependant indécis quant à la situation des épouses et des enfants. Certes, la tendance prépondérante, codifiée tardivement par le projet de loi voté le 2 avril 1930, est-elle à la prééminence du droit français, car « le peuple conquérant ne peut s’incliner devant le peuple vaincu » (selon une formule du Garde des Sceaux datant de novembre 1871), ni la civilisation supérieure s’abaisser devant l’inférieure. Le mariage n’est légal que s’il est effectué devant un officier d’état civil, et donc si le mari n’a pas d’autre épouse. Mais avant la loi de 1927 concernant les Françaises mariées à des étrangers, la nationalité et le statut de l’épouse d’un colonisé ne sont pas évidents. Les problèmes d’héritage, de garde et du statut des enfants — qui en droit musulman relèvent de l’autorité paternelle — suscitent des jugements opposés. La confusion est d’autant plus grande que, à partir de l’ordonnance du 7 mars 1944, le statut personnel musulman n’est plus incompatible avec la citoyenneté française. Aussi, la Cour de Cassation peut-elle contredire la Cour d’Appel d’Alger et considérer que le droit musulman est applicable aux mariages.

17Ce qui domine, cependant, est la hantise de la perte — perte d’âmes, perte de prestige plus encore — que ces unions représentent. Des circulaires mettant en garde contre les risques qu’elles encourent sont adressées aux candidates par les Résidences générales de Tunisie et du Maroc. Les notes d’experts demandées par le Gouvernement général d’Alger à des juristes vont dans le même sens.

  • 9  Conseiller Thiodet, Rapport au Gouverneur Général, cité par Dr H. Marchand, Les mariages franco mu (...)

18Louis Chevalier s’inquiète de voir ces Bretonnes ou Auvergnates « kabylisées » après avoir été ramenées par l’émigré au douar natal. Le contraire, la conquête par la civilisation, par la Française est une opinion beaucoup plus rare. « La mentalité que notre indigène semblait avoir acquise au contact de notre civilisation ne tardera pas à s’évanouir lorsqu’il sera retombé dans son milieu originaire dont il ne tardera pas à reprendre l’esprit, les coutumes et les mœurs. Bien vite, il reviendra aux conceptions inspirées par le Coran9 ». Il y reviendra d’autant plus facilement que par son mariage, il pénètre dans le camp des colons sans avoir eu à faire effort pour le mériter. Pire, il renverse les rapports, en dominant la fille du maître. L’homme, la famille, l’islam s’assurent aussi le contrôle de la descendance, alors que dans les autres sociétés, les colonisées n’en ont la charge que par défaut de l’autorité du père.

  • 10  Insignifiante quantitativement, elle est à l’origine de trajectoires « métis » particulièrement in (...)

19On ne trouve pas en Afrique du Nord d’œuvres philanthropiques destinées à la protection des enfants d’unions mixtes, à leur accueil et à leur éducation. En raison de la faiblesse de leur nombre ? Peut-être aussi parce que la société musulmane refuse les adoptions des orphelins, ou enfants abandonnés, par des adeptes d’autres cultes. La tentative de conversion faite par Lavigerie, qui avorte à la fin du XIXe siècle, n’aura pas de suite10.

  • 11  P. Chauvaut, cité par A. Babadji, Le mixte franco-algérien, Annuaire de l’Afrique du Nord, 1990.

20La dégénérescence menace donc les enfants, « repris par la vie indigène, soumis à sa coutume, oublieux de leur statut de Français… Il est difficile de reconnaître des droits politiques à des individus dont l’attitude tend à prouver qu’ils n’en sont pas dignes11 ». On retrouve là une représentation négative des métis, analogue à celle qui explique les difficultés faites par certains administrateurs en Indochine et en Afrique à la reconnaissance de leur nationalité française.

  • 12  Charles Géniaux dans Le choc des races, NRF, 1945, montre l’amour d’un beldi tunisien et d’une jeu (...)

21Le point de vue exprimé par les « indigénophiles », très minoritaire, n’est pas forcément plus optimiste, l’opposition des deux milieux hypothéquant les chances de réussite des couples et celle des enfants12.

  • 13  On compte entre 1918 et 1962 une centaine de titres algérianistes, cf. sur les auteurs femmes Mess (...)
  • 14  Le Maghreb entre deux guerres, 1956, p. 237.

22Ce sont sans aucun doute certains écrits de femmes — ils ne reflètent certes pas l’opinion féminine moyenne ! — qui sont les plus sensibles, les plus intuitifs, les seuls dans le morne paysage de la littérature coloniale à savoir rendre le désir, la passion13. Ils sont parfois très bien informés. Marie Bujéga, épouse d’un administrateur, plaide, dans une œuvre moins romanesque que descriptive, pour la connaissance de Nos sœurs musulmanes, pour une évolution moderne, symétrique à celle de l’homme, tout en mettant en garde contre les mariages mixtes. Elle est assez crédible aux yeux des nouvelles élites algériennes pour défendre ses thèses dans La voix des humbles, le journal des instituteurs. Jeanne Faure-Sardet, diplômée de langue arabe, publie en 1932 Helia, puis en 1935 Fille d’Arabe, où l’amour métis est interdit par les deux communautés. C’est au contraire sa victoire que conte Magali Boisnard dans Maâdith. Mais à la vérité cette fin est rare. Jacques Berque l’a bien dit, « sur ce sol piaffant de désir, l’élan des deux foules l’une vers l’autre est coupé »14, et Fanon a montré que ce désir avait des allures de viol.

  • 15  La collaboration de Dinet et Slimane Ben Ibrahim a donné Khadra la danseuse en 1910, qui se passe (...)

23Les métissages, enfin, ont été un thème privilégié de quelques êtres-frontières — tels Isabelle Eberhardt, Jean et Taos Amrouche — ou d’œuvres littéraires « mixtes », — Les compagnons du jardin écrit en commun parRandau et Ali Hadj Amou15. L’un des personnages les plus importants de Randau, Cassard le berbère, qui descend de pirates barbaresques, annonce une Algérie mêlant toutes les races. Dans Les Compagnons du jardin, le dialogue se noue entre « jeunes algériens » et libéraux français cherchant à construire une « patrie algérienne », où les élites indigènes seraient assimilées par l’école mais aussi par le mariage. Ali Hadj Amou est par ailleurs l’auteur de Zohra, la femme du mineur, qui exprime — ainsi que R. et A. Zenati dans Bou al Nouar, le jeune algérien (1945), deux œuvres traitant de l’union mixte — l’attraction de la francisation.

24Cependant, passées les années 1930-1940, l’assimilation paraît de moins en moins l’avenir de l’Algérie, et le thème de la Méditerranée pluraliste est présenté comme une alternative par un courant littéraire et politique en rupture avec l’algérianisme. Gabriel Audisio, qui en est le chantre contre une latinité exclusivement européenne et exclusive exalte la bâtardise, les ancêtres multiples. Mais il doit reconnaître dans l’impossibilité des mélanges « le péché capital » de l’Algérie française.

25Le parfum de scandale qui entoure Isabelle Eberhardt, son androgynie, sa conversion à l’islam et son mariage avec un Algérien, les tracasseries policières dont elle est victime, disent bien ce rejet. En sens contraire, le regain d’intérêt dont elle est l’objet de manière périodique, et en particulier depuis quelque temps — avec les biographies de Denise Brahimi et Edmonde Charles-Roux, ou le film de I. Pringlen en 1991 — manifeste la fascination suscitée par la dualité et par l’errance. Mais, dans ses nouvelles, Au pays des sables et le Major, ce type de transgression se paye cher. Jean Amrouche, lui, a prononcé la condamnation à mort des monstres que sont les hybrides, les êtres porteurs des frères ennemis comme lui, et Henry Kréa rallie le camp des colonisés. Quant à Camus, qui ne peut choisir que la fidélité à sa mère, la femme algérienne est désespérément absente dans toute son œuvre littéraire. Au détour d’une note, dans Le premier homme, on en a une vision fugace à propos de l’impossible familiarité des communautés et du mystère des Arabes « dans leurs maisons inconnues, où l’on ne pénétrait jamais, barricadés aussi avec leurs femmes qu’on ne voyait jamais, ou si on les voyait dans la rue, on ne savait pas qui elles étaient, avec leur voile à mi-visage et leurs beaux yeux sensuels et doux au-dessus du linge blanc ».

26Sans doute a-t-on désormais conscience que la guerre des Sabines a été définitivement perdue par les colons. Selon Henri Déjeux, sur 152 romans français publiés entre 1954 et 1968 concernant l’Algérie, 12 seulement touchent au mariage mixte, dont 2 ou 3 ont choisi des personnages de musulmanes. Tranche par sa qualité, dans un registre anticolonialiste, élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli paru en 1967. Rappelons que la presse de droite appelait les militantes françaises des réseaux de soutien au F.L.N. « les femmes du F.L.N. ». Mais il s’agit de situations marginales. Marginalité confirmée par les statistiques de l’état civil, qui recensent une soixantaine de ces unions, dont une vingtaine de femmes musulmanes en 1953. Ce sont les Algériens qui reprennent le thème, s’en emparent dans la nouvelle littérature de langue française qui accompagne le mouvement de libération à partir des années 1950.

L’Européenne dans le Maghreb nationaliste

  • 16  Ce cas extrême — femme étrangère et langue étrangère — tient aux caractères de la situation coloni (...)

27Le désir est présent dans à peu près toutes les œuvres, et la relation amoureuse entre dans le roman algérien moderne sous les traits de l’étrangère16. Les rapports de sexe qu’il présente ne se confondent pas en effet avec les genres anciens et très codifiés que sont la poésie amoureuse et la littérature érotique arabes.

  • 17  Sur 30 titres, J. Madelain, L’errance et l’itinéraire. Le roman maghrébin de langue française, 198 (...)
  • 18  Sur Assia Djebar, cf. Monique Gadant, Peuples Méditerranéens, n° 48-49, 1989.

28Il n’y a pas d’amours heureuses. Que ce soit chez Feraoun, Memmi, Chraïbi ou Kateb Yacine17, le couple est prisonnier des antagonismes entre colonisés et colons. C’est sans doute A. Memmi avec Agar (1955), bâti sur le drame et l’échec, l’affrontement des deux milieux, le déchirement du couple où chacun s’identifie à son monde et s’en fait le champion, qui a le mieux rendu compte de cette vision. « Je me persuadais enfin que le Nord c’était elle et le Sud c’était moi » ! Comme le fait remarquer la critique nationaliste à Assia Djebar à propos de La Soif (1957)18 la guerre d’Algérie rend indécents le narcissisme et l’hédonisme. Lakhdar, le personnage de Kateb Yacine, dit de la Française Marguerite qui est venue vers lui, « jamais je ne l’aimerai, mais je l’ai toujours regrettée ». C’est Nedjma, qui symbolise l’Algérie recherchée.

29La femme européenne exerce donc un mélange de fascination et de répulsion. Maîtresse savante et libérée, offerte — « elle sait que son ventre est offrande » (Malek Haddad) — mais elle est aussi ogresse, dévoreuse d’hommes, assimilée à la France, « la fille du bourreau ». Rejetant les seules explications en termes de conflit nationaliste, certains recherchent des interprétations plus anthropologiques. Mohamed Dib fournit une clef dans ses écrits qui suivent la guerre et qui s’éloignent des urgences militantes : pour lui, l’impossibilité du couple mixte est aussi celle de toute union égalitaire et constructive entre l’homme, « infirme sur le plan affectif », et la femme. Être soi exige de renaître, et pour cela de reconnaître l’autre, sa femme, épouse, amante, pour elle-même, et non comme ombre de sa mère-sœur.

  • 19  Cours sur la rive sauvage, 1966.

30La littérature masculine refléterait donc la relation qui existe entre la mère et ses fils, une relation qui explique en grande partie « l’attitude de l’homme vis-à-vis de « l’autre » femme, c’est-à-dire sa femme, et son désarroi face à elle19 ». Les écrits des romancières qui font suite à Taos Amrouche et Assia Djebar à partir des années 1970 dressent en effet un tableau très sombre des rapports entre hommes et femmes, le communautaire l’emportant sur le couple, la famille patriarcale et la belle-mère sur l’épouse.

  • 20  A. Mosteghanemi, Algérie. Femmes et écriture, 1985.

31« Si la plupart des écrivains algériens ont ridiculisé la femme étrangère et abusé d’elle tout en la rejetant hors de leur existence, en fin de compte sous des prétextes d’ordre politique, c’est tout simplement dans le but de détruire un symbole qui dérange leur virilité20 ». Mais pour ajouter à l'ambiguïté du mixte, Assia Djebar, dans l’Amour, la fantasia, se dit insensible à une déclaration d’amour prononcée en français — qui est pourtant la langue de son écriture, celle de presque toutes les romancières algériennes, la seule qui permet alors de dire le je, le corps, le féminin — dont les mots ne l’atteignent pas.

  • 21  Portrait du colonisé, J.-J. Pauvert éditeur, 1966, pp. 171-172.

32La condamnation comme inégalité, aliénation, acculturation de l’union mixte et du métissage ne souffre pratiquement pas d’exception dans la littérature des décolonisations, de Fanon (Peaux noires et masques blancs, 1952) à Memmi dans Agar (1955) et dans Portrait du colonisé (1956). C’est même cet échec qui pour Memmi nourrit la flamme nationaliste. « Est-ce une coïncidence si tant de chefs colonisés ont contracté des mariages mixtes ? Si le leader tunisien Bourguiba, les deux leaders algériens Messali Hadj et Ferhat Abbas, si plusieurs autres nationalistes, qui ont voué leur vie à guider les leurs, ont épousé parmi les colonisateurs ? Ayant poussé l’expérience du colonisateur jusqu’à ses limites vécues, jusqu’à la trouver invivable, ils se sont repliés sur leurs bases… Eux savent, maintenant, que leur salut coïncide avec celui de leur peuple, qu’ils doivent se tenir au plus près de lui et de ses traditions. Il n’est pas interdit d’ajouter le besoin de se justifier, de se racheter par une soumission complète21 ».

  • 22  Carmel Camilleri, Jeunesse, famille et développement. Essai sur le changement socioculturel dans u (...)

33La violence même des imprécations du discours nationaliste attribue aux mariages mixtes une portée qui renvoie à un problème d’une tout autre nature que les simples données statistiques. En Tunisie, ils ne représentent que 0,3 % du total en 1959, en Algérie, où depuis 1962 les chiffres ne sont plus publiés, ils sont sans doute très peu nombreux. C’est leur importance qualitative qui est perçue comme considérable : un journal marocain recense, dans les années soixante, sept ministres ayant épousé des étrangères. On a souligné le porte-à-faux des élites occidentalisées par rapport au pays profond. « Les époux mixtes seraient, en somme, le miroir grossissant de la condition du groupe biculturé, c’est-à-dire du groupe pilote du pays »22.

34Mais le caractère passionnel des réactions des associations féminines mérite une attention particulière. Déjà, en 1936, Leila, revue proche du Néo-Destour, avait mis en cause l’engouement des étudiants pour les Parisiennes. L’Union nationale des femmes tunisiennes, lors de son congrès de décembre 1962, reproche à « ces midinettes, filles des campagnes (sic)  », de choisir des nantis et non « des paysans et des petits ouvriers ». Elle met en doute leur sincérité et suspecte leur propension à la trahison, en rappelant tel complot contre le pouvoir où certains des protagonistes étaient mariés à des Européennes. Quant à l’Union nationale des femmes algériennes, elle demande, en novembre 1966, que ceux qui ont épousé des étrangères soient évincés des postes de responsabilité, voire des administrations.

  • 23  Cf. Jean Déjeux, Image de l’étrangère, 1989. Citation in Le Monde, 21 septembre 1988.

35L’Algérie est, semble-t-il, le seul pays du Maghreb où le pouvoir est intervenu pour stigmatiser les mariages mixtes, comme l’ont fait, le ministre des Affaires Religieuses lors des Séminaires sur la Pensée islamique en août 1970 et 1971, et le Président Chadly en 1988 : « Il n’y a pas de binationaux. Si les pères sont Algériens, ils sont Algériens et soumis à la loi algérienne ». Critiquant « des complexés qui n’ont pas confiance dans leur personnalité, leur patrie, leur langue, leur civilisation et leur religion », il conclut : « les familles et particulièrement les maris doivent choisir clairement. S’ils veulent une culture étrangère, ils n’ont qu’à s’en aller vers le pays qui les réclame23 ».

  • 24  Cité par Déjeux, op. cit., p. 160 sq.

36Une responsable du F.L.N., qui sera ministre de l'Éducation Nationale en 1986, Zhour Ounissi, oppose à l’égoïsme des Européennes et à leur superficialité, le dévouement de la femme algérienne qui vit exclusivement pour l’homme. Contre « le mélange des sangs, la confusion des esprits », elle prône une « origine pure, un enracinement de qualité, un sang, une âme, une éducation, intègres24 ». L’imprécation n’a plus de bornes contre la femme algérienne qui franchit la limite. « Outre que la religion musulmane interdit à la femme le mariage avec l’étranger, le sentiment d’honneur qui anime chacun de nous, doit empêcher l’existence d’une telle situation » déclare le ministre des Affaires religieuses dans El Moudjahid du 14 août 1970.

37Fadela Mrabet, dans La Femme algérienne (1964) et Les Algériennes (1967), s’en prend à cette intolérance mêlant nationalisme xénophobe et islamisme, à la chape de plomb qui étouffe les esprits et prépare, en effet, l’offensive intégriste des années 1980. Surtout, elle relève, avec inquiétude, une distorsion entre le discours institutionnel, la langue de bois officielle, et les attitudes des jeunes. Les courriers des lecteurs d’Alger Républicain en 1963, de El Moujahid en 1967, de même que ceux des journaux tunisiens — Faïza (1961-1962), la Presse (116 lettres en 1963) — ou du Maroc, révèlent en effet un large mouvement d’opinion en faveur du mariage mixte. Selon une enquête menée à Tunis en 1962, une majorité de lycéens (58 %) et une proportion importante des lycéennes (28 %) se disent favorables aux mariages mixtes, malgré les difficultés, les oppositions des parents (63 % des Tunisois, 75 % des provinciaux).

38Il permet d’éviter la dot, argument qui n’est pas aussi trivial qu’on pourrait le penser, car l’impossibilité de remplir cette obligation interdit à beaucoup le mariage. Il apparaît comme l’expression de la modernité, sa voie royale, voire une contribution à la régénération d’un sang appauvri par la consanguinité, une ouverture à la différence posée comme positive à l’encontre d’une conception raciste de l’identité. Mais ce qui pointe de plus nouveau, c’est une affirmation féministe, la revendication du droit d’épouser des non musulmans, qui, pour la première fois, s’exprime publiquement et, avec elle, le principe de la liberté individuelle. Au nom de l’égalité, les jeunes filles protestent, non pas contre les étrangères, mais contre les interdits particuliers qui pèsent sur les femmes.

  • 25  Fadela Mrabet, La femme algérienne, op. cit., p. 80.

39« À lire toutes ces lettres, il semble qu’une jeune algérienne n’ait d’autre solution, si elle veut être heureuse, que d’épouser un étranger. Se marier contre son gré, épouser un Européen, devenir vieille fille : c’est encore le sort de la plupart des Algériennes »25. A ce constat, s’oppose la censure : « que deviendront alors la virilité, la gloire algérienne, le caractère national arabo-islamique de notre vigoureuse jeunesse ? Dans quel état seront nos jeunes gens quand ils verront leurs sœurs entre les bras d’étrangers qui sont leurs ennemis et ceux de toute la nation arabe » (Zhour Ounissi, El Djeich, septembre 1965).

40Frayeur excessive et compassion inutile : de telles transgressions ont été exceptionnelles, et la stigmatisation qui les frappe, au nom de la nation et de l’islam, les a rendues quasi impossibles. Quand la Ligue tunisienne des droits de l’homme inscrit dans sa charte en 1985 que « l’homme et la femme [...] ont le droit de se marier et fonder une famille sans aucune restriction pour cause de race et de religion », elle est violemment prise à partie par les islamistes. Et seules les associations féministes les plus radicales ont adopté cette position lors de la Conférence mondiale des femmes à Pékin en 1995. Il est vrai que dans un film sorti en 1996, Un été à la Goulette, les trois héroïnes, musulmane, juive et catholique, bravent tous les tabous en décidant de connaître au sens biblique du terme chacune un jeune homme de la confession opposée. Tout finit bien, les péripéties permettant aux héroïnes de ne pas passer à l’acte, et le Tartuffe dénonciateur, intégriste et libidineux succombant à la vue du corps qu’il désirait s’approprier. Cette œuvre, qui cultive la nostalgie du cosmopolitisme, a eu un beau succès de diffusion en France et en Tunisie. Mais la réalité ne dépasse pas encore la fiction.

41C’est seulement dans l’émigration que le couple mixte est devenu, y compris pour les jeunes algériennes, une réalité sociale assez importante pour qu’elle ne puisse plus faire figure de situation marginale.

Migrants et mutants

42L’émigration a en effet considérablement transformé les conditions du mariage, qui se fait de plus en plus souvent en France. Avec le regroupement familial et la reproduction des générations, un marché matrimonial s’y est constitué. L’endogamie stricte, qui y est difficilement réalisable, serait deux à trois fois plus faible qu’au pays. Surtout, les Algériens vivent une situation de minorité dans une société où la famille et le statut de la femme leur paraissent aux antipodes du modèle traditionnel. Par ailleurs, la France a une tradition d’assimilation à travers les mariages mixtes, qu’on évalue à un million entre 1918 et 1984. Ils représentaient 12 % du total contre 9,7 % en Allemagne en 1991.

  • 26  Cf. Ralph Shor, L’opinion française et l’immigration (1919-1939), Publications de la Sorbonne, 198 (...)
  • 27  Doris Bensimon et Sergio della Pergola, La population juive de France. Socio-démographie et identi (...)

43De nouveaux discours apparaissent donc, en particulier celui du sociologue qui est devenu classique. Le mariage mixte a fait l’objet de travaux universitaires récents, de thèses et colloques, qui consacrent la légitimité des interrogations. Quelle est sa signification en matière d’intégration, en quoi éclaire-t-il les relations interculturelles ? Mais le discours scientifique ne saurait faire oublier que ces unions ont toujours fait problème, hier celles nouées avec des Polonais ou Italiens, aujourd’hui avec les Maghrébins26. Leur accroissement s’accompagne — par un paradoxe apparent — d’un alourdissement de la suspicion. Dans quelle mesure s’agit-il de mariages de complaisance destinés à couvrir une immigration clandestine ? La Mairie de Paris les a évalués au tiers, et la Mairie de Toulouse à 44 %. Chiffres fantasmagoriques ! Dans l’opinion domine le sentiment que les mariages, blancs ou non, ne sont jamais clairs. À partir des sondages on peut dresser une Carte du Tendre où les Nord-Africains sont les plus mal lotis avec 14 % de réponses favorables contre 59 % pour les Italiens en 1974. Pas plus qu’en Algérie, la binationalité n’est acceptée, et la possibilité d’un choix entre les deux pays pour effectuer le service national, la double allégeance, font l’objet de réactions négatives. Alors même que les signes de l’intégration se précisent, que l’école, la rue, le quartier mêlent les jeunes, comment expliquer cette insistance en faveur d’une « désintégration » par le mariage mixte, dont E. Todd va jusqu’à faire une condition de la tolérance française ? Comment expliquer que les autres confessions ne fassent pas l’objet d’une telle pression ? Dans la décennie 1966-1975, les deux tiers des mariages juifs étaient endogamiques27. Ces différences font ressortir des tensions propres au mariage musulman.

44Certes, les situations ne sont pas figées. Cependant, une évolution analogue à celle des immigrations précédentes se heurte, à propos des Africains et des Maghrébins surtout, à la mise en avant de différences posées comme insurmontables. L’allure d’affaire d'État prise par les enlèvements d’enfants franco-algériens, qui se sont multipliés dans les années 1970 pour atteindre le chiffre d’un millier en 1984, la lenteur à accepter une convention appliquant l’esprit de celle de La Haye en 1980, signée par le Maroc le 10 août 1981 et la Tunisie le 18 mars 1982, mais seulement le 21 juin 1988 par l’Algérie, les manifestations spectaculaires et très médiatisées des « mères d’Alger » ont rappelé les difficultés liées aux conflits de droit. Les mariages mixtes continuent de subir les rapports inégalitaires et les tensions caractérisant les relations entre l’Algérie et la France, chacune soupçonnant le conjoint étranger — ambassadeur de son pays — de poursuivre leur guerre des Sabines. L’immigration maghrébine, soit en raison de sa soumission au surmoi nationaliste, soit par une conscience aiguë et juste de la gigantesque acculturation suscitée par le mariage mixte, en a une perception très négative.

45Du côté français, les statistiques sont scrutées avec attention. Pour compenser leurs insuffisances, car elles ne portent que sur la nationalité des époux à l’exclusion de tout renseignement sur leur confession et leur origine, la pratique des enquêtes apportant des informations sur les ascendants ou la religion des conjoints, devient courante. Sous un titre qui dit bien son programme, Faire France (1996), Michèle Triballat montre que les populations d’origine nord-africaine, algérienne surtout, manifestent une résistance particulière. Le taux des mariages mixtes est de 15 % chez les jeunes filles nées en France, et il serait encore plus bas si l’on pouvait inclure dans le total ceux qui sont célébrés au pays d’origine. Taux très faible si on le compare aux 73 % des Espagnoles et 47 % des Portugaises.

46400 mariages d’Algériennes avec des Français en 1975, 1 766 en 1989, quelque 2 000 aujourd’hui, avec tendance à un tassement : de tels chiffres, qui n’ont pas de précédents et traduisent une tendance irréversible, révèlent aussi une pression familiale considérable. Il n’y a pas là que répression, mais aussi la valorisation du mariage et de la maternité, l’attirance de la chaleur des réseaux féminins, que la modernité française ne connaît plus. Rançon de cette situation, les observateurs ont relevé récemment une inhibition de la vie amoureuse des jeunes filles, qui se marient beaucoup plus tard que les Françaises et vivent chez leurs parents.

47Prompte à s’émouvoir, l’opinion, d’affaire des foulards en scandale des rapatriements forcés, de fugues de « beurettes » en réussite scolaire, s’interroge sur les tensions entre assimilation et tradition, rejouant le drame classique de l’époque coloniale. Son préjugé favorable envers les jeunes filles sera-t-il confirmé, ou bien la méfiance envers les trahisons possibles se vérifiera-t-elle ?

  • 28  Cf. J. Streiff-Fenart dont les résultats sont très différents de ceux de M. Muller. Si le père est (...)

48Mais peut-être l’avenir passera-t-il entre ces extrêmes ? Autre fait nouveau, en effet, et sans doute le plus important, les enfants de la mixité sont désormais une réalité qui a pris corps. Le choix de leur prénom est toute une affaire qui permet aux sociologues de tester l’identité prédominante28. Les recherches montrent la prédominance du modèle français dans tous les couples, ce qui rassurera les assimilationnistes, mais on constate aussi l’apparition d’un bon quart de prénoms mixtes eux aussi, ou d’ailleurs.

  • 29  Aïssa Djebar, L’amour, la fantasia, J.-C. Lattès, 1985, p. 145.

49Enfin, l’enfant métis est devenu personnage littéraire et vit sa vie propre. Dans le roman colonial, il était à peu près complètement absent, et n’apparaissait — sauf exception — que comme symbolisant la médiation entre les communautés ou, au contraire, le drame du conflit des races. Dans la littérature maghrébine, chez Driss Chraïbi ou chez Mammeri, l’idée d’avoir un enfant qui serait « rejeté par tous », qui ne serait « chez lui nulle part » était un motif de rupture avec la femme européenne ; chez Feraoun, la situation de « fils de Madame » est impossible. L’héroïne de La Soif de Assia Djebar, dont la vie, vouée à la recherche d’un accomplissement personnel hors du salut nationaliste, est si vide, est fille d’un couple mixte. A. Djebar se félicite du rôle du harem qui a réduit ces cas à des exceptions. « Jamais, le harem, c’est-à-dire l’interdit, qu’il soit d’habitation ou de symbole, parce qu’il empêcha le métissage de deux mondes opposés, jamais le harem ne joua mieux son rôle de garde-fou, comme si mes frères et par là mes geôliers avaient risqué une perte de leur identité : étrange déréliction qui fit dériver jusqu’à leur figure sexuelle29 ». Cette situation n’est pas transposable en France, où l’invention du mot beur — si discutable qu’il soit — rend compte de la réalité nouvelle. Dans le même sens, le rapport ambigu avec la langue française le cède à l’élaboration d’une langue délibérément métissée, d’une recherche sur l’écriture, sur les mots, sur les nominations. Dans Amour bilingue (A. Khatibi, 1983), deux amants créent leur bi-langue, qui survit à leur séparation et exprime la revendication de l’hétérogénéité, de l’errance.

  • 30  Tassadit Imache, Une fille sans histoire, 1989.

50Le Chinois vert d’Afrique, selon Leila Sebbar (1984), assume ses identités fluides en changeant de vêtements et de prénoms, Mohamed/Momo/Hamdou/Hami/Madou, et Shérazade, selon ses volontés, est Camille, Rosa ou Balkis. Ainsi encore, Lil redevient Lila quand son père meurt. « La nuit est arabe », et elle décide « d’habiter son nom30 ». Rappelons l’importance de l’androgynie, des variations de sexes chez Taos Amrouche, Dib, Tahar Ben Jelloun, Khatibi, Mehdi Charef ou Meddeb.

  • 31  Van Cauwelaert, Un aller simple, 1996, prix Goncourt.

51Bâtards ou non, désirés, pourchassés parce que non conformes ou non conformistes, les enfants illégitimes sont devenus écrivains à leur tour. Nombre de romancières — Myriam Ben, Leila Sebbar, Nina Bouraoui, Antoinette Benkeroun — sont issues de couples mixtes, ou vivent une union mixte telles Fatima Gallaire, Djura, Fadéla Mrabet. S’agit-il d’écrivains maghrébins de langue française, d’une littérature de beurs ? Les classifications réifient, figent ce qui est mouvement, errance. Le principal changement actuel est sans aucun doute que le métis franco-maghrébin, après avoir été longtemps l’objet d’un discours en est désormais le sujet. Son discours a des allures iconoclastes quand il revendique contre tous les ordres, contre la « théologie d'État asservissant les Arabes modernes » (Talismano de Meddeb), aussi bien que contre « l’aller simple » imposé par la France31.

Haut de page

Notes

1  Léon Poliakof, Le couple interdit, Mouton, 1980 ; A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, 1991.

2  Taillart Charles, L’Algérie dans la littérature française, Paris, Librairie ancienne édouard Champion, 1925.

3  Alain Ruscio, Amours coloniales. Aventures et fantasmes exotiques de Claire de Duras à Georges Simenon, éditions Complexe, 1996.

4  Enfantin écrit une réhabilitation Des femmes musulmanes, et publie en 1838 avec Gustave d’Eichtal un échange de Lettres sur la race noire et la race blanche où ils prônent le métissage. Ismayl Urbain se dit « à la fois chrétien et musulman » et espère « concilier les Noirs et les Blancs ».

5  Annie Rey, Le Royaume arabe, OPU, Alger.

6  Préface à Marthe Bassene, Aurélie Tijani, princesse des sables, Plon, 1925.

7  Demontès, Le peuple algérien, p. 13. De 1830 à 1877 sur 44816 mariages, 51,8 % ont lieu entre Français, 15,4 entre Français et Européens, 32,5 entre étrangers, 0,1 avec des musulmans et 0,06 avec des juifs ! De 1878 à 1903, 264 mariages ont eu lieu entre Européens et musulmans, 275 entre juifs et chrétiens.

8  Notons qu’en 1938 est publiée aussi la première étude posant les problèmes en termes sociologiques.

9  Conseiller Thiodet, Rapport au Gouverneur Général, cité par Dr H. Marchand, Les mariages franco musulmans, 1954.

10  Insignifiante quantitativement, elle est à l’origine de trajectoires « métis » particulièrement intéressantes et peu étudiées.

11  P. Chauvaut, cité par A. Babadji, Le mixte franco-algérien, Annuaire de l’Afrique du Nord, 1990.

12  Charles Géniaux dans Le choc des races, NRF, 1945, montre l’amour d’un beldi tunisien et d’une jeune française brisée par la jalousie d’un petit blanc italien ; A. Truphémus, Ferhat, instituteur indigène, 1935.

13  On compte entre 1918 et 1962 une centaine de titres algérianistes, cf. sur les auteurs femmes Messadi Sakina, Romancières coloniales et femmes colonisées, Alger 1990.

14  Le Maghreb entre deux guerres, 1956, p. 237.

15  La collaboration de Dinet et Slimane Ben Ibrahim a donné Khadra la danseuse en 1910, qui se passe exclusivement en milieu musulman dans le Sud.

16  Ce cas extrême — femme étrangère et langue étrangère — tient aux caractères de la situation coloniale algérienne, alors qu’en Egypte et au Proche-Orient la littérature moderne en arabe émerge dès la fin du XIXe siècle.

17  Sur 30 titres, J. Madelain, L’errance et l’itinéraire. Le roman maghrébin de langue française, 1983, ne trouve que 8 liaisons relativement positives.

18  Sur Assia Djebar, cf. Monique Gadant, Peuples Méditerranéens, n° 48-49, 1989.

19  Cours sur la rive sauvage, 1966.

20  A. Mosteghanemi, Algérie. Femmes et écriture, 1985.

21  Portrait du colonisé, J.-J. Pauvert éditeur, 1966, pp. 171-172.

22  Carmel Camilleri, Jeunesse, famille et développement. Essai sur le changement socioculturel dans un pays du Tiers-monde (Tunisie), CNRS, 1973, p. 100 et Confluent, n° 36, 1963.

23  Cf. Jean Déjeux, Image de l’étrangère, 1989. Citation in Le Monde, 21 septembre 1988.

24  Cité par Déjeux, op. cit., p. 160 sq.

25  Fadela Mrabet, La femme algérienne, op. cit., p. 80.

26  Cf. Ralph Shor, L’opinion française et l’immigration (1919-1939), Publications de la Sorbonne, 1985, qui analyse la littérature de l’entre-deux-guerres, et Georges Mauco, auteur de la première thèse de géographie, Les étrangers en France, 1932.

27  Doris Bensimon et Sergio della Pergola, La population juive de France. Socio-démographie et identité, CNRS, 1985.

28  Cf. J. Streiff-Fenart dont les résultats sont très différents de ceux de M. Muller. Si le père est maghrébin les prénoms arabes représentent 29 % du total, contre 44,2 % de prénoms français et 6,3 % contre 73 % si le père est français.

29  Aïssa Djebar, L’amour, la fantasia, J.-C. Lattès, 1985, p. 145.

30  Tassadit Imache, Une fille sans histoire, 1989.

31  Van Cauwelaert, Un aller simple, 1996, prix Goncourt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Liauzu, « Guerre des Sabines et tabou du métissage : les mariages mixtes de l’Algérie coloniale à l’immigration en France », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 259-280.

Référence électronique

Claude Liauzu, « Guerre des Sabines et tabou du métissage : les mariages mixtes de l’Algérie coloniale à l’immigration en France », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 22 août 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/207

Haut de page

Auteur

Claude Liauzu

Historien, URMIS, Université de Paris 7 – Denis Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org