Navigation – Plan du site
Trajectoires

Les variations identitaires nationales

Le cas de quelques Franco-Algériennes
Fabienne Rio
p. 203-216

Notes de l’auteur

Cet article a été écrit à partir de la thèse intitulée Entre la France et l'Algérie : l'imaginaire national. Représentations et rapports aux nationalités française et algérienne de Franco-Algériens, soutenue à l’université Paris 7 – Denis Diderot, le 30 juin 1997. L'appellation « Franco-Algérienne » a une dimension juridique, indépendante de la manière dont ces personnes peuvent se désigner elles-mêmes. Elle renvoie au fait qu'elles sont à la fois Françaises parce que nées en France entre le 1er janvier 1963 et le 31 décembre 1994, par effet du double droit du sol — l'Algérie ayant fait partie du territoire national français jusqu'en 1962 — et Algériens de naissance par le droit du sang.

Texte intégral

  • 1 Comme l'illustre la réforme du Code de la nationalité française en 1993. Cette réforme oblige les e (...)

1Les questions des identités nationales sont généralement abordées, aussi bien pour l’opinion publique que pour les politiques1, soutenus par certains chercheurs, en termes essentialistes, comme des identités qui, lorsqu’elles sont considérées comme trop éloignées les unes des autres, ne peuvent que s’affronter et être la cause de divers maux sociaux. Une telle approche refuse d’inscrire les identités nationales dans les rapports sociaux, qui sont des rapports de force et de sens souvent inégaux. La rencontre d’identités nationales différentes, comme tout autre rapport social, n’échappe donc pas à ce type de dynamiques, car chacune d’elles se situe dans une histoire particulière, qui génère des représentations de soi, en tant que national, et des autres, les « étrangers ». Ce sont ces histoires, associées à des conditions économiques et sociales particulières, qui favorisent ou limitent des processus d'identification à une nationalité, et non des cultures qui seraient par nature opposées.

2Des problématiques comme celles de l’ethnicité sont particulièrement adaptées pour une telle étude. Elle permet de comprendre comment sont construites des catégories ethniques distinctes à partir de différences biologiques et/ou culturelles, à l’origine de processus de désignation, d’appropriations identitaires, variables selon les rapports de force entre individus et groupes (nationaux, religieux…) et qui établissent des frontières (juridiques et/ou symboliques) entre ces individus et ces groupes. Le rôle des femmes y est souvent déterminant. C’est pourquoi on peut articuler cette approche des relations sociales avec une problématique en termes de genre. L’étude des variations identitaires de Franco-Algériennes, la plupart étudiantes ou diplômées de l’enseignement supérieur, s’inscrit donc à la jonction de ces problématiques.

3Afin de comprendre, d’une façon générale, comment sont construites les identités nationales et les sentiments qui les accompagnent, mais aussi la façon dont elles sont amenées à composer et ce faisant, à varier (en étant confrontées à d’autres types d’attachements générateurs, eux aussi, de sentiments passionnels concurrents) ou bien, au contraire, à s’opposer (produisant ainsi des processus par lesquels se maintiennent durablement les distinctions entre des « nous » et des « eux »), il fallait interroger les histoires nationales de la France et de l’Algérie élaborées par le nationalisme. Il fallait donc dégager les traits qui marquent les mémoires nationales dans leur rencontre et leurs antagonismes, où l’on voit très bien fonctionner les dynamiques productrices de catégories ethniques.

  • 2  La conférence de E. Renan sur la nation en 1882 illustre fort bien cette ambiguïté : la nation, c' (...)

4Si la nationalité française est idéalement fondée sur une conception juridico-politique, l’État par son action unificatrice, principalement par la mise en œuvre d’une éducation nationale chargée de diffuser langue et culture nationales, et par le service militaire, a des effets de communalisation, au sens webérien du terme — c’est-à-dire des effets produisant des sentiments subjectifs d’appartenir à une même communauté, générant des passions et des sentiments nationaux, individuels et collectifs, qui réintroduisent sans cesse une dimension ethnico-religieuse (Européens blancs/cheveux et yeux clairs/chrétiens)2.

  • 3  J'insiste ici sur le fait qu'il ne s'agit en aucun cas de reprendre à son compte et de cautionner (...)
  • 4  Sur cette question, voir Monique Gadant, Le nationalisme algérien et les femmes, L'Harmattan, 1995
  • 5  Ces mêmes valeurs sont également liées à la démocratisation, dans la mesure où elles reposent sur (...)

5L'exclusion s’est particulièrement manifestée durant la période coloniale en Algérie, sur un critère religieux : l’accès à la citoyenneté française, considérée comme un symbole de la civilisation, était conditionné par le renoncement au statut personnel musulman. Puisque jugés à l’aune des valeurs françaises, la famille agnatique et l’islam qui la sacralise, furent considérés comme archaïques3. Les femmes4, au cœur du système social algérien en tant que support des alliances traditionnelles et symboles de l’honneur à sauvegarder, devinrent alors un enjeu essentiel entre colonisateurs et colonisés. Elles furent une constante du discours colonial qui, en prétendant vouloir les sortir de l’archaïsme, voulait détruire le système social algérien communautaire qui empêchait la pénétration des valeurs individuelles liées à la société industrielle5, tandis que les colonisés voulaient éviter cela. Dès lors s’est mise en place, dans les représentations, une opposition bipolaire sans issue Orient/Occident (en même temps qu’une opposition tradition/modernité), essentialisant des modes de vie, comme s’ils étaient insensibles aux bouleversements historiques : entrer dans la civilisation, c’est s’occidentaliser, donc perdre son identité.

  • 6  Cf. Ali Mérad, Le réformisme musulman de 1925 à 1940, Mouton, La Haye, 1967.

6Pourtant, l’existence d’idées modernistes chez certains Réformistes du monde musulman favorables à une réinterprétation de l’islam dans ce sens6 aurait permis de dépasser cette opposition et de rendre pensable une certaine émancipation de l’individu en général et des femmes en particulier, en restant à l’intérieur d’un cadre musulman. Mais en Algérie, devant le choc occasionné par la colonisation, la société se replia sur elle-même et fut sourde à ces idées. Le refus du changement fut la forme que prit la résistance à l’acculturation. Il y eut une surenchère de conformisme religieux, caractéristique de la société rurale algérienne qui ignore la tolérance et méconnaît les textes sacrés. Ceux qui dérogeront à ce conformisme en renonçant — entre autres — au statut personnel seront marginalisés.

  • 7  Faisant partie des intellectuels favorables à une réforme de l'Islam allant dans le sens d'une sép (...)
  • 8  Monique Gadant, op. cit.

7Dans les différents courants du mouvement national des années vingt-trente, l’islam finit par faire partie, à des degrés divers, des stratégies politiques7. Le droit familial resta dans le champ religieux, lui-même devenu une affaire politique. « Les femmes se trouvent prisonnières d’une vision conservatrice qui se justifiait par l’anticolonialisme »8. Le refus du mariage mixte, qui caractérise tous ces courants, illustre bien cette instrumentalisation politique faite de l’islam et de la famille, dans un cadre défensif. À l’indépendance, le FLN définira la nationalité d’origine par ce qui avait exclu les musulmans de la citoyenneté française : le statut personnel, fondé sur l’appartenance à la religion musulmane par ascendance paternelle. Ce qui la rend indéfectible.

8Les femmes verront, par conséquent, leur statut lié à la définition de la nationalité. Être Algérienne, c’est se vouer à la défense de la famille patriarcale, de l’ordre masculin. C’est donc par elles que les frontières ethniques — relayant l’exclusion du droit colonial — sont objectivées par le Code de la nationalité du nouvel État indépendant.

Des processus d’identifications divers

9Qu’en est-il des femmes issues de l’immigration ? Nées à la fois françaises et algériennes, comment composent-elles avec ces deux nationalités, avec les contradictions, les ambivalences qui ne manquent pas d’apparaître et éclairent sur les obstacles à l’identification — où se donne à voir ce qui est en jeu : la reproduction du groupe national par le contrôle des femmes en opposition à la valorisation des individus et de leurs intérêts distincts de ceux la communauté — et les modalités de leur dépassement ? Qu’est-ce qui leur permet de pouvoir se considérer comme françaises ? Qu’est-ce qui, au contraire, les limite ou les empêche de se considérer comme telles ? Qui maintient les frontières symboliques entre elles et les autres Françaises ? Comment intervient l’ethnicité, si elle intervient ? Pourquoi ?

  • 9  Personnes susceptibles de faire une demande de réintégration dans la nationalité française. Par ai (...)

10Une enquête effectuée à partir d’entretiens, peu nombreux mais approfondis, réalisés peu après le vote de la réforme du Code de la nationalité française, auprès de vingt-quatre personnes (14 femmes et 10 hommes) âgées de vingt à quarante ans, binationales ou seulement Algériennes9, a tenté d’apporter des réponses. Nous avons essayé de rendre compte de la diversité des dynamiques des représentations des deux nationalités, qui sont donc aussi des représentations de soi et des autres, en interaction non seulement avec le passé commun des deux pays mais aussi avec le contexte politique, économique, social, national et international, et des situations familiales particulières — mais toutes faites de compromis, d’arrangements, de négociations.

11Des processus d’identification nationales ont pu être dégagés par la détermination, dans un premier temps, des représentations que se faisaient ces personnes de l'islam dans le cadre de la société française laïcisée (ce que serait un islam français, leur définition de la laïcité, s’il est possible d’être français-e et musulman-e) et voir ainsi dans quelle mesure il relève du patriotisme. Dans un deuxième temps, de leurs représentations des nationalités française et algérienne, de leurs fondements respectifs (place des droits du sol et du sang, de la volonté), puis ce qu'est, selon elles, être français-e, être algérien-ne, à partir de quelques critères tels que « race »/ethnie, religion, langue, l'histoire et laquelle (pour l’Algérie : précoloniale ? Coloniale ? Guerre de Libération ?).

12Une autre série de thèmes nous a éclairés sur les rapports que ces femmes (et ces hommes) entretiennent avec les deux nationalités, c’est-à-dire dans quelle mesure les considèrent-elles comme faisant partie de leur identité personnelle ou non, à partir des circonstances et conditions — pour certaines — de la réintégration dans la nationalité française ou de son refus ; de l'importance de la double nationalité ; de la carte d'identité : symbole de l'identité nationale, donc en partie personnelle, ou bien un simple — mais essentiel — instrument facilitant la vie quotidienne dans une société où avoir un statut d'étranger est de plus en plus handicapant.

  • 10  Pour les hommes, le choix du lieu d'accomplissement du service national est remis en cause, en 199 (...)

13De même à propos de la citoyenneté : vote, vie associative (de quel genre : tournée vers le pays, la société d'origine ou vers la société française ?) ; définitions des concepts d'assimilation, d'intégration, de droit à la différence ; appréhension de la réforme du Code de la nationalité française10.

14Puisque les codes de la nationalité sous-tendent des structures anthropologiques divergentes au niveau des statuts personnels, et constituent par conséquent une base à une dichotomisation « Nous »/« Eux » à travers la question des alliances matrimoniales où convergent celles de la religion, du sang, des femmes, il fallait également prendre en compte les pratiques religieuses et le rapport à la langue parentale, aux projets matrimoniaux et à l’éducation des enfants. Le mariage mixte est-il envisageable ? Les tabous alimentaires, la langue « d'origine » seront-ils transmis ?

15Il fallait enfin rendre compte du contexte social dans lequel ont émergé ces représentations et ces rapports aux nationalités susceptibles de maintenir ou de favoriser le dépassement des frontières. Il a donc été appréhendé à partir des relations des parents et des personnes elles-mêmes avec la société française, perceptibles notamment :

  • par la fréquentation de Français-es (de la part des parents) – qui dépend à la fois des lieux et conditions de logement, de l’environnement social et professionnel, du niveau de la langue française, de l’instruction, du type de loisirs ;

  • par les relations sociales des personnes interviewées elles-mêmes : sorties, fréquentation de Français-es ; leur scolarité ;

    • 11  Le 10 octobre 1991 a été commémoré le trentenaire de la répression, en pleine guerre d'Algérie, de (...)

    par leur appréhension de certains événements nationaux récents au moment de l’enquête (tels que les manifestations des enfants de « Harkis » contre leurs conditions de vie, la commémoration de la manifestation d’octobre 196111), ou internationaux (tel que la guerre du Golfe) ;

  • par leurs liens avec l’Algérie (par les vacances, la connaissance et la lecture de journaux, d’écrivains nationaux et autres artistes, de l’histoire de l’Algérie, de la guerre de Libération – comparés à la connaissance de la culture et du patrimoine historique de la France : littérature, visite de musées, de monuments, d’églises).

16L’analyse des réponses a permis l’élaboration de cinq  types idéaux rendant compte de sentiments nationaux variés et des conditions de transformations des identités collectives nationales, ainsi dénommées :

  1. les « Français comme les autres »;

  2. les Binationaux : Algéro-Français, et Franco-Algériens,

  3. les Français-plus,

  4. les Arabo-musulmans français ;

    • 12  Ces appellations ont été formulées à partir de leurs propres discours.

    les Terriens occidentaux12.

17Il se trouve que les femmes interrogées pour cette enquête ne se répartissent pas dans ces cinq types. Ainsi, elles ne sont pas parmi les Français-plus et les Arabo-musulmans français. Ce qui ne veut pas dire que d'autres ne peuvent s’y trouver.

Les Françaises « comme les autres »

18Proches de la culture et des valeurs de la société française malgré le racisme qui s’y exprime, les fondements du Code de la nationalité française sont connus et appréciés. Elles sont citoyennes. Le fait d’avoir la nationalité française dès la naissance a constitué, pour certaines, un espace de liberté (études, sorties), en évitant un décalage entre une nationalité juridique — la nationalité algérienne — et une nationalité sociologique française, dont l’acquisition juridique aurait créé des conflits. Leur socialisation dans des familles où les mères ont été scolarisées en France et/ou ont une activité salariée, a permis l’émergence de l’individu susceptible de faire valoir ses intérêts personnels. Elles entretiennent ainsi — ou aimeraient entretenir — un rapport privé avec la religion, donc indépendant de la nationalité, sans pour autant, cependant, pouvoir le faire ouvertement : ce serait se couper de leurs parents et de la communauté nationale. Quant au mariage mixte, certaines pensent privilégier leur choix personnel bien que leurs parents y soient absolument défavorables. En effet, du fait d’une nationalité française attribuée dès la naissance, c’est le type de mariage qui fait la nationalité : c’est en faisant un mariage mixte (du point de vue religieux) qu’elles seront alors considérées comme vraiment françaises, donc ne faisant plus partie de la communauté nationale/religieuse.

19Parallèlement, les liens avec l’Algérie, que ce soit par la famille ou les voyages, sont quasiment inexistants. Le poids du passé n'a pas d'effets sur elles. Les fondements de la nationalité algérienne, la culture nationale sont inconnus et ne font l’objet d’aucune curiosité. Il n’y a donc pas, dans leur for intérieur, contradiction entre les deux nationalités.

les Binationales

Les Algéro-Françaises

20Elles se sentent exclues par les « Français-es », considérés comme intrinsèquement xénophobes y compris chez leurs ami-e-s. Les fondements du Code de la nationalité française sont mal connus, ou bien leurs affirmations se fondent sur des « on dit » qui s’avèrent faux et qui renforcent l’idée du caractère foncièrement raciste de la société française : accent mis sur le droit du sang, importance de la religion chrétienne, du phénotype. Elles ne votent pas.

21Parallèlement, les liens avec la famille en France ou en Algérie sont étroits et seront entretenus. Elles se sentent proches de l'histoire de l'Algérie, mettant l'accent sur la colonisation, la guerre de Libération, même si l’une et l’autre sont mal connues et mythifiées. Ceci s’accompagne pour les Kabyles d’une valorisation du passé berbère. Les fondements du Code de la nationalité algérienne sont également méconnus mais considérés de toute façon comme plus ouverts que ceux du Code de la nationalité française. Elles souhaitent être citoyennes en Algérie.

22La valorisation de la nationalité algérienne implique un poids important des valeurs communautaires et religieuses, en opposition à une nationalité française ayant elle aussi des fondements ethnico-religieux, donc xénophobes. D’où l’immersion totale de l’identité personnelle dans l’identité nationale, donc la difficulté — parfois niée — d'avoir un rapport personnel à la religion (elles affirment que l’islam n’est pas incompatible avec la privatisation de la foi et des pratiques mais la description de leurs propres pratiques est loin de cette privatisation). Par ailleurs, certaines qui ne faisaient pas le Ramadan et mangeaient du porc se sont mises à faire le premier et exclure le second de leur alimentation pour des raisons politiques, en réaction au racisme anti-musulman. On retrouve ici la conformité religieuse du nationalisme algérien, aspect du nationalisme en général dont l’un des effets est de dépasser les antagonismes internes. Dans ces conditions, l’individu peut difficilement s'affirmer.

23Il y a par conséquent une contradiction entre nationalité française et nationalité algérienne, qui se traduit par une distinction entre « être » française et « avoir » la nationalité française, et qui d'ailleurs induit une difficulté à envisager le mariage mixte même si, parfois, il n’est pas exclu par principe.

Les Franco-Algériennes

24Elles affirment une appartenance nationale française, appréciant globalement la société française et ses valeurs, tout en restant très critiques vis-à-vis de ses défauts : les relations avec les Français-es sont (ou étaient) distantes en raison de l'indifférence — plus ou moins liée au racisme — envers les étrangers et/ou d'un rythme de vie différent lié à la religion.

25Parallèlement, les liens avec l'Algérie sont plutôt lâches, mais seront maintenus. Le passé, comme pour les Algéro-Françaises, compte beaucoup, mais il s’avère plus lointain — relativement bien connu et très valorisé — remontant en particulier au début de l'ère musulmane et concernant l’ensemble du monde arabe. Cette valorisation correspond au souci de donner une vision positive de l'islam par rapport à un présent qui n'en montre que les aspects négatifs. Elles nient par ailleurs la réalité de ces derniers, telle, par exemple, celle de la non séparation du politique et du religieux qui transparaît dans le Code de la nationalité algérienne.

  • 13  Comme, par exemple, une inversion de l'autorité familiale : les enfants — et notamment les filles (...)

26D'où une équivalence — liée à ce déni ou cette méconnaissance des fondements objectifs de la nationalité algérienne — entre les deux nationalités. Celles-ci leur apparaissent produites par des sociétés ayant un rapport plutôt identique à la religion : elles pensent clairement que la société française n’est pas si laïque qu’elle l’affirme et que l’islam, contrairement à ce que l’on dit, est laïc. De telles représentations s'expliquent par un rapport personnel — lié à un contexte familial particulier13 — donc laïc, à l’islam que tout musulman connaît forcément, occultant alors l'islam historique. C'est ainsi que les contradictions sont dépassées, rendant envisageables — et même effectifs — la réintégration et le mariage mixte. Il n'y a pas de frontières symboliques, hormis celles instaurées par la société française qui, refusant la différence, ferait une mauvaise interprétation de l’islam.

Les Terriennes occidentales

27Les relations avec les Français-es — que leurs parents et elles-mêmes fréquentent de manière privilégiée — sont bonnes, voire excellentes. Elles apprécient les valeurs de la société française. L'école, les études sont considérées comme déterminantes dans la construction de l'identité personnelle. En même temps, les liens avec l'Algérie sont extrêmement ténus et le resteront. L’histoire de l’Algérie est mal connue, compte peu dans le présent. La connaissance intuitive mais exacte des fondements de la nationalité algérienne les conduit à la rejeter puisque cette dernière s’appuie sur des traditions légitimées par la religion, qui entravent l'individu-e et peut conduire à des drames liés au nationalisme (tel le cas des « Harkis »). Les deux nationalités ne font donc l'objet d'aucun sentiment. Cependant, plus que la nationalité française qui — comme toute nationalité — impose des limites, notamment juridiques, c'est la civilisation occidentale qui est appréciée pour la liberté — des idées et des personnes — qu’elle offre. La naturalisation et le mariage mixte sont plus que possibles.

28Pour résumer, on remarque que les obstacles à une identification à la nationalité française que l’on peut voir à travers les contradictions les plus difficilement contournables, concernent effectivement le rapport à la religion musulmane — qui pour leurs parents reste fondamentalement un rapport patriotique et par conséquent peut difficilement relever de l’ordre du privé, de l’individuel. Par conséquent, le mariage reste également une question d’ordre patriotique, ce qui rend difficilement envisageable, sinon impensable, la mixité matrimoniale. En effet, françaises de naissance par effet de la loi, c'est le mariage, on l’a dit, qui, aux yeux des parents constitue la vraie la nationalité des femmes. On distingue cependant deux cas de figure chez ces jeunes femmes :

    • 14  Autrement dit, qu'ils aient l'esprit de calcul, c'est-à-dire, selon A. Sayad, qu'ils puissent cons (...)

    La socialisation dans des familles économiquement intégrées, à l’ethos capitaliste bien établi14, où la mère a été scolarisée et exerce parfois une activité salariée ; où les études, valorisées, ont permis une ouverture d'esprit et aboutiront à une indépendance financière. L'individue a ainsi pu apparaître et avoir les moyens intellectuels d’avoir conscience, à défaut de pouvoir toujours l’exprimer, de son individualité. Les choix personnels en matière de pratiques religieuses et de mariage, qui comprend la mixité, primeront sur l’avis des parents.

  • En revanche, les difficultés d'avoir une relation personnelle à la religion trouvent leurs éléments d'explication soit dans la valorisation de la société d'origine où est mise en avant une fausse égalité, non seulement entre les individus mais aussi entre les sexes, soit dans le patriotisme (ce qui se rejoint), parallèlement à une mise en avant d’un racisme intrinsèque de la société française qui réactualiserait l’ambiance coloniale. Dans ces conditions, l'individue émerge et s'affirme difficilement malgré des études supérieures. Celles-ci (histoire, sociologie) servent d'ailleurs plus à justifier leur position qu'à la dépasser. À un ethnocentrisme ne peut répondre qu'un autre ethnocentrisme. La communication, l’échange au sens large comprenant la mixité matrimoniale, sont impossibles.

  • 15  Il est à noter qu'il ne s'agit pas de femmes qui pourraient se trouver parmi les « Arabo-musulmans (...)

29L’établissement de cette typologie sur les diverses manières d’être française quand on est d’origine algérienne — première étape vers une étude plus large — a permis de montrer la complexité des constructions identitaires dans l’articulation du social avec l’imaginaire et le symbolique, engageant selon les cas et à divers degrés l’ethnicité, dépassant ainsi les discours simplistes sur les difficultés d’intégration des générations issues de l’immigration. Ce faisant, elle a permis aussi de comprendre les raisons de l’existence de frontières symboliques contribuant au maintien d’un espace d’altercation hérité de la colonisation où les femmes et la religion, au fondement de l’imaginaire algérien, continuent à constituer un nœud difficile à desserrer. On a vu notamment comment chez les « Algéro-Françaises15 », c'est sur la question du mariage mixte que précisément s’éprouve la force des interdits endogamiques et communautaires, contredisant l’idée que les jeunes femmes nées et socialisées en France, perçues comme victimes d’une religion toujours présentée comme fondamentalement rétrograde, adhèrent systématiquement à des valeurs qui leur seraient favorables. On l’a dit, c’est méconnaître les effets du nationalisme qui ont pour effet de surmonter, voir de nier, les différenciations sociales et de sexes.

30Le contexte politique actuel en France, réaffirmant avec force son imaginaire national et contribuant, au-delà des appels incessants à l’universalité et à l’égalité républicaine, à l’essentialisation de différences historiquement et socialement construites, risque de bloquer les processus de variations des identités nationales en œuvre, et donc de les figer et de favoriser des positions de repli ou de revendications contraires à la politique de l’intégration « à la française ».

Haut de page

Notes

1 Comme l'illustre la réforme du Code de la nationalité française en 1993. Cette réforme oblige les enfants d'étrangers, même nés en France ou installés là depuis de nombreuses années, à rendre consciente, par une démarche spécifique à effectuer entre 16 et 21 ans, leur « éventuelle » appartenance à la nationalité française. De telles dispositions sous-entendent que les jeunes issus de l'immigration — notamment les Maghrébins — véhiculeraient une « culture » incompatible avec celle de la société dans laquelle ils vivent et qu'ils ont à prouver que ce n'est pas le cas.

2  La conférence de E. Renan sur la nation en 1882 illustre fort bien cette ambiguïté : la nation, c'est l'adhésion à des valeurs communes, mais c'est aussi les ancêtres, ce qui tend alors à exclure les personnes qui n'ont pas la même histoire, pas les mêmes ancêtres, pas la même religion. E. Renan, Qu'est-ce que la nation ? Press Pocket/Agora, 1992.

3  J'insiste ici sur le fait qu'il ne s'agit en aucun cas de reprendre à son compte et de cautionner cette qualification de la famille et des femmes algériennes. Il s'agit bien ici de représentations, mais comme à chaque fois que celles-ci servent un intérêt particulier, elles ont des effets objectifs dans la réalité — telle leur inscription dans le droit. C'est à ce titre qu'elles doivent être prises en compte et étudiées.

4  Sur cette question, voir Monique Gadant, Le nationalisme algérien et les femmes, L'Harmattan, 1995.

5  Ces mêmes valeurs sont également liées à la démocratisation, dans la mesure où elles reposent sur les mêmes logiques : du calcul, de l'individualisation…

6  Cf. Ali Mérad, Le réformisme musulman de 1925 à 1940, Mouton, La Haye, 1967.

7  Faisant partie des intellectuels favorables à une réforme de l'Islam allant dans le sens d'une séparation du politique et du religieux sur le modèle de la rationalité occidentale, Ferhat Abbas, à la tête du mouvement « Jeune Algérien » puis de l'UDMA, renonça, devant l'immobilisme de la société coloniale, à cette optique. Les courants qui prônaient le « retour aux sources » devinrent majoritaires.

8  Monique Gadant, op. cit.

9  Personnes susceptibles de faire une demande de réintégration dans la nationalité française. Par ailleurs, parmi ces personnes binationales, certaines avaient effectué cette démarche au moment de l'enquête.

10  Pour les hommes, le choix du lieu d'accomplissement du service national est remis en cause, en 1993, par le Ministre de l’Intérieur d’alors, Charles Pasqua.

11  Le 10 octobre 1991 a été commémoré le trentenaire de la répression, en pleine guerre d'Algérie, de travailleurs algériens qui manifestaient, à l'initiative du FLN, contre le couvre-feu qui leur avait été imposé par la préfecture de police. Cette répression a fait, selon certains historiens, des centaines de morts. La presse de l'époque n'avait rendu compte « que » de six ou sept morts. Un rapport demandé par J. P. Chevènement au conseiller d'État D. Mandelkern en octobre 1997, rendu public en mai 1998, fait état, en dépit de la « disparition » de nombreuses archives, de trente-deux morts. Cf. Le Monde, 5 mai 1998 et l'ouvrage de Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, Le Seuil, 1991.

12  Ces appellations ont été formulées à partir de leurs propres discours.

13  Comme, par exemple, une inversion de l'autorité familiale : les enfants — et notamment les filles si elles n'ont pas de frères ou sont les aînées — prennent en charge leurs parents très âgés. Ou bien l'option pour la nationalité française remontant à la génération précédente a favorisé ce rapport personnel à la religion.

14  Autrement dit, qu'ils aient l'esprit de calcul, c'est-à-dire, selon A. Sayad, qu'ils puissent considérer les intérêts objectifs matériels comme un domaine régi par des lois propres, qui ne doit rien à d'autres domaines, ni à l'affectivité. Cf. A. Sayad, « Les immigrés algériens et la nationalité française », in Questions de nationalité, histoire et enjeu d'un code, sous la direction de S. Laacher, L'Harmattan, 1987.

15  Il est à noter qu'il ne s'agit pas de femmes qui pourraient se trouver parmi les « Arabo-musulmans-français » (portant le voile ?), dont l'identité est essentiellement définie par l'appartenance religieuse et pour qui les femmes doivent limiter leur « francisation » — celle-ci transparaissant dans l'habillement, le travail, les sorties et le mariage avec un « catholique ». Elles devraient rester de bonnes « musulmanes » qui doivent, selon leurs discours, respecter leur mari et transmettre ce respect des hommes aux enfants. Seule une enquête pourra dire si elles acceptent ce cadre traditionnel défini par les hommes tout en se référant à l'Islam, et quel Islam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Rio, « Les variations identitaires nationales », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 203-216.

Référence électronique

Fabienne Rio, « Les variations identitaires nationales », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/199

Haut de page

Auteur

Fabienne Rio

Sociologue URMIS et CEDREF université Paris 7 – Denis Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org