Navigation – Plan du site
Immigration et travail salarié

Les difficultés des assistantes maternelles étrangères face au chômage Quelques indications concernant leur usage de la langue

Liane Mozère
p. 141-165

Texte intégral

  • 1  Cette recherche a bénéficié d’une aide financière de la CNAF, du FAS et du Plan Urbain.
  • 2  Notre travail s’est également attaché à analyser les activités conduites par des nourrices « au no (...)
  • 3  Dans cette commune, dévastée par une désindustrialisation persistante, il convient de rappeler que (...)
  • 4  Elles occupent une position sociale prépondérante et si nous parlons de « petit métier au féminin  (...)
  • 5  La qualification peut être, selon les cas, liée au diplôme, au savoir-faire ou à des compétences a (...)
  • 6  Cette activité ou ce métier, que l’on ne peut pas analyser comme une profession au sens de la soci (...)

1Au cours d’un travail de recherche1 conduit dans une commune périphérique de la région parisienne, à La Courneuve, portant sur les assistantes maternelles qui sont agréées par les services de la Protection maternelle et infantile pour accueillir à leur domicile des enfants de zéro à trois ans dont les mères travaillent « à l’extérieur »2, la question de la précarité est apparue comme une donnée structurante de ce métier. Cette précarité ou, mieux, cette précarisation, se manifeste par le fort taux de chômage (37 %) qui affecte les assistantes maternelles de la commune — celui-ci atteignant, dans le cas des étrangères, 50 %3. Ce qui peut se présenter comme un « petit métier urbain au féminin » (qui peut d’ailleurs s’exercer également en zone rurale)4, constitue dans bien des cas un moyen pour des femmes peu, voire pas du tout qualifiées5, d’accéder à l’emploi (De Ridder, Salesse, 1989, 1996, Bloch, Buisson, 1998)6. Demander l’agrément constitue, pour nombre de ces femmes, les entretiens le confirment, une stratégie visant à accroître leurs chances de pouvoir travailler. Face aux difficultés que rencontrent ces assistantes maternelles au chômage, cet article voudrait analyser l’une des causes du chômage des assistantes maternelles étrangères, tout en sachant que d’autres facteurs interviennent. Il apparaît, en effet, que la maîtrise du Français constitue une pierre d’achoppement pour un grand nombre d’assistantes maternelles étrangères — confrontées au refus de certaines familles de s’adresser à des femmes dont le nom a une consonance étrangère ou, lors d’un échange téléphonique, à la dérobade manifeste d’autres lorsque l’assistante maternelle parle avec un fort accent.

2Cet article analysera, à un premier niveau, la manière dont ce que l’on pourrait appeler un « effet langue » construit une barrière à l’entrée du métier. Il s’attachera, ensuite, à montrer que c’est davantage un rapport à la langue, autrement dit un mode d’usage de la langue, qui, plus que la correction lexicale stricto sensu, favorise l’accès à l’emploi. Mais, à un troisième niveau, l’article, s’appuyant sur le travail de terrain, analysera la manière dont les assistantes maternelles étrangères qui travaillent articulent, sur un mode chaque fois singulier, usage fluide et non problématique du Français et aisance sociale dans l’espace public. Si ce type d’agencement configure l’accès à l’emploi, il n’en demeure pas moins qu’interviennent d’autres facteurs comme un effet territorial et/ou la situation du marché de l’emploi pour ce type de « petit métier ».

3Parmi les difficultés rencontrées par les assistantes maternelles étrangères au chômage, il est apparu très vite que la question de la langue était cruciale. Dans les entretiens, nombre de ces femmes faisaient état de situations qui semblaient se reproduire à l’identique pour chacune d’elles. « On m’appelle, on me demande le prix, on me demande si je suis française et c’est tout », dit madame Benani, mère de deux petites filles de deux et cinq ans. De la même façon, Gazla dira « J’ai reçu plusieurs coups de fil : « Est-ce que vous êtes française ? » « Non ». « Merci ». C’est pas normal. Si je travaille bien c’est l’important, non ? ». La même situation se reproduira pour madame Hamirouche : « Elles téléphonent, elles disent qu’elles vont rappeler, elles rappellent pas. Elles viennent même pas voir, c’est pas normal ». Le récit de Madame Chaadi, une libanaise chrétienne naturalisée est encore plus explicite : « J’ai eu plusieurs coups de fil : « Combien vous prenez ? » 130 F. Vous êtes française ? Oui, mon mari il est français pour le travail. La dame elle me dit d’accord et elle vient pas. Moi j’ai envie de dire « viens ici et on discute, vous venez voir. Vous allez voir les autres et vous choisissez après ». C’est peut-être à cause du prix, je ne sais pas (madame Chaadi prend une mine dubitative à ce moment de l’entretien). Une dame m’a proposé 50 F pour quatre heures. J’ai pas accepté ».

4Comme les responsables de la Protection maternelle et infantile ont accordé l’agrément, ces femmes sont supposées disposer, tout comme leurs homologues françaises, de compétences jugées satisfaisantes pour accueillir chez elles des enfants. Si elles sont écartées par les parents, c’est de manière délibérée puisque, par ailleurs, tous les parents qui se sont adressés à la PMI ont trouvé une solution de garde ; en d’autres termes il n’y a pas, comme pour les crèches, de liste d’attente à La Courneuve pour la garde nourricière. Il s’agit, par conséquent, d’une discrimination évidente dont ont à souffrir les assistantes maternelles étrangères et il semble bien que les coups de fil qui leur sont adressés sont, entre autres choses, censés permettre aux parents d’évaluer leurs compétences langagières. Ceux-ci semblent craindre que leurs enfants n’aient à souffrir, dans le processus d’acquisition de la langue, de retards de langage imputables au fait d’avoir entendu parler un français incorrect. La recherche montre que, pour la plupart d’entre elles, ces assistantes maternelles étrangères sont arrivées en France après leur mariage, généralement contracté au village. Dans de très nombreux cas, elles s’expriment clairement, autrement dit de manière parfaitement compréhensible, quoique qu'avec des fautes et un accent. Y a-t-il, de ce point de vue, à redouter, en effet, une influence néfaste sur les enfants gardés par des assistantes maternelles étrangères parlant imparfaitement le français ?

« La langue… fait toujours problème »

5« La langue, loin d’être une donnée instrumentale, fait toujours problème » écrit Marc Augé dans un bel article qu’il consacre à La langue sauvée d’Elias Canetti (Augé, 1995). Tout comme Canetti, les femmes dont nous parlons sont d’emblée immergées dans une « pluralité de langues » et, si nous poursuivons la comparaison, il leur faudrait accéder « dans un second temps » à leur langue maternelle. Les parents de Canetti parlaient allemand entre eux, c’était la langue de leur complicité et sans doute de leur amour. À la mort du père, sa mère, « isolée, s’est en quelque sorte coupée de sa langue : le rapprochement de l’enfant et de la mère passe par l’apprentissage de l’allemand » (Augé, 1995, 12). La langue, ma langue, doit être à chaque instant découverte, « sauvée » dira Canetti, retrouvée. Loin d’être un donné, c’est selon Augé, « une initiation difficile », nous dirions volontiers autant une construction sociale, que ce que Deleuze et Guattari appellent un « agencement désirant » (Deleuze, Guattari, 1980). Que voulons – nous dire ? La langue n’est pas faite seulement pour communiquer, elle fait circuler du désir. Le désir d’assumer et d’éprouver pleinement sa double culture dans le cas de Salima, par exemple.

6Ce que nous pressentons, c’est que si le rapport à la langue maternelle est problématique, cela va affecter, pour les assistantes maternelles d’origine immigrée, l’usage du français et le rapport qu’elles sont susceptibles d’établir avec cette langue. Pour aborder cette question, il nous a paru indispensable d’effectuer un détour par ce que peuvent nous enseigner les travaux de recherche en linguistique en ce qui concerne, à la fois, la définition de la langue maternelle et les « dangers » éventuels ou effets néfastes qu’un bilinguisme « forcé » pourrait avoir pour les enfants accueillis chez des assistantes maternelles d’origine étrangère. Ce faisant, il nous paraît possible, de plus, d’appréhender la question de la langue de manière plus sociologique.

7Les linguistes ont, de longue date, questionné ce qu’ils appellent le « mythe historique de la langue maternelle ». Ainsi, « le développement par lequel l’espace s’est réalisé dans la figure de l’État contemporain où s’organise un ordre légitimant qui est aussi un ordre de discours, a été profondément lié à la problématique de la langue » (Decrosse, 1987). Cet ordre du discours est ce que M. Foucault appelait une épistémê (1966). C’est seulement au XIIe siècle en Europe, lors du Concile de Reims en 1119, que l’Église « insiste sur la nécessité de prêcher doublement en littéralité et en maternaliter (autrement dit en langue savante et en langue maternelle) afin de se mieux faire entendre » (Decrosse, 1987). Mais c’est vraiment au XVIe siècle que cette nouvelle langue maternelle devient un « idéal monolingue » (Achard, 1987) qui va transformer la langue maternelle en marqueur d’identité et, ultérieurement en langue unique, unifiée, dominante contre les dialectes, les parlers minoritaires, à travers des processus d’institutionnalisation comme, beaucoup plus tardivement, l’école obligatoire sous Jules Ferry. Si l’on s’attache à l’analyse sociologique de la pratique d’une langue minoritaire, il convient, selon Bernard Poche, (d’) « opérer un rapprochement entre la langue et le groupe social locuteur, c’est-à-dire situer (ou plus exactement observer comment se situent), l’un par rapport à l’autre, le groupe social et son expression langagière. Ce qui suppose que l’on renonce, de façon provisoire tout au moins, à l’un des repères presque obligés du discours sur la langue, le rapport implicite établi entre langue et culture » (1987). Pour les sociologues, une approche du rapport entre langue et groupe locuteur pourrait alors consister à s’attacher à la représentation publique du sens, ce qui signifie que « dans tous les cas, pour un groupe particulier, la (ou les) formation(s) langagière(s) qu’il utilise sera celle dont la lisibilité sera, de façon contextuelle, la plus grande dans les situations d’interaction… Tout ceci suppose donc, à travers l’assertion selon laquelle nul ne parle jamais la même langue normée, que le bilinguisme n’est nullement un phénomène spécifique qui « pointerait » une situation particulière. Dans la mesure où la plupart des individus, dans les sociétés « modernes » appartiennent à plusieurs groupes, la pratique de plusieurs langues est une réalité de fait, (c’est nous qui soulignons) dont il serait facile de donner des exemples à travers la pluralité des rôles sociaux » (Poche, 1987).

  • 7  Ici, on le comprendra, nous ne nous référons pas à ce que nous évoquions, plus haut, de la langue (...)

8Ce rappel, schématique, des travaux de recherche en linguistique, nous semble utile pour progresser dans notre raisonnement. À l’évidence, les assistantes maternelles d’origine immigrée cherchent à « bien parler » le français ; c’est-à-dire ne cherchent pas du tout à jouer de l’atout du multilinguisme. Ce qui contribue à renforcer, on le voit dans les cas évoqués plus haut, ce que nous avons pu observer pratiquement pour toutes les assistantes maternelles au chômage étrangères : le handicap linguistique. Car cette dimension qui constitue aujourd’hui un des obstacles rencontrés par des assistantes maternelles immigrées dans leur recherche d’intégration, mais aussi surtout dans leur volonté d’échapper, par cette activité, à la précarité, ne devrait-elle pas être envisagée autrement, ce qui leur permettrait du même coup de trouver la place qui pourrait être la leur dans la société française ? Les responsables de la PMI, d’une certaine façon, en accordant l’agrément à ces femmes, « prennent acte » implicitement des richesses que peut apporter la double culture et, partant, le multilinguisme. Certains parents, au contraire des autres, valorisent cette ressource spécifique des assistantes maternelles étrangères, considérant que de ne pas parler un français parfait n’handicapera pas leur enfant dans l’apprentissage de la langue maternelle. À cet égard certains apports de la psychanalyse sur la question de la langue et de la « langue maternelle » peuvent étayer l’argumentation7.

9Les psychanalystes insistent, pour leur part, à juste titre à nos yeux, sur la nécessité que les premiers âges de la vie soient immergés dans un « bain de parole ». L’enfant naît dans le monde des « êtres de parole » — Françoise Dolto utilise le terme de « parlêtre » — et ce dès sa conception. Mais il n’en reste pas moins que les analystes, et Françoise Dolto en particulier, établissent à cet égard des distinctions qu’il convient de garder en mémoire, sauf à tomber dans les confusions. C’est la mère et le père ou leurs substituts qui doivent « parler » l’enfant pour le faire advenir au statut de « parlêtre » ; c’est en ce sens que les psychanalystes parlent de « langue maternelle ». Dans ses relations ultérieures avec les tiers, l’important pour l'enfant est moins le « bien parler » que l’assurance réitérée de son statut de « parlêtre ». Certains linguistes ayant étudié le bilinguisme ont eu tendance à en montrer les effets néfastes (« disparition » de la langue première, retards ou troubles du langage), alors que d’autres insistaient davantage sur ses bienfaits (acquisition aisée des langues). La tendance actuelle est « de préconiser un bilinguisme stabilisé, c’est-à-dire de faire en sorte qu’à chaque langue soient clairement associées une situation et une personne » (De Heredia, 1987).

10Il semble bien que dans cette acception, l’accueil d’un jeune enfant chez une assistante maternelle étrangère ne puisse conduire à produire chez lui ce que les linguistes appellent le semi linguisme, en d’autres termes l’incapacité de maîtriser bien aucune des deux langues. Des travaux ont d’autre part démontré que même si le bilingue peut souffrir de son bilinguisme « le bilinguisme ne serait pas le facteur déterminant de la souffrance en tant que telle, mais il lui donnerait son étoffe, sa coloration particulière » (Tabouret-Keller, 1987). En tout état de cause, les craintes des parents concernant un retard de langage pour leurs enfants accueillis chez une assistante maternelle ne parlant qu’imparfaitement le français ne constituent pas, on le voit, des situations de réel bilinguisme, dont les effets néfastes sont par conséquent très limités, voire nuls. Il convient à présent d’avancer dans l’analyse de l’effet langue en s’appuyant sur le matériel recueilli sur le terrain.

Quels usages de la langue ?

  • 8  Bien que nous abordions dans cet article le cas d’assistantes maternelles étrangères, le cas de ce (...)

11La première assistante maternelle que nous avons rencontrée était une fille d’immigrés, de la seconde génération, de nationalité française8. C’est une jeune femme très belle qui a deux enfants de 8 ans et demi et de 4 ans. Tout chez elle est atypique par rapport à l’image de l’assistante maternelle telle que nous-mêmes, comme beaucoup d’autres chercheurs, nous la représentions. Nous étions loin de la forme traditionnelle de conciliation vie professionnelle/vie familiale. Titulaire d’un baccalauréat et d’un B.T.S. en bureautique, Salima, âgée de 29 ans, a travaillé dans le secteur de l’informatique. Elle a travaillé sept ans dans ce secteur et a demandé son agrément après la naissance de son dernier enfant. Elle nous confie d’emblée : « C’est un choix momentané. Je connaissais d’anciennes nourrices. Je me suis dit que ça ferait une coupure. Mais c’est un choix momentané. » Ce choix momentané est lié au désir de « rester dans le monde du travail ». Elle maintient d’ailleurs des liens en effectuant encore des vacations en informatique pour son ancienne entreprise, de temps en temps. Selon Salima « Il n’y a pas d’évolution intellectuelle dans ce métier (d’assistante maternelle) ».

12Emblématique de ces jeunes filles de la seconde génération ayant su capitaliser les ressources que pouvait procurer le système scolaire, Salima n’est pas pour autant une jeune femme coupée de ses « racines ». « Je parle arabe avec mon mari et mes enfants. Je suis très attachée à mes origines, je parle évidemment arabe avec mes parents. Il y a des parents (d’enfants gardés par Salima) qui veulent absolument qu’on parle français avec les enfants, comme la mère de Stuart, mais je continue pourtant de l’appeler avec des petits noms arabes, des petits noms affectueux. La mère de Marine me dit au contraire « parlez normalement, comme vous avez envie ». Vous voyez ? » Ce que signifie Salima, c’est qu’elle « joue » du régime des deux langues, qu’elle pratique une forme d’agilité langagière qui lui permet de passer d’une langue à l’autre. Mais cela est certainement aussi dû au rapport, non problématique, que cette jeune femme de la deuxième génération entretient avec l’arabe et le français. Elle revendique sereinement sa double appartenance culturelle : son aîné fréquente une association où il apprend l’arabe — « pas une école coranique, un cours d’arabe, pour qu’il connaisse cette langue qui est, comme le français, la sienne ». Pour Salima, le fait de parler les deux langues constitue un atout, une richesse à exploiter, ce n’est pas un handicap, pas plus, au contraire, un quelconque rejet de la culture française.

13Dans le cas de Fatouma, moins qualifiée sur le plan professionnel, parler arabe n’est pas envisageable avec les enfants qu’elle garde, elle envisage cette question en occultant en quelque sorte sa culture d’origine, perçue comme pouvant entraver, mettre en question une intégration, qu’après quatorze ans de vie en France, elle ressent comme devant être encore toujours en construction. Intégrée, oui, mais toujours, à ses yeux, appelée à « faire ses preuves ». Pour autant elle ne renonce pas, comme Salima à ce que ses enfants suivent eux aussi des cours d’arabe — là aussi pas d’école coranique. « Si jamais ma fille veut aller en Égypte elle pourra passer le bac égyptien, ou si elle veut se marier là-bas, elle saura parler sa langue » conclut Fatouma.

14Si le cas de ces deux jeunes femmes semble pouvoir contribuer à enrichir l’analyse, c’est, semble-t-il, qu’il permet d’analyser la question de la langue comme symptôme, comme analyseur de la question plus générale du travail des femmes immigrées. Ne pourrait-on, en effet, poser l’hypothèse suivante : selon la manière dont le rapport à la langue française et à la langue arabe est « traité » par ces femmes immigrées, suivant la manière dont il est vécu, les incidences sur la garde, et même, peut être, sur le fait d’être ou non au chômage ? Le retour sur les entretiens permet de distinguer schématiquement deux groupes. D’une part on trouve des familles où les parents parlent la langue d’origine entre eux et où les enfants la comprennent un peu, de l’autre des ménages où l’on trouvera une forme de fluidité entre les deux langues.

15Le premier groupe est celui où le rapport à la langue peut-être considéré comme relativement clandestin, d’abord essen­tiel­lement parce que les enfants n’y ont pratiquement pas accès. « Je parle le kabyle et aussi l’arabe ; on parle le kabyle avec mon mari. Les enfants ne parlent pas, mais ils comprennent. » dit Madame Ferrat. Cette femme de 39 ans, mère de sept enfants, témoigne de la difficulté à maintenir l’usage du kabyle dans la famille. Les enfants sont français, ils ont tendance à parler français, tant à leurs parents qu’entre eux. Chez Madame Benmissi la situation est identique. On peut imputer ce phénomène à plusieurs facteurs, dont l’un en particulier est bien connu des psychologues de l’adolescence, une forme de refus des adolescents de se différencier de leur classe d’âge, la volonté d’être « similaires », le refus de se distinguer et la honte que l’on peut éprouver, face à des personnes extérieures, à sembler maintenir des marques de distinction ou de singularisation.

  • 9  En ce sens il faudra que ces enfants, tout comme Canetti, se réapproprient leur langue maternelle (...)

16Des chercheurs ont montré que si certains jeunes s’attachent à ne pas parler leur langue maternelle, une méthodologie plus sophistiquée, comparable à celle utilisée par Labov pour étudier le parler des Noirs américains, à savoir l’observation par un membre du groupe, conduit à des résultats tout autres (Jerab, 1988). Ces jeunes, comme l’ont montré de nombreux travaux vont « assumer et (à) revendiquer justement cette identité (maghrébine) » (Benoît, 1984). Si les parents, et les femmes en particulier, sont pendant toute une période « monolingues en langue maternelle », il ne faut pas oublier que la langue française « symbolise à la fois l’aliénation des sources premières, mais aussi la conquête de la supériorité occidentale et l’intégration à la modernité » (Jerab, 1988). Pour les jeunes de la seconde génération, la crainte du jugement extérieur l’emporte souvent sur la valorisation de la différence, à un moment ou à un autre de leur trajectoire. Ceci est peut-être d’autant plus fort que les parents, et les mères immigrées en particulier, ont, dans bien des cas, besoin de s’appuyer sur les compétences linguistiques et sociales de leurs enfants dans les rapports qu’elles entretiennent avec les institutions, par exemple. Seulement, ce rapport problématique à la langue tend, de fait, à disqualifier, à « minorer » (de Villanova, 1987) la langue d’origine qui, d’une certaine manière, perd de la consistance tant sociale et culturelle, qu’affective9.

17Pourtant dans ce type de familles, les enfants ne maîtrisant qu’imparfaitement l’idiome maternel sont parfois pris dans un système de « double contrainte », en particulier lorsqu’ils se rendent au pays d’origine, à l’occasion de vacances. « Quand on va en Algérie, ils (les enfants) parlent kabyle, ils ont un accent, mais ils ne parlent plus français (entre eux) au bout de quelques semaines » poursuit Madame Ferrat « et là les copains se moquent de leur accent ». Des situations comparables se retrouvent dans les familles de Madame Allal et de Madame Belkassem. « Ils (mes enfants) parlent quelques mots d’arabe. Mes enfants ne parlent pas arabe. Je parle arabe avec mon mari. Les enfants comprennent, mais répondent en français ».

18En fait, le rapport aux langues est non seulement problématique mais encore paradoxal. En effet, ce sont le plus souvent les enfants qui sont médiateurs avec la société d’accueil, y compris pour ce qui concerne l’acquisition ou le perfectionnement de la langue française : « C’est avec eux que j’apprends le français. Je travaille avec le petit. L’aîné parle un peu l’arabe. Je veux apprendre à écrire et lire (le français). J’écris l’arabe, je vais aller aux cours d’alphabétisation à la CAF, mais pour l’instant il n’y a pas de place. Même pour moi, il faut que j’apprenne à lire et à écrire ; il faut que je connaisse » dira Madame Gazla. Chez cette femme de quarante-quatre ans, vêtue de façon traditionnelle, qui a revêtu un superbe corsage pailleté pour me recevoir, l’arabe est la langue des parents, approximativement comprise par les enfants. Les cinq enfants nés en France dont l’aîné demande sa naturalisation parce qu’il est né en Algérie, n’utilisent pas la ressource langagière des parents, mais sont les médiateurs pour la langue « qualifiante », le français. Madame Gazla parle avec un fort accent et dispose d’un vocabulaire simple ; son mari, immigré depuis l’âge de 19 ans, il y a 35 ans, parle-lui comme un véritable « titi » parisien.

19Ces rapports à la langue configurent, semble-t-il, à proprement parler une forme de disqualification de fait de la langue d’origine, qui empêche que son utilisation soit considérée comme une ressource. Le cas de Madame Gazla est l’exemple où cette « configuration » nous a paru la plus visible, mais à des degrés divers, nombreuses sont les assistantes maternelles d’origine immigrée qui adoptent une position qui, sans être ouvertement dépréciative à l’égard de leur langue, n’en reste pas moins « privative » — au sens où elles en privilégient un usage circonscrit à l’usage privé (familial ou de groupe communautaire). Cet usage privatif s’accompagnant le plus souvent, comme nous avons pu l’observer au cours de nos entretiens, d’une sorte de pudeur concernant l’usage de la langue, peut-être plus ou moins associée au mode de vie de « là-bas ». Madame Gazla associe d’ailleurs immédiatement au cours de l’entretien, l’apprentissage du français avec ce qu’elle considère, à juste titre, comme des victoires sur le plan d’une autonomie récemment acquise. « Avant je marchais avec mon mari, maintenant je vais chez le médecin, à l’assurance, à l’école toute seule. Je vais toute seule. Je vais en tram à Bobigny toute seule ». Si les assistantes maternelles étrangères tendent à « minorer » leurs ressources langagières (il faut garder en mémoire que même si elles « parlent mal » le français, elles sont néanmoins multilingues, ce qui est rarement le cas des mères des enfants qu’elles sont susceptibles de garder), ce n’est pas nécessairement parce que celle-ci serait disqualifiée ou disqualifiable en soi. Il semblerait davantage qu’elles aient le sentiment de pouvoir, en quelque sorte, être prises en défaut si elles cherchaient à valoriser leurs ressources langagières, puisqu’elles ne maîtrisent ni la lecture, ni l’écriture de la langue réputée qualifiante, en tous cas dominante. Le rapport à ce qui est, à tort ou à raison, associé à la modernité devrait-il nécessairement se payer pour ces femmes du prix d’une dépréciation de leur langue ?

20Le second groupe de femmes doit être scindé en deux sous-groupes : d’un côté les exemples qui se rapprochent du cas de Salima — française, il faut le rappeler — et de l’autre des femmes qui ne parlent pas nécessairement un français sans faute, mais qui établissent une autre relation aux deux langues. Dans le premier sous-groupe on trouvera de très jeunes femmes, également épousées au bled, qui ont récemment immigré en France et qui, grâce à des études antérieures ou une tradition familiale, parlent un français impeccable. Le second sous-groupe est constitué de jeunes femmes vivant déjà en France mais ayant gardé leur nationalité, comme madame Benani, celles-là, tout comme les premières parlent également parfaitement le français. Dans le second sous-groupe où le français est moins bien maîtrisé on trouvera des femmes qui choisissent en quelque sorte de légitimer leur langue. Chez Madame Sahir par exemple, qui parle un français pratiquement sans accent, le recours à l’arabe est systématique : « Quand ils rentrent de l’école, ici on parle l’arabe. Ils n’ont pas le droit de parler français. Évidemment en jouant, ça leur arrive, mais mon mari les attrape : « Parlez l’arabe ». Parce que c’est leur langue quand même. Ils sont français mais ils ont les deux langues ». Sans être aussi stricte, Madame Berat qui est marocaine et qui a opté, ainsi que son mari, pour la nationalité française, incite également ses enfants à parler l’arabe. Les aînés s’y plient plus ou moins, mais lorsque sa grand-mère paternelle vient leur rendre visite à l’occasion du Ramadan, c’est la dernière fille qui parle avec elle : « Elles parlent tard la nuit, parce que ma belle – mère dort dans la chambre de la petite Shéhérazade et quand je demande de quoi elles parlent, ma fille me dit ‘de choses’ ». Pour les femmes les plus jeunes, Madame Dabid ou Madame Fatoussi qui parlent français sans accent ni difficultés, l’usage de l’arabe passe souvent par les liens qu’elles maintiennent avec les membres de la communauté : « Je demande aux femmes plus âgées pour les règles pour le Ramadan par exemple. On m’a dit qu’il ne fallait pas "rattraper" les jours où on n’avait pas jeûné (à cause des règles par exemple) pendant le Ramadan tout de suite après l’Aïd, qu’il fallait attendre quelques jours ».

21Madame Chaadi est chrétienne libanaise, elle porte une croix en or au cou ; cette blonde jeune femme de 33 ans parle français avec un fort accent étranger ; elle parlait pourtant déjà notre langue, ainsi que l’anglais et l’arabe, au Liban ; elle est venue en France, car leur maison avait été détruite. Elle pense comme son mari qu’il n’y a pas d’avenir au Liban. Elle a trois enfants, une fille et un garçon nés au Liban ; Lila parlait arabe en arrivant, mais Ali n’avait qu’un an et demi ; ils ont eu une fille Zédi de 18 mois née ici. Lila veut qu’on lui écrive son nom en arabe « C’est normal si elle veut aller au Liban qu’elle sache au moins écrire son nom ! ». Madame Chaadi avait inscrit ses enfants à des cours d’arabe à Paris, le samedi à l’Église maronite de la rue d’Ulm, mais depuis que son mari est au chômage, ils ne peuvent plus y aller. Pour ces familles le rapport à la langue est, semble-t-il, plus « délié », moins difficile. Une certaine fluidité régit les rapports entre les deux langues et suppose va – et – vient, passages, agilité. Alors, cette distinction entre ces deux groupes permet – elle de conclure à des distinctions exclusivement fondées sur l’usage de la langue ?

La langue, un rapport social

22À un premier niveau, il apparaît clairement que pour un certain nombre de femmes d’origine étrangère, le handicap de la langue semble incontournable, au sens où au premier coup, l’issue est défavorable. Que ce soient en effet les termes de la conversation ou le simple fait de ne pas « être français » dans les deux cas « l’arrangement » tourne court. En effet, Madame Gazla qui parle très difficilement n’a, depuis la date de son agrément, jamais eu d’enfants en garde. Mais Madame Chaadi qui a un fort accent et qui pratique pourtant trois langues sans problème, pas davantage. Comment analyser dès lors ces phénomènes ? Il nous semble nécessaire à ce point de notre analyse d’aller plus dans le détail. Gombrowicz conseillerait sans doute de « microscopiser » (Baldassari, Joubert, 1976). Tout d’abord la langue n’est pas uniquement lexicale, elle résulte d’interactions sociales. Comme nous le disions plus haut « le processus de production du sens est l’interaction langagière au sein de la société » (Poche, 1987, 82), autrement dit le sens qui est produit par cette interaction se rapporte aux normes et valeurs en vigueur dans la société d’accueil. Prenons un exemple pour expliciter ce point.

23Lors d’une rencontre avec des éducatrices de jeunes enfants au niveau du département, qui prennent en charge pour une formation de cinq jours les assistantes maternelles agréées au bout de quatre ans d’agrément, on observe un phénomène intéressant. Au cours d’une séquence que certaines intitulent le « jeu du téléphone », elles demandent aux assistantes maternelles « d'interpréter » entre elles la conversation avec les parents. Elles s’aperçoivent à cette occasion que, même lorsqu’elles parlent un français considéré par ces formatrices comme d’un niveau tout à fait satisfaisant, les énoncés de ces assistantes maternelles sont « ethnicisés » d’emblée : « Je prends 130 F mais tu peux venir » diront – elles par exemple. C’est donc, presque à leur insu, parce qu’elles maîtrisent imparfaitement les codes de présentation de soi dans l’interaction sociale et les codes langagiers afférents, que leurs énoncés les « trahissent » et donc les « stigmatisent » au sens goffmanien du terme. Dans ces jeux, les éducatrices de jeunes enfants essaient d’accompagner les assistantes maternelles d’origine immigrée dans l'acquisition d'un usage plus « conforme » de la langue — ne pas tutoyer son interlocuteur. Mais aux yeux de ces formatrices, même à ce niveau, il n’est pas légitime d’imputer aux seules femmes d’origine étrangère ce manquement, supposé être la cause de leur inactivité. Bien des femmes françaises « défavorisées » doivent également opérer une conversion de nature comparable de leurs modes d’interaction. En ce sens, les formations offertes constituent de véritables processus de socialisation qui s’inscrivent dans une acculturation « in progress », dans une acculturation que l’on pourrait dire continuée. Ainsi, le rejet de certaines femmes est-il apparemment dû à deux facteurs qui peuvent se conjuguer, voire se renforcer : d’un côté, une réelle difficulté langagière (ou un fort accent), doublée d’une absence de familiarité des codes sociaux attendus par les parents — le respect de ces codes manifestant en quelque sorte aux yeux de ces derniers une conformité aux processus couramment admis de la socialisation primaire (Berger, Lückmann, 1986). Dans certains cas, ce sera plutôt l’accent qui sera discriminant (Madame Chaadi), dans d’autres la conjugaison des deux facteurs (Madame Gazla, Madame Benmissi).

24En tout état de cause, il s’agit là d’une discrimination liée à une caractéristique considérée comme un défaut, avéré (constaté) ou supposé, lié à la personne. En ce sens, on pourrait penser qu’il est surmontable par ces femmes grâce, par exemple, à une démarche d’apprentissage de la langue et/ou par un travail de socialisation susceptible de « banaliser », c’est-à-dire de « rendre indigènes », en partie, leurs rapports à la langue et aux interactions sociales. Cependant le rapport à la langue, la « liberté » que chaque femme est susceptible de prendre à l’égard des usages qu’elle peut en faire, dépend de la position subjective qui est la sienne. Les assistantes maternelles « jouant » aisément des deux registres du français et de l’arabe parviendront à compenser le désavantage d’une maîtrise approximative de la langue par d’autres qualités (ou ressources singulières) telles qu’une réputation de « bonne gardienne » par exemple. Elles adopteront alors une position affirmative comparable à celle des assistantes maternelles qui cherchent à maintenir à tout prix l’usage de l’arabe dans la famille, légitimant, du même coup l’usage de la langue, qui n’a pas à être « cachée ». Non seulement elle n’a pas à être cachée, mais le fait de la publiciser constitue une forme de légitimation : « si je parle arabe, votre enfant n’apprendra pas plus mal le français ». Cela semble signifier que c’est moins la langue qui est discriminante que la manière dont elle est utilisée, assumée, légitimée. Ce qui tend à conforter une position plus sociologique, à savoir qu’il ne se joue pas une opposition entre des langues (le français et l’arabe) mais que ce sont, « les conditions sociales qui opposent des langues » (de Villanova, 1987), ces conditions sociales, le travail de terrain l’enseigne, étant produites tant par les structures que par les logiques d’acteurs.

25Mais l’observation comme les entretiens nous conduisent, là encore, à compléter le tableau. Pour deux raisons au moins : d’une part certaines femmes immigrées qui ne « parlent pas bien » le français ont des enfants en garde, d’autres qui le parlent parfaitement — nous pensons par exemple à des jeunes femmes de la seconde génération, comme Madame Laadi ou Madame Benani — sont malgré tout sans travail. D’autre part, des femmes françaises sont également au chômage. La langue constitue donc dans certains cas incontestablement la cause de l’inactivité, mais ce n’est pas la seule raison. En tout état de cause, la plupart des chercheurs estiment que le rôle des femmes dans les questions relatives à la langue est central dans le cas de « bilinguisme minoritaire ». On considère en effet traditionnellement qu’elles peuvent adopter schématiquement deux positions. Soit, en effet, elles « sont les gardiennes des traditions du foyer et parlent la langue minorée, le dialecte, ou la langue d’origine aux enfants, soit elles se positionnent dans la mobilité et la modernité. Elles souhaitent alors l’usage des langues nouvelles pour favoriser l’éducation et la promotion de leurs enfants et parfois aussi leur propre émancipation et celles de leurs filles » (Deprez, 1995). Il semble que ces deux orientations, souvent présentées de façon contradictoire, puissent être au contraire « (loin d’être exclusives l’une de l’autre) (elles) sont compatibles chez une même personne, même si cela créé des tensions (c’est nous qui soulignons) » (Duprez, 1995, 42). D’autres recherches montrent que l’usage du français est, dans la plupart des cas, général dans « l’espace privé du logement » et l’arabe utilisé « par intermittence » pour « certaines idées (et) pensées qui ne trouvent pas aisément leur équivalent en langue française » (Chafi, Spinousa, 1997, 137-138). Ce qui veut dire à la fois que le français est souvent la langue véhiculaire dans les familles et que d’autre part, il se déroule un « jeu » autour des questions de langage dans lequel les femmes jouent un rôle important.

  • 10  Ce n’est pas le seul élément qui entre en ligne de compte. Notre travail établit que des facteurs (...)

26Pour conclure sur ce point que peut-on dire ? À l’évidence, le terrain le confirme, c’est l’usage, ou mieux le régime d’usage de la langue, considérée comme une ressource, qui peut constituer un atout pour ces femmes. L’exemple de madame Tizi, qui parle un français très rocailleux et qui ne cesse de travailler, confirme l’importance de cette fluidité, moins langagière que sociale, qui peut contribuer à favoriser l’accès à l’emploi10. Le travail de terrain nous conduit d’ailleurs à pousser plus avant notre argumentation. D’une certaine manière, chez les assistantes maternelles étrangères qui ne sont pas au chômage actuellement, on voit se combiner, de manière chaque fois singulière, un usage délié ou souple du régime langagier et une certaine aisance dans l’espace public.

Espace du privé et espace public ou comment la langue circule

  • 11  Si toutefois d’autres conditions, comme celles relatives au quartier et au nombre de chômeuses dan (...)

27L’accueil nourricier se décline, on le sait, d’une certaine manière, dans le registre de l’intimité domestique qui renvoie à la chaleur du foyer et à ses valeurs « traditionnelles » ou considérées comme « authentiques » (toutes les assistantes maternelles mettent par exemple l’accent sur leurs compétences culinaires : « nous, on fait des vraies purées, des vraies tartes »). C’est peut-être là que se situe ce qu’elles présentent comme étant leur véritable spécificité. Or, la recherche tend à montrer que les assistantes maternelles qui ne s’appuient que sur ce type de ressources, que l’on peut indifféremment qualifier de familialistes ou de traditionnelles, sont, dans de nombreux cas, au chômage. Par contre on a pu observer que celles qui savaient mobiliser des compétences sociales dans les interactions, qui savaient utiliser les ressources d’un espace public qui leur était à la fois accessible et familier, en se rendant visibles, identifiables, semblaient trouver plus facilement du travail. Ce qui revient à dire que ces femmes savaient métaboliser les atouts dont elles pouvaient disposer, qu’elles les adaptaient à l’espace du « dehors », qui est sans doute, et au contraire de l’intimité domestique, celui du travail salarié. Savoir articuler dedans et dehors, s’affirmer, d’une certaine façon, dans l’espace public qui est en particulier celui de l’échange, de la négociation et du risque que suppose toute rencontre, semble donc pouvoir favoriser l’accès au travail11. On voit donc, à travers cette question de la langue, dans quelles difficultés particulières les assistantes maternelles étrangères sont placées. Il leur faut, en effet, se situer au cœur de la tension entre un dedans, auquel leur tradition les renvoie souvent, en tous cas en ce qui concerne les Maghrébines (Villanova, Bekkar, 1991), et un dehors auquel elles sont contraintes d’accéder pour pouvoir éventuellement sortir du chômage et faire face à la précarité. Dans de nombreux cas les assistantes maternelles étrangères rencontrées ne disposaient pas, à l’évidence, de telles compétences sociales, d’une telle aisance dans l’espace public. Il convient, à cet égard, de rappeler l’exemple de madame Gazla évoqué plus haut, qui marchait « avec » son mari, ce dernier s’acquittant d’ailleurs de la plupart des tâches extérieures au logement comme les courses et les démarches. Finalement confinée à l’espace domestique, madame Gazla ne pouvait « apprendre » ni la langue ni la pratique, associée, des déplacements dans l’espace public. C’est en ce sens que l’on peut dire que la langue véhicule certes du sens, mais également ces échanges que suppose toute vie sociale, comme un au-delà du cercle privé. À ce point, il convient d’ajouter une remarque. On peut observer un envol du nombre d’agréments à partir de 1990 à La Courneuve ; or si l’on met en rapport les chiffres du chômage et la date d’agrément des assistantes maternelles, on peut observer que plus l’agrément est récent, plus le chômage est élevé. Or, nombre des assistantes maternelles étrangères au chômage sont entrées tardivement dans l’agrément, une fois leurs enfants élevés. Souvent astreintes depuis des années à une forme plus ou moins prononcée d’assignation sexuée, notamment quand elles sont maghrébines, ces femmes cumulent en quelque sorte les handicaps : langue mal maîtrisée et absence de familiarité des espaces publics où se nouent les « arrangements » (De Ridder, Salesse, 1989, 1996) de la garde nourricière — puisque c’est des proximités créées par l’interconnaissance qu’elle se nourrit.

  • 12  Elles peuvent y compris devenir des concurrentes pour ces étrangères au chômage en choisissant d’e (...)

28Que peut-on conclure de cette analyse portant sur le rapport à la langue des assistantes maternelles étrangères ? Certes, il importe d’analyser l’incidence de l’effet-langue sur le chômage de ces femmes, en corrélation avec d’autres facteurs. L’usage de la langue que font les assistantes maternelles qui ne sont pas au chômage est associé à un rapport aisé et délié à l’espace public, ce qui leur permet de nouer des relations et de saisir les opportunités de travail susceptibles de se présenter. Loin de rester chez elles à « attendre les coups de fil », comme le dira une assistante maternelle au chômage, elles prospectent, elles anticipent, elles multiplient les interactions toujours potentiellement porteuses d’occasions. Celles qui sont logées dans les quartiers les plus défavorisés, ceux qui connaissent les plus forts taux de chômage des assistantes maternelles, parviennent, de cette manière aussi, à surmonter le handicap que constitue leur domiciliation. On voit donc que divers facteurs s’imbriquent, voire peuvent se renforcer. Dans ces conditions, travailler, pour les assistantes maternelles étrangères au chômage, signifiera qu’elles auront su investir l’espace public, quitter la scène privée pour se présenter publiquement, se visibiliser, et cela quelle que soit la « qualité » de leur français. Dans la situation actuelle où nombre de jeunes mères potentiellement demandeuses de garde deviennent chômeuses12, il est urgent et impératif que ces étrangères assument la légitimité que leur confère l’agrément.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M., 1995, « Transmettre la langue », Ethnologie française, XXV.

Achard P., 1987, « Un idéal monolingue » in G. Vermes, J. Boutet, France pays multilingue. Les langues en France, un enjeu historique et social, tome I, L’Harmattan.

Chafi M., Spinouza N., 1997, Parcours d’adaptation des Algériens : Des dispositions aux acquisitions, Université Toulouse Le Mirail, rapport FAS.

Decrosse A., 1987, « Un mythe historique : la langue maternelle » in G. Vermes, J. Boutet, France pays multilingue. Les langues en France, un enjeu historique et social, tome I, L’Harmattan.

De Heredia Ch., 1987, « Du bilinguisme au parler bilingue », in G. Vermes, J. Boutet, France pays multilingue. Les langues en France, un enjeu historique et social, tome I, L’Harmattan.

Desprez Ch., 1994, Les enfants bilingues : langues et familles, Didier, Essais (CREDIF).

Deleuze G., Guattari F., 1980, Mille Plateaux, Minuit.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Gallimard.

Jérab N., 1988, « L’arabe des Maghrébins. Une langue, des langues », in G. Vermes éd. Vingt-cinq communautés linguistiques en France. Les langues immigrées, tome II, L’Harmattan.

Maresca B., Van de Walle I., 1997, Les naturalisés des années 1990, CREDOC pour la DPM.

Mozère L., 1997, « Petits métiers urbains au féminin. Le cas des assistantes maternelles immigrées », Informations sociales, n° 63, Les femmes d’origine étrangères et l’emploi.

Mozère L., 1999, « Petits métiers urbains au féminin », ou comment échapper à la précarisation ? Les assistantes maternelles et les nourrices, Rapport pour la CNAF, le FAS et le Plan Urbain.

Poche B., 1987, « La construction sociale du langage », in G. Vermes, J. Boutet, France pays multilingue. Les langues en France, un enjeu historique et social, tome I, L’Harmattan.

Tabouret - Keller A., 1987, « Questions en vue d’une psychologie clinique du bilinguisme », in G. Vermes, J. Boutet, France pays multilingue. Les langues en France, un enjeu historique et social, tome I, L’Harmattan.

Vilanova R. de, 1987, « Circulation des langages dans les familles poutugaises », in G. Vermes, J. Boutet, France pays multilingue. Les langues en France, un enjeu historique et social, tome I, L’Harmattan.

Vilanova R. de, Bekkar R., 1994, Immigration et espaces habités, CIEMI, L’Harmattan

Haut de page

Notes

1  Cette recherche a bénéficié d’une aide financière de la CNAF, du FAS et du Plan Urbain.

2  Notre travail s’est également attaché à analyser les activités conduites par des nourrices « au noir », mais cet article ne les prendra pas en compte.

3  Dans cette commune, dévastée par une désindustrialisation persistante, il convient de rappeler que le taux de chômage féminin est très important.

4  Elles occupent une position sociale prépondérante et si nous parlons de « petit métier au féminin », c’est pour mieux souligner le paradoxe, voire l’aporie auquel il renvoie. Assurant en effet la socialisation d’un nombre considérable de jeunes enfants dont les mères travaillent « au dehors », assistantes maternelles et nourrices assurent une fonction centrale et essentielle dans nos sociétés, bien que ce métier ne bénéficie d’aucune reconnaissance sociale, que ce soit en termes de statut ou de rémunération.

5  La qualification peut être, selon les cas, liée au diplôme, au savoir-faire ou à des compétences acquises sur le tas. Cependant, quelle que soit l’approche que l’on adopte, c’est une construction sociale et c’est en ce sens que le terme est ici utilisé.

6  Cette activité ou ce métier, que l’on ne peut pas analyser comme une profession au sens de la sociologie anglo-saxonne des professions (Chapoulie, 1973, Dubar, Tripier, 1998) peut se définir par une bipolarité: c’est en effet à la fois une activité familiale, c’est-à-dire qu’elle permet traditionnellement, à l’assistante maternelle de garder ses enfants de moins de trois ans et, en même temps, un métier qui s’exerce à domicile. Souvent associé à ce que l’on pourrait appeler un « choix maternel » — je choisis d’élever mes enfants, c’est la place d’une femme et en même temps je suis rémunérée pour le faire — ce métier renvoie, on le voit, à la question des rapports sociaux de sexe dans le travail. Assignées à la sphère domestique, quel peut être, en effet, pour ces assistantes maternelles, le sens professionnel de leur activité, le plus souvent associée à une tâche » naturelle » (c’est-à-dire socialement construite) assumée par les femmes dans les représentations sociales dominantes ? La recherche traite de cet aspect du métier. Nous renvoyons, sur ce point, les lectrices et les lecteurs au rapport final de la recherche.

7  Ici, on le comprendra, nous ne nous référons pas à ce que nous évoquions, plus haut, de la langue maternelle, comme monolingue, « marqueur d’identité », dont les attaches avec la constitution des États modernes sont avérées.

8  Bien que nous abordions dans cet article le cas d’assistantes maternelles étrangères, le cas de cette jeune femme française fait sens ici pour analyser le rapport à la langue.

9  En ce sens il faudra que ces enfants, tout comme Canetti, se réapproprient leur langue maternelle ultérieurement.

10  Ce n’est pas le seul élément qui entre en ligne de compte. Notre travail établit que des facteurs comme l’implantation territoriale et l’accroissement du chômage des femmes jouent, bien entendu, un rôle tout aussi central. Il ne s’agit ici nullement de méconnaître ces facteurs mais de mettre l’accent sur l’incidence de l’usage de la langue.

11  Si toutefois d’autres conditions, comme celles relatives au quartier et au nombre de chômeuses dans le quartier, sont également favorables bien entendu.

12  Elles peuvent y compris devenir des concurrentes pour ces étrangères au chômage en choisissant d’entrer, à leur tour, dans le métier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liane Mozère, « Les difficultés des assistantes maternelles étrangères face au chômage Quelques indications concernant leur usage de la langue », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 141-165.

Référence électronique

Liane Mozère, « Les difficultés des assistantes maternelles étrangères face au chômage Quelques indications concernant leur usage de la langue », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/193

Haut de page

Auteur

Liane Mozère

Sociologue, université de Rouen, GRIS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org