Navigation – Plan du site
Immigration et travail salarié

L'immigration en Espagne des femmes chefs de famille

Laura Oso
p. 89-140

Texte intégral

  • 1  Cette perspective est fondée sur un modèle micro-économique qui considère les flux migratoires com (...)
  • 2  Cette approche théorique considère les mouvements de population en rapport du processus structurel (...)
  • 3  Sur l'invisibilité des femmes dans les théories classiques de la migration voir : Oso, L. : La mig (...)
  • 4  Morokvasic, M. (1984) : « Birds of passage are also women », International Migration Review, vol.  (...)
  • 5  Oso, L., op. cit. Sur les théories de la modernisation et de la dépendance et leur rapport avec le (...)
  • 6  Ravenstein, E.G. (1885) : « The laws of migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol (...)
  • 7  United Nations (1994) : The Migration of Women : Methodological Issues in the Measurement and anal (...)
  • 8  United Nations Secretariat (1995) : International Migration Policies and the Status of Female Migr (...)
  • 9  Houston, M.F. ; Kramer, R.G., y Barrelt, J.-M. (1984) : « Female predominance of immigration to th (...)

1Les femmes ont toujours migré, bien que leur rôle dans les mouvements migratoires ait été sous-estimé, tant par ceux qui élaborent le discours scientifique que dans les représentations sociales elles-mêmes. L'aspect invisible de la migration féminine s'explique, en premier lieu, par l'existence d'un vide théorique dans le domaine de la littérature sur les mouvements de populations. Les théories classiques de la migration, aussi bien celles qui sont centrées sur la décision individuelle1 que celles qui se fondent sur les déterminants structuraux2 ont confiné les femmes dans un rôle secondaire3. Cette invisibilité de la migration féminine trouve aussi ses racines dans le modèle familial patriarcal, qui considère la femme comme étant dépendante de l'homme — principal support économique et possesseur de l'autorité dans l'unité domestique4. La femme migrante apparaît comme économiquement inactive et donc comme non digne d'intérêt en tant qu'objet d'étude ou sujet politique. Enfin, l'invisibilité de la migration féminine s'inscrit dans un cadre plus large : la sous-estimation des femmes comme actrices du développement (en tant qu'élément moteur de ce développement). Les théories de la modernisation et de la dépendance se centrent sur la production publique comme clé du développement : les femmes, confinées à l'espace privé, ne sont pas considérées comme actrices de la modernisation ni de la révolution5. Cependant, comme l'a montré Ravenstein, il y a un siècle, les femmes tendent à émigrer davantage que les hommes sur des distances courtes6, et cela reste vrai aujourd'hui7. De plus, selon les Nations Unies et contrairement à ce que l'on imagine, les femmes représentent presque la moitié des immigrés internationaux dans le monde8. Aux États-Unis, par exemple, il y a plus de femmes que d'hommes dans la population immigrée, depuis les années trente9. Cependant, malgré cette évidence statistique, il n'a été accordé à la migration féminine qu'un intérêt secondaire.

  • 10  OCDE (1990) : Tendances des Migrations Internationales, Rapport Sopemi, Paris : OCDE.
  • 11  Sassen, S. (1988) : The mobility of labor and capital : a study in international investment and la (...)
  • 12  Truong Thanh-Dam (1995) : « Gender, International Theory, Policy, Research and Networking », Asian (...)

2Dans les années quatre-vingt-dix, le caractère économique de la migration féminine devient plus visible. Dans les pays de l'OCDE, on constate une participation croissante des femmes au sein de la population active étrangère10. La plus forte représentation des femmes immigrées dans le marché du travail doit se comprendre dans le cadre de la recomposition du capital et de la globalisation de l'économie. Ainsi que le fait remarquer S. Sassen11, les processus de production s'exportent du Nord au Sud, ce qui implique, dans les pays en développement, une demande de main-d’œuvre pour les travaux de production consacrés à l'exportation et, parallèlement, dans les pays développés, une diminution de l'emploi industriel. L'émergence de zones franches s'accompagne de l'augmentation des mouvements migratoires féminins en Amérique Latine, en Asie et dans les Caraïbes. Dans le Nord, la participation croissante des femmes migrantes dans le marché de l'emploi répond à une demande de main-d’œuvre dans le secteur des services, pour des travaux peu qualifiés et mal rémunérés. À la différence des activités industrielles, le service domestique, l'hôtellerie, les services personnels et sexuels ne peuvent s'exporter, ce qui implique une demande de courants migratoires de caractère féminin. Les femmes immigrées réalisent, de manière commercialisée, les activités reproductives. Elles sont employées dans des domaines que la population locale délaisse peu à peu et qui couvrent les services d'entretien et de reproduction de la force de travail. La migration féminine s'inscrit donc dans un processus de transfert international du travail reproductif, processus parallèle à l'internationalisation des activités productives au niveau mondial. Ainsi, nous faisons référence non seulement à la globalisation de la production, mais aussi à l'internationalisation de la reproduction12. Et ce phénomène est en phase avec l'augmentation dans la planète des femmes chefs de famille (c’est-à-dire, des foyers qui sont soutenus économiquement par des femmes).

  • 13  Nations Unies (1995) : Les femmes dans le monde, New York : N.U.
  • 14  Catarino, C., Oso, L. (1995) : « Femmes chefs de famille », El Correo de la Unesco, septembre. Sur (...)
  • 15  Sur la problématique femmes chefs de famille et migration voir la révision bibliographique effectu (...)

3En effet, on constate, au cours des dernières décennies, que le nombre des foyers dirigés par des femmes augmente, aux quatre coins du monde, comme le montrent les statistiques des Nations Unies13. Il faut signaler que, souvent, le fait que le foyer soit dirigé par une femme n'est pas reconnu : une femme peut maintenir économiquement sa famille (chef de famille de facto), sans que cela s'accompagne d'une reconnaissance sociale ou juridique, et par conséquent, statistique de son statut (chef de famille de jure)14. Le développement de courants migratoires féminins de caractère économique est étroitement lié à ce phénomène, qui se développe sur les cinq continents. L'insertion des femmes immigrées dans le marché du travail des pays d'accueil répond souvent à une stratégie de survie de l'unité domestique, de sorte que la femme devient le principal fournisseur de l'économie familiale dans trois situations types. En premier lieu, en tant que pionnière de la migration, envoyant de l'argent à l'unité domestique restée au pays. En second lieu, comme principal acteur économique de la famille regroupée dans le pays d'accueil, du fait du chômage ou de la maladie de l'homme immigré. Enfin, comme chef du foyer monoparental, en tant que femme séparée, mère célibataire, veuve ou divorcée15. C'est dans cette problématique de recherche que s'inscrit notre objet d'étude : la migration vers l'Espagne des femmes chefs de famille.

La migration vers l'Espagne des femmes chefs de famille

  • 16  OCDE (1994) : Tendances des migrations internationales, Rapport Annuel Sopemi 1993, Paris : OCDE.
  • 17  Massey, D.S. ; Alarcón, R. ; Durand, J., y González, M. (1987) : Return to Atzlan : The Social Pro (...)

4Au cours des dernières années, nous pouvons constater une transformation dans le panorama migratoire européen : de nouveaux contextes d'accueil de l'immigration apparaissent et les nationalités d'origine se diversifient. Le Sud de l'Europe (Italie, Espagne, Grèce, Portugal) devient un nouvel espace migratoire, un contexte d'accueil de main-d’œuvre immigrée16. Ainsi, durant les années quatre-vingt, l'Espagne commence à recevoir une population étrangère et devient dans les années quatre-vingt-dix un pays d'immigration. La première question qui nous vient à l'esprit est : quel a été le rôle de la migration féminine dans le cadre de l'évolution de ce pays comme contexte récepteur de population immigrée ? La migration féminine vers l'Espagne se caractérise-t-elle par ce rôle passif qui lui a été assigné par la littérature scientifique ? À cette première interrogation, nous répondons que, contrairement à la vision réductionniste dominante, la présence de femmes immigrées en Espagne est un phénomène quantitativement significatif, inscrit dans les courants migratoires féminins de caractère économique qui se sont développés au niveau international au cours des dernières années. La deuxième question que cela soulève est : Pourquoi se sont développés en Espagne des courants migratoires féminins de caractère économique ? Nous avons, tout d'abord, essayé de répondre à cette deuxième question en soulignant l'existence d'une demande du marché du travail pour le service domestique, demande qui s'inscrit dans le transfert international Sud/Nord du travail reproductif. En second lieu, nous posons que la migration féminine répond à une dynamique migratoire. D'autres auteurs déjà s'étaient penchés sur la notion de dynamique migratoire, c'est-à-dire sur une compréhension des mouvements de population éloignée de la vision statique, réduite aux déterminants macros structurels ou à la décision individuelle, définissant comment la migration acquiert un caractère d'auto-reproduction (feed-back) à travers l'influence de réseaux sociaux et communautaires, qui agissent indépendamment des déterminants structuraux ou individuels17. Mais, au-delà de cette idée, qui ne prend en considération qu'une partie des acteurs sociaux dans la configuration des processus migratoires (les immigrés), nous voulons démontrer que la dynamique migratoire incorpore non seulement les immigrés mais aussi les acteurs sociaux du contexte d'accueil : tout ceci interagit en fonction des stratégies, des pratiques quotidiennes et des représentations sociales de ceux qui y participent. Nous avons sélectionné pour notre analyse deux des acteurs sociaux du pays récepteur qui jouent un rôle significatif dans la construction de la migration : l'État et les femmes espagnoles qui emploient des travailleuses étrangères. Du point de vue de l'État, la demande d'employées domestiques étrangères en Espagne est acceptée institutionnellement et canalisée à travers des actions politiques. Au niveau des employeuses espagnoles, cette demande répond à des stratégies de mobilité sociale des femmes salariées de classe moyenne et des femmes au foyer de classe élevée. Du point de vue des travailleuses étrangères, la dynamique migratoire est le résultat des stratégies familiales des immigrés et de leurs foyers, stratégies qui, souvent, répondent à des situations où la femme se voit obligée de subvenir aux besoins du foyer, en tant que chef de famille de facto. La dernière des questions soulevées est en rapport direct avec l'une des principales interrogations qui ont orienté les études sur la migration féminine : quels sont les effets de la migration sur le rôle et sur le statut des femmes immigrées ? Ce à quoi nous ajoutons : et sur la femme chef de famille ?

  • 18  Les données ont été recueillies par l'auteure au cours d'un travail de terrain qui s'inscrit dans (...)
  • 19  Voir tableau I : Personnes interviewées et participant aux groupes de discussion par sexe et origi (...)

5Cette recherche18 a combiné l'exploitation de sources secondaires, principalement celles du Ministère de l'Intérieur et du Ministère du Travail, avec les données qualitatives obtenues lors de la réalisation de 60 entretiens en profondeur avec des femmes et des hommes immigrés, de nationalités et de profils sociologiques divers, ainsi qu'avec des experts et des personnes en contact avec la réalité de l'immigration (ONG's, congrégations religieuses, syndicats). Un groupe de discussion allait permettre de mettre à jour les représentations des employeuses en ce qui concerne l'immigration. De la même manière, les représentations collectives des femmes immigrées sur la société espagnole se manifesteraient de façon plus évidente dans un processus d'interaction de groupe que dans le cadre d'entretiens individuels. Pour ces raisons, il fut décidé de réaliser, en plus des entretiens en profondeur, quatre réunions de groupe : deux avec des employeuses de travailleuses étrangères (femmes actives de classe moyenne et femmes au foyer de classe élevée) et deux avec des femmes immigrées (Péruviennes et Dominicaines). Une observation participative fut aussi réalisée dans les principaux centres de réunion de la population immigrée (Aravaca, lieu de rencontre d'un important nombre de Dominicains, le centre Tahanan, centre de réunion de la communauté philippine, la Mosquée de Madrid et les zones de résidence marocaines). Le travail de terrain fut réalisé à Madrid et dans sa banlieue. 114 personnes furent contactées. L'étude se distingue des monographies classiques par nationalité des personnes rencontrées et choisit de sélectionner, parmi les acteurs immigrés, des femmes d'origines (principalement marocaine, dominicaine et philippine) et de profils sociologiques divers, qui partagent, cependant, des conditions sociales similaires : l'emploi comme domestique et le fait d'être chef de famille en situation d'immigration. La comparaison des cas prédomine sur l'étude en profondeur de chacun d'entre eux19.

Un contexte d'accueil favorable à l'immigration de femmes à caractère économique

Rôle de l'État dans la configuration de la dynamique migratoire

  • 20  Ces données indiquent le nombre d'étrangers en situation régulière. Elles ne prennent pas en compt (...)

6La première conclusion qui se dégage de l'exploitation des données du Ministère de l'Intérieur est que, contrairement au stéréotype de l'émigré masculin, une des caractéristiques distinctives de l'Espagne en tant que contexte récepteur d'immigration a été la présence importante de femmes, qui représentaient au début des années quatre-vingt-dix la moitié du total des étrangers ayant un permis de résidence en règle20 (voir tableau II). Le caractère masculin, qui a dominé traditionnellement l'étude des mouvements migratoires, est inévitablement remis en question dans le cas espagnol, et la réalité sociale face à laquelle nous nous trouvons nous oblige à penser l'immigration aussi au féminin. Devant cette évidence statistique, la deuxième question soulevée est : pourquoi trouve-t-on cette présence notable de femmes dans les flux migratoires vers l'Espagne ?

  • 21  En Espagne, jusqu'à la promulgation de la loi 7/85 sur les droits et les libertés des étrangers ré (...)

7Afin d'analyser l'évolution dans le temps de l'immigration féminine en Espagne, reflétée dans les données du Ministère de l'Intérieur, nous avons délimité trois périodes. La première se caractérise par l'arrivée des pionniers de l'immigration et par l'existence d'un vide juridique et institutionnel face au nouveau phénomène de l'immigration en Espagne. Cette première phase se caractérise aussi par une prédominance des Européens parmi les étrangers ayant un permis de résidence en règle ; ainsi que par le début de l'immigration provenant de pays tiers, le mécanisme le plus utilisé étant l'entrée en tant que touriste et l'installation postérieure, en situation irrégulière, sur le territoire espagnol21. Durant cette première période, la présence des femmes parmi les résidents étrangers, principalement originaires de pays développés, est élevée (50,7 % en 1990, voir tableau II).

  • 22  Cette étape est marquée par la mise en place des procédures de régularisation extraordinaires (85/ (...)
  • 23  L'Espagne a connu deux opérations de régularisation extraordinaire d'étrangers, en 1985-1986 et en (...)

8La deuxième étape se caractérise par une prise de conscience, de la part des autorités espagnoles, du phénomène migratoire. Cette prise de conscience se traduit par la mise en œuvre des premières mesures pour pallier le vide politique et institutionnel qu'on observe devant la réalité de l'immigration22. Dans cette deuxième phase, on constate un changement socio-démographique dans la composition de l'immigration, reflété dans les statistiques officielles : d'une prédominance claire des Européens (une bonne partie étant constituée de retraités) jusqu'en 1990, on passe à une représentation numérique croissante des résidents provenant de pays tiers, plus jeunes et actifs dans le marché du travail. Ainsi, à partir de 1992, le Maroc dépasse la Grande-Bretagne, communauté majoritaire jusqu'alors, et conforte sa place de principal pays d'origine de l'immigration en Espagne23. Ce changement qualitatif de l'immigration comptabilisée dans les statistiques fait que le pourcentage de femmes étrangères résidentes baisse en 1993 (47,4 %), en comparaison avec les données de 1990, ceci étant dû au fait que l'immigration africaine est principalement masculine, alors que parmi la population européenne, qui prédomine dans les données de l'étape antérieure, l'équilibre entre les sexes était un fait (voir tableau II).

  • 24  L'établissement d'un quota a, entre autres, pour objectif de doter le marché du travail d'une meil (...)
  • 25  En Espagne, en 1995, le chômage apparaît plus élevé dans le secteur du bâtiment (qui emploie beauc (...)
  • 26  Sur la politique de quotas en Espagne voir : Aragón Bombín, R. (1993) : « Contingente de trabajado (...)

9La troisième étape de l'Espagne en tant que pays d'immigration, de 1993 à aujourd'hui, se caractérise par la mise en place de la politique des quotas, qui suppose l'acceptation institutionnelle de l'existence d'une demande de main-d’œuvre étrangère pour des postes que l'emploi local ne couvre pas et, surtout, pour l'agriculture et le service domestique24. Depuis sa mise en œuvre, le contingent de travailleurs étrangers a été principalement constitué de femmes employées domestiques (84 % en 1993, 54 % en 1994 et 61 % en 1995, voir tableau III). L'immigration des femmes est donc acceptée et promue par l'administration espagnole. Durant cette troisième phase, l'emploi immigré peu qualifié typiquement masculin (dans le bâtiment et l'agriculture) est plus fortement touché par les conséquences de la crise économique que l'emploi immigré féminin (dans le service domestique)25. Ainsi, depuis 1993, la demande de travailleuses étrangères est plus forte que celle des hommes et c'est ainsi que s'explique le fait que l'administration espagnole assure sa légalisation via des quotas26.

10Cette situation plus avantageuse pour l'immigration féminine détermine le fait que les foyers choisissent d'envoyer la femme comme pionnière de la migration. D'autre part, la plus grande précarité de l'emploi masculin immigré a eu pour conséquence que des nombreuses femmes sont devenues les principaux soutiens économiques de la famille regroupée dans le pays d'accueil. À quel type de migration (de travail, résidentielle, ou familiale) répond l'arrivée de femmes étrangères en Espagne ? S'agit-il de femmes regroupées ou de femmes chefs de famille pionnières de la chaîne migratoire ? Pour répondre à ces questions, nous avons élaboré trois indicateurs, à partir de l'exploitation statistique des données du Ministère de l'Intérieur et du Ministère du Travail.

  • 27  Permis de travail des femmes immigrées x 100

11Le premier de ces indicateurs est le taux de participation des femmes immigrées au marché du travail27. Ce rapport nous donne une mesure de l'origine de l'immigration féminine en Espagne (immigration de travail/économique ou résidentielle). Dans la première phase, les données correspondant à 1990 montrent qu'une minorité des étrangères résidant en Espagne possède un permis de travail en règle (24 %), l'immigration féminine asiatique (40 %) et africaine (39 %) étant celles qui présentent les niveaux les plus élevés de travailleuses parmi les résidents. En 1992, alors que l'Espagne est entrée dans ce que nous avons appelé la deuxième phase de l'immigration, le panorama change : l'immigration féminine de travail augmente par rapport à l'immigration résidentielle, surtout parmi les femmes originaires d'Amérique latine (45 %), d'Afrique (52 %) et d'Asie (48,7 %) (voir tableau IV). On passe d'une prédominance de l'immigration de femmes inactives, dans les statistiques officielles, provenant des pays développés et principalement d'Europe, à une représentation toujours plus forte de courants féminins de travailleuses provenant de pays tiers (Amérique latine, Afrique, Asie). En Espagne, loin du stéréotype de l'immigrée « regroupée », économiquement inactive, dépendant de l'homme immigré, les données statistiques montrent que l'immigration régulière de femmes africaines, latino-américaines et asiatiques est composée à près de 50 % par des travailleuses (voir tableau IV).

  • 28  Femmes travailleuses étrangères de nationalité x X 100

12Un deuxième indicateur que nous avons utilisé pour identifier l'existence de migrations de femmes actrices du processus migratoire, qui diffèrent du stéréotype de la femme « regroupée », est l'indice de féminisation du travail par nationalité de l'immigration28. Les données révèlent l'existence de migrations où prédominent les femmes, en ce qui concerne certaines nationalités d'origine de l'immigration (voir tableau V). En 1991, l'immigration économique européenne (les étrangers ayant un permis de travail en règle) est fondamentalement masculine, alors que l'immigration résidentielle (permis de résidence en règle) est plus féminine. À cette période, parmi les résidentes étrangères européennes en Espagne, beaucoup sont inactives retraitées. Cependant, dans le cas des personnes originaires d'Amérique latine, les femmes sont majoritaires parmi les étrangers avec permis de travail en règle durant toute la période analysée (1991-1995). Cette féminisation de la migration économique latino-américaine vers l'Espagne s'accentue au cours du temps : les femmes de cette origine arrivent à représenter 60 % des travailleurs provenant d'Amérique centrale et d'Amérique du sud et ayant un permis de travail en règle en 1995. À cette date, les pays latino-américains qui présentent la plus grande proportion de femmes sont la République Dominicaine (86 %), la Colombie, le Pérou et l'Équateur (64 % dans les trois cas). Les courants migratoires d'origine africaine sont, contrairement au cas latino-américain, principalement composés d'hommes, surtout dans le cas du Maroc, où les femmes représentent seulement 15 % des travailleurs marocains avec un permis de travail en règle en 1995. On note aussi quelques exceptions. Par exemple, les femmes prédominent dans les courants migratoires provenant du Cap-Vert (55 %) et de Guinée Équatoriale (64 %). L'immigration asiatique est composée majoritairement d'hommes, les femmes ne représentant en 1995 et pour l'ensemble du continent asiatique que 36,4 % des étrangers ayant un permis de travail en règle. On observe cependant un flux migratoire féminin à caractère économique dans le cas des Philippines (66,2 %, voir tableau V).

  • 29  À partir de janvier 1992, les travailleurs des pays communautaires n'ont pas besoin d'un permis de (...)

13En ce qui concerne l'ancienneté des vagues migratoires féminines par origine, il faut signaler qu'avant la disparition de la catégorie « Européennes » dans les statistiques du Ministère du Travail29, celles-ci, ainsi que les Philippines et les Marocaines, formaient le gros de l'immigration féminine de caractère économique en Espagne. L'immigration de femmes marocaines fut le courant majoritaire de travailleuses provenant de pays tiers jusqu'en 1995, bien qu'il ne constitue pas un courant migratoire féminisé, puisque le pourcentage d'hommes parmi les travailleurs est beaucoup plus fort que celui de femmes. La première des vagues migratoires de travail où prédominent les femmes fut donc la vague philippine. Ce type de courants migratoires féminisés à caractère économique a augmenté ultérieurement avec les Péruviennes et surtout les Dominicaines, la République Dominicaine constituant la principale origine d'immigration des travailleuses en Espagne en 1995.

  • 30 Taux de participation des femmes immigrées au marché du travail, indice de féminisation du travail (...)

14Enfin, le troisième indicateur qui montre que l'immigration féminine en Espagne est principalement composée de femmes actrices du processus migratoire et non de femmes « regroupées », est la proportion de femmes célibataires, veuves et divorcées (qui donc ont migré de façon indépendante d'un homme). Les données montrent que 70 % de travailleuses étrangères sont célibataires, veuves et divorcées (65,5 % célibataires, 2 % veuves, 2,4 % divorcées, voir tableau VI). La conclusion qui se détache de l'analyse statistique à travers ces trois indicateurs30 est que l'arrivée en Espagne de femmes provenant de pays tiers répond à des courants migratoires de caractère économique de femmes actrices du processus migratoire, qui ont migré de façon indépendante de l'homme. Quelle est l'explication du développement de courants féminins de caractère économique en Espagne ?

15L'explication réside, d'une part, dans les actions institutionnelles qui, comme nous l'avons vu dans le cas espagnol, ont accepté et favorisé à travers la politique des quotas, l'arrivée de travailleuses étrangères ; et d'autre part, ce trait distinctif de l'Espagne en tant que pays d'immigration est le résultat des caractéristiques du marché du travail. On observe en Espagne la même tendance à la tertiarisation de l'emploi immigré que dans l'ensemble des pays européens ayant une tradition d'immigration. Les étrangers se concentrent principalement dans le secteur des services.

  • 31  Voir : Eurostat (1991) : Enquête sur les forces de travail.

16Cependant, l'insertion dans le monde du travail de la main-d’œuvre immigrée en Espagne, bien qu'elle montre cette tendance à la tertiarisation, diffère de celle observée dans l'ensemble des pays européens en ce qui concerne les activités principales. Ainsi, alors que dans d'autres contextes récepteurs de main-d’œuvre étrangère, prédominent les activités comme le bâtiment, le commerce et les industries de transformation31, dans le cas espagnol, le service domestique regroupe la plus grande proportion (29 %) d'étrangers originaires de pays tiers ayant un permis de travail en règle en 1995 — ce type d'emploi étant principalement féminin (à 73 %, voir tableau VII). Il se peut que cette prédominance soit seulement l'effet combiné de l'aspect récent du phénomène, de ses dimensions encore réduites et de la structure particulière du secteur des services en Espagne, mais le fait est qu'aujourd'hui cette donnée marque une différence avec ce que fut et ce qu'est l'immigration dans les pays européens à plus forte tradition migratoire.

17Quant à la répartition de la population immigrée sur le marché du travail, les données pour l'année 1995 soulignent le fait que les femmes immigrées, indépendamment de leur nationalité, sont employées majoritairement dans le service domestique (64 %), et cette concentration se renforce au cours du temps. Ainsi, le sexe apparaît comme la principale variable qui détermine l'insertion dans le marché du travail, beaucoup plus que l'origine. Néanmoins, l'emploi des immigrés masculins est plus diversifié dans des activités variées et l'on observe, parmi les pays d'origine où prédominent les hommes, une certaine spécialisation par nationalité : les Algériens dans l'agriculture (46 %), les Sénégalais dans la vente ambulante (51 %) et les Chinois dans la restauration (51 %, voir tableau VII).

  • 32  Données élaborées par l'auteure à partir de l'exploitation des statistiques du Ministère du Travai (...)

18En ce qui concerne la répartition géographique de la main-d’œuvre étrangère, les données de 1995 montrent comment celle-ci est principalement concentrée sur sept régions : Madrid (32 %), la Catalogne (29 %), l'Andalousie (8 %), les Canaries (4 %), Valence (5 %), la Murcie (4 %) et les Baléares (2 %). Dans toutes les régions d'accueil de l'immigration en Espagne, les hommes sont plus nombreux que les femmes, surtout dans les régions où prédomine la main-d’œuvre agricole étrangère : Valence (80 % d'hommes), la Murcie (94 % d'hommes). À Madrid, l'immigration féminine est majoritaire (51 % de femmes) et constitue l'exception. Il faut donc ajouter à la concentration des femmes immigrées dans le marché du travail (service domestique) une concentration résidentielle : 50 % de travailleuses étrangères en Espagne sont employées dans le marché madrilène32.

  • 33  Izquierdo, A. (dir.), 1996, op. cit.
  • 34  Voir l'analyse élaborée par l'auteure (Oso, L., op. cit., cap. III) à partir de l'exploitation des (...)

19La plus grande présence de femmes à Madrid explique la représentation plus importante dans la capitale, par rapport à l'ensemble de l'Espagne, des pays d'origine où les femmes prédominent (République Dominicaine, Pérou et Philippines). La migration de femmes vers l'Espagne répond donc à une demande d'emploi immigré pour le service domestique dans les grandes villes (principalement à Madrid) et elle s'inscrit dans les processus de transfert international du travail reproductif, parallèle à la globalisation de la production que l'on observe dans le monde. Mais, au-delà de cette explication macro structurelle, on s'est efforcé de développer d'autres explications centrées sur des déterminants plus micros. Ainsi, on a analysé les stratégies des différents acteurs sociaux qui ont généré ces courants migratoires féminins de caractère économique pour la réalisation des activités de la reproduction sociale. Nous avons déjà indiqué comment cette demande d'emploi a été acceptée et encouragée par l'administration espagnole à travers la politique des quotas. Ainsi, l'État participe à la consolidation de cette dynamique migratoire composée de femmes qui sont arrivées, en tant qu'acteurs de la migration, pour travailler en Espagne. De plus, les actions institutionnelles ont non seulement un rôle important dans l'arrivée de population immigrée, mais aussi dans l'insertion des flux migratoires dans le pays d'accueil, et par voie de conséquence, dans les effets de l'immigration sur le statut des travailleuses étrangères. C'est ainsi que l'analyse de la situation juridique des divers courants migratoires par nationalité (qui constitue, comme l'a signalé Antonio Izquierdo33, un indicateur de la consolidation et de « l'intégration » d'un flux migratoire) montre comment, en lien avec sa plus grande ancienneté, l'immigration de travail philippine a une situation juridique plus stable que la moyenne. Ceci ne concerne pas l'immigration marocaine qui, bien qu'elle soit plus ancienne que les récentes vagues provenant du Pérou et de la République Dominicaine, a une stabilité juridique bien moindre. De cette analyse, se dégage une conclusion qui est directement liée à l'hypothèse selon laquelle l'État joue un rôle central dans la configuration des flux d'entrée et dans l'insertion des immigrés dans la société d'accueil. Les données montrent, en effet, l'existence d'une discrimination législative et institutionnelle, que la politique des contingents a renforcée, en offrant une plus grande et une meilleure incorporation au marché du travail régulier aux personnes provenant des pays ayant des liens historiques avec l'Espagne (Philippines, Pérou et République Dominicaine). Ceci, au détriment de la migration économique féminine marocaine qui, bien qu'étant plus ancienne que l'immigration péruvienne ou dominicaine, souffre d'une faiblesse dans sa représentation quantitative dans les statistiques officielles au cours des dernières années (elle montre les caractéristiques d'un flux récent) du fait de sa plus grande instabilité juridique34. Mais au-delà du rôle de l'État, nous avons essayé d'approfondir l'étude de la participation d'autres acteurs sociaux dans la configuration des processus migratoires. Nous avons, pour cela, choisi d'analyser comment la demande de travailleuses étrangères pour le service domestique est déterminée par les stratégies de mobilité sociale des employeuses espagnoles.

  • 35  Voir : Chaney, E.M., y García Castro, M. (eds.) (1989) : Muchachas no More, Household Workers in L (...)

20Au cours de l'histoire et dans diverses sociétés, les classes sociales possédantes ont eu recours au travail domestique comme une stratégie de maintien du statut social. Ce secteur a été traditionnellement alimenté par des immigrés provenant du milieu rural (comme le montrent certaines études réalisées aux États-Unis, en Amérique latine, en Europe et à Madrid aux dix-huitième et dix-neuvième siècles)35. Aujourd'hui, à l'emploi traditionnel de service domestique, de la part des classes sociales les plus élevées, s'ajoute la demande générée par les femmes qui ont accédé de façon qualifiée au marché du travail.

  • 36  Garrido, L. (1992) : Las dos biografías de la mujer en España, Madrid : Instituto de la Mujer.
  • 37  Instituto de la Mujer (1994) : La mujer en cifras. Una década 1982-1992, Madrid : Instituto de la (...)
  • 38  Garrido, L., op. cit.

21Ce phénomène, que l'on constate dans différentes régions de la planète (Amérique latine, États-Unis et pays asiatiques récemment industrialisés) se reproduit, de la même façon, en Espagne, comme le montrent les études sur l'incorporation de la femme espagnole sur le marché du travail. Luis Garrido distingue trois phases dans l'insertion des Espagnoles sur le marché du travail. Au cours d'une première période dite d'expansion de l'économie (1964-1974), les tâches professionnelles réalisées par les femmes constituent une projection sur le marché du travail des activités féminines traditionnelles : on les retrouve dans les emplois peu qualifiés dans l'agriculture, le commerce, le textile, l'hôtellerie, le nettoyage et le service domestique. Au cours d'une seconde phase dite de crise économique (1974-1985), la difficulté pour les jeunes à s'insérer sur le marché du travail entraîne un repli de la jeune fille sur le système éducatif. C'est ainsi qu'aujourd'hui, la part relative de femmes dans le travail salarié s'est modifiée. Du fait de cette hausse de leur qualification, on assiste à leur plus grande participation dans les postes d'encadrement et techniques (les femmes représentent aujourd'hui près de la moitié des cadres en Espagne)36. Ce qui distingue donc le cas espagnol, c'est la rapidité à laquelle les femmes ont acquis des niveaux de scolarisation et de formation élevée et se sont insérées dans le marché du travail au cours des dernières années37. L'insertion des Espagnoles dans le travail extra domestique n'a pas été accompagnée d'une nouvelle répartition des tâches reproductives entre les membres du foyer. C'est pour cette raison que le recours au service domestique répond à une stratégie de substitution des femmes dans les tâches ménagères. Cependant, et alors que la demande de travailleuses domestiques augmentait en Espagne au cours des années quatre-vingt-dix, la proportion de femmes autochtones employées dans ce secteur diminuait. Or, si entre 1986 et 1991 le nombre de femmes cadres progresse de 256 000 personnes, le secteur domestique perd lui 28 000 emplois38. Cela est logique si on tient compte du fait que les hauts niveaux de formation acquis par les nouvelles générations de femmes les ont poussés à s'insérer, ou à tenter de s'insérer, de façon qualifiée dans le marché du travail. C'est ainsi que s'ajoute à la demande traditionnelle de travailleuses domestiques de la part des classes sociales aisées, une nouvelle demande de la part des femmes espagnoles qualifiées qui se sont incorporées au marché du travail. Et cette double demande a été couverte par les travailleuses étrangères.

Les employeuses espagnoles et la demande de travailleuses étrangères pour le service domestique

22De l'analyse des données qualitatives obtenues suite à la réalisation de deux groupes de discussion avec les principaux types d'employeuses de service domestique que l'on a identifiés (professionnelles de classe moyenne et « femmes au foyer » de classe élevée) se dégagent les conclusions suivantes. Les femmes professionnelles de classe moyenne ont constaté que l'accès au marché de l'emploi ne s'est pas vu accompagné d'une nouvelle répartition des tâches domestiques dans la famille. Cela signifie une surcharge de travail et de responsabilités, de telle sorte que pour ces femmes le temps libre n'existe plus. Les femmes professionnelles sont conscientes de cette inégalité dans la famille, et cette prise de conscience apparaît comme étant le principal changement social, générateur de tensions dans l'unité domestique, car ces femmes sont conscientes de la contradiction existante entre le discours de « l'égalité » entre les sexes et la pratique quotidienne inégale (surcharge de travail pour les femmes). L'emploi de travailleuses étrangères répond à une stratégie de « survie » des femmes actives de classe moyenne afin de résoudre le problème de la pression de la « double journée » ainsi que les tensions au sein du couple. Pour les femmes au foyer de classe élevée, le recours au service domestique suppose une stratégie de maintien du statut social. Pour les femmes actives, l'emploi de travailleuses domestiques s'inscrit dans un projet d'émancipation et de modernisation. Pour les femmes au foyer qui ont opté pour un projet familial où elles jouent le rôle traditionnellement réservé à la femme, cela signifie la perpétuation de la tradition. Dans le premier cas, cela constitue une « libération », dans le second, c'est le maintien des valeurs sociales relatives à leur position dans la société, de diverses pratiques et des constructions symboliques qui légitiment ces pratiques.

  • 39  Entre 95 000 et 122 000 pesetas.
  • 40  Entre 700 et 1 000 pesetas.

23Les femmes actives de classe moyenne emploient les travailleuses étrangères en tant qu'assistantes externes, afin de réaliser principalement des tâches d'entretien (femme de ménage). Les femmes au foyer de classe élevée optent pour le service interne (à demeure) pour lequel les tâches, au-delà du seul entretien, incluent les soins de la personne, la cuisine, etc. Le salaire d'une employée de service interne oscille entre 4 000 et 5 000 francs39 par mois. Les employées externes sont payées entre 30 et 40 francs de l'heure40. Le service domestique interne se situe moins dans l'économie informelle : la majorité des travailleuses internes ont un contrat de travail et sont déclarées à la Sécurité Sociale. L'employeuse « femme au foyer » est directement impliquée dans la situation juridique de la travailleuse interne, de sorte que la lutte pour obtenir « les papiers » apparaît comme une lutte commune de l'employeuse et de l'employée. L'articulation entre les réseaux établis par la communauté immigrée et les réseaux sociaux des employeuses (voisines, amies et parentes) détermine l'insertion des travailleuses étrangères dans le service domestique. La relation entre l'employeuse et l'employée, dans le cas des femmes actives de classe moyenne, s'établit en termes égalitaires : le tutoiement est l'usage. Les femmes au foyer de classe élevée établissent une claire distinction entre « le service » et « Madame », le vouvoiement étant de règle. Pour ces dernières, la relation employeuse/employée est plutôt paternaliste, et se résume à des relations personnelles, alors que dans le cas des femmes actives de classe moyenne, la relation est plus contractuelle, même si elle garde toujours les caractéristiques d'une relation personnelle. Les femmes au foyer préfèrent le service domestique étranger au service domestique espagnol, car le premier assume mieux son rôle social : les étrangères sont plus soumises et cela est perçu de façon positive. En général, les employeuses tiennent en bonne estime les travailleuses étrangères.

24Toutes les femmes présentes lors des groupes de discussion, tant les femmes actives de classe moyenne que les femmes au foyer de classe élevée, considèrent les Polonaises comme étant les plus proches d'elles dans la hiérarchie sociale, du fait de leur haut niveau d'éducation. Les Philippines sont très valorisées par les femmes au foyer de classe élevée, du fait de leur caractère soumis. Et bien que la différence culturelle soit plus forte, la relation de travail prime et réduit l'importance de l'écart culturel. Dans le cas des Latino-Américaines, les employeuses remarquent comme principale différence une situation plus soumise de la femme dans le pays d'origine. Elles considèrent que pour les Latino-Américaines, la migration suppose une amélioration de leur statut en tant que femmes. L'immigration africaine est considérée par les femmes au foyer de classe sociale élevée comme étant plus problématique, car associée à la délinquance. De plus, la religion et la race se distinguent comme difficultés pour l'intégration dans la société d'accueil. Mais cette perception est déterminée par la vision que les médias donnent de cette immigration. Dans le discours, il existe une différence entre ce que serait la perception de l'immigration et le contact direct avec les femmes immigrées. Les employeuses sont satisfaites de leurs employées originaires de ces pays et considèrent qu'elles remplissent très bien leur contrat dans le domaine du travail, ainsi que dans le domaine personnel. L'immigration qui est perçue comme étant problématique est l'immigration masculine, et ceci répond plus aux représentations collectives qu'à l'expérience réelle vécue. En résumé, le recours à l'immigration de femmes constitue une stratégie de reproduction des différents acteurs sociaux (l'État, les hommes et les femmes). Les travailleuses domestiques viennent en Espagne parce qu'on les appelle à combler cette niche dans le marché du travail, de sorte que la société espagnole participe activement à la dynamique migratoire.

25Maintenant que nous avons indiqué le premier axe d'analyse sur lequel se fonde cette étude (la participation des différents acteurs sociaux du contexte récepteur — l'État et les employeuses — dans la configuration de la dynamique migratoire), nous allons nous pencher sur le second axe d'analyse, à savoir : la migration de caractère économique liée à une stratégie des femmes en tant que chef de famille.

Effets de la migration et de la condition de femme chef de famille sur le rôle et le statut des étrangères en Espagne

  • 41  Dirección General de Migraciones : El Proceso de Regularización de 1991, Ministerio de Trabajo y S (...)

26La présence de femmes chefs de famille parmi la population étrangère en Espagne est difficile à estimer d'un point de vue quantitatif. Les seules données disponibles qui pourraient nous aider dans ce domaine sont celles que l'on trouve dans l'enquête sur les travailleurs étrangers qui fut réalisée dans le cadre du processus extraordinaire de régularisation de 199141. Une des questions de cette enquête est particulièrement intéressante pour notre étude. Elle était formulée de la façon suivante : « y a-t-il des membres de votre famille qui dépendent économiquement de vous ? » Nous considérons une femme immigrée « chef de famille » de facto dans le cas où elle a des personnes à sa charge dans le pays d'origine ou en Espagne.

27L'analyse des résultats par continent d'origine montre que les travailleurs provenant du Nord sont ceux qui déclarent avoir le moins de personnes à charge : 39 % pour les Européens et 41 % pour les Nord-américains (voir tableau VIII). Ces chiffres montrent clairement que ces migrations répondent, dans leur majorité, à des projets individuels. Dans le cas des Européens, les personnes à charge se trouvent essentiellement dans le pays d'accueil, la migration étant une stratégie de la famille regroupée et non d'un « foyer transnational ». À l’inverse, la migration de travailleurs originaires du Sud s'inscrit dans des stratégies familiales, car une proportion élevée d'immigrés a des personnes à charge : 67 % pour les Africains, 56 % pour les Latino-américains et 60 % pour les Asiatiques (tableau VIII). De plus, il s'agit de migrations qui répondent à des stratégies du foyer transnational : le pourcentage d'immigrés ayant des personnes à charge dans le pays d'origine est plus élevé que le chiffre de ceux dont les personnes à charge vivent en Espagne. Ainsi, 56 % des Africains déclarent avoir des personnes à charge dans leur pays, ce chiffre étant de 33 % pour les Latino-américains et de 36 % pour les Asiatiques (voir tableau VIII). La présence de personnes à charge dans le pays d'origine est un indicateur d'un type de migration qui — n'étant pas nécessairement familial, puisqu'elle ne suppose pas le déplacement de tous les membres du foyer — implique du point de vue économique et social tous les membres de la famille, qui constituent dès lors un foyer transnational.

28La répartition du pourcentage d'immigrés ayant des personnes à charge, selon le sexe du travailleur étranger, montre que les hommes sont économiquement responsables de plus de personnes que les femmes, bien que celles-ci soient aussi pour la plupart chefs de famille (63 % pour les hommes et 57 % pour les femmes). La majorité de ces femmes ont des personnes à charge dans le pays d'origine (41 %), mais deviennent aussi les principaux supports économiques de la famille regroupée ou du foyer constitué en situation d'immigration (12,3 %, voir tableau IX). Dans le cas des hommes célibataires, moins de la moitié (48 %) a des personnes à charge. Les femmes célibataires ont un peu plus de responsabilité économique (51 %) que leur homologues masculins. Dans les deux cas, les immigrés célibataires déclarent avoir des personnes à charge dans le pays d'origine (41 % tant pour les hommes que pour les femmes). Les hommes mariés affirment leur position comme chefs de famille (89 %), mais les femmes aussi (63 %) : elles déclarent avoir des personnes à charge tant dans le pays d'origine (33,6 %) que dans le pays d'accueil (21,9 %). Nous pouvons donc constater que les femmes immigrées, loin du stéréotype de l'épouse regroupée, économiquement dépendante de son mari, sont majoritairement chef de famille, même si elles sont mariées. Les femmes divorcées ou séparées, ainsi que les veuves, sont celles qui déclarent avoir plus de personnes à charge (respectivement 69 % et 84 %) — bien plus que leur homologues masculins, surtout dans le cas d'une séparation ou d'un divorce (56 % et 79 %, voir tableau X). Ceci laisse transparaître le fait que, face à une rupture familiale, les femmes immigrées sont économiquement plus responsables du foyer que les hommes. Il apparaît donc que l'immigration féminine répond, en de nombreuses occasions, à des situations où la femme, du fait d'une séparation, d'un divorce ou d'un veuvage, se voit conduite à assumer la responsabilité économique du foyer monoparental. En définitive, les données montrent que les immigrées chef de famille en Espagne soutiennent principalement des foyers monoparentaux (femmes séparées, divorcées ou veuves). Néanmoins, il y a une forte présence d'épouses qui subviennent aux besoins économiques du foyer (que ce soit la famille regroupée ou le foyer transnational) et de femmes célibataires chef de famille (mères célibataires, filles, sœurs ou parentes des personnes à charge).

  • 42  Une première version de l'analyse des effets de la migration sur le statut des femmes en fonction (...)

29Nous allons maintenant analyser les effets du type de migration et de la position de la femme en tant que chef de famille ou non (dans ses diverses modalités) sur le rôle et sur le statut des femmes immigrés. Nous sélectionnerons pour cela les types les plus fréquents parmi les expériences des personnes interrogées pour notre étude ou ayant participé aux groupes de discussion : femmes mariées ou en union libre ayant des personnes à charge dans le pays d'origine ; femmes célibataires, autonomes ou ayant des personnes à charge dans le pays d'origine ; femmes séparées, mères célibataires, veuves ou divorcées, ayant des personnes à charge dans le pays d'origine ; femmes chefs de famille ayant à charge le foyer regroupé dans le contexte d'accueil42.

Femmes mariées ou en union libre ayant des personnes à charge dans le pays d'origine

  • 43  Les femmes qui travaillent comme externes (qui sont rémunérées sur une base horaire) sont générale (...)

30Pour la femme qui laisse époux et enfants dans le pays d'origine, la migration constitue clairement une stratégie familiale de l'unité domestique dans son ensemble, qui peut couvrir plusieurs projets : la survie, l'éducation des enfants, l'augmentation du niveau de vie et du niveau socio-économique du foyer. La décision d'émigrer peut être prise par la femme, le mari ou par les deux ensemble. Le principal motif migratoire de ces femmes est généralement, et de façon indépendante de la nationalité, d'économiser un maximum d'argent afin de retourner au pays le plus vite possible. L'insertion dans le marché du travail comme domestique « interne » (qui loge chez le patron) rend possible la réalisation de cet objectif. Cette situation permet aux femmes d'être logées et nourries, ce qui augmente les possibilités d'épargne, de telle sorte qu'elles peuvent envoyer presque la totalité de leur salaire dans le pays d'origine43. Dans le cas des Dominicaines interrogées, il est fréquent que l'objectif migratoire soit la construction d'une maison ou l'achat d'un petit commerce, en plus du maintien de la famille. L'éducation des enfants prime pour les Philippines interrogées, bien que nous ayons aussi observé des cas où l'objectif migratoire familial est l'acquisition de biens immobiliers ou d'un petit commerce.

  • 44  Comme l'indique une des Dominicaines interrogées « Mon époux est avec les enfants. Il y a une pers (...)
  • 45  Oso, L., Catarino, C., 1997, op. cit. Voir aussi : Oso, L. (1997) : « Les effets de la migration s (...)

31Les femmes qui ont émigré seules et qui ont laissé époux et enfants dans le pays d'origine deviennent des chefs de famille de facto du foyer transnational, du fait de l'importance des transferts monétaires vers la famille dans le pays d'origine. Les enfants restent avec les grands parents ou avec le père, mais c'est généralement un membre féminin de la famille qui s'en occupe : grandes sœurs, tantes, belles-filles… Certaines Dominicaines ont même employé des femmes domestiques à demeure pour s'occuper de leurs enfants. De plus, le témoignage des personnes interrogées nous conduit à penser que, du fait de la déresponsabilisation des hommes propre à la société dominicaine, le soin et le suivi des enfants qui restent dans le lieu d'origine sont moins souvent délégués aux hommes. Des stratégies de contrôle de la conduite du mari s'établissent à travers les réseaux de parenté44. En certaines occasions, des processus de regroupement familial sont effectués par la suite pour l'époux et les enfants, mais cette pratique n'est pas très courante, car elle met en danger le projet migratoire économique. L'arrivée de la famille implique toute une série des coûts supplémentaires auxquels devra faire face la femme immigrée pionnière : logement, entretien des enfants et du mari, qui aura des difficultés à trouver un emploi stable. Parmi les Dominicaines que nous avons interrogées, nous avons identifié des cas dans lesquels la femme utilise les transferts d'argent envoyés en République Dominicaine comme mécanisme de contrôle du comportement social du conjoint et même de sa fidélité. Si celui-ci dépense l'argent envoyé par la femme immigrée (argent initialement destiné à l'entretien du foyer, au paiement des dettes contractées lors de la migration, à l'épargne ou à l'éducation des enfants) pour financer des dépenses ostentatoires : boissons, jeux, sorties avec d'autres femmes, etc., la femme immigrée peut envoyer l'argent à d'autres personnes, notamment des membres féminins de la parentèle (grands-mères, sœurs) ou bien menacer son conjoint de le faire s'il ne modifie pas d'attitude45.

  • 46  Une des Dominicaines interviewées signale qu'après la migration « je suis mon propre maître, je pe (...)
  • 47  Carmen Gregorio a signalé que l'émigration des femmes dominicaines en Espagne ne modifie pas fonda (...)
  • 48  Comme le faisait remarquer un homme immigré dominicain à Madrid, originaire du sud-ouest de la Rép (...)
  • 49  Le principal lieu de rencontre de la communauté dominicaine à Madrid, et notamment des personnes o (...)

32Pour certaines des Dominicaines contactées, sortir de leur pays devient une stratégie libératrice, dans l'optique de gagner en autorité dans la famille. Au-delà d'une stratégie de survie, la migration peut trouver ses racines dans ce type des facteurs sociaux. L'accès à des moyens économiques, à travers la migration, est une voie utilisée pour sortir de la dépendance vis-à-vis du conjoint masculin, avec pour but l'acquisition d'une plus grande autonomie et d'un plus grand pouvoir de décision dans le foyer transnational. Ainsi, le processus migratoire suppose une fuite des relations de dépendance envers le mari46, il se met en place comme un exercice d'autonomie, d'indépendance de la femme. Dans ce sens, la migration détermine un changement du rôle traditionnel de la femme, fondé sur la maternité et la reproduction. La femme immigrée sort de la sphère privée, laissant son mari et ses enfants, elle assume le rôle de productrice et devient le principal soutien financier de l'unité domestique et donc chef de famille de facto. Mais elle peut aussi revendiquer une reconnaissance de son autorité comme chef de famille de jure. Il faut signaler que cette recherche d'autorité et d'indépendance, de la part des femmes dominicaines interrogées, nous l'avons analysée dans le contexte d'accueil. Les effets de la migration sur le statut de la femme dans la famille se réduisent à ceux observés durant la situation d'immigration, pendant que l'immigrée est en Espagne : avant de retourner dans son pays d'origine. Nous ne connaissons pas donc les conséquences qu'aura cette stratégie libératrice une fois que la femme sera rentrée en République Dominicaine47. Certaines des Dominicaines interrogées, mariées ou en union libre avec le conjoint dans le pays d'origine, commencent à utiliser les espaces publics et de loisir, dans une plus grande mesure qu'en République Dominicaine. Cette attitude ne plaît pas aux hommes immigrés que nous avons interrogés48. Cependant, la proportion importante de personnes originaires du même village et l'existence de solides réseaux d'information et de contrôle communautaire entre le pays d'origine et celui d'accueil, peut conduire les immigrées à réprimer leur conduite et à ne pas fréquenter les espaces de loisir, pour se soustraire au regard attentif de la communauté immigrée49.

  • 50  La femme philippine gère traditionnellement le budget familial. Le rôle de la mère au sein du foye (...)
  • 51  Comme le signale une des personnes interviewées : « pour les enfants, le concept de mère du dehors (...)
  • 52  Une femme philippine interviewée, mariée et dont le mari est resté dans le pays d'origine, signale (...)

33Pour ce qui est des Philippines mariées, ayant leur mari et leurs enfants dans le pays d'origine, nous avons pu constater à quel point le processus migratoire suppose fondamentalement un sacrifice : la migration est perçue comme quelque chose de négatif en soi, même si les bénéfices économiques qu'elle génère sont considérés comme positifs. Le rôle de la femme immigrée répond au rôle traditionnel de la mère philippine qui se sacrifie pour le bien de la famille. Partir suppose une souffrance, du fait de l'éloignement du foyer, et généralement n'accorde en rien pour la femme une augmentation de son autorité. De plus, celle-ci perd le contrôle des ressources économiques, qu'elle gérait traditionnellement50. La Philippine sera chef de famille de facto, mais pas de jure. Elle perd en plus son rôle central de reproductrice : avec l'éloignement, son rôle de mère s'efface peu à peu51. Nous avons rencontré également des cas des femmes mariées dont le projet migratoire ne recouvre pas fondamentalement une stratégie du couple. Les transferts monétaires ne sont pas forcement envoyés au mari, ils peuvent aussi être destinés à l'éducation des frères. Le poids de la responsabilité des sœurs aînées aux Philippines peut même aller jusqu'à ce que la stratégie familiale du foyer de naissance prime sur le projet conjugal52.

  • 53  Sur l'instabilité conjugale aux Caraïbes, voir : Massiah, J. (1983) : La mujer como jefe de famili (...)
  • 54  Comme le faisait remarquer une des femmes que nous avons interrogée en 1992 : « les hommes nous ut (...)

34Nous avons pu constater que les cas des relations extra-conjugales et de ruptures sont plus fréquents parmi les immigrées dominicaines, mariées ou en union libre et ayant des personnes à charge dans le pays d'origine, que dans le reste des communautés immigrées. L'instabilité conjugale propre aux sociétés des Caraïbes semble se reproduire en situation d'immigration53. Si l'émigration de femmes seules vers l'Espagne, qui laissent époux et enfants en République Dominicaine ou aux Philippines est devenue une pratique très courante, nous n'avons pratiquement pas pu identifier, parmi les Marocaines interrogées, de cas de femmes mariées qui migrent seules et qui ne sont pas rejointes par le mari. Les sociétés dominicaine et philippine sont plus permissives que la société marocaine en ce qui concerne le fait de laisser émigrer les femmes mariées. Les préjudices initiaux subis par le mari qui laisse partir sa femme à la recherche de moyens économiques et la voit devenir chef de famille de facto, sont généralement oubliés du fait des bénéfices économiques qu'apporte au foyer transnational le processus migratoire54.

La migration des femmes célibataires, autonomes ou ayant des personnes à charge dans le pays d'origine

  • 55  Le mariage met en danger le projet économique et familial du foyer de naissance car la femme doit (...)

35Parmi les femmes philippines célibataires et ayant des personnes à charge dans le pays d'origine, nous pouvons distinguer deux stratégies différenciées pour ce qui est du projet migratoire. La première s'inscrit dans une stratégie familiale, la seconde articule stratégie familiale et projet autonome. La première de ces stratégies est celle où l'unité domestique choisit l'un des membres — généralement la sœur aînée — pour émigrer. Celle-ci occupe la deuxième place après la mère dans la détention de l'autorité et assume pleinement sa responsabilité vis-à-vis de ses frères et sœurs. L'actrice de la migration prend en charge le projet familial qui, souvent, est centré sur le fait de payer les études des frères et sœurs. La décision de l'émigration de la fille peut être prise soit par l'ensemble de la famille, soit par les parents. Dans certains cas, ces femmes restent célibataires afin de ne mettre pas en danger leurs objectifs économiques, le mariage étant perçu comme un frein à la réalisation des stratégies familiales. Nous devons signaler que le sens de la responsabilité familiale est très développé chez les Philippines, l'immigrée économisera le plus possible afin d'envoyer l'argent au pays d'origine et réaliser son objectif55.

36Dans le second cas, il existe une articulation, un lien, entre stratégie familiale et projet autonome. La femme migrante décide d'elle-même de son départ, et à cette décision indépendante s'ajoute la responsabilité d'envoyer des fonds au pays d'origine. La décision d'émigrer est personnelle et à cette stratégie individuelle s'ajoute une stratégie familiale, de telle sorte que les deux stratégies s'imbriquent tout au long du processus migratoire. La migration se définit comme un projet à la fois autonome et collectif. Ceci n'est pas le cas des stratégies familiales où la responsabilité et le devoir envers les membres de l'unité domestique l'emportent sur le projet individuel. La condition de femme chef de famille dans ce cas est perçue en termes plus positifs. Certaines des femmes que nous avons interrogées, jeunes célibataires qui maintiennent leur famille restée aux Philippines, nous ont expliqué comment elles ont acquis de l'autonomie en sortant, avec la migration, de la dépendance envers leurs parents. Dans ce cas, la femme peut même choisir de travailler comme domestique externe (faire les ménages) afin de pouvoir développer son projet autonome d'indépendance et bien que cela rapporte moins. Cette situation est clairement différente de la stratégie familiale qui se centre, elle, sur l'épargne maximale, même si cela suppose un sacrifice pour la femme immigrée.

37Pour certaines femmes plus jeunes avec lesquelles nous nous sommes entretenues, surtout des Latino-américaines (Dominicaines, Péruviennes, Équatoriennes), la migration est un projet exclusivement autonome, bien que, de même que pour les Philippines, il existe des cas où s'articulent des stratégies individuelles et des stratégies familiales : la femme émigre avec un objectif personnel, mais elle envoie de l'argent aux membres de sa famille restés au pays. Dans le premier cas, la migration ne répond pas à une stratégie familiale : l'échec du projet migratoire ne toucherait que la femme immigrée et ne mettrait pas en danger l'unité domestique. Dans ses deux modalités, la migration constitue, en règle générale, une stratégie d'ascension sociale pour la femme célibataire latino-américaine, d'indépendance vis-à-vis de l'autorité parentale, ou de fuite du contrôle social communautaire. La violence dans le foyer est aussi un facteur de migration relevé parmi les femmes ayant participé à notre enquête. Plusieurs nous ont signalé que leurs parents s'opposaient, au début, à ce qu'elles sortent seules du pays. Cependant, comme dans le cas mentionné plus haut des femmes mariées qui laissent leur époux, les parents peuvent céder et laisser émigrer leurs filles du fait des bénéfices économiques que cela peut apporter. Certaines de ces jeunes femmes avaient comme objectif d'étudier en Espagne, dans la plupart des cas, elles se voient obligées à entrer sur le marché du travail comme domestiques. Ainsi, la migration suppose, au début, bien plus une baisse du statut social qu'une élévation de celui-ci : elles se voient dans l'obligation de mettre un frein à leurs études. À mesure qu'elles avancent dans le cycle migratoire, elles mettent en avant des effets positifs, surtout en ce qui concerne l'indépendance gagnée vis-à-vis de l'autorité parentale. Quelques-unes des femmes interrogées qui sont arrivées célibataires se sont mariées en Espagne, d'autres ont eu des enfants et sont restées célibataires. Ces dernières sont donc devenues des chefs de famille d'un foyer monoparental dans le contexte d'accueil de l'immigration.

  • 56  Oso, L., Catarino, C., 1997, op. cit.

38Nous pouvons constater l'adoption de stratégies différenciées pour ce qui concerne les Marocaines célibataires. Pour certaines des personnes interrogées provenant de Casablanca, la migration, au-delà du projet migratoire familial, suppose un certain exercice d'autonomie de la part de la femme. Sortir des réseaux de dépendance des parents, accéder à l'espace public (bars et discothèques), s'habiller à l'occidentale, fumer, etc., sont des pratiques qui font partie de cette recherche d'indépendance. Ces jeunes marocaines célibataires assurent ne pas pouvoir retourner au pays, où leur liberté acquise avec la migration se verrait restreinte — certaines d'entre elles envisagent même de se marier avec un homme d'une autre nationalité (en opposition avec les normes traditionnelles) car elles trouvent les hommes marocains trop autoritaires. D'autres optent pour une stratégie de célibat permanent et, à la différence des premières, ne fréquentent pas les bars et ne fument pas. Dans leur discours, elles sont contre ces pratiques que certaines de leurs compatriotes adoptent comme exercice de liberté et de modernité. Elles ne se marieraient pas avec un homme d'une autre religion, mais sont conscientes des désavantages du mariage avec un Marocain et choisissent de rester célibataires. En effet, le mariage ne leur offre aucun avantage : l'homme marocain immigrant en Espagne n'est pas stable économiquement et n'assume pas son rôle traditionnel de principal pilier économique du foyer. Les expériences des compatriotes ou des membres de leur famille, qui se voient contraintes de maintenir seules le foyer, de subir des mauvais traitements de la part du mari et de devoir se soumettre à son autorité, font que certaines des Marocaines qui ont émigré seules choisissent le célibat permanent comme stratégie émancipatrice. De plus, pour l'immigrée célibataire, le mariage avec un Marocain implique une dégradation de son statut socio-économique. La domestique qui était logée par l'employeur voit alors ses conditions de vie devenir très précaires (bidonvilles dans les quartiers périphériques). Maintenir un foyer autonome, maison et enfants, suppose un coût économique et de qualité de vie très important. L'argent gagné ne peut plus être économisé ni envoyé au pays d'origine, car il est investi dans la survie du foyer immigré. Cependant, et bien que le mariage avec un marocain implique tous ces désavantages, renoncer à la maternité tant valorisée dans la société d'origine a un coût certain ; la femme qui reste célibataire est mal acceptée socialement au Maroc. Ceci fait que beaucoup de ces femmes finissent par choisir de se marier, que cela soit avec un immigré déjà établi à Madrid ou avec un Marocain qu'elles peuvent « regrouper » ultérieurement et faire venir en Espagne56.

Les femmes immigrées séparées, mères célibataires, veuves ou divorcées, ayant des personnes à charge dans le pays d'origine

  • 57  Il faut signaler, cependant, que nous avons pu observer des cas où la femme immigrée seule, une fo (...)

39La migration des femmes séparées, mères célibataires, veuves ou divorcées ayant des personnes à charge dans le pays d'origine, répond à une stratégie de femme chef de famille de foyer monoparental. Les enfants restent généralement à la charge des grands-mères. Pour les Dominicaines séparées ou divorcées que nous avons interviewées, la migration peut donner lieu à une redéfinition du statut de la femme dans le contexte d'accueil. Ces femmes ont généralement des relations avec des hommes espagnols comme stratégies d'élévation de leur statut. Après l'échec de leurs relations antérieures avec un compatriote dominicain, elles ont pris conscience du machisme propre aux relations de couple dans le pays d'origine, et elles assurent qu'à travers leur nouvelle relation, elles se sentent plus valorisées et plus respectées en tant que femmes. L'instabilité conjugale propre à la société d'origine permet à la femme dominicaine de s'établir dans un nouveau mariage ou une nouvelle union de fait. À l’inverse, une Marocaine séparée ou divorcée a plus de difficultés à restructurer sa position dans le cycle de vie avec un nouveau mariage, du fait que cette pratique n'est pas valorisée dans son pays d'origine. De plus, le poids du caractère endogamique du mariage au Maroc limite le choix du conjoint à la même nationalité ou religion, les couples mixtes femme marocaine/homme espagnol étant peu fréquents et les femmes séparées, veuves ou divorcées étant également stigmatisées par la communauté marocaine immigrée installée en Espagne57.

40Il faut signaler que, parmi les Philippines interrogées, ne se trouvait aucune femme divorcée. Aux Philippines, à la différence de la République Dominicaine, l'instabilité conjugale et le divorce ne sont pas aussi fréquents, ni la répudiation de la femme comme au Maroc. Nous avons cependant rencontré des femmes qui ont immigré comme mères célibataires ou comme veuves. De même que dans le cas des femmes dominicaines, l'inexistence de liens conjugaux est déterminante dans la configuration postérieure du projet migratoire, car elle donne la possibilité à la femme de restructurer sa position dans le cycle de vie et de passer, avec un mariage dans le pays d'accueil, de mère célibataire ou veuve, à femme mariée. La restructuration familiale porte en elle une amélioration du statut de la femme. La responsabilité des femmes philippines envers leur famille dans le pays d'origine, fait que dans certaines occasions elles continuent à envoyer de l'argent, même après s'être mariées. Les femmes immigrées remplissent même parfois certaines des fonctions de l'État de bien-être : le fait que la population d'âge avancé ne touche pas de retraite implique que c'est les filles qui ont émigré qui pourvoient aux besoins économiques de leurs parents.

Femmes immigrées chefs de famille ayant à charge le foyer regroupé dans le contexte d'accueil

  • 58  Une de nos interviewées signale : « je travaille comme une mule et quand l'homme ne travaille pas, (...)

41La migration de regroupement familial se constate surtout dans la communauté marocaine. Il faut signaler que la vie de ces femmes suit généralement le schéma rigide des normes et des valeurs du pays d'origine qui se reproduisent dans le contexte d'accueil, à travers les relations intrafamiliales et communautaires. De cette façon, la position de la femme dans la famille et dans la société, bien qu'elle sorte des réseaux de dépendance de la famille élargie, change peu avec le processus migratoire. Parmi les personnes interrogées, nous avons constaté des situations où la femme à dû assumer, avec le salaire d'une domestique, l'ensemble de l'économie familiale. Ceci suppose une transformation des rôles sociaux par rapport aux structures familiales du pays d'origine — où l'homme est le principal responsable de l'économie du foyer. Cette situation de la femme en tant que chef de famille de facto provoque un changement des relations dans le couple. L'homme commence à aider dans les tâches de la maison : il se produit donc une certaine transformation des rapports entre les sexes. Cependant, la responsabilité ultime des travaux domestiques continue à être assumée par la femme immigrée, qui fait une double journée : elle maintient économiquement la famille et elle est responsable des enfants et de la maison. Cette situation se traduit souvent par une surcharge physique et émotionnelle. La condition de femme chef de famille de facto n'est donc pas perçue comme un avantage mais comme un facteur de stress58. De plus, cette situation n'est pas nécessairement accompagnée d'une plus grande autorité de la femme dans le foyer, du fait du poids des structures familiales traditionnelles où l'homme est le chef de famille de jure. Bien que la prise de conscience ne soit pas claire, certaines Marocaines chefs de famille de facto semblent percevoir l'acquisition de moyens économiques comme un avantage.

42Établir une typologie de femmes immigrées chefs de famille apparaît comme une tâche ardue à partir du moment où on combine des variables (l'état civil, la migration, et même la fécondité) évolutives et qui se redéfinissent constamment non seulement au cours du temps mais aussi dans l'espace. De nombreuses modalités d'immigration de femmes chefs de famille ne sont pas prises en compte dans notre typologie. Notre propos n'est pas de mettre des individus dans des cases, sans laisser aucune option de redéfinition de situations possibles. Ce qui nous intéresse, c'est de montrer que l'articulation de ces trois variables (personnes à charge, type de migration et état civil) est ce qui définit l'hétérogénéité des situations qui mettent en relation la migration avec la condition de femme chef de famille. De plus, en centrant notre étude sur le contexte d'accueil de l'immigration, nous laissons de côté, par exemple, une modalité non étudiée : les femmes chefs de famille retournées dans le pays d'origine.

Réflexions finales

43En résumé, loin du stéréotype de l'immigration comme « invasion », l'arrivée de travailleuses étrangères en Espagne est voulue et promue par les différents acteurs sociaux (l'État, les employeuses…) comme solution pour assumer la reproduction sociale que personne d'autre ne souhaite assumer. Les femmes immigrées en Espagne ne sont pas un résidu marginal du système, mais font partie intégrante de celui-ci, et participent de façon active à sa reproduction. L'immigration des femmes en Espagne reproduit le système de stratification de classes, permet aux classes élevées de maintenir leur statut social à travers des pratiques distinctives et des symboles qui les légitiment. Elle reproduit aussi le système de stratification par genre et l'inégale répartition des tâches et des rôles entre les sexes, perpétuant ainsi la division classique du travail entre hommes et femmes dans la société. Le remplacement de la femme active de classe moyenne par la travailleuse immigrée, pour ce qui est des tâches domestiques à la maison, montre qu'il n'y a pas eu de redéfinition des tâches dans le foyer. Les hommes continuent à ne pas s'impliquer dans la reproduction sociale. L'emploi d'immigrées comme domestiques permet à l'État de ne pas avoir à assumer les travaux reproductifs nécessaires pour le maintien de toute formation sociale. En même temps, cette immigration garantit aux foyers des femmes de classe élevée de maintenir leur style de vie et leurs pratiques distinctives, qu'ils auraient dû abandonner en l'absence de cette main-d'œuvre étrangère. Ainsi, cette recherche remet en question non seulement la problématique de la transformation des immigrés par la société d'accueil, mais aussi le problème inverse, à savoir : les effets de l'immigration sur le contexte récepteur. Ce dernier axe de recherche est très peu développé dans le cadre des études sur les mouvements de populations. L'étude a aussi cherché à analyser la migration de femmes liée à un autre phénomène social d'importance croissante dans le monde : la condition de femme chef de famille. D'un point de vue théorique, cet axe de recherche rend possible l'étude des phénomènes migratoires dans le cadre de stratégies familiales et communautaires. Cette recherche s'inscrit ainsi dans les perspectives théoriques les plus récentes de la sociologie des migrations, qui considèrent le groupe domestique comme unité clé dans l'explication des phénomènes migratoires. Cette perspective d'analyse permet de plus d'approfondir, à partir de la sociologie du genre, la redéfinition des rôles sexuels, puisque la femme immigrée avec des personnes à charge assume le rôle de chef de famille, rôle traditionnellement réservé, dans le schéma patriarcal, à l'homme.

Haut de page

Notes

Tableau I : Personnes interviewées et participantes aux groupes de discussion selon le sexe et le pays d'origine.

Pays d'origine

Femmes

Hommes

Total

Maroc

26

3

29

R. Dominicaine *

13

1

14

Pérou **

11

0

11

Philippines

13

0

13

Afrique Sub-saharienne

9

0

9

Équateur

9

1

10

Reste d'Amérique Latine

5

0

5

España***

21

2

23

Total

107

7

114

* 8 interviewées et 5 participantes au groupe de discussion

** 5 interviewées et 6 participantes au groupe de discussion

*** 11 femmes espagnoles interviewées en contact avec la réalité de l'immigration (Ong's, congrégations religieuses, syndicats), 2 maris des femmes immigrées interviewés et 10 employeuses participantes aux groupes des discussions.

Tableau II : Résidents étrangers selon le sexe et le continent de nationalité.

1990

1993

Continent de nat.

% Femmes

% Hommes

Total

(100)

% Femmes

% Hommes

Total

(100)

Europe

50,9

49,1

157 135

50,2

49,8

207 022

Amérique

58,1

41,9

88 206

A. du Nord

54

46,0

11 677

A.C. et Sud

55,7

44,3

38 797

Afrique

32,2

64,8

15 937

26,2

73,8

71 216

Asie

50,1

49,9

19 406

47,3

52,7

32 521

Océanie/

Apatrides

44,2

55,8

821

44,6

55,4

1 076

Total

50,7

49,3

243 773*

47,4

52,6

400 041**

En 1990, 13 315 permis de résidence, où ne figure pas le sexe, ne sont pas signalés.

**En 1993, 30 381 permis de résidence où ne figure pas le sexe, ne sont pas signalés.

Source : Tableau élaboré par l'auteure à partir des données du Ministère de l'Intérieur exploités par Izquierdo, 1996, op. cit., p. 108 y 220.

Tableau III : Répartition des contingents selon les secteurs d'activité. Résolutions favorables

Quota 93

%

Quota 94

%

Quota 95 **

%

Agriculture

160

3,1

8 453

33,0

7 871

39,4

Bâtiment

----

----

737

2,9

-----

----

S. Domestique

4 386

84,0

13 728

53,6

12 105 *

60,6

Autres services

714

13,7

2 686

10,5

-----

----

Total

5 220

100

25 604

100

19 976

100

* S. Domestique et autres services.

** Données provisoires au 21-11-96.

Source : Tableau élaboré par l'auteure à partir des données du Anuario Estadístico de Extranjería. Comisión Interministerial de Extranjería. Les données du contingent de 1995 proviennent du Memoria Contingente 1997, Dirección General de Trabajo y Migraciones, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, Diciembre 1996.

Tableau IV : Taux de participation des immigrés dans le marché du travail selon le continent d'origine et le sexe. (1992)

Femmes

Hommes

Résid.

Trav.

% Trav.

Résid.

Trav.

% Trav.

Europe

98 011

3 413

3,5

96 684

6 736

7,0

A. Nord

8 077

1 525

18,9

7 121

2 200

30,9

A. C et Sud

41 405

18 733

45,2

30 805

20 187

65,5

Afrique

17 932

9 395

52,4

50 493

55 721

110,4

Asie

15 704

7 645

48,7

17 282

13 744

79,5

Océanie/Apatrides

753

95

12,6

888

301

33,9

Total*

181 882

40 806

22,4

203 273

98 889

48,6

* Sont seulement incluses les données des résidents où figure le sexe. À cette date ne figure pas le sexe de 7 945 résidents, dont 2 867 sont originaires de l'Afrique, 2 289 d'Europe, 1 892 d'Amérique, 892 d'Asie et 5 d'Océanie.

Source : Tableau élaboré par l'auteure à partir des données du Ministère de l'Intérieur et du Ministère du Travail.

Tableau V : Indice de féminisation du travail par nationalité de l'immigration, selon principaux pays de nationalité.

1991

% Femmes

1993

% Femmes

1995

% Femmes

Allemagne

8 632

43,7

-----

-----

-----

-----

France

6 168

38,3

-----

-----

-----

-----

Portugal

11 608

27,2

-----

-----

-----

-----

R. Unie

10 244

51,4

-----

-----

-----

-----

EE.UU

4 576

45,8

2 413

40,9

2 273

37,2

Argentine

12 040

32,0

8 941

33,1

7 538

34,4

Colombie

2 705

53,9

2 423

55,9

3 113

64,7

Cilié

3 161

39,2

2 586

40,8

2 543

46,4

Pérou

4 815

54,1

6 088

56,6

11 372

64,1

R.Domin.

5 089

84,2

5 211

85,4

9 738

86,1

Équateur

611

51,6

523

52,2

1 437

64,2

Chine

4 573

25,5

4 789

25,5

6 203

28,2

Philippines

6 732

67,6

6 015

65,3

7 141

66,2

Maroc

41 095

17,0

42 193

15,1

51 624

15,2

Source : Tableau élaboré par l'auteure à partir des statistiques des permis de travail, Ministère du Travail.

Tableau VI : Travailleuses étrangères selon l'état civil et les principaux pays d'origine (1995).

Célibat.

%

Mariée

%

Veuve

%

Divorcée

%

Total

%

Philippines

2 720

57,6

1 889

40,0

88

1,9

27

0,6

4 724

100

Maroc

4 180

53,2

2 883

36,7

354

4,5

433

5,5

7 850

100

Argentine

1 316

50,8

1 071

41,3

54

2,1

151

5,8

2 592

100

R.Domin

6 878

82,0

1 396

16,7

37

0,4

73

0,9

8 384

100

Pérou

5 436

74,6

1 728

23,7

64

0,9

59

0,8

7 287

100

Colombie

1 533

76,1

376

18,7

32

1,6

74

3,7

2 015

100

Chine

601

34,4

1 122

64,2

12

0,7

14

0,8

1 749

100

Total pincip. p. d'origine

22664

65,5

10465

30,2

641

1,9

831

2,4

34601

100

Tableau élaboré par l'auteure à partir de l'exploitation des statistiques du Ministère du Travail. Izquierdo (dir.) (1996) : Panorámica General de la migración femenina en España y efectos del proceso migratorio sobre el rol y el estatus socio-económico de las trabajadoras extranjeras en España, Instituto de la Mujer, inédito.

Tableau VII : Travailleurs étrangers avec un permis de travail en vigueur, selon le sexe et l'occupation (1995).

Hommes

%

Femmes

%

Total

%

1

11 206

12,1

29 589

64,1

40 795

29,3

2

18 898

20,3

358

0,8

19 256

13,8

3

7 750

8,3

5 291

11,5

13 041

9,4

4

8 036

8,7

4 270

9,3

12 306

8,9

5

7 691

8,3

916

2,0

8 607

6,2

6

5 719

6,2

1 896

4,1

7 615

5,5

7

6 207

6,7

102

0,2

6 309

4,5

8

6 035

6,5

109

0,2

6 143

4,4

9

21 363

23,0

3 602

7,8

24 966

18

Total

92 905

100

46 133

100

139 038

100

Employés domestiques et d'autres employés de ménage à l'intérieur des bâtiments

Ouvriers agricoles et pêcheurs

Travailleurs des services de restauration, services personnels et services de sécurité

Techniciens et professionnels scientifiques et intellectuels

Travailleurs de la vente ambulante et similaires, concierges et autres travail non qualifiés dans les services

Cadres des entreprises et de l'Administration publique

Ouvriers du bâtiment

Travailleurs qualifiés du bâtiment

Autres.Source : Tableau élaboré par l'auteure à partir des données du Ministère du Travail.

Tableau VIII : Permis de travail selon le continent d'origine et les parents à charge du travailleur immigré.

Parentes à charge

Europe

%

Afrique

%

A. du Nord

%

A. C. et du Sud

%

Asie

%

OUI

Total

265

39,3

3 597

67,5

99

40,9

1 662

56,2

614

59,9

En Espagne

136

20,2

383

7,2

18

7,4

597

20,2

185

18,0

Dans le pays d'origine

117

17,4

3 002

56,3

79

32,6

966

32,6

371

36,2

Dans un autre pays

1

0,1

28

0,5

1

0,4

7

0,2

8

0,8

Autres*

11

1,6

184

3,5

1

0,4

92

3,1

50

4,9

NON

405

60,1

1 710

32,1

143

59,1

1 285

43,4

405

39,5

Non réponse

4

0,6

25

0,5

0

0,0

12

0,4

6

0,6

TOTAL

674

100

5 332

100

242

100

2 959

100

1 025

100

*En Espagne, dans leur pays et dans un autre pays/En Espagne et dans leur pays/En Espagne et dans un autre pays/Non réponse.

Tableau élaboré par l'auteure à partir des données de l'Enquête du Processus Extraordinaire de Régularisation de 1991.

Tableau IX : Permis de travail selon le sexe et les parents à charge du travailleur immigré.

Parentes à charge

Hommes

%

Femmes

%

Total

%

OUI

Total

4 475

62,8

1 783

56,7

6 258

60,9

En Espagne

936

13,1

386

12,3

1 322

12,9

Dans le pays d'origine

3 261

45,7

1 289

41,0

4 550

44,3

Dans un autre pays

34

0,5

11

0,4

45

0,4

Non réponse

55

0,8

9

0,3

64

0,6

En Espagne, dans le pays d'origine et dans un autre pays

4

0,1

1

0,0

5

0,0

En Espagne et dans le pays d'origine

175

2,5

81

2,6

256

2,5

En Espagne et dans un autre pays

2

0,0

3

0,1

5

0,0

Dans le pays d'origine et dans un autre pays

8

0,1

3

0,1

11

0,1

NON

2 617

36,7

1 353

43,0

3 970

38,6

Non réponse

38

0,5

9

0,3

47

0,5

TOTAL

7 130

100

3 145

100

10 275

100

Tableau élaboré par l'auteure à partir des données de l'Enquête du Processus Extraordinaire de Régularisation de 1991.

Tableau X : Permis de travail selon le sexe, les parents à charge du travailleur immigré et l'état civil – Hommes

Parentes à charge

Céliba-taire

%

Marié

%

Séparé divorcé

%

Veuve

%

Non réponse

Total

OUI

Total

2 164

48,3

2 229

88,7

72

56,3

7

77,8

3

4 475

En Espagne

219

4,9

692

27,5

23

18,0

1

11,1

1

936

Dans le pays d'origine

1 834

41,0

1 377

54,8

46

35,9

3

33,3

1

3 261

Dans un autre pays

21

0,5

9

0,4

3

2,3

0

0,0

1

34

Autres*

90

2,0

151

6,0

0

0,0

3

33,3

0

244

NON

2 283

51,0

276

11,0

56

43,8

2

22,2

0

2 617

Non réponse

30

0,7

8

0,3

0

0,0

0

0,0

0

38

TOTAL

4 477

100

2 513

100

128

100

9

100

3

7 130

En Espagne, dans leur pays et dans un autre pays/En Espagne et dans leur pays/En Espagne et dans un autre pays/Non réponse.

Tableau élaboré par l'auteure à partir des données de l'Enquête du Processus Extraordinaire de Régularisation de 1991.

Tableau X (suite) : Permis de travail selon le sexe, les parents à charge du travailleur immigré et l'état civil – Femmes

Parentes à charge

Céliba-taire

%

Mariée

%

Séparée-Divorcée

%

Veuve

%

Non réponse

Total

OUI

Total

1 027

51,4

510

63,3

196

69,3

49

84,5

1

1 783

En Espagne

142

7,1

177

22,0

56

19,8

10

17,2

1

386

Dans le pays d'origine

836

41,9

287

35,6

129

45,6

37

63,8

0

1 289

Dans un autre pays

7

0,4

4

0,5

0

0,0

0

0,0

0

11

Autres*

40

2,0

42

5,2

11

3,9

2

3,4

0

97

NON

965

48,3

294

36,5

85

30,0

9

15,5

0

1 353

Non réponse

5

0,3

2

0,2

2

0,7

0

0,0

0

9

TOTAL

1997

100

806

100

283

100

58

100

1

3 145

pays/En Espagne et dans un autre pays/Non réponse.

Tableau élaboré par l'auteure à partir des données de l'Enquête du Processus Extraordinaire de Régularisation de 1991.

1  Cette perspective est fondée sur un modèle micro-économique qui considère les flux migratoires comme la somme de décisions individuelles, prises après une évaluation rationnelle entre les avantages et les inconvénients économiques du déplacement. Voir : Lewis, A. (1954) : Economic development with unlimited supplies of labour, The Manchester School of Economic and Social Studies.

2  Cette approche théorique considère les mouvements de population en rapport du processus structurel d'accumulation du capital et du développement inégal. Cette perspective prend en compte les relations structurelles d'exploitation dans le contexte mondial. Voir : Castles, S., y Kosack, G. (1975) : Immigrant, workers and class structure in Western Europe, Oxford University Press.

3  Sur l'invisibilité des femmes dans les théories classiques de la migration voir : Oso, L. : La migración hacia España de mujeres jefas de hogar, Madrid, Instituto de la Mujer, en cours de publication. Voir aussi Gregorio Gil, C. (1997) : « El estudio de las migraciones internacionales desde una perspectiva de género », Migraciones, nº 1.

4  Morokvasic, M. (1984) : « Birds of passage are also women », International Migration Review, vol. XVIII, n° 68. Sur l'évolution de la production scientifique sur la migration féminine voir : Golub, A. ; Morokvasic, M., y Quiminal, C. (1997) : « Evolution de la production des connaissances sur les femmes immigrées en France et en Europe », Migrations Société, Vol. 9, nº 52, juillet-août.

5  Oso, L., op. cit. Sur les théories de la modernisation et de la dépendance et leur rapport avec les approches théoriques sur les mouvements migratoires voir : Wood, C. (1992) : « Modelos opuestos en el estudio de la migración », Alfoz, nº 91-92.

6  Ravenstein, E.G. (1885) : « The laws of migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol. XLVIII, part II.

7  United Nations (1994) : The Migration of Women : Methodological Issues in the Measurement and analysis of Internal and International Migration, Santo Domingo : INSTRAW.

8  United Nations Secretariat (1995) : International Migration Policies and the Status of Female Migrants, New York : United Nations.

9  Houston, M.F. ; Kramer, R.G., y Barrelt, J.-M. (1984) : « Female predominance of immigration to the U.S. since 1930 : a first look », International Migration Review, 18.

10  OCDE (1990) : Tendances des Migrations Internationales, Rapport Sopemi, Paris : OCDE.

11  Sassen, S. (1988) : The mobility of labor and capital : a study in international investment and labor flow, Cambridge University Press.

12  Truong Thanh-Dam (1995) : « Gender, International Theory, Policy, Research and Networking », Asian and Pacific Migration Journal, vol. V, nº 1.

13  Nations Unies (1995) : Les femmes dans le monde, New York : N.U.

14  Catarino, C., Oso, L. (1995) : « Femmes chefs de famille », El Correo de la Unesco, septembre. Sur les femmes chefs de famille voir la révision bibliographique réalisée par Khoury, A.D. (1996) : « état de la recherche et réflexions méthodologiques », in Bisilliat, J. : Femmes du Sud, chefs de famille, Paris : Khartala.

15  Sur la problématique femmes chefs de famille et migration voir la révision bibliographique effectuée par Oso, L., Catarino, C. (1996) : « Femmes chefs de famille et migration », in Bisilliat, J. : Femmes du Sud, chefs de famille, Paris : Khartala.

16  OCDE (1994) : Tendances des migrations internationales, Rapport Annuel Sopemi 1993, Paris : OCDE.

17  Massey, D.S. ; Alarcón, R. ; Durand, J., y González, M. (1987) : Return to Atzlan : The Social Process of International Migration from Western Mexico, Berkeley : University of California Press.

18  Les données ont été recueillies par l'auteure au cours d'un travail de terrain qui s'inscrit dans le cadre d'une thèse doctorale soutenue à l'Université de La Coruña en 1997.

19  Voir tableau I : Personnes interviewées et participant aux groupes de discussion par sexe et origine.

20  Ces données indiquent le nombre d'étrangers en situation régulière. Elles ne prennent pas en compte l'immigration irrégulière. Sur les statistiques sur l'immigration en Espagne voir Izquierdo, A. (1992) : La inmigración en España, Madrid : Ministerio de Trabajo y Seguridad Social.

21  En Espagne, jusqu'à la promulgation de la loi 7/85 sur les droits et les libertés des étrangers résidant dans ce pays, il n'existait pas de législation régissant ceux-ci. L'exigence de visas pour l'entrée de touristes concerne les ressortissants du Maroc, de la Tunisie, de l'Algérie et du Pérou depuis 1991 et ceux de la République Dominicaine depuis 1993. Jusqu'à ces dates, les ressortissants de ces pays pouvaient encore entrer en Espagne comme touristes sans être en possession de visa.

22  Cette étape est marquée par la mise en place des procédures de régularisation extraordinaires (85/86 et 91), le renforcement du contrôle des frontières, l'établissement de l'exigence de visa pour les pays cités plus haut (Maroc, Algérie, Pérou, Tunisie et République Dominicaine). Sur la politique d'immigration en Espagne voir : Adroher Biosca, R., y Gortazar Rotaechec, C. (1994) : Marco jurídico de la Inmigración y el Asilo en España, Madrid : ASTI. ; Borras, A. (dir.) (1995) : Diez años de la Ley de Extranjería : Balance y perspectivas, Barcelino : Fundación Paulino Torras Domènech.

23  L'Espagne a connu deux opérations de régularisation extraordinaire d'étrangers, en 1985-1986 et en 1991. Pour cette raison, 1986-1987 et 1991-1992 sont des années atypiques dans les statistiques. Elles montrent une importante augmentation numérique du fait de la régularisation de ceux qui résidaient de façon irrégulière sur le sol espagnol. En 1991, suite à la régularisation extraordinaire, on a pu constater une importante croissance du nombre d'immigrés provenant des pays tiers dans les statistiques. Cette hausse nous indique qu'il s'agit d'une immigration qui présentait un nombre important de personnes en situation irrégulière avant 1991. La procédure extraordinaire de 1991 a donc simplement rendu visible dans les statistiques une réalité jusqu'alors inconnue. Sur les procédures extraordinaires de régularisation en Espagne, voir : Regularización de trabajadores extranjeros y reagrupación familiar de inmigrantes en España, Barcelona : Itinera Cuadernos, Fundación Paulino Torras Domènech, 1994. ; Aragón Bombín, R., y Chozas Pedrero, J. (1993) : La regularización de inmigrantes durante 1991-1992, Madrid : Ministerio de Trabajo y Seguridad Social.

24  L'établissement d'un quota a, entre autres, pour objectif de doter le marché du travail d'une meilleure flexibilité dans les secteurs d'offre faiblement couverts par la population autochtone. Voir Izquierdo, A. (1996) : La inmigración inesperada, Madrid : Trotta.

25  En Espagne, en 1995, le chômage apparaît plus élevé dans le secteur du bâtiment (qui emploie beaucoup d'hommes immigrés) que dans les services (qui emploient beaucoup de femmes immigrées) soit 22,7 % contre 13 %. Le marché de l'emploi paraît plus favorable aux femmes immigrées qu'à leurs homologues masculins (79 % des demandes d'emploi inscrites à l'INEM, équivalent de l'ANPE, étaient des hommes, le chômage toucherait principalement des hommes immigrés dans le secteur du bâtiment et de l'agriculture), Izquierdo, ibídem.

26  Sur la politique de quotas en Espagne voir : Aragón Bombín, R. (1993) : « Contingente de trabajadores extranjeros : la propuesta española para 1993 », Desarrollo, nº 23.

27  Permis de travail des femmes immigrées x 100

permis de résidence des femmes immigrées

28  Femmes travailleuses étrangères de nationalité x X 100

Ensemble de travailleurs étrangers de nationalité x

29  À partir de janvier 1992, les travailleurs des pays communautaires n'ont pas besoin d'un permis de travail en Espagne et ne sont pas donc enregistrés dans les statistiques du Ministère du Travail (application du principe de libre circulation des travailleurs communautaires).

30 Taux de participation des femmes immigrées au marché du travail, indice de féminisation du travail par nationalité d'immigration, proportion de femmes immigrées célibataires, veuves ou divorcées dans le marché du travail.

31  Voir : Eurostat (1991) : Enquête sur les forces de travail.

32  Données élaborées par l'auteure à partir de l'exploitation des statistiques du Ministère du Travail : Izquierdo (dir.) (1996) : Panorámica general de la inmigración femenina en España y efectos del proceso migratorio sobre el rol y el estatus socioeconómico de las trabajadoras extranjeras, Madrid, Instituto de la Mujer, inédito.

33  Izquierdo, A. (dir.), 1996, op. cit.

34  Voir l'analyse élaborée par l'auteure (Oso, L., op. cit., cap. III) à partir de l'exploitation des données du Ministère du Travail (Izquierdo, A., Ibídem). Sur ce type de discriminations législatives voir aussi : Pérez Molina, R. (1995) : « La protección contra la discriminación a los inmigrantes en España », Estudios sobre migraciones internacionales, nº 9, OIT.

35  Voir : Chaney, E.M., y García Castro, M. (eds.) (1989) : Muchachas no More, Household Workers in Latin America and the Caribbean, Philadelphia : Temple University Press. ; Veblen, T. (1987) : Teoría de la clase ociosa, Barcelona : Hyspamérica, (ed. orig., 1899). ; Sarasúa, C. (1994) : Criados, nodrizas y amos. El servicio doméstico en la formación del mercado madrileño, Madrid : Siglo XXI. ; Heyzer, N., Lycklama, A., Nijeholt, G., y Weerakoon, N. (1994) : The Trade in Domestic Workers, Causes, Mechanismes and Consequences of International Migration, Asian and Pacific Development Center, Kuala Lumpur, London and New Jersey : Zed. Books Ltd.

36  Garrido, L. (1992) : Las dos biografías de la mujer en España, Madrid : Instituto de la Mujer.

37  Instituto de la Mujer (1994) : La mujer en cifras. Una década 1982-1992, Madrid : Instituto de la Mujer.

38  Garrido, L., op. cit.

39  Entre 95 000 et 122 000 pesetas.

40  Entre 700 et 1 000 pesetas.

41  Dirección General de Migraciones : El Proceso de Regularización de 1991, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social. Quelques données de cette enquête ont été publiées, voir : Aragón Bombín, R., y Chozas Pedrero, J., 1993, op. cit.

42  Une première version de l'analyse des effets de la migration sur le statut des femmes en fonction de cette typologie peut être consultée dans l'article : Oso, L., Catarino, C. (1997) : « Les effets de la migration sur le statut des femmes : le cas des Dominicaines et des Marocaines à Madrid et des Cap-Verdiennes à Lisbonne », Migrations Société, vol.IX, nº 52.

43  Les femmes qui travaillent comme externes (qui sont rémunérées sur une base horaire) sont généralement celles qui sont venues dans le cadre de la migration familiale (soit des femmes regroupées ou des pionnières de la migration qui ont amené leur famille) ou des personnes qui résident en Espagne depuis plus longtemps et qui ont une situation économique et juridique plus stable. L'emploi domestique externe constitue une stratégie de mobilité sociale parmi les femmes qui sont depuis plus longtemps en Espagne, même si cela génère plus de frais économiques, car le fait de vivre avec l'employeur a comme conséquence un faible contact avec le monde extérieur et le sentiment de ne pas avoir de « marge de liberté ».

44  Comme l'indique une des Dominicaines interrogées « Mon époux est avec les enfants. Il y a une personne qui s'occupe d'eux, mais j'ai un très grand avantage, et c'est que ma mère vit dans la maison voisine ; il ne peut rien faire de mal, il est contrôlé, ou alors il faut qu'il aille très loin ».

45  Oso, L., Catarino, C., 1997, op. cit. Voir aussi : Oso, L. (1997) : « Les effets de la migration sur le statut socio-économique et sur le rôle des femmes : le cas de l'immigration des femmes de la République Dominicaine vers Madrid », in Bisilliat, J. (Sous la direction de) : Face aux changements, les femmes du Sud, Paris : L'Harmattan.

46  Une des Dominicaines interviewées signale qu'après la migration « je suis mon propre maître, je peux vivre avec mon mari ou sans mon mari ».

47  Carmen Gregorio a signalé que l'émigration des femmes dominicaines en Espagne ne modifie pas fondamentalement les relations de genre dans le contexte d'origine, Gregorio Gil, C. (1996) : Sistemas de género y migración internacional : la emigración dominicana a la Comunidad de Madrid, Tesis Doctoral, Departamento de Sociología y Antropología Social, Universidad Autónoma de Madrid.

48  Comme le faisait remarquer un homme immigré dominicain à Madrid, originaire du sud-ouest de la République Dominicaine : « ici les hommes envoient les femmes à la recherche de ressources économiques. Là-bas elles sont sérieuses, mais ici, je ne sais pas si c'est le pays qui les transforme, 99 % des femmes qui viennent en Espagne se perdent dans la corruption. » (groupe de discussion d'hommes dominicains), Machin, S., Oso, L. (1992) : Choque de culturas : el caso de la inmigración dominicana en la Comunidad Autónoma de Madrid, mémoire de maîtrise, Facultad de Sociología, Universidad Complutense de Madrid. Quelques resultats de cette recherche peuvent être consultés dans l'article d'Oso Casas, L., y Machin Herranz, S. (1993) : « Choque de culturas : el caso de la inmigración dominicana en la Comunidad Autónoma de Madrid », Sociedad y Utopía, nº 1.

49  Le principal lieu de rencontre de la communauté dominicaine à Madrid, et notamment des personnes originaires du Sud-Ouest de la République Dominicaine est Aravaca, village dans la banlieue Nord de Madrid. Aravaca est devenu le principal centre où se constituent des réseaux sociaux. L'important nombre d'immigrés provenant de la même région d'origine provoque des chaînes d'information et un fort contrôle social parmi les immigrés, mais aussi entre ceux-ci et leur communauté d'origine. Voir : Oso, L., 1997, op. cit.

50  La femme philippine gère traditionnellement le budget familial. Le rôle de la mère au sein du foyer est fondamental, en tant que principale responsable des enfants et de l'ensemble de l'unité domestique. La sœur aînée joue aussi un rôle central dans la famille : elle est la deuxième, après la mère, à avoir la responsabilité envers l'unité domestique. L'autorité de la femme philippine concerne, cependant, seulement l'espace privé, la maison et les enfants, car l'homme est considéré comme le chef de famille, la structure familiale demeure patriarcale, même si la femme joue un rôle central au sein du foyer. Sur la structure familiale philippine voir : Tyner, J.A. (1994) : « The Social Construction of Gendered Migration from the Philippines », Asian and Pacific Migration Journal, vol. III, nº 4. ; Javillonar, G.M. (1979) : « The Filipino Family », in Sighdas, M., y Bardis, P.D. (eds.) : The family in Asia, London : Allen and Unwin.

51  Comme le signale une des personnes interviewées : « pour les enfants, le concept de mère du dehors c'est l'argent. Le père est celui qui prend les décisions, l'influence de la mère est plus faible car elle est en Espagne ».

52  Une femme philippine interviewée, mariée et dont le mari est resté dans le pays d'origine, signale : « je n'envoie rien à mon mari, il est professeur. Ce que j'envoie c'est pour mes frères, qui sont neuf ».

53  Sur l'instabilité conjugale aux Caraïbes, voir : Massiah, J. (1983) : La mujer como jefe de familia en el Caribe, estructura familiar y condición social de la mujer, Paris : UNESCO.

54  Comme le faisait remarquer une des femmes que nous avons interrogée en 1992 : « les hommes nous utilisent comme un moyen d'obtenir des revenus », Machin, S. et Oso, L., 1992, op. cit.

55  Le mariage met en danger le projet économique et familial du foyer de naissance car la femme doit abandonner le travail domestique interne. Cela réduit les possibilités d'épargne. En plus, le mari peut ne pas être d'accord avec l'envoi d'argent au pays d'origine.

56  Oso, L., Catarino, C., 1997, op. cit.

57  Il faut signaler, cependant, que nous avons pu observer des cas où la femme immigrée seule, une fois séparée pour cause de mauvais traitements reçus de son mari regroupé, pratique la cohabitation de fait avec un autre immigré marocain lui aussi séparé de son épouse retournée au Maroc. Les deux personnes sont originaires de Nador (zone du Rif) qui est une région où la structure familiale répond, dans sa majorité, au modèle traditionnel de la famille arabe.

58  Une de nos interviewées signale : « je travaille comme une mule et quand l'homme ne travaille pas, il faut faire vivre la famille, c'est une grande responsabilité. Je ne sais plus quoi faire, je suis très nerveuse. Ici c'est très difficile, en travaillant seule, avec le mari au chômage et les enfants ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Oso, « L'immigration en Espagne des femmes chefs de famille », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 89-140.

Référence électronique

Laura Oso, « L'immigration en Espagne des femmes chefs de famille », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/191

Haut de page

Auteur

Laura Oso

Sociologue. Université de La Coruña, Espagne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org