Navigation – Plan du site
Migrantes et mouvements de femmes

Migration féminine comme parcours initiatique 

La conquête d’une nouvelle identité (São Paulo, Brésil)
Jeanne Bisilliat
p. 67-85

Texte intégral

  • 1 Les femmes du Tiers-monde, Travail et Quotidien, Jeanne Bisilliat, Michèle Fiéloux, 2e édition 1992 (...)

1La migration féminine est reconnue, depuis assez peu de temps, comme un des faits de société majeurs, bien que nos connaissances restent fragmentaires. Si, dans les années soixante-dix, elle était admise en Amérique Latine — dont les grandes villes recevaient un nombre très important de jeunes femmes rurales (3,8 millions entre 1960 et 1970) à tel point que la sex-ratio en était inversée — on continuait à la nier dans les villes africaines par exemple au nom de la « solidarité » familiale, mais aussi sous l’effet du stéréotype de la femme économiquement inactive et dépendante. Lorsque Michèle Fiéloux et moi-même avons écrit notre livre en 19831, nous avons jugé nécessaire de consacrer un chapitre à la migration malgré la rareté des données, au vu de l’importance des phénomènes socio-économiques qu’il impliquait en aval et en amont : crises agricoles, développement de l’économie informelle, augmentation du nombre de femmes chefs de famille, féminisation de la pauvreté, etc.

  • 2 De 1986 à 1991, 1993.

2Mon travail de terrain dans la périphérie de São Paulo2 m’a fait côtoyer presque exclusivement des femmes migrantes de première génération, tous âges confondus. Toutes pauvres, presque toutes peu alphabétisées, sans qualification professionnelle et beaucoup d’entre elles chefs de famille, de facto et de jure. Elles constituaient une catégorie spécifique puisque toutes faisaient partie d’un mouvement populaire, en y participant de façon plus ou moins active.

  • 3 Les femmes dans les sociétés du Sud : la cassure du savoir, Thèse d'État, 1996.

3C’est en me fondant sur ma connaissance de cette catégorie que je voudrais tenter de montrer l’ensemble des éléments matériels, culturels, psychologiques qui informent l’expérience humaine de la migration, accompagnée d’un processus d’objectivation et débouchant, pour certaines, sur la prise de conscience d’une nouvelle identité sexuée. Construction fragile il est vrai, mais non éphémère, d’autant plus qu’elle se renforce par une mémoire intergénérationnelle. Cette situation évolutive peut être considérée comme un parcours initiatique moderne partant de l'indifférenciation de la « condition féminine » pour aboutir à une individualité citoyenne, sujet de droit. Inscrite dans la mobilité physique, la migration peut devenir le support d’une autre mobilité que j'ai appelée « intérieure »3, ouverte aux changements.

L’arrivée

  • 4 La coutume brésilienne qui consiste à très peu utiliser le patronyme ne fait qu’accentuer les diffi (...)

4L’arrivée à São Paulo, mégalopole d’environ 16 millions habitants, est un choc, un traumatisme dont beaucoup se souviennent encore avec frayeur bien des années plus tard. Après 10 ou 30 heures d’autocar, seul mode de transport puisqu’il n’y a pas de train, la personne débarque à la gare routière, située non loin du centre de São Paulo, énorme caravansérail débordant de gens, de bruit et d’agitation, où certaines formalités administratives doivent être accomplies. Ceci fait, la femme, seule ou accompagnée d’enfants (il est fréquent qu’une très jeune fille soit confiée, par sa famille, à une accompagnatrice) doit alors, avec ses bagages, se rendre à l’adresse, souvent incertaine, qu’on lui a donnée — laquelle est presque toujours situé dans une lointaine banlieue (plus ou moins 60 km entre la gare routière et les quartiers de la périphérie). En effet, la migrante sera toujours accueillie par quelqu’un : membre plus ou moins éloigné de la famille, amie personnelle ou de la famille. Il faut trouver où l'adresse est située, comment y aller, par bus, métro ou les deux, et puis il faut marcher un peu au hasard ; la signalisation des rues dans les favelas étant presque inexistante, on ne peut compter que sur la gentillesse de ceux qui y habitent pour découvrir, enfin, une pauvre baraque, en dur ou en matériaux de récupération, où habite le cousin Alfredo ou la senhora Amandina4. On a faim, souvent on a froid car le climat de São Paulo est nettement plus froid que celui du Nordeste d’où l’on arrive. Les récits que j’ai recueillis témoignent d’une confusion et d’un effroi difficilement exprimables. Il faut aussi imaginer l’intérieur démuni de ces cabanes et penser que la réception n’est pas forcément très joyeuse ; accueillir de nouvelles personnes, fussent-elles de la famille, pose aux pauvres des problèmes économiques ardus que la tendresse ou la solidarité ne peuvent résoudre facilement.

5À partir de ce moment, il faut très vite s’organiser pour la survie — c’est ce mot qui s’impose — c’est-à-dire trouver absolument un travail, quel qu’il soit, et peut-être un logement si celui de l’hôte est trop exigu pour que la coexistence puisse durer. C’est la première confrontation des rêves qui accompagnent forcément toute migration à la réalité de la pauvreté urbaine, confrontation qui se répétera fréquemment lors d’occasions diverses.

  • 5 Dans un rituel d’initiation, le futur initié est d’abord séparé de son milieu habituel pour y être (...)

6La phase de séparation, inhérente à tout rituel d’initiation5, est achevée. On peut en mesurer quelque peu la brutalité, brutalité non recherchée mais induite par la situation matérielle des uns et des autres.

Le travail

7La recherche du travail est soutenue, guidée par les réseaux de solidarité, elle n’en est pas moins, dans la majorité des cas, extrêmement difficile.

8Pour les jeunes filles, il y a, avec un peu de chance, un travail en usine ou en entreprise. Elles y gagneront, à travail égal, un plus petit salaire car, pendant un an au moins elles seront considérées comme apprenties. Ou bien, elles trouveront une place de domestique à domicile ; elles résolvent ainsi le problème du logement, même si les conditions sont loin d’être satisfaisantes : qui n’a vu dans ces appartements bourgeois de 400 à 600 m2 le tout petit espace souvent non aéré que les architectes ont réservé à la domesticité ? Elles seront également nourries, parfois après et plus mal que le chien (ce type de récit circule de manière si récurrente qu’il est malaisé de faire la part entre le bricolage mythique nécessairement à l’œuvre et la réalité, mais je dois dire qu’une femme m’a fait ce récit avec un tel réalisme que je n’ai pu que la croire).

9Avec la progressive et difficile syndicalisation de cette profession et les effets de la crise économique, de profonds changements sont intervenus ; les femmes préfèrent désormais travailler à la journée ou à la demi-journée : elles gagnent plus, ont une plus grande maîtrise de leur temps notamment pour s’occuper des enfants, peuvent avoir une vie de famille. Mais on peut penser, en l’absence de données, que ce choix n’est réservé qu’aux femmes qui ont déjà des références démontrant leurs qualifications, parfois leur spécialisation (repassage, cuisine etc.). Quant aux jeunes filles qui viennent d’arriver du Nordeste, elles sont encore obligées pour un temps moins long peut-être, de choisir la solution du logée/nourrie qui permet d’apporter une solution aux deux problèmes les plus graves pour la migrante et pour la cellule d’accueil. Attardons-nous sur les conditions de ce travail. Les tâches domestiques, même si elles ressemblent apparemment à celles qu’elles accomplissaient chez leurs parents (c’est la fameuse qualification « naturelle » déqualifiante) changent et s’exécutent avec des technologies inconnues dans le milieu rural : frigidaire, mixer, aspirateur. Par ailleurs, qu’y a-t-il de commun entre une maison rurale pauvre et un appartement avec moquette, rempli de meubles et d’objets parfois précieux, entre la pauvre nourriture monotone de la campagne et la diversité des plats que mangent les citadins aisés ? Tout cela donne lieu à des apprentissages qui, s’ils sont rapides, restent difficiles, mais qui néanmoins font partie du processus d’intégration à ce nouveau milieu.

10Une autre possibilité — peut-être la plus mauvaise — consiste à effectuer des petits travaux en restant sur place — laver du linge, en repasser, préparer des sorbets etc. travaux dont les revenus sont extrêmement ténus, ou bien à trouver du travail à domicile, souvent de la couture payée à la pièce, pour une grande entreprise qui augmente ses bénéfices en ayant ainsi une main-d'œuvre délocalisée et corvéable à merci.

11Il faut également souligner les changements qui interviennent dans le statut du travail. L’employeur de la domestique est une femme comme elle, mais tout à fait autre de par son appartenance de classe. Par ailleurs, le travail de solidaire à la campagne — il se fait avec les autres membres de la famille qui sont tous « semblables » — devient solitaire, dans une situation de différenciation et d’inégalité sociale. La pauvreté vécue jusqu’alors en tant que groupe familial dans un contexte social élargi et nivelé, est alors ressentie individuellement, ce qui peut entraîner l’humiliation. Les vêtements, les chaussures sont différents de ceux des patronnes/patrons, et la femme comme l’homme apprend à se voir par les yeux et les paroles de l’autre. La perception qu’elle a de sa personne se transforme, les bases de son identité chancellent : si son statut était peu valorisé, cette sous-valorisation prenait place dans le cadre familial et s’opérait en termes de genre c’est-à-dire qu’elle était sous-valorisée en tant que mère, fille ou épouse par rapport à un homme, père ou époux. Désormais, les termes de l’opposition changent : c’est Laura la migrante qui est dévalorisée par la Senhora X, même si cette dernière se conduit gentiment, ou alors c’est Laura la migrante qui est dévalorisée par des hommes étrangers mais chefs qui ont le droit de la harasser ou de la violenter et de s’immiscer au plus profond de son intimité biologique (vérifier la présence de ses règles par exemple) ce que sa parentèle masculine ne faisait pas. Les premiers paradigmes de l’altérité sociale sont posés. Altérité renforcée par une nouvelle opposition, inconnue jusqu’alors, celle de la couleur : le centre de la ville, la richesse sont « blancs » alors que la périphérie, la pauvreté sont « colorées », forme insidieuse mais réelle de racisme dont le Brésil est loin d’être dépourvu.

Le temps et l’espace

12Dans l’optique de cet article où l’on s’efforce de montrer les éléments qui ébranlent les fondements de la première identité, il n’est pas inutile de dire quelques mots sur le temps et l’espace qui structurent la personnalité et qui subissent, par la migration, de profondes transformations. Pour confirmer notre propos, citons les jésuites qui réussirent à briser la culture traditionnelle de certains groupes d’Indiens en les obligeant à changer complètement l’inscription de leurs villages dans l’espace.

13Ces femmes migrantes arrivent de la campagne où l’espace est largement ouvert, avec des limites naturelles — collines, rivières, arbres, champs cultivés d’espèces différentes — avec ses repères matériels, affectifs, symboliques ; on peut dire que l’espace en tant que tel est apaisé. à ces mots libres, ouverts, illimités, répondent ceux de la ville, fermée, entièrement occupée, emplie d’obstacles qui le morcellent et le complexifient. Les déplacements qui se faisaient à pied, tranquillement, doivent s’effectuer par autobus dans une atmosphère de lutte et d’agressivité (nombre et passages insuffisants par rapport à la demande, vols et violence).

14Quant au temps, rythmé par les saisons, les récoltes, il devient haché, brisé au quotidien par les obligations domestiques et professionnelles qui entrent souvent en conflit avec d’autres obligations comme les horaires des crèches, des écoles (par demi-journée au Brésil), les visites à l’hôpital ou au poste de santé liées à des attentes interminables.

L’environnement socioculturel

15La société brésilienne est une société patriarcale et machiste. Les femmes qui arrivent de leurs campagnes (principalement le Minas Gerais, le Nordeste) sont des femmes soumises à la volonté du père, de l’oncle, du mari et tutti quanti ; elles arrivent à São Paulo dans un monde où l’oppression en ce qui concerne les jeunes filles ne se manifeste pas de façon aussi directe. Bien sûr, les schèmes culturels de l’autorité restent sourdement actifs dans leur esprit et même dans leur corps puisqu’ils fondent leur identité, mais ils ne sont plus réactivés avec la même intensité, les principaux agents étant absents. Reste ce que l’on pourrait appeler les intermédiaires, c’est-à-dire les hommes qu’elles fréquentent et/ou affrontent dans des situations diverses, professionnelles et quotidiennes.

  • 6 La télévision est omniprésente au Brésil, que ce soit dans les foyers urbains ou ruraux.

16L’autorité s’éloigne de ses bases juridiques, le juridique étant ici entendu comme ce qui justifie l’ensemble des normes et des valeurs qui façonnent la vie de tous les jours. En effet, que voient-elles dans leurs divers environnements ? Des hommes au chômage, réalité antinomique du travail agricole, que leurs compagnes portent à bout de bras et de courage, des femmes qui vivent avec un homme sans être mariées, des femmes qui ont préféré divorcer (ce qui est infiniment plus facile en ville) ou qui ont préféré, plus simplement, « renvoyer » leurs hommes qui buvaient, les battaient et n’apportaient aucun soutien économique, pour assumer seules leur vie et celle de leurs enfants quand elles en ont. Elles regardent également des feuilletons6 qui racontent des histoires d’émancipation féminine — parfois même des histoires d’homosexualité entre femmes. Elles entendent des femmes, leurs voisines, leurs collègues, dénigrer et critiquer l’autorité des hommes de manière souvent vindicative.

17Tout cela, sans aucun doute, ne fait pas disparaître les petits chefs, les patrons, les violeurs, mais tout cela permet que se mette en place progressivement une certaine relativité.

18Il y a aussi ces postes de police munis d’une antenne « femme » pour recevoir leurs plaintes, poursuivre leurs agresseurs, il y a les collectifs d’avocats qui les informent et se battent pour elles bénévolement, les associations qui les accueillent et les conseillent, il y a plus simplement les femmes que l’on côtoie qui racontent ces incroyables histoires de rébellion individuelle.

19On le comprend, la migration introduit une discontinuité des horizons mentaux, riche de possibilités de transformation. Dans cet environnement vécu plus ou moins intensément les repères culturels, les valeurs, les normes qui réglementent les relations de genre se fragilisent et vacillent. À partir de là ce sont les hasards de la vie personnelle mais aussi la personnalité qui établiront des comportements proches ou plus éloignés de l’héritage culturel. C’est également à partir de là que cette « mobilité intérieure », c’est-à-dire une certaine forme d’autonomie et de liberté, peut s’exercer. Par exemple, les migrantes accèdent à une certaine maîtrise de leur corps et de leur fécondité ; en une génération, le nombre d’enfants par femme est passé d’une moyenne de 9 à un peu moins de 3. L’accès au juridique se traduit par 70 % des demandes de divorce émanant des femmes.

Les mouvements populaires

20L’appartenance à un mouvement populaire sera l’un des supports, parmi les plus importants, d’une transformation de la mobilité intérieure évoquée précédemment, principalement fondée sur la confrontation solitaire d’un individu, femme mais aussi homme, à des situations nouvelles qui l’obligent à se redéfinir, à repenser sa relation à la famille, au travail, à la société. S’inscrire dans un mouvement populaire relève d’une démarche toute différente. Une femme y adhère pour tenter de trouver une réponse à un besoin aussi précis qu’urgent : l’eau, l’électricité dans les favelas, un poste de santé, un logement décent. Les autres, ses compagnes et ses compagnons, malgré la différence de leurs origines ethniques, de leurs professions, sont semblables à elle. Elle n’est plus dans une situation d’affrontement individuel mais dans celle d’un affrontement collectif suivi d’une négociation également collective avec une institution étatique ou municipale. Tous luttent ensemble pour obtenir ce dont chacun a besoin. Elle entre dans une communauté conviviale qui crée une inversion des priorités : le chacun pour soi cède la place au chacun pour tous. Elle va apprendre de façon plus nette qu’elle — en tant que membre d’un groupe social — a des droits, qu’elle peut les revendiquer publiquement et que l’État a des devoirs envers elle. La volonté démocratique qui anime ces mouvements lui fait aussi comprendre qu’elle peut s’exprimer à haute voix dans différents espaces publics. Le temps des luttes va enfin lui permettre d’accéder à la notion qu’elle est une personne, un sujet de droit, une citoyenne.

21Ces mouvements que l’on rencontre presque exclusivement en Amérique Latine ont été étudiés, jusqu’à ces dernières années, comme tant d’autres faits sociaux sous l’angle trop partiel d’un pluriel trompeur. Et pourtant on ne devrait pas pouvoir ignorer qu’ils sont massivement constitués de femmes, que ce sont elles qui font leur force et leur efficacité.

  • 7 Ce qui suit est fondé sur les mouvements populaires d’habitation qui se sont développés à partir de (...)
  • 8  Selon Aristote, ce sont les esclaves et les femmes qui doivent exécuter ces nécessités élémentaire (...)

22Les femmes assument de nombreuses tâches7 : coordination des petits groupes de vingt-cinq familles, présence dans les diverses commissions constituées durant la période de lutte (négociation, santé, éducation), responsables du secrétariat ; ce sont encore elles qui assurent le succès des divers actes publics tels que les manifestations dans les rues, les « campements » en pleine ville pour obtenir gain de cause qui peuvent durer plus d’une semaine et cela grâce à l’importance de leur présence mais aussi parce que ce sont elles qui se chargent des « nécessités élémentaires »8 telles que la préparation des repas, la surveillance des jeunes enfants qui accompagnent leurs mères. Elles démontrent souvent une lucidité stratégique et politique plus forte que celle des hommes, notamment lorsqu’il faut prendre des décisions importantes pour la suite des luttes (les hommes restent prisonniers de solutions plus formelles). Il faut noter néanmoins que pour elles, exécuter certains de ces actes présentent des difficultés, notamment d’ordre psychologique, qu’il ne leur est pas facile de surmonter. Par exemple, lors d’un campement de dix jours, est arrivé le moment où le mouvement n’ayant plus d’argent pour acheter de la nourriture, il fut décidé, avec leur consentement, que certaines femmes feraient la quête auprès des passants. Je me rappelle encore avec quel émoi elles m’ont raconté leur honte d’avoir dû accomplir une telle chose, mais aussi leur fierté d’avoir réussi et d’avoir ainsi aidé le mouvement.

  • 9 Ces mouvements sont plus structurés que les mouvements de revendication de l’eau ou de l’électricit (...)

23Ces femmes expérimentent dans leur participation aux mouvements d’habitation qui sont, nous l’avons vu, des mouvements mixtes9, une évolution des relations de genre qui exacerbe leur jugement sur les hommes et les femmes.

24Dans la période de lutte, les adhérentes et les adhérents au mouvement d’habitation sont divisés en groupes de vingt-cinq personnes qui se choisissent une ou un responsable sachant lire et écrire un peu ; dans la plupart des cas ce sont des femmes. Ces coordinatrices et coordinateurs se réunissent avec le leader tous les samedis pour discuter des problèmes du moment (la prise de parole est très bien partagée), distribuer les tâches de la semaine y compris la désignation de celles et ceux qui accompagneront le leader aux réunions officielles avec les autorités (plus la réunion est prévue avec des personnes importantes plus les hommes y vont en nombre égal à celui des femmes, les deux restants muets en grande partie durant la réunion, se contentant d’approuver le leader) mais aussi pour préparer l’assemblée générale mensuelle. Pendant ces assemblées, les comportements sont bien différenciés, les hommes s’emparant du micro avec un plaisir évident alors que les femmes demeurent souvent silencieuses, souriant entre elles de la conduite masculine. Néanmoins, dans le cas d’un problème important, si elles jugent les discours masculins peu pertinents, elles savent très bien parler au micro, exposer leur position avec passion et convaincre leur auditoire. Lors des manifestations publiques de revendication, les hommes et les femmes exécutent plus ou moins les mêmes tâches, mais s’il s’agit d’établir le contact avec un journaliste ou une personnalité ou de parler à la foule, les hommes sont toujours les premiers à se présenter — ce qui ne veut pas dire que ce soit eux qui l’emportent. Par contre, lorsqu’il s’agit de prendre une décision fondamentale pour le succès de leur cause, les hommes nous l’avons déjà dit restent souvent en retrait dans des positions timides et normatives alors que les femmes préconisent, avec succès soulignons-le, des solutions politiquement audacieuses et efficaces (pour obtenir leur terre les hommes préfèrent envoyer une pétition écrite au maire et les femmes envahir la terre ; ce sont elles qui auront gain de cause). Dans la vie quotidienne du mouvement, ce petit groupe entretient des relations conviviales, amicales même ; on boit et on mange ensemble et la division traditionnelle du travail peut être assez souvent modifiée (un homme fera la cuisine pendant qu’une femme terminera un travail au bureau ou encore un homme, houspillé par quelques femmes, se résoudra à balayer). En résumé, durant la phase de lutte, l’agressivité des relations de genre diminue, des changements s’esquissent et parfois s’imposent dans la répartition des rôles sexuels, donnant aux femmes la possibilité de s’approprier un certain espace public dans la parole et la prise de décision et permettant à quelques-unes de devenir des personnalités ou des leaders reconnues. Cela les entraîne à changer plus fermement les représentations qu’elles ont d’elles-mêmes, à jeter un nouveau regard plus distancié, plus objectif, puisque séparé du foyer et renforcé par celui de leurs compagnes, sur l’injustice des relations hommes-femmes mais également sur les possibilités de la transformer.

  • 10 Mouvement d’habitation de Vila Remo, zone sud de São Paulo.
  • 11  Jeanne Bisilliat, La Construction Populaire : une expérience à São Paulo. Karthala-Orstom, 1995.
  • 12  Une femme du mouvement de Vila Remo qui a participé au chantier de construction de 191 maisons.

25Après la lutte, lorsqu’elle est victorieuse, la construction des maisons commence. Toutes et tous doivent y participer de manière égale, soit seize heures par semaine exécutées durant les week-ends. Les groupes mixtes de travail technique (fondations, maçonnerie, charpente, plomberie etc.) sont invariablement dirigés par des hommes, même s’ils n’ont pas de compétence particulière et même si les femmes sont majoritaires et travaillent aussi bien, parfois mieux qu’eux. La lutte pour le « pouvoir » est vive, accompagnée d’un discours méprisant et dévalorisant pour le travail des femmes, en dépit de toutes les évidences. L’agressivité masculine, implicite et peut-être masquée au cours de la lutte, éclate explicitement lors de la phase de construction car, selon mon hypothèse, cette dernière met en jeu, de façon radicale cette fois, la légitimité culturelle de la division du travail selon laquelle les travaux du bâtiment, relevant des compétences « naturelles » des hommes, sont de toute éternité leur apanage. Quelques autres signes permettent de vérifier que les relations de genre redeviennent plus rigides : les fonctions du chantier liées à la cuisine collective, à la garde des enfants, au secrétariat sont autoritairement et selon la tradition culturelle confiées aux femmes avec l’habituelle déqualification qui s’y attache. Dans le mouvement que j’ai étudié10, beaucoup de disputes, parfois graves, éclatèrent11 au cours desquelles les hommes allèrent jusqu’à tenter de « délégitimer » les tâches des femmes, disant qu’elles « ne méritaient pas leurs maisons ». Dans ces cas, la femme accusée soutenue par ses compagnes se défendait bec et ongles, sans manquer de souligner avec violence les défauts masculins, car avoir appris à travailler dans un chantier de construction leur montre concrètement qu’une femme peut faire n’importe quel travail, même ceux considérés comme uniquement du ressort des hommes. « Mes camarades de travail me demandent souvent ce que je fais le dimanche et je dis : je suis dans l’équipe de maçonnerie. Qu’est-ce que c’est ça ? Pour ceux qui ne savent pas, la maçonnerie, c’est poser des parpaings. Moi je trouve que c’est formidable12. »

26On peut faire l’analogie avec le double mouvement qui accompagne les révolutions et les guerres ; les femmes, acceptées et nécessaires pour la lutte, sont ensuite rejetées, mais dans ce cas précis elles ne sont mises de côté que sur le plan symbolique des conduites verbales puisqu’elles participent majoritairement avec les hommes aux mêmes travaux. Ces situations ont fourni aux femmes une autre occasion encore plus évidente de percevoir et de critiquer, souvent radicalement, l’oppression dans laquelle les relations de genre les enfermaient ; il suffit de voir le nombre de séparations et de divorces qui se produisirent pendant le chantier.

  • 13 Idem.

27« Il y avait des jours où après le travail, j’arrivais tellement fatiguée à la maison que je n’avais même pas le courage de prendre ma douche. Physiquement j’étais crevée mais psychologiquement j’étais très bien. On dirait un rêve. Je suis très heureuse parce que j’ai conquis beaucoup de choses y compris ma conscience. Je n’avais jamais pensé avant que je pouvais être la femme que je suis maintenant13. »

28Pendant la lutte, les femmes peuvent penser qu’elles sont et agissent comme les hommes, alors que pendant la construction elles doivent comprendre qu’elles travaillent comme les hommes — situation nouvelle pour elles, habituées à la maison à une division du travail rigoureuse — mais qu’elles ne sont plus comme eux. Le passage des femmes de l’égalité-parole à l’égalité-faire semble constituer pour les hommes un seuil de transgression à ne pas franchir. Pour les nombreuses femmes qui revendiquent être devenues, grâce à la participation au mouvement, « des personnes » ayant des droits et des devoirs, l’injustice et l’inacceptabilité des rapports sociaux de sexe est devenue une évidence.

29On peut mesurer facilement l’énorme distance — celle là non mesurable en kilomètres, en verstes ou en lieues — qui sépare la migrante nouvellement arrivée encore enserrée dans sa prison de subordination et cette femme qui, après des années d’épreuves peut s’écrier « j’ai appris que j’étais un être humain, que je peux avoir tout ce que je veux, transport, santé, habitation… » La mobilité matérielle, support de la mobilité intérieure, a facilité cette transformation. En reprenant l’image de l’initiation, on peut dire que la personne réintègre son milieu, dotée dans ce cas d’une nouvelle identité sexuelle dont les paramètres de soumission et de subordination ont cessé de constituer le noyau essentiel et dynamique.

« Le temps du changement ne finit jamais 14 »

  • 14 Parole d’une femme de Diadema, périphérie sud de São Paulo.
  • 15 Françoise Héritier, Masculin/Féminin la pensée de la différence, Odile Jacob, 1991.

30Françoise Héritier15 inscrit la valence différentielle des sexes dans le corps, dans le fonctionnement physiologique, « plus exactement dans l’observation de ce fonctionnement physiologique » qui implique, au contraire des hommes, des pertes régulières de substances sanguines auxquelles les femmes ne peuvent s’opposer. Ce fonctionnement physiologique est lié à la procréation, fait physiologique lui aussi et lui-même lié à la maternité, fait culturel. Nous entrons là dans d’autres réalités.

  • 16 Idem.
  • 17  Des recommandations internationales de plus en plus nombreuses sont faites pour tenter d’obliger l (...)
  • 18  Constatation que le leader populaire de Vila Remo me fit un jour non sans étonnement, avouant même (...)

31Au vu de toutes les études montrant l’investissement réussi des femmes dans le travail, si infimes soient ses bénéfices, dans les actions communautaires (eau, électricité, habitation, santé, éducation), leur combativité, leur imagination, leur infatigable obstination pour la survie, pour l’amélioration des conditions de vie de leurs enfants, on peut envisager de poser une hypothèse. « (S)’il s’agit de construire le social et les règles qui lui permettent de fonctionner16 », cette première valence différentielle des sexes, biologique, s’accompagne d’une deuxième valence différentielle des sexes, cette fois sociologique grâce à laquelle le comportement des femmes permet aux populations des pays des tiers-mondes, subissant une situation économique catastrophique, de survivre. C’est elle qui rend compte du désengagement masculin de la famille — universel malgré les exceptions17 — et de l’engagement des femmes dans cette même famille, quelles que soient sa nature et sa composition ; deux attitudes inverses particulièrement visibles en temps de crise. La plasticité de la mobilité intérieure des femmes est étonnante. « La femme a la volonté de réussir des choses nouvelles, l’homme pense que c’est bien comme c’est18. »

32Ce que je me suis efforcée de montrer remet en question l’idée couramment exprimée du conservatisme des femmes. Sans nul doute ce conservatisme existe puisqu’il s’inscrit dans le biologique/procréation impliquant la préservation des enfants existants ou à naître ; néanmoins c’est la même nécessité de préservation qui donnera lieu à des conduites offensives de survie dès que cette survie biologique se trouvera menacée. Bien évidemment cela ne veut pas dire que les hommes ne soient pas également attachés au changement, mais il s’agit d’un changement de nature différente, plus abstrait peut-être. Le quotidien dans lequel s’enracine la survie passionne les femmes, il laisse les hommes en grande partie indifférents.

33Certes ce deuxième invariant découle du premier mais il en diffère à deux titres : d’une part, la différence sexuelle s’exprime par la subordination des femmes dans le premier alors qu’il suppose une autonomisation dans le second ; d’autre part il n’est pas immuable mais sujet à des évolutions, à des progrès. L’apparition des folles de Mai n’est pas seulement conjoncturelle, elle est également structurelle.

34« Le temps du changement ne finit jamais ».

Haut de page

Notes

1 Les femmes du Tiers-monde, Travail et Quotidien, Jeanne Bisilliat, Michèle Fiéloux, 2e édition 1992, l’Harmattan.

2 De 1986 à 1991, 1993.

3 Les femmes dans les sociétés du Sud : la cassure du savoir, Thèse d'État, 1996.

4 La coutume brésilienne qui consiste à très peu utiliser le patronyme ne fait qu’accentuer les difficultés pour identifier un Alfredo parmi des dizaines.

5 Dans un rituel d’initiation, le futur initié est d’abord séparé de son milieu habituel pour y être progressivement réintégré en tant que personne nouvelle.

6 La télévision est omniprésente au Brésil, que ce soit dans les foyers urbains ou ruraux.

7 Ce qui suit est fondé sur les mouvements populaires d’habitation qui se sont développés à partir des années quatre-vingt et avec lesquels j’ai travaillé à São Paulo.

8  Selon Aristote, ce sont les esclaves et les femmes qui doivent exécuter ces nécessités élémentaires afin de laisser le temps aux citoyens de se consacrer aux affaires publiques.

9 Ces mouvements sont plus structurés que les mouvements de revendication de l’eau ou de l’électricité et durent plus longtemps, entre 3 et 5 ans, puisqu’ils induisent la construction d’un certain nombre de maisons.

10 Mouvement d’habitation de Vila Remo, zone sud de São Paulo.

11  Jeanne Bisilliat, La Construction Populaire : une expérience à São Paulo. Karthala-Orstom, 1995.

12  Une femme du mouvement de Vila Remo qui a participé au chantier de construction de 191 maisons.

13 Idem.

14 Parole d’une femme de Diadema, périphérie sud de São Paulo.

15 Françoise Héritier, Masculin/Féminin la pensée de la différence, Odile Jacob, 1991.

16 Idem.

17  Des recommandations internationales de plus en plus nombreuses sont faites pour tenter d’obliger les hommes à exercer leurs responsabilités familiales.

18  Constatation que le leader populaire de Vila Remo me fit un jour non sans étonnement, avouant même son incompréhension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Bisilliat, « Migration féminine comme parcours initiatique  », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 67-85.

Référence électronique

Jeanne Bisilliat, « Migration féminine comme parcours initiatique  », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/188

Haut de page

Auteur

Jeanne Bisilliat

Anthropologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org