Navigation – Plan du site
Migrantes et mouvements de femmes

Brésiliennes en exil 

De femmes migrantes à féministes étrangères
Anette Goldberg-Salinas
p. 43-66

Texte intégral

1En 1974 la France, comme la plupart des pays européens, adopte des mesures restrictives à l’immigration de main-d'œuvre étrangère et on assiste alors à une réduction importante des flux migratoires, et surtout à une réduction importante de la migration masculine adulte. Le regroupement familial devient après 1974 la principale source d’entrée en France, et aux courants migratoires européens, turcs, maghrébins et de l’Afrique Noire viennent s’ajouter ceux de réfugiés originaires du Sud Est asiatique et de l’Amérique du Sud.

2Par ailleurs les recensements de 1968, 1975, 1982 et 1991 montrent que le pourcentage des femmes dans la population étrangère en France croit régulièrement - 39,25 %, 40,13 %, 42,51 % et 43,37 %. Il est vrai que de 1968 à 1982 le nombre des femmes algériennes arrivées en France a été multiplié par quatre et que depuis les années soixante-dix de nombreuses femmes noires africaines sont arrivées par la procédure du regroupement familial. Mais on constate aussi que les vagues successives d’interventions de mécanismes institutionnels (étatiques ou associatifs) concourant à la « promotion » ou à l’« intégration » des femmes immigrées, de même que les écrits sur les femmes migrantes, ne concernent pas toutes les femmes susceptibles de s’auto-désigner ou d’être perçues comme telles.

  • 1 Ce rapport formule des propositions autour de l’admission en France, du logement, de l’insertion, d (...)
  • 2  Cet article est basé sur le chapitre de ma thèse de doctorat « Le féminisme des Brésiliennes en ex (...)

3Malgré les propositions du rapport sur la condition des femmes immigrées en France présenté en 1975 par Germaine Tillon (qui suit la création du secrétariat d’État à la condition féminine)1, bon nombre de femmes étrangères ne font pas l’objet d’une prise en charge spécifique des pouvoirs publics, ne suscitent pas l’intérêt des associations, ni celui des chercheuses féministes, ni des spécialistes des études migratoires. Dans cet article j’aimerais ébaucher une réflexion sur les particularités de l’expérience des femmes brésiliennes auto désignées ou perçues comme des « réfugiées politiques », arrivées en France au début des années soixante-dix, au même moment où d’autres femmes étrangères s’auto-désignent ou sont perçues comme des « immigrées » ou des « migrantes2 ».

Des femmes brésiliennes en exil avant 1973-1974

4Le départ du Brésil et l'exil dans un pays étranger fait parti des choix ouverts à certains segments des couches intellectuelles brésiliennes immédiatement après le coup d'État de 1964 et, plus tard, dans les années de durcissement de la dictature militaire et de grande répression policière du post-1968.

  • 3 3Le terme « décrochage » (en portugais desbunde) était utilisé de façon péjorative par les militant (...)

5Le mot « exil » sera utilisé ici dans un sens large, désignant plusieurs situations d'abandon du pays en conséquence directe ou indirecte du processus politique, à savoir : a) la recherche d'un refuge à la suite de persécutions, de pressions politiques ou de la détention de parents et/ou d'amis proches ; b) le bannissement du territoire infligé à plus d'une centaine de prisonniers politiques échangés contre des diplomates étrangers séquestrés ; c) l'auto-exil, souvent masqué en voyages d'études et/ou de travail — suivre une formation, faire un stage ou une spécialisation quelconque — ou clairement assumé comme « décrochage »3.

  • 4 On trouve des informations sur l'expérience masculine de l'exil dans les ouvrages de Fernando Gabei (...)
  • 5  Albertina de Oliveira Costa et alii (orgs.), Memorias das Mulheres do Exilio, Rio de Janeiro, Paz (...)

6Aussi diversifiées que les situations poussant au départ du pays sont les souvenirs de ces exils, partiellement exploités par des recueils de témoignages et dans quelques ouvrages autobiographiques et/ou de fiction – presque tous écrits par des hommes4. Le vécu spécifique des femmes brésiliennes en exil a été l'objet d’un ouvrage et de deux articles ayant pour but d'analyser le processus de « conversion » au féminisme de celles dont l'exil s’était déroulé dans un univers de type militant5. Pour les auteurs de ces travaux, une prise de conscience cumulative de la domination et de l’oppression masculine se serait exprimée dans une « quête d'identité » aboutissant à l’adhésion au féminisme.

7Le vécu des femmes brésiliennes en exil doit être examiné durant deux périodes : 1) après le coup d'État de 1964 et suite au durcissement du régime militaire de 1968 ; 2) après le coup d'État militaire de 1973 au Chili. Le féminisme touche un certain nombre d'exilées brésiliennes en Europe notamment à partir de la deuxième période.

8Entre 1964 et 1968 les départs du Brésil en raison de persécutions, de pressions politiques ou simplement par peur et par prudence, ont pour destinations principales quelques pays latino-américains — l'Uruguay, le Chili, le Mexique, l'Argentine – mais aussi l'Algérie, la France, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, l'ex Union Soviétique, la Pologne.

9Dans cette première vague, beaucoup de femmes quittent le Brésil avec leurs compagnons. Plusieurs d'entre elles, peut-être parce qu'appartenant à une génération où les mentalités avaient encore peu changé, ont pu facilement faire face aux nouvelles difficultés du « métier » d'épouse en terre étrangère. Cependant, quelques-unes, qui avaient déjà expérimenté le rôle d’épouses non traditionnelles, qui étaient des femmes émancipées ayant débuté une carrière professionnelle, vivent cet exil avec beaucoup de conflits et leurs témoignages font état de processus de « régression », de « perte d'identité », d’un « besoin d’exister ».

10Entre 1969 et 1973, le départ du Brésil en raison de persécutions, pressions politiques, par peur et par précaution, prend comme destination principale le Chili, notamment dans la période suivant la victoire électorale du gouvernement de l'Unité Populaire. L'expérience socialiste de Salvador Allende attire d'un côté des Brésiliens considérés comme de « haut niveau idéologique » (ceux qui étaient prêts à participer à la construction du socialisme et ceux qui désiraient continuer à préparer clandestinement la lutte armée au Brésil en prenant moins de risques, basés dans un pays proche), et, d'un autre côté, ceux qui, à mi-chemin entre la résistance armée et le « décrochage », n'avaient pas la possibilité matérielle ou l'envie de s'installer dans un pays européen.

11Par ailleurs, quelques pays européens comme la France, l'Angleterre et l'Italie sont choisis à la même période par un certain nombre de jeunes non-activistes, plus influencés par la mouvance hippie, disposant de ressources familiales leur permettant de se lancer dans la découverte de mondes plus lointains moyennant le statut d’étudiant. Dans leurs pays d’accueil, ils finissent par faire partie de regroupements de Brésiliens, au sein desquels ils se trouvent mélangés à des exilés du post 64 et des militants en situation irrégulière, parfois très installés.

12Dans ces groupes (de composition très masculine) se trouvaient d’un côté des militants de la gauche plus traditionnelle, parmi lesquels des politiciens et des intellectuels connus et ayant un poids politique considérable dans l'organisation des campagnes de dénonciation des crimes de la dictature et de solidarité avec les victimes de la répression ; par ailleurs se trouvaient les militants issus de la lutte armée, parmi lesquels quelques « héros révolutionnaires » comme les prisonniers politiques bannis du pays en échange de la libération de diplomates séquestrés, et de dirigeants d'organisations temporairement chargés de « missions politiques » en exil ou de tâches d'infrastructure logistique.

13Au Chili, aux côtés de femmes plus traditionnelles qui y avaient suivi leurs compagnons, se retrouvent quelques anciennes prisonnières politiques et militantes des organisations armées qui, tout en faisant croire à leur égalité apparente avec les hommes et en manifestant du mépris à l'égard des autres femmes moins engagées, commencent à percevoir quelques problèmes de fait ayant trait aux rapports de domination entre les sexes.

14La prise de contact avec une problématique spécifique de genre est à ce moment-là très individualisée, vécue comme un moment de crise personnelle, comme une « crise de génération » pour laquelle les tentatives de solution sont aussi individuelles : l'inscription à une université ou l'acceptation d'un poste dans un organisme public chilien — ce qui n'était pas difficile à obtenir par l'intermédiaire du réseau de contacts partisans.

15Beaucoup de ces femmes voient leurs relations de couple se dissoudre et se trouvent de nouveaux compagnons, ce qui détermine, dans un certain nombre de cas, la rupture avec le militantisme et, en conséquence, la perte du soutien de l'organisation politique « mère »; quelques-unes se décident même à chercher, plus ou moins en cachette, sous peine d'être mal vues par l'univers militant, une aide thérapeutique.

16La solidarité entre les femmes brésiliennes au Chili apparaît et se cristallise dans le Comité de Femmes Brésiliennes à l'Étranger, réponse aux besoins croissants d'une vaste population d'épouses et de femmes au foyer marginalisées au sein de la communauté brésilienne elle-même, sans pouvoir s'intégrer à la société chilienne. Il s'agissait de femmes qui ne trouvaient pas de place aux côtés des « héros » et des « héroïnes » et qui étaient considérées comme des ringardes par les jeunes adeptes de la contre-culture. Ces femmes, pour la plupart, arrivaient à peine à s'exprimer en espagnol, ce qui rendait leur quotidien très pénible et solitaire.

17Divers groupes politiques brésiliens représentés en exil participent à ce Comité, organisant des débats politiques, suggérant des tâches de soutien à la révolution au Brésil et de solidarité aux réfugiés et à leurs familles, servant de médiateurs dans le processus d'intégration des Brésiliennes à la société chilienne. L'une des idées répandues à ce moment-là était que l'apprentissage de la construction du socialisme chilien, au moyen de l’intégration à la société et la participation à des activités dans tous les domaines, était essentiel pour élever le niveau de conscience politique et pour préparer un retour au pays.

18Les activités du Comité avaient l'appui y compris des organisations armées, pour lesquelles le Chili n'était qu'une base logistique, un lieu de passage des cadres les plus visés par la répression qui quittaient clandestinement et temporairement le Brésil pour s'entraîner militairement et pour d'autres missions à l’étranger. Pour ces cadres, il était plus commode et plus sûr d'installer leurs compagnes au Chili et, d'après quelques témoignages, de les tenir de préférence occupées par les activités du Comité pendant leurs absences.

19L'exil en Europe à la même période présente des caractéristiques distinctes. Pour commencer, le climat parmi les exilés au début des années soixante-dix, en dehors du Chili, était d'une autre nature. En voici une description faite par Maria Lucia Dahl, actrice connue considérée comme une « muse » du nouveau cinéma brésilien de la décennie précédente, qui avait quitté le pays et s'était exilée en Europe pour suivre son compagnon, un militant clandestin rescapé de la répression devenu cinéaste en exil :

  • 6 La feijoada est un plat typiquement brésilien à base de haricots noirs, viandes et charcuterie.

« La répression au Brésil, l'exil à l'étranger, des drogues à Londres, des réunions politiques à Paris. Ces réunions, accompagnées de beaucoup de feijoada complète6, étaient loin d'être une fête. Paris n'était pas une fête. (…) Les Brésiliens exilés vivaient un engagement coupable dans une révolution ratée au Brésil. Les Brésiliens de Londres vivaient l'engagement dans la marginalité et les drogues. Ils continuaient tous à se sentir au Brésil. Ils ne savaient pas quoi faire de la liberté en terre étrangère.

  • 7 Maria Lucia Dahl, Quem Não Ouve o Seu Papail, Um Dia Balança e Cai, Rio de Janeiro, Codecri, 1983.

Il y eut des morts à Paris à cette époque : des suicides, des accidents. De même qu'à Londres, il y eut des morts dans l'évolution du processus des drogues. » 7

20Beaucoup de femmes brésiliennes, en proie à toutes les difficultés d’intégration en France, vivaient partagées entre le besoin d'un engagement politique dû au sentiment de mission à accomplir, et l'envie d'assumer pleinement leur « décrochage » politique. Ce qui est très surprenant, dans les deux cas, c'est que bon nombre d'entre elles déclare ne s'être même pas rendu compte tout de suite de l'existence de mouvements de libération des femmes dans leurs pays d'accueil. Étonnant, puisque ces mouvements étaient alors à leur apogée (y compris médiatique), en pleine phase de prolifération de groupes de conscience, de grands meetings et d'essor d'autres formes de mobilisation autour de questions concernant le corps, la sexualité, l'oppression dite patriarcale dans la sphère familiale et aussi dans les organisations de la nouvelle gauche issue des événements de 1968.

21Pour des raisons qu'il faudrait probablement chercher dans leurs parcours individuels, quelques femmes brésiliennes voient et entendent ces nouveaux mouvements, se sentent concernées et tâchent de s'en rapprocher. Danda Prado, par exemple, fille de Caio Prado Junior, un historien communiste très renommé et respecté, elle-même ex-militante communiste, est une des Brésiliennes en exil qui joue un rôle fondamental dans l'organisation du premier groupe de femmes latino-américaines à Paris, de connotation féministe, ce qu'elle explique ainsi :

« J'ai toujours réagi individuellement, depuis très jeune, aux discriminations contre les femmes, au rôle exclusif d'épouse et de femme au foyer. J'ai lu Le Deuxième Sexe quand j'étais encore célibataire, tout de suite après sa publication en France et, en 1960, j'ai reçu Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre à São Paulo, à l'occasion d'un voyage qu'ils ont fait au Brésil invités par Jorge Amado. (…)

Beaucoup de femmes à l'intérieur du PC étaient déjà des femmes hors du commun, spéciales, qui se distinguaient des autres et qui ne menaient pas une vie selon les modèles traditionnels ; personne ne pensait à s'organiser en tant que femme parce qu'on croyait que le socialisme résoudrait les problèmes de discrimination sexuelle. Je me souviens que Carmen da Silva est venue me voir en 1965 ou 1966, lorsque je dirigeais le département de publications de la Brasiliense, pour présenter un projet de revue de femmes et j'ai répondu que le sujet était dépassé et que la question de la femme se résoudrait avec celle de la lutte de classes.

J'étais déjà séparée de mon mari à l'époque et, peu de temps après, je suis partie faire un master aux États-Unis. C'était en 1967, et je me suis très vite mobilisée pour la campagne contre la guerre du Vietnam ; je n'ai même pas entendu parler de féminisme. Cependant, j'ai été très frappée par le problème de la femme noire parce que j'étudiais la Psychologie et j'ai participé à des consultations auprès d'une population féminine noire. (…)

  • 8 Loi de 1968 qui durcit considérablement la répression.

Je suis rentrée au Brésil après le AI-58 mais mon séjour n'a pas duré longtemps. (…) En 1970 je suis partie en France pour faire un Doctorat et développer une thèse sur la femme, sur les raisons pour lesquelles, dans les mêmes conditions sociales et économiques, les hommes avaient une situation différente de celle des femmes.

Ce fut en cherchant des informations pour mon travail académique que j'ai cherché à prendre contact avec le mlf, par l'intermédiaire de Simone de Beauvoir. Celle-ci, tout en m'avertissant que je n'arriverais pas à m'entendre avec elles, puisque moi j'appartenais à une gauche latino-américaine et elles à un mouvement très radical, m'a présenté à Anne Zelenski, qui avait vécu à Cuba (...). Anne a été terrorisée parce que je ne parlais que de révolution et de Fidel Castro.

Ensuite je suis allée pour la première fois à une réunion du mlf à la Mutualité et j'ai pris les coordonnées d'un groupe de femmes mariées qui m'ont paru plus proches, parmi lesquelles se trouvait aussi une Martiniquaise. J'ai rejoint ce groupe et nous avons commencé à discuter la question du travail domestique. Alors on m'a mise en contact avec Christine Delphy, que j'ai trouvée complètement folle tandis qu'elle, elle m'a trouvée débile parce que je n'avais jamais entendu parler de patriarcat, je ne comprenais pas cette expression et, par-dessus le marché, j'avais peur de ces militantes françaises. (…)

  • 9 VPR était le sigle de la Vanguarda Popular Revolucionária, une des organisations armées de la gauch (...)

Toujours pour la thèse, j'ai décidé de convoquer une réunion avec toutes les Brésiliennes que j'ai pu localiser à Paris ; quelques-unes sont venues à cette première réunion mais ne sont jamais revenues ; j'ai continué à me réunir avec les autres. Et avec quelques Latino-américaines de la fac nous avons eu l'idée de créer un groupe. Alors quelques Brésiliennes se sont manifestées contre cette idée, trouvant que créer un organisme c'était déjà aller trop loin. Il faut dire, en passant, que mon compagnon à l'époque, ainsi qu'un autre militant de la VPR9, une organisation révolutionnaire brésilienne trouvaient que l'idée était bonne car ils voulaient s'approprier du groupe, mais moi j'ai été contre.

  • 10 Entretien avec Danda Prado, réalisé en octobre 1986.

Les Brésiliennes se sont heurtées à l'opposition de leurs compagnons à cause du groupe. Quelques-unes sont venues individuellement m'expliquer qu'elles ne pourraient plus venir aux réunions pour ne pas devenir responsables de la perte de l'appui politique dont bénéficiaient leurs familles. À ce moment-là, d'ailleurs, le Front des Brésiliens en Exil m'a convoquée à une réunion où on m'a demandé en quoi cette affaire de femmes pourrait aider la lutte contre la dictature10. »

  • 11 Norma Benguel était une très belle actrice, souvent appelée « la Monica Vitti du cinéma brésilien d (...)

22Les réunions du Groupe Latino-américain de Femmes à Paris, formé en 1972, avaient lieu dans une salle au sous-sol d'un café et des témoins racontent que pendant que les femmes discutaient, leurs maris, compagnons et copains circulaient entre le haut et le bas, descendant souvent, sous prétexte d'aller aux toilettes, pour entendre ce qui se disait. On ajoute aussi à ce récit anecdotique que les interventions enflammées d’une actrice brésilienne, Norma Benguel, suscitaient une attention particulière11.

  • 12 Source : témoignages oraux enregistrés lors d'une rencontre de féministes brésiliennes qui eut lieu (...)

23Or, comme parmi ces hommes se trouvaient plusieurs membres et dirigeants du Front des Brésiliens en Exil, cet organisme ne tarda pas à réagir, menaçant de retirer son soutien aux familles dont les femmes continueraient à participer à ces réunions. Et comme cela aurait pu signifier, en certains cas, la perte d'une aide financière, d'un emploi, etc., les pressions masculines pour que les femmes quittent le Groupe l'emportent. Ces pressions, il faut le dire, contribuent à résoudre leurs propres ambiguïtés : beaucoup de participantes à ces réunions dites « apolitiques » craignaient leur transformation en une espèce de thérapie de groupe et craignaient que le féminisme puisse les éloigner de la lutte de classes12.

24Néanmoins, avant de s'éloigner du groupe, nombreuses ont été celles à avoir eu l'occasion de vivre dans ces réunions quelque chose qui leur laisse des traces profondes, ce qu'exprime avec beaucoup de force le témoignage ci-dessous :

« En ce qui me concerne, une expérience très importante de l'exil, que je n'aurais certainement pas eue au Brésil, a été le groupe de femmes de l'Amérique Latine organisé par Danda Prado.

Nous nous réunissions une fois par semaine et le groupe grandissait sans arrêt ; je pense qu'à la fin nous étions à peu près 100 femmes présentes. C'était un groupe complètement apolitique. Il y avait un thème à chaque séance et, sur ce thème, tu parlais ou non. Personnellement, j'ai mis des mois à parler de quelque chose, mais j'étais très émue lorsque je voyais certaines femmes parler ; cela ne voulait pas dire que mon problème personnel s'identifiait aux leurs, mais parce qu'elles osaient, elles se déchiraient publiquement pour commencer à vivre d'une façon différente, pour commencer à oser d'une autre manière, parler de soi et de choses dont elles n'avaient certainement jamais eu l'occasion auparavant, et encore moins devant un public.

(…) C'était très beau de voir des gens qui n'avaient jamais parlé en public, qui n'avaient jamais donné un cours, qui ne s'étaient jamais vraiment manifestés comme des êtres humains et qui soudain commençaient à parler. (…) Il y avait des thèmes qui mobilisaient davantage, d'autres moins, mais ce qui intéressait fondamentalement c'était de voir combien nous étions semblables ; c'était de voir de quelle façon notre douleur, enfin nôtre… notre inconscient avait été forgé de la même façon. Des âges complètement différents, des formations totalement distinctes, mais cette affaire était sacrée, cette rencontre une fois par semaine… Je pense que si cela avait été tous les soirs, il y aurait eu des gens tous les soirs car c'était très important.

  • 13 Témoignage de Maricota da Silva dans Albertina de Oliveira Costa et alii (orgs.), Memorias das Mulh (...)

(…) C'est fini, j'ai l'impression que peut-être cela a continué d'une manière différente. À un moment donné je suis tombée malade, j'ai laissé tomber pendant une période et lorsque je suis revenue, j'ai eu l'impression que quelque chose que je ne saurais expliquer s'était passée… Enfin, peut-être faute à des malentendus ou à quelque chose d'autre le groupe s'est défait, mais je considère, pour moi, cette expérience comme l'une des plus belles choses que j'ai vécues13. »

25En effet, après une première période consacrée à ces réunions d'auto conscience, une des principales activités du Groupe latino-américain des Femmes est la diffusion des idées des nouveaux mouvements de libération surgis à travers le monde, ce qui se fait par l'intermédiaire d'un réseau de correspondantes mis en place dans plusieurs pays, y compris au Brésil.

  • 14 Une collection de Nosotras se trouve déposée à Paris, à la Bibliothèque Marguerite Durand.

26Ce travail se consolide avec la parution du bulletin bilingue Nosotras, ayant des articles en espagnol et en portugais, dont le premier numéro date de janvier 1974 et qui survit, d'ailleurs, à la disparition du Groupe, car il est publié jusqu'en 197614.

La seconde vague féministe parmi les Brésiliennes en exil15

  • 15 Ce sujet a été traité par les articles déjà cités de Valentina Rocha Lima, « Women in exile : becom (...)

27Après le coup d'état qui renverse le gouvernement de Salvador Allende instaurant une dictature militaire au Chili, il y a un phénomène d'exode de ce pays de toute la population brésilienne — et latino-américaine en général — qui s'y trouvait. Les exilés cherchent un nouveau refuge dans d'autres pays : au Canada, en France, en Belgique, en Suisse, en Suède, au Danemark, en Allemagne, au Portugal, au Mozambique, en Guinée-Bissaú.

28Les hommes latino-américains qui arrivent dans les nouveaux pays d'accueil — je me limiterai ici à parler de la France — tirent profit de la représentation, à l'époque très valorisante, du « guérillero » qui avait combattu pour la libération de son pays et pour la démocratie. Le mythe du héros révolutionnaire leur rend nettement plus facile l'insertion sociale, mitigeant leur sentiment de rapetissement et la régression inévitable vécue par les migrants en général, à cause de l'éloignement du pays d'origine, des difficultés d'adaptation à une société différente, avec une autre langue, une autre culture. Beaucoup de ces hommes sont pendant un certain temps logés et nourris par des groupes et des partis politiques d'orientations semblables à leurs organisations d'origine ; d'autres, grâce à leur passé militant, obtiennent assez vite des bourses d'étude ou des emplois relativement qualifiés.

29Mais en ce qui concerne les femmes, ce deuxième exil se transforme souvent en cauchemar. En plus de tous les problèmes qu'elles avaient déjà dû affronter au Chili, elles doivent supporter la baisse du niveau de vie et de statut social du groupe familial, puisque le statut de réfugiées politiques ne les distinguait pas fondamentalement des travailleurs immigrés d'origine modeste. Ayant de grandes difficultés d’expression et de communication, pour certaines même le fait d’avoir des diplômes n’aide pas beaucoup car il faut souvent recommencer à zéro après des procédures d’équivalence éprouvantes. Les amitiés sont difficiles à établir, les codes de la vie quotidienne difficiles à maîtriser.

30Comme leur passé politique n'existait pas ou était jugé sans importance à côté de celui de leurs camarades, les mêmes possibilités professionnelles ne leur étaient pas automatiquement ouvertes, et comme il fallait gagner de l'argent pour survivre dans ce pays où le coût de vie était très élevé, les exilées se voient contraintes à chercher des emplois non qualifiés. C'est ainsi que plusieurs titulaires de diplômes supérieurs deviennent femmes de ménage et baby-sitters pour le compte de femmes françaises (quelquefois membres d’organisations politiques), secrétaires, vendeuses et ouvrières.

31Il est intéressant de voir le processus par lequel ces femmes, qui revendiquent le statut (perçu comme privilégié) de réfugiées politiques, mais qui ressemblent par beaucoup d’aspects aux femmes migrantes arrivées en France à la même période, contournent les difficultés de leur plongée dans une situation individuelle insupportable et dans une réalité sociale très dure, souvent hostile. Il s’agissait de femmes qui étaient en train de se révolter collectivement contre des choses que bon nombre de leurs compatriotes avaient jusque-là perçues comme « naturelles » — la double journée de travail, toutes les asymétries sociales justifiées par les différences de sexe et, notamment, le rôle secondaire accordé aux femmes dans les organisations politiques. Ne pouvant plus compter sur d'autres figures féminines pour les seconder dans leurs tâches d'épouses et de mères, et ne bénéficiant plus de leurs privilèges de classe leur permettant d'embaucher des domestiques et d'acheter tous les biens matériels auxquels elles étaient habituées, elles prennent conscience des asymétries basées sur les différences sexuelles :

  • 16 Témoignage de Maria Nakano dans Albertina de Oliveira Costa et alii (orgs.), Memorias das Mulheres…(...)

« C'est dans mon nouveau pays d'exil que j'ai acquis une conscience plus claire de la condition d'infériorité de la femme. Avant je n'avais jamais réfléchi à ma situation en tant que femme, même si je défendais l'importance d'intégrer d'autres femmes à la lutte politique, surtout les ouvrières. Je ne voyais pas que dans les organismes qui définissaient les lignes politiques et qui prenaient des décisions il y avait un nombre infime de femmes. Nous-mêmes, qui venions de l'université, nous avions une participation insignifiante à ce niveau. Mais à l'époque je ne m'en rendais pas compte. Il a fallu que je prenne contact avec les mouvements féministes d'un pays plus développé pour que je commence à penser à ces choses. Au début je croyais que le mouvement féministe était une chose complètement farfelue, n'ayant rien à voir avec le processus réel, qu'il s'agissait d'un groupe de femmes aliénées. Ma vision par rapport à ce mouvement était extrêmement critique car je pensais que l'important c'était de faire ce que nous faisions au Brésil : intégrer les femmes à la politique dans une perspective socialiste. Mais lorsque j'ai commencé à connaître la lutte féministe qui se développe dans tous les pays avancés, à voir qu'elle est vraiment l'expression d'une situation de domination et une tentative de rompre avec celle-ci, j'ai compris sa raison d'être16. »

32Ce type de prise de conscience, assez générale parmi les exilées brésiliennes, notamment à partir de 1975, est sans aucun doute un des facteurs qui explique la formation de groupes féministes par nationalité dans la plupart des nouveaux pays d'accueil. Un autre facteur, à mon sens, serait lié à la difficulté pour ces femmes de se rendre visibles en tant que femmes étrangères dans la société française et à l’espace de reconnaissance qui leur était ouvert, en tant que femmes d’ailleurs, par les groupes féministes français concernés par la situation des femmes dans le Tiers-monde.

33En 1975, les femmes brésiliennes résidant à Paris forment une population assez différenciée du point de vue de leur génération (de 20 à 50 ans), de leurs activités (étudiantes, salariées, épouses et mères de famille), de leur profil politique (réfugiées ou non réfugiées, militantes ou non-militantes), de la durée de leur séjour hors du Brésil (de 1 à 11 ans, période vécue dans un pays ou plus), etc. Parmi elles se trouvent un petit nombre de femmes qui, plus intégrées à la société française, militent dans les différents groupes féministes locaux. Mais la plupart, ayant été personnellement, intellectuellement et/ou politiquement sensibilisées par la « question de la femme », craignant d'être stigmatisées par leurs camarades et/ou compagnons, adhèrent au féminisme des courants qui, tout en prônant la lutte de toutes les femmes contre l'oppression de sexe, privilégie la lutte de classe, mettant l’accent sur l'organisation et les revendications des ouvrières doublement exploitées (oppression de classe et de sexe) au pays.

34La création de groupes de Brésiliennes en exil n'est pas boycottée tant que le caractère éminemment « politique » des « conversions » au féminisme paraît garanti — ni « thérapeutique » ni « anti-mâle » et tant que ces collectifs affichent leur disposition à faire de la lutte spécifique des femmes un volet de la lutte pour le rétablissement de la démocratie et pour l'amnistie au Brésil.

35Le Cercle de Femmes Brésiliennes à Paris (1976-1979) constitue le regroupement le plus nombreux et le plus important observé dans les pays d'exil. Au bout d’un an d’existence, le Cercle réussit à réunir une centaine de femmes qui se répartissaient en sous-groupes selon des critères d'amitié et/ou de préférence pour les thèmes de discussion privilégiés et les pratiques développées. Ces sous-groupes analysent la discrimination de la femme dans l'éducation, l'image féminine dans l'art et la publicité, étudient la question du travail féminin et d'autres thèmes mis en avant par les mouvements de libération des femmes. Les participantes se consacrent également à réfléchir sur leurs expériences personnelles, sur leur vécu de femmes des couches moyennes ayant des problèmes concernant leur sexualité et la maternité, en proie à des conflits conjugaux, se sentant dépourvues d'une identité propre, éprouvant des doutes, des craintes et des insécurités.

36Tous les problèmes qu’éprouvent les Brésiliennes en tant que femmes étrangères dans la société française ne font pas objet de réflexion ni d’initiatives particulières. Alors que le fait même d’avoir choisi de se regrouper en tant que féministe revendiquant une identité nationale soulève des questions tant en ce qui concerne la construction de l’interaction entre Brésiliennes et Françaises, Brésiliennes et Français, groupes de femmes d’ailleurs et groupes de femmes autochtones.

37Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’après avoir fait paraître plusieurs articles sur la situation des femmes brésiliennes dans les journaux du MLF, le Cercle fait sa première grande apparition publique en mars 1977, en participant à la grande rencontre « Parole aux Femmes de l'Amérique Latine », organisée dans les locaux de la Mutualité par le journal L'Information des Femmes. Les groupes féministes français à cette époque attachaient beaucoup plus d’importance à la situation et aux luttes des femmes d’ailleurs, dans leurs pays d’origine, qu’à la situation et aux problèmes des femmes étrangères en France.

38En effet, dans cette rencontre très politisée, des représentantes de plusieurs pays du continent latino-américain dévoilent, devant une salle remplie d'hommes et de femmes, des aspects de la situation de leurs compatriotes, notamment de celles qui appartenaient aux couches moins favorisées et plus exploitées économiquement. À partir de ce moment, qui marque sa croissance et sa légitimation au sein de la communauté politique brésilienne en exil, le Cercle est souvent appelé à se joindre aux initiatives publiques des organisations de la gauche brésilienne, qui s'efforçait d'afficher l'union et le consensus autour de la lutte pour l'ouverture démocratique et l'amnistie.

39Les féministes brésiliennes à Paris essaient alors de profiter de ces occasions pour développer des activités « de prise de conscience, d'organisation et de lutte », prônant les objectifs suivants :

« - élargir les activités du Cercle à l'ensemble des femmes brésiliennes résidant à Paris pour qu'elles participent à notre cause commune : la cause des femmes ;

- Établir des liens permanents avec le mouvement féministe de notre pays et lui apporter un soutien actif moyennant une contribution effective à son travail : envoi de matériel, d'analyses, d'articles sur le mouvement féministe international, diffusion de ses documents, etc. ;

- œuvrer dans le sens d'intégrer l'analyse sur les conditions des femmes au Brésil, leurs formes d'organisation et de lutte, à l'ensemble du travail de dénonciation et de diffusion effectuée en France contre l'oppression subie par le peuple brésilien. Notre objectif ici est celui de contribuer à la création d'un climat de solidarité internationale par rapport à la condition de la femme brésilienne et sa double exploitation ;

- Par l’intermédiaire d'une participation conjointe et d'un échange d'expériences, élaborer et assimiler toutes les contributions généralisables du mouvement féministe international et, en particulier, du mouvement féministe français ;

- Resserrer les liens avec les groupes de femmes latino-américaines à Paris et établir des relations avec d'autres groupes de femmes brésiliennes à l'étranger pour les connaître et analyser les possibilités d'une pratique intégrée ;

- Approfondir de façon systématique les études réalisées par notre groupe sur les questions féministes et la réalité brésilienne ;

- Compte tenu des conditions de réification et d'utilisation du corps de la femme, entreprendre un travail sur le corps et la sexualité de la femme brésilienne. Nous voulons ainsi contribuer aux luttes des femmes pour la libre disposition de leurs corps. L'information et les débats que susciteront cette action pourront augmenter nos contacts avec les femmes brésiliennes à l'étranger et répondre à un niveau concret de leurs besoins ;

  • 17 Document distribué dans une journée organisée par le Comité Brésil-Amnistie en juin 1977.

- Réaliser les mémoires collectives du Cercle dans un effort constant de réflexion et d'autocritique de nos formulations théoriques et de notre pratique. Ce travail de réflexion interne nous permettra d'évaluer l'orientation de notre pratique, de prendre de nouvelles initiatives à partir de l'analyse des erreurs commises dans le passé et d'apporter une contribution théorique au mouvement des femmes. »17

40De composition très hétérogène, réunissant des membres aux motivations et aux vécus très différents, d'origines sociales et même régionales diversifiées, trop marquées ou pas du tout par une expérience militante, un clivage existait — pas toujours assumé ou explicite — entre les deux grandes orientations principales suivies par les militantes du Cercle. Ces orientations caractérisaient leur engagement féministe et créaient des priorités différentes pour la pratique de chaque sous-groupe.

41La première orientation regroupe des femmes influencées par la tendance Lutte de Classes du mouvement féministe français, qui défendaient le « double militantisme » (engagement simultané dans le Cercle et dans un groupement de la gauche brésilienne), et dont les positions sont clairement exposées dans la « Lettre Politique » de mai 1976 :

« Nul n'est mieux habilité que l'opprimé à lutter contre son oppression. Nous les femmes organisées de façon autonome sommes les seules à pouvoir être à l'avant-garde de cette lutte, soulevant nos revendications et problèmes spécifiques. Notre but en défendant l'organisation indépendante des femmes n'est pas celui de séparer, de diviser, de différencier nos luttes de celles que les hommes et les femmes mènent ensemble pour la destruction de tous les rapports de domination de la société capitaliste.

La lutte contre notre oppression spécifique s'intègre à la lutte contre un système dans lequel l'homme est également opprimé. Par exemple : s'il est correct que la lutte contre toute manifestation de machisme doit être constante, cela ne signifie pas entamer une lutte contre les hommes mais contre toute une idéologie qui engendre et qui perpétue ce type de comportement.

L'oppression des femmes touche différemment chaque classe sociale : d'un côté elle se combine aux privilèges, de l'autre à l'exploitation. Nous ne considérons donc pas qu'il y ait des questions exclusivement féminines qui unifieraient toutes les femmes dans une lutte commune contre une oppression.

  • 18 Círculo de Mulheres Brasileiras, Carta Política, Paris, mai 1976.

Notre organisation et notre combat à nous femmes contre notre oppression spécifique, liée au processus de lutte du prolétariat, permettra la création de nouveaux rapports collectifs et s'opposera sur tous les terrains à l'idéologie dominante, demeurant un but jusqu'à l'apparition d'une humanité non aliénée dans le sens le plus large de l'expression. »18

42S'intéressant fondamentalement à la prise de conscience des femmes en ce qui concernait les luttes « plus générales » de la société brésilienne et les luttes « spécifiques » des travailleuses, elles se consacrent, pour la plupart, à l'étude et à la réflexion théorique, écrivant des textes pour des discussions sur le travail féminin, sur les tendances du féminisme international, des analyses critiques des positions véhiculées par les contenus des journaux Brasil-Mulher et Nós Mulheres, en dehors de documents lus et diffusés dans divers actes et réunions publiques.

43Parmi les militantes du Círculo il y a aussi celles qui, ayant en vue le retour au pays, privilégient l'acquisition de connaissances concrètes leur permettant d'intervenir pratiquement auprès des femmes des couches populaires sur les questions du corps, de la sexualité et de la reproduction. Et ces militantes contribuent beaucoup, effectivement, à modifier le profil du féminisme brésilien dans les années quatre-vingt.

44L'autre orientation présente dans les sous-groupes est quantitativement minoritaire, représentée notamment par des femmes un peu plus jeunes que la moyenne, qui n'avaient pas eu d'expérience militante ou qui avaient vécu l'expérience de la drogue, de l'homosexualité au début des années soixante-dix. Elles sont alors plus attirées par le féminisme radical et motivées par les aspects contre-culturels présents dans les mouvements de libération des femmes, affichant une conception du féminisme souvent critiquée comme « apolitique ». Grâce à elles, dans le Cercle, la réflexion sur le vécu des participantes se prolonge pendant une période assez longue ; grâce à elles, on ouvre le débat — même si c’est de façon timide et secondaire — sur la question de la féminité, sur les rapports entre les femmes et entre les sexes, on réussit à parler de l'amour et des émotions et à inclure des aspects ludiques dans les pratiques développées par l'ensemble.

45Ce qui ressort des documents du Cercle reflète mieux, indiscutablement, la première orientation, même si on y trouve des témoignages de quelques militantes échappant complètement au ton très politisé de l'ensemble. Cela s'explique probablement par le fait que le monopole de la parole écrite appartenait à celles qui se sentaient le moins bloquées pour utiliser cette forme d'expression, grâce à l'expérience militante au sein des organisations de la gauche ; il est vrai aussi que de la « mission » de répandre une conscience parmi les autres femmes faisait partie la tâche de l'écriture — considérée comme un instrument majeur de la propagande politique pour gagner de nouvelles adeptes.

46Il est possible, néanmoins, que les aspects les plus novateurs de l'expérience du Cercle se doivent justement à la présence de cette orientation perçue comme « apolitique », dont l'influence diffuse et la vigilance nourrissent, au moins dans les deux premières années, une lutte féroce contre les innombrables tentatives de transformation de cet organisme en « bras féminin » des groupes de la gauche brésilienne en exil.

47Car il faut dire qu'au fur et à mesure que le Cercle grandit et se légitime, son fonctionnement devient quelque peu « schizophrène » : aux activités dites « pour le dedans » ou, autrement dit, à la pratique d'auto-conscience développée par quelques sous-groupes, se juxtaposent (et s'opposent parfois) les activités « pour le dehors » destinées à attirer les autres femmes de la communauté brésilienne et aussi à rassurer les groupements de la gauche en exil, diffusant l'image d'un féminisme modéré, politisé, qui ne refusait pas la lutte de classes ni les partis politiques.

48Malgré le grand intérêt que quelques militantes du Cercle portent à l'apprentissage des pratiques de self-help développées par le MLAC et par les mouvements de libération des femmes aux États-Unis et en Italie, ainsi qu'à la technique des avortements par aspiration, en dépit du remue-ménage causé par le procès du viol d'une Brésilienne qui a eu lieu en Belgique en juillet 1975, les activités « pour le dehors » du Cercle ne reflètent jamais sa mobilisation interne autour de ces questions.

49En l'absence d'une orientation féministe radicale, une « nouvelle gauche féministe » s’approprie quelques éléments constitutifs des mouvements de libération des femmes, sans pour autant les reconnaître comme une lutte à part entière. De façon générale, la plupart des militantes du Cercle demeurent fondamentalement des femmes de gauche qui se contentent de recevoir quelques miettes paternalistes et intéressées de leurs « hommes nouveaux » dont l'esprit n'avait jamais été aussi fermé.

50En dépit de la tension permanente et de l'oscillation entre deux orientations, le Cercle des Femmes Brésiliennes à Paris est un espace où un certain nombre de femmes peuvent de fait, pour la première fois, s'exprimer sur des thèmes de la vie privée jamais soulevés au sein des organisations de gauche. L'éloignement des pressions de la conjoncture du pays et le contact très proche avec certains espaces de liberté existant dans les sociétés démocratiques et pluralistes permettent à quelques-unes, en cherchant à approfondir la notion d'autonomie (sous l’influence de Félix Guattari, Cornelius Castoriadis, Claude Lefort, Christine Buci-Glucksman entre autres), de concevoir une nouvelle représentation du politique comportant toutes les dimensions de l'existence jusqu'alors séparées en compartiments étanches — la politique, le personnel, le public, le privé, le masculin, le féminin.

51Le Cercle se fit connaître au Brésil par l'intermédiaire de l'envoi de courrier, de documents et de publications aux groupes féministes brésiliens formés à partir de 1975, et aussi grâce à quelques rencontres et réunions avec des Brésiliennes de passage à Paris. Mais, son acquis s'avère vraiment important après 1979, lors du retour massif des exilé(e)s rendu possible par la Loi d'Amnistie.

52En revenant à leurs régions de provenance, ses anciennes militantes créent des groupes de femmes ou s'incorporent à ceux qui y existaient, leur imprimant souvent de nouvelles directions et, parfois, provoquant des scissions et créant de nouveaux groupes.

53Sans nier l’importance du processus de « prise de conscience » de genre vécu par des femmes brésiliennes en exil en contact avec des féministes militantes des mouvements de femmes, je pense que dans leur processus de « quête d’identité » intervenaient à la fois deux éléments : d’une part, en tant que femmes, leurs difficultés (accrues par l’exil) de relation avec les hommes brésiliens — leurs compagnons et/ou camarades politiques — et, d’autre part, en tant qu’étrangères, leurs difficultés spécifiques (non avouées) d’intégration dans la société française. Comme beaucoup de jeunes étudiantes brésiliennes qui, se trouvant en France en mai 1968, adhèrent à des organisations politiques françaises, dans une stratégie de valorisation et d’intégration, dans les années soixante-dix la même stratégie sert à gonfler les rangs d’un certain féminisme.

54Pour les exilées brésiliennes, militer en tant que femmes étrangères dans la société d’accueil, avoir comme mobile une cause lointaine unanimement reconnue, est valorisant. Mais, en même temps, cette voie d’intégration ethnicisée discrimine, entretient les frontières entre le « nous » (femmes émancipées d’un monde développé) et « les autres » (femmes parlant au nom de femmes dominées d’un monde arriéré). Le résultat est que ce féminisme des femmes brésiliennes en exil, contrepoint de relations interethniques maintenues opaques, est le même qui, quelques années plus tard, acquiert une grande visibilité au Brésil — un féminisme de femmes blanches, modernisées et « gauchisées » des grands centres urbains, qui, influencé par les discours sur la « sororité » et en prônant l’universalité de la catégorie « femmes » gomme et neutralise la spécificité de la situation et les problèmes des femmes noires ou métisses (dites « de couleur ») dans la société brésilienne.

Haut de page

Notes

1 Ce rapport formule des propositions autour de l’admission en France, du logement, de l’insertion, de la sauvegarde de l’identité culturelle, de la santé et de l’hygiène, de la formation et du travail, de l’information et communication. Ce sont des propositions visant à améliorer l’accueil des femmes migrantes dès leur arrivée, à favoriser leur apprentissage de la langue française et leur donner des connaissances sur la vie en France, à les faire bénéficier du dispositif national de prévention, d’hygiène et de santé, à faciliter leur accès au marché du travail.

2  Cet article est basé sur le chapitre de ma thèse de doctorat « Le féminisme des Brésiliennes en exil ». Voir Anette Goldberg-Salinas, Le Dire et le Faire Féministes : Une Approche Socioculturelle du Brésil Contemporain, Université Paris 7, 1991.

3 3Le terme « décrochage » (en portugais desbunde) était utilisé de façon péjorative par les militants politiques pour se référer au retrait de toute forme d’engagement militant, accompagné d’une plongée dans l’univers de la contre-culture, de la consommation des drogues, etc.

4 On trouve des informations sur l'expérience masculine de l'exil dans les ouvrages de Fernando Gabeira, O Que é isso companheiro, Rio de Janeiro, Codecri, 1979 ; Alfredo Sirkis, Roleta Chilena, Rio de Janeiro, ; Record, 1981 ; Herbert Daniel, Passagem para o Próximo Sonho, Rio de Janeiro, Codecri, 1983 ; Reinaldo Guarany, A Fuga, São Paulo, Brasiliense, 1984.

5  Albertina de Oliveira Costa et alii (orgs.), Memorias das Mulheres do Exilio, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1980 ; Valentina Rocha Lima, « Women in exils : becoming feminist » International Journal of Oral History, 5 (2), juin 1984 et Angela Maria Cunha Neves, « Femmes brésiliennes en exil : la quête d'une identité », Cahiers des Amériques Latines, Paris, 26, juillet-décembre 1982.

6 La feijoada est un plat typiquement brésilien à base de haricots noirs, viandes et charcuterie.

7 Maria Lucia Dahl, Quem Não Ouve o Seu Papail, Um Dia Balança e Cai, Rio de Janeiro, Codecri, 1983.

8 Loi de 1968 qui durcit considérablement la répression.

9 VPR était le sigle de la Vanguarda Popular Revolucionária, une des organisations armées de la gauche brésilienne des années soixante-dix.

10 Entretien avec Danda Prado, réalisé en octobre 1986.

11 Norma Benguel était une très belle actrice, souvent appelée « la Monica Vitti du cinéma brésilien des années soixante », qui avait causé scandale en consentant à apparaître toute nue dans une séquence de Noite Vazia (film de Walter Hugo Khoury, 1964).

12 Source : témoignages oraux enregistrés lors d'une rencontre de féministes brésiliennes qui eut lieu à l'Université de São Paulo (« Et Ainsi se sont écoulés dix ans », 2-6 décembre 1985).

13 Témoignage de Maricota da Silva dans Albertina de Oliveira Costa et alii (orgs.), Memorias das Mulheres…, 1980 : 38-9.

14 Une collection de Nosotras se trouve déposée à Paris, à la Bibliothèque Marguerite Durand.

15 Ce sujet a été traité par les articles déjà cités de Valentina Rocha Lima, « Women in exile : becoming feminist »… 1984 et de Angela Maria Cunha Neves, « Femmes brésiliennes en exil, la quête d'une identité »… 1982. Je me suis basée sur ma propre expérience en tant que militante du Cercle des Femmes Brésiliennes à Paris et sur mes propres archives contenant tous les documents de cette organisation. J’ai utilisé également des témoignages informels d'autres ex-militantes féministes de groupes constitués dans les pays d'exil et des témoignages publiées dans l'ouvrage cité de Albertina de Oliveira Costa et al. (orgs.), Memorias das Mulheres do Exilio, 1980.

16 Témoignage de Maria Nakano dans Albertina de Oliveira Costa et alii (orgs.), Memorias das Mulheres…, 1980 : 316-7.

17 Document distribué dans une journée organisée par le Comité Brésil-Amnistie en juin 1977.

18 Círculo de Mulheres Brasileiras, Carta Política, Paris, mai 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anette Goldberg-Salinas, « Brésiliennes en exil  », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 43-66.

Référence électronique

Anette Goldberg-Salinas, « Brésiliennes en exil  », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://cedref.revues.org/186

Haut de page

Auteur

Anette Goldberg-Salinas

Sociologue, URMIS et CEDREF, Université Paris 7 – Denis Diderot.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org