Navigation – Plan du site

Introduction

Jules Falquet
p. 9-13

Texte intégral

1Phénomène extrêmement complexe, massif et en plein développement, la migration nationale et internationale des femmes n'a guère eu jusqu'ici en France l'attention qu'elle méritait, ni dans la recherche scientifique, ni dans l'analyse féministe. Dès lors que l'on approche la question, on observe une grande diversité de situations et de problématiques. Migrations récentes dans le cadre de la mondialisation de l'économie, migrations plus anciennes liées à l'histoire coloniale, encouragées ou réprimées par des politiques publiques, migrations d'origines diverses dans des pays variés aux traditions d'intégration différentes. Les causes de la migration de ces femmes très diverses sont multiples, même si la nécessité économique pèse généralement d'un grand poids, et les résultats pour elles, sont généralement ambivalents. Quantité d'aspects mériteraient d’être développé. Nous avons réuni ici quatorze textes, qui abordent la question sous les angles les plus divers : littéraires et linguistiques, anthropo-ethnologiques, historiques, géographiques et sociologiques. Ce recueil n'est qu'une contribution extrêmement partielle, un aperçu, qui offre surtout un appel à poursuivre la recherche et la réflexion. Nous l'avons ordonné autour de quatre grands axes.

2À travers trois articles très différents, la première partie aborde les multiples facettes de la rencontre entre femmes migrantes et mouvements de femmes. Le premier texte évoque l'expérience de la Grande-Bretagne et son paradigme des « race relations ». Cathie Lloyd y montre notamment comment les féministes « Noires » ont remis en cause avec force l’« universalité » du féminisme blanc, ainsi que les difficultés auxquelles elles ont dû faire face pour se constituer en catégorie politique. En contrepoint au modèle anglais, Anette Goldberg-Salinas propose une analyse sans complaisance de l'expérience des exilées brésiliennes en France dans les années soixante-dix et de leurs rapports avec le mouvement féministe français. Elle montre en particulier comment, sous l'effet d'une mystification réciproque, ces femmes brésiliennes contournent la brutalité de leur statut de migrantes « comme les autres » pour se poser auprès du mouvement français en représentantes féministes des femmes opprimées du Sud. Avec un regard plus anthropologique, Jeanne Bisilliat nous conduit ensuite sur les pas des migrantes d'origine paysanne du Nordeste du Brésil précipitées dans la jungle métropolitaine de São Paulo. Pour une partie d'entre elles, la migration conduit à l'engagement dans des luttes populaires pour l'accès aux services (ici, le logement) et dans le mouvement des femmes. Ce faisant, une partie des migrantes est amenée à secouer la pesante tutelle des pères, des maris et en un mot des rapports sociaux de sexe traditionnels.

  • 1 Ceci, alors même que dans de nombreux cas, tant dans le pays d'origine que dans le pays d'accueil, (...)
  • 2  Les migrations Est-Ouest de femmes, en plein développement, mériteraient également, bien sûr, une (...)

3Une deuxième série de contributions porte sur le travail salarié. En effet, contrairement à ce que laissent penser les clichés, beaucoup de migrantes ne sont pas les « accompagnantes » passives d'hommes économiquement actifs, mais bel et bien les responsables économiques de foyers, parfois transnationaux1. À partir d'interviews avec soixante migrantes devenues femmes de ménage en Espagne, Laura Oso replace la réflexion dans le cadre de la mondialisation néo-libérale. Elle souligne magistralement comment l'étude des migrations doit prendre en compte l'ensemble des protagonistes des dynamiques migratoires : les migrant-e-s certes, mais aussi les femmes et les hommes du pays « d'accueil » avec leurs stratégies d'ascension sociale respectives, et les politiques migratoires d'États qui cherchent à se décharger de leurs « fonctions sociales ». On voit ainsi comment se dessine une vaste réorganisation de la division du travail, et notamment du travail de reproduction sociale : entre le Nord et le Sud2, entre les sexes et entre le public et le privé. Dans un deuxième temps, Liane Mozère analyse, dans son article sur le chômage des assistantes maternelles d'origine étrangère à La Courneuve, les complexes rapports de chacune à sa langue maternelle et à la langue française. Elle éclaire ainsi les peurs et les non-dits de ce qui se joue concrètement, quotidiennement, autour des soins aux jeunes enfants, « lieu saint » de la transmission linguistique et culturelle. La troisième contribution, de Stéphanie Condon, retrace l'histoire de la migration antillaise en France depuis les années cinquante et plus précisément des politiques migratoires de l'État envers les Français-e-s d'Outre-mer. Elle montre notamment comment l'État a tenté d'assigner d'office les femmes Antillaises au travail domestique salarié et aux emplois subalternes de la fonction publique, mais aussi les motivations de ces femmes pour venir en Métropole et comment elles ont su retourner ces politiques en vue d'atteindre leurs propres objectifs professionnels et personnels.

4Dans un troisième temps, gros plan sur une perspective plus intérieure, plus quotidienne, plus personnelle, de la migration. Trois auteures abordent les effets de génération dans l'immigration maghrébine en France — marquée par l'histoire de la colonisation française puis de la guerre de décolonisation, et empreinte de violences extrêmes et de profonds tabous. Fabienne Rio se penche d'abord sur la manière dont se ressentent et s'auto-désignent un certain nombre de « Franco-Algériennes ». Cette contribution illustre la complexité du sentiment d'appartenance à une nationalité et/ou à une culture, pour des femmes qui se trouvent placées dans une situation à la fois conflictuelle et relativement ouverte. L'auteure montre également comment le racisme et les évolutions du modèle français d'intégration viennent compliquer et en partie contraindre leur positionnement. Sabah Chaïb pose la même question sous un angle différent : le conflit de valeurs entre la génération des parents et celle des enfants et/ou de la société française, qui éclate lors des tentatives de retour au pays d'origine. À travers l'exemple de trois familles, dont les parents pensent le retour notamment autour du « bien » des filles, Sabah Chaïb décortique l'incompréhension qui règne à propos de la notion de « discrimination » des filles et sa manipulation médiatique. Pour finir, Noria Boukhobza jette un regard ethnologique sur une équipe de basket-ball toulousaine entièrement composée de femmes d'origine maghrébine. Elle interroge avec beaucoup de courage sa position de chercheuse intérieure-extérieure à son « objet » et analyse très subtilement son inclusion dans les catégories « générationnelles » et hiérarchiques que ces femmes (r)établissent entre elles autour du statut marital de chacune.

5Nous terminons ce recueil par un zoom arrière, avec une série de regards « distanciés » qui portent sur la littérature et la recherche. Dans une vaste fresque de l'univers romanesque qui remonte aux premières expéditions coloniales, Claude Liauzu évoque le tabou du mariage mixte de part et d'autre de la Méditerranée. Il souligne les méfiances et les interdits qui pèsent sur ce « métissage » tout à la fois « romantique » et violent, et surtout hautement symbolique, quoi qu’il ne concerne en réalité que très peu de personnes. Après lui, Maïr Verthuy propose un parcours dans la littérature écrite par des femmes à propos de l'enfance immigrée. Elle nous fait découvrir ainsi différents regards sur l'intégration, tout particulièrement à travers l'école républicaine française. Dans une perspective linguistique d'une grande pertinence, Gabrielle Varro nous conduit ensuite à nous interroger sur les termes employés dans diverses études pour désigner les « femmes immigrées ». Elle montre comment ce vocabulaire a évolué au cours des années et des migrations, et selon le point de vue de qui mène la recherche. Elle souligne également qu'il convient que dans le champ scientifique, soit trouvé et utilisé un vocabulaire qui évite de pérenniser le statut forcément transitoire de la migration — soit qu'elle ne constitue qu'une parenthèse, soit qu'elle débouche une véritable installation. Enfin, Claude Zaidman mène une réflexion épistémologique sur l'apparition de « nouvelles variables » en sciences sociales. En l'occurrence, à travers l'exemple de la sociologie de l'éducation, elle analyse l'émergence des variables « sexe » et « origine culturelle » dans la recherche, les parallélismes et les différences qui existent entre elles et leurs vicissitudes.

6Pour clore ce numéro, nous présentons deux interviews. Un entretien de Catherine Quiminal avec Madjiguène Cissé qui fût au cœur des luttes des sans-papiers, le témoignage d’Anne Golub, actrice et témoin de premier plan du travail du FAS, où elle a longtemps dirigé le secteur Études. Son regard décapant éclaire d'un jour nouveau les rouages quotidiens et les interstices de perturbation des institutions et des personnes directement impliquées dans la « gestion » de la migration, des interlocutrices directes des femmes migrantes. Avec ces deux témoins engagés dans des formes d’action bien différentes, nous terminons par un hommage aux femmes en migration, que leur situation place — en position défavorable — devant de lourdes responsabilités, et qui relèvent pourtant l'énorme défi de construire des sociétés et des cultures nouvelles.

Haut de page

Notes

1 Ceci, alors même que dans de nombreux cas, tant dans le pays d'origine que dans le pays d'accueil, les femmes ne jouissent pas d'un statut autonome.

2  Les migrations Est-Ouest de femmes, en plein développement, mériteraient également, bien sûr, une réflexion approfondie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jules Falquet, « Introduction », Les cahiers du CEDREF, 8-9 | 2000, 9-13.

Référence électronique

Jules Falquet, « Introduction », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://cedref.revues.org/177

Haut de page

Auteur

Jules Falquet

Sociologue, CEDREF Université, Paris 7 – Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org