Navigation – Plan du site

Avant-propos

Louise Bruit Zaidman et Dominique Fougeyrollas-Schwebel

Texte intégral

1Ce livre a été conçu par Claude Zaidman. La maladie l’a empêchée de le mener à terme, c’est son projet que nous avons repris, mais c’est elle qui parle au long de ces pages.

  • 1  Nous n’avons pas repris les textes publiés dans les Cahiers du CEDREF, toujours aisément accessibl (...)

2Elle se proposait depuis plusieurs années de publier son mémoire d’habilitation accompagné d’un certain nombre de textes prononcés à l’occasion de communications et publiés dans diverses revues ou livres. Ils illustrent sa démarche et accompagnent la progression de son exposé comme l’indiquent1 les notes du texte du Mémoire.

3Le projet de Claude était, au-delà de ce qui avait été dans un premier temps un exercice universitaire, de transmettre « une trajectoire de recherche »… « resituée dans l’histoire d’un champ intellectuel ». De la sociologie de l’éducation à une sociologie du genre, Claude définissait son parcours et son apport personnel à la recherche, comme « la mise en avant de la mixité, mixité scolaire et, plus largement, mixité sociale comme objet d’étude sociologique pour travailler à une sociologie du genre ».

4Ce propos prend tout son sens si on considère « l’ego-histoire » ébauchée dans la première partie du mémoire comme le projet de situer dans son contexte la « génération politique » à laquelle Claude avait appartenu, composée des garçons et des filles nés pendant la Deuxième Guerre mondiale et acteurs et actrices de mai 1968 et du MLF. Il s’agissait de montrer comment les jeunes intellectuels de cette génération avaient mené de pair « sociologie et militance », associant étroitement rapport au savoir et rapport au politique.

  • 2  Cf. sa thèse : Le mouvement lycéen en mai 1968, présentée à la Sorbonne en 1978 sous la direction (...)

5C’est là le point de départ d’une « aventure personnelle et professionnelle » dont le récit conduit Claude de l’observation et de l’analyse du Mouvement des lycéens et lycéennes en 19682 à une réflexion plus large sur la socialisation dans le cadre de l’éducation, puis à l’analyse des rapports sociaux de sexe, enfin à des recherches centrées sur « la mixité comme mode de gestion de la différence des sexes dans les sociétés démocratiques ».

6Ce parcours s’inscrit, à partir de 1985, dans le contexte du CEDREF, fondé cette année-là et dont elle a assuré la responsabilité. C’est dans le cadre de ce groupe de recherche pluridisciplinaire de l’Université Paris Diderot – Paris 7 que s’est développé un travail collectif auquel Claude a donné le meilleur de son temps, partagé avec son travail d’enseignante. Les dernières pages de sa présentation ouvrent des perspectives de recherche neuves sur les rapports entre objets différents dont il s’agit de mettre en évidence les corrélations. Ainsi proposait-elle de se « situer à l’interface entre les théories de la socialisation et la sociologie du genre, en étudiant les rapports réciproques de ces deux champs de recherche ». Elle ajoutait : « L’étude de la socialisation différenciée des sexes permet de parcourir un ensemble de travaux inscrits dans des domaines et des spécialisations différentes : de la petite enfance à la vie professionnelle, des techniques du corps à la construction des catégories cognitives, des pratiques de la vie quotidienne à l’exercice de la citoyenneté. Mais ce travail est loin d’être achevé et reste pour moi un cadre général ».

7D’autres en effet poursuivront, poursuivent déjà ce travail. Nous souhaitons que ce livre soit le témoignage d’un itinéraire et d’une étape dans un travail collectif auquel Claude a consacré son activité aussi longtemps que ses forces le lui ont permis.

8Nous remercions Prisca Bachelet, Marlaine Cacouault, Ginette Le Lemaître, coauteures ; F. Aubert ; N. Aubert, E. Enriquez, V. de Gau-lejac ; C. Bard ; M. de Manassein en tant que coordinateurs de publication, les responsables des revues Enfances et Psy, L’Homme et la société, Travail (Revue de l’association d’enquêtes et de recherches sur l’organisation du travail), Les Cahiers du LABRAPS et des éditions Desclée de Brouwer, de l’Harmattan, Éditions Noir sur Blanc, éditions Côté-femmes qui ont autorisé la réédition des textes rassemblés dans la deuxième partie du volume. Cet ouvrage n’aurait pas été possible sans les encouragments d’Anna Zaidman Rémy qui a vivement souhaité sa réalisation.

Haut de page

Notes

1  Nous n’avons pas repris les textes publiés dans les Cahiers du CEDREF, toujours aisément accessibles, ni ceux qui figurent dans l’ouvrage co-dirigé par Claudine Baudoux et Claude Zaidman : Égalité entre les sexes. Mixité et démocratie, L’Harmattan, Paris, 1992.

2  Cf. sa thèse : Le mouvement lycéen en mai 1968, présentée à la Sorbonne en 1978 sous la direction de Viviane Isambert-Jamati.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bruit Zaidman et Dominique Fougeyrollas-Schwebel, « Avant-propos », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cedref.revues.org/160

Haut de page

Auteurs

Louise Bruit Zaidman

Dominique Fougeyrollas-Schwebel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org