Navigation – Plan du site

Entre « elles » et « nous » : phénomène prostitutionnel et logiques de distinction/déterritorialisation à la Jonquera

Sophie Avarguez et Aude Harlé

Texte intégral

1La Jonquera, première ville sur la frontière franco-espagnole, comptait 3094 habitants au 31 décembre 2010, pour une superficie de 56,90 km² (cf. carte en annexe). Elle est connue côté nord, dans le département des Pyrénées-Orientales, pour son activité commerciale dense au même titre que la ville du Perthus — ville séparée en deux parties, française et espagnole ou plutôt catalane puisqu’elle dépend de la comarque de Gérone. La Jonquera se distingue de la ville du Perthus par la présence sur son territoire d’une activité prostitutionnelle importante, que ce soit de rue ou en club. Le découpage de la ville, intériorisé par les personnes interviewées, structure leurs rapports aux lieux et aux autres et détermine pour partie leurs « pratiques des lieux » (Stock, 2004). C’est l’entrée par le territoire en tant que construction sociale, c’est-à-dire environnement à la fois physique — économiquement, politiquement et socialement aménagé — et vécu que nous avons choisi d’explorer.

  • 1  L’activité prostitutionnelle se déroule d’une part dans des établissements nommés puticlubs, d’aut (...)

2Le paysage urbain et la localisation de cette ville frontalière contribuent à lui assigner une identité particulière, celle de ville transit caractérisée par un passage permanent et des flux importants. Les observations tendent à montrer qu’il s’agit bien d’un pôle de circulation des biens et des personnes, mais derrière cette façade de « non-lieu » (Augé, 1992) relégué en périphérie se cache un espace historique avec des lieux de sociabilité. Il s’agit donc d’un haut lieu de consommation et d’une aire géographique propice au développement de l’activité prostitutionnelle1. Ce territoire, comme l’ensemble des territoires, n’échappe pas à l’emprise du pouvoir des rapports sociaux de sexe (Goffman, 2002). Ici comme ailleurs « les pratiques spatiales de sexe » et les « espaces sexués » (Coutras, 1987 ; 1996) structurent d’une part le territoire, d’autre part le vécu, les pratiques et les représentations des personnes vivant sur cet espace.

  • 2  Nous utilisons ici le mot « client » au masculin et celui de « prostituée » au féminin : sur ce te (...)

3Gail Pheterson (2001) et Isabelle Clair (2012) ont montré dans leurs travaux que la figure de la prostituée participe à la socialisation des femmes, par une injonction permanente à se distinguer du stigmate de la putain. Cela conduit pour les femmes à la « normalisation » de leurs comportements et déplacements au quotidien dans l’espace public. Sur le territoire de la Jonquera, ces logiques de distinction prennent des formes paroxystiques, la figure de la putain étant ici incarnée par la présence en grand nombre des prostituées en clubs et de rue. Aussi, l’aire géographique de la Jonquera fait office de miroir grossissant pour rendre compte des incidences de l’activité prostitutionnelle sur le vécu des  habitantes de la ville. Il s’agira ainsi d’analyser ce qui se joue à la périphérie du phénomène prostitutionnel, c’est-à-dire en dehors de la relation client-prostituée2, et de mettre au jour ce qui est le plus souvent tu et occulté dans les pratiques de la vie quotidienne des habitantes de la ville de la Jonquera, ce qui fait partie de leur routine, d’un allant de soi dont elles ne font plus vraiment cas.

  • 3  Il convient donc de garder en mémoire que les analyses qui suivent sont faites sur la base des dis (...)

4D’un point de vue méthodologique, c’est l’approche compréhensive qui a été privilégiée. Les personnes interviewées (hommes et femmes, dans la tranche d’âge 15-65 ans et appartenant à diverses catégories socio-professionnelles) vivent ou travaillent toutes sur la commune de la Jonquera. Certaines sont concernées à titre professionnel (dans le champ commercial, médico-social et de la sécurité, etc.) ou politique (des élu(e)s de la municipalité, notamment l’ancien maire et l’actuelle mairesse). Ces catégories socio-professionnelles mettent en évidence une spécificité de la population étudiée : la majorité des personnes interviewées sont issues de familles implantées en Catalogne et à la Jonquera depuis plusieurs générations, se définissant elles-mêmes comme autochtones : des « habitants de toute la vie », pour reprendre leur expression. À travers le guide de ces entretiens, peu directifs, il s’est agi de saisir un discours sur l’évolution de la ville de la Jonquera, en situant les changements dans une histoire traversant plusieurs générations3 et d’aborder le vécu au quotidien dans leur ville ; ainsi le phénomène prostitutionnel a été rapidement évoqué par nos interviewé(e)s. Ces entretiens ont été complétés par des observations de type ethnographique (par observations directes) sur le territoire de la Jonquera afin de saisir les usages, les mobilités, les échanges et les rapports sociaux qui s’y trament. Dans cette optique, les ethnographies ont porté à la fois sur le centre-ville, la périphérie (zone industrielle et commerciale) et les routes nationales. À travers ces données recueillies sur le terrain, il s’agit d’analyser et d’articuler d’une part les dimensions matérielles et structurelles d’une zone marquée par les effets-frontières, d’autre part le vécu sur ce territoire, tout particulièrement celui des habitantes.

5Nous tenterons dans cet article de faire le lien entre genre et espace en montrant en quoi l’étude des incidences de l’activité prostitutionnelle sur les habitantes de ce territoire frontalier met en relief des rapports de pouvoir multidimensionnels exacerbés. Dans une certaine mesure, les divers rapports de pouvoir se reconfigurent pour réaffirmer une frontière entre les filles « bien » (les habitantes), et les étranger(e)s (soit clients, soit prostituées). Sur une frontière nationale que les politiques européennes ont érodée, se réaffirme une frontière plus symbolique entre le « eux » et le « nous ». Nous présenterons dans un premier temps les mutations du territoire sur lequel cette étude a été effectuée et les caractéristiques du phénomène prostitutionnel qui s’y déploie. Dans un second temps, afin d’interroger les rapports de genre et les structures spatiales, en d’autres termes, de montrer dans quelle mesure l’effet frontière met en exergue un espace socialement sexué, nous nous appuierons sur ce que nous avons choisi de nommer le vécu périphérique de l’activité prostitutionnelle de l’autre côté de la frontière par les habitantes de ce territoire.

Effets-frontières et évolution des activités commerciales : des hypermercats aux puticlubs

De l’activité douanière à l’activité commerciale

6Le sceau de l’histoire marque la spécificité et l’originalité des territoires frontaliers. La frontière franco-espagnole est une des plus anciennes frontières européennes entre deux États. En France, la centralisation est l’élément structurant du système infra-étatique. L’Espagne a conféré des compétences très étendues à ses 17 régions autonomes dont la Catalogne.

  • 4  Groupe Frontière, Christiane Arbaret-Schulz, Antoine Beyer, Jean-Luc Piermay, Bernard Reitel, Cath (...)
  • 5  Ibid.

7L’économie locale s’est toujours construite sur l’effet-frontière et plus précisément sur les spécificités d’une zone frontalière, zone de l’entre-deux marquée par les limites de souveraineté nationale et par des flux importants de personnes et de biens. La frontière est classiquement définie comme « la limite de souveraineté et de compétence territoriale d’un État4 » que le mouvement de désactivation des frontières à l’échelle européenne a contribué à diluer. Aussi, il convient plutôt de considérer la frontière comme « une limite politique signifiante d’un territoire5».

8Le point de basculement entre un « avant » et un « après » (l’avant étant doté dans les discours d’une charge positive et l’après d’une charge négative) est la levée de la frontière, initiée en 1992, qui marque une véritable mutation de la fonction de frontière dans le contexte de la construction européenne. Il faut cependant souligner, comme le précise Alain Tarrius dans ses travaux (2010, p. 115), que « le basculement d’une partie des activités commerciales sur la partie basse de la Jonquera s’est effectué de manière continue depuis 1975 avec l’arrivée de l’autoroute qui a détourné une grande partie du trafic qui traversait le Perthus ». La mise en œuvre du tronçon Figueres-la Jonquera de l’autoroute A7 s’accompagne du développement des structures d’hôtellerie restauration et des commerces qui s’implantent d’abord à l’entrée du village, attirant une clientèle roussillonnaise grâce à un accès routier facilité.

9Avant 1992, la présence des postes douaniers marquait la discontinuité entre ces deux territoires. La mutation s’est faite à deux niveaux : d’abord d’un point de vue géographique avec un remaniement de l’espace, ensuite d’un point de vue économique et social, dans la mesure où les activités douanières et transitaires reposaient sur des normes et réglementations différentes qui ont été uniformisées. C’est sur cette activité de transferts de biens et des formalités qui en découlaient que l’économie locale de la Jonquera s’était pourtant construite, pendant de nombreuses années, faisant transparaître dans les entretiens la nostalgie d’un âge d’or et d’une époque faste.

10Le changement d’une des fonctions premières de la frontière s’est accompagné d’une crise du secteur douanier, de la disparition de l’ensemble des activités de douane et d’une baisse de l’activité des transitaires. L’ouverture de la frontière, avec l’échéance du 1er janvier 1993, a donc eu des répercussions directes sur les emplois puisqu’environ 800 personnes du village travaillant dans ce secteur se sont retrouvées au chômage. Cette perte des emplois au niveau local (qui plus est d’emplois bien rémunérés qui s’exerçaient dans des conditions de travail satisfaisantes) a posé de manière forte la nécessité d’amorcer une reconversion économique dans le souci de préserver le vivre-ensemble et d’éviter l’exode des habitants de la ville. La préoccupation première fut alors de parvenir à redonner des emplois à celles et ceux qui les avaient perdus. Le choix opéré par les pouvoirs publics, essentiellement par la municipalité de la Jonquera, suivie par le gouvernement de Catalogne puis l’État espagnol, a été de miser une nouvelle fois sur l’effet frontière et sur la situation géographique de la Jonquera.

  • 6  Sur le site internet « lesroutiers.com » on apprend notamment que 10.000 camions transitent chaque (...)

11Malgré la disparition de la frontière, les différentiels de prix entre Catalogne Nord et Catalogne Sud et plus largement entre la France et la Catalogne Sud demeuraient tout autant que les flux de transports6. C’est à partir de ce moment que le choix a été fait de se tourner d’une part vers les activités commerciales à destination des frontaliers et des Français (biens de consommation courante), d’autre part vers les activités services à destination des camionneurs via l’aménagement d’aires de services spécialisées, ces deux activités étant pourvoyeuses de nombreux emplois.

12Ce développement économique exclusivement axé sur les activités commerciales et de services s’est traduit à la fois par une absorption du chômage et par une augmentation des emplois à pourvoir localement : les discours recueillis laissent entendre qu’à la Jonquera trouver un emploi (dans ce secteur) n’est pas problématique, avec en filigrane l’idée qu’il y a localement du travail pour tous. Il faut cependant souligner que ce développement économique s’est aussi fait au détriment de la qualité des emplois : emplois peu qualifiés, précaires (le plus souvent des contrats temporaires) et mal rémunérés, aux conditions de travail particulièrement difficiles (horaires de présence en fonction des pics d’activité, ouverture des commerces les dimanches et les jours fériés).

13On note que les activités économiques n’ont été et ne sont pensées par les habitants, les politiques, les décideurs qu’en lien avec la frontière : tout se passe comme si la situation géographique porteuse à un moment donné d’une alternative (glissement de l’activité douanière vers l’activité commerciale et de service) fermait du même coup la voie au développement de nouvelles activités, de nouveaux secteurs qui ne s’appuieraient pas, pour émerger, sur la spécificité frontalière de cette zone. Aussi, nombreux sont ceux qui déplorent l’absence de réflexion sur des projets d’avenir porteurs pour la ville, en dehors du champ du développement marchand, dont les effets directs sont loin de faire l’unanimité. Dans les discours recueillis, c’est d’abord l’augmentation de l’immigration qui est soulignée, puis le développement massif de la prostitution et enfin l’appauvrissement des populations (du fait de l’émergence d’emplois non qualifiés et donc de « travailleurs pauvres »).

Prostitution périphérique et nouvelles frontières

  • 7  Du point vue des habitants de ce territoire, les clients tout comme les prostituées sont très majo (...)
  • 8  Les Français frontaliers apparaissent comme les principaux clients. Pour paraphraser le titre d’un (...)

14La prostitution de masse, que ce soit de rue ou en club, est apparue dans les échanges avec nos interlocuteurs et nos interlocutrices comme un changement parmi les autres, le plus souvent rapporté à la levée de la frontière en 1992, au développement des activités de services et à la montée de l’immigration, essentiellement extracommunautaire (Maghreb, Afrique subsaharienne, Amérique latine) et d’Europe de l’Est. Coexistent sur ce territoire deux types d’activité prostitutionnelle : la prostitution de rue et la prostitution en club. Elles concernent dans la grande majorité des femmes migrantes7 (roumaines, bulgares, nigérianes, etc.) plutôt jeunes (tranche d’âge 18-30 ans) et les clients sont, sur cette zone, majoritairement français (80 à 90% de la clientèle8). Tout se passe comme si prostitution de rue et prostitution en club appartenaient à des mondes distincts : les enjeux à l’échelle microsociologique et macrosociologique (à savoir, des interactions singulières au niveau sociétal) n’étant pas les mêmes, les prises de positions à leur égard au niveau politique sont donc radicalement différentes. Il y aurait d’un côté la prostitution de rue et de l’autre la prostitution en club. C’est sur la dichotomie « visible versus invisible » que les principales distinctions reposent.

  • 9  Cependant, l’affaire du Dallas relayée médiatiquement le 21 février 2013 des deux côtés de la fron (...)

15Lorsque la thématique de la prostitution de rue a été abordée au cours des entretiens auprès des habitant(e)s, c’est d’abord l’image qu’elle véhicule qui a été mise en avant : elle est non seulement visible mais préoccupante. Toutes les personnes interviewées font état d’une prostitution de rue qui ces dernières années, et ce malgré l’ouverture du Paradise en 2010, semble en continuelle augmentation. La prostitution de rue est dans les discours des habitant(e)s davantage associée à une prostitution forcée (par opposition à la prostitution indépendante qui serait davantage représentée dans les clubs9).  

Llucia (45 ans, policière) : De positif, rien. Dans la prostitution de rue, il n’y a rien de positif, que du négatif. C’est pas hygiénique, c’est pas sécurisant, esthétiquement c’est pas joli. Il n’y a aucun avantage, que des inconvénients. Moi je préfère que ça se fasse dans les clubs parce que c’est plus sécure (es mas seguras). S’il se passe quelque chose, il y a une surveillance, un contrôle privé : on ne peut pas les frapper, les menacer, leur faire du mal. Celles de la rue, elles sont exposées à tout ça, aux ivrognes, à tout. Dans les clubs, il y a la sécurité, si une personne est ivre, ils la sortent. Dans un club, ça leur coûte 40 ou 50 € parce que tu dois payer au patron du local le loyer de la chambre. Mais il y a de l’hygiène : un lavabo, tu peux te laver. Dans la rue, c’est pas hygiénique… et ça apporte des maladies. Et puis au niveau esthétique… n’importe quelle municipalité qui a, à l’entrée, des prostituées, ça donne une mauvaise image…

Joan (54 ans, pompier à la retraite) : Oui. Pour les prostituées de la rue c’est un problème humanitaire car elles sont obligées de faire cette activité. Elles ont leur proxénète, la personne qui les contrôle, qui les dépose avec la voiture à 9 heures le matin et les reprend le soir. Après ils mettent une autre personne pour la nuit. C’est une activité qu’il faut légiférer et on doit l’interdire. Et pour l’image de la ville, de la route, tout ça c’est pas… la propreté, la santé, tout ça c’est pas…

Blanca (38 ans, commerçante) :La prostitution, ça a toujours existé. Je crois que c’est une chose nécessaire parce que sinon après, je pense que les agressions et les viols vont augmenter (…) Il faut qu’elles existent parce qu’il y a des hommes, s’il n’y en avait pas peut-être qu’il y aurait plus de viols ou de mauvais traitements pour lafemme ou plus de choses comme ça. (…) Si, claro (bien sûr) peut-être un homme il veut… il veut aller avec sa femme et sa femme lui dit « non, non, non, non ». Il y a des hommes qu’il faut qu’ils aillent là. Peut-être s’il y avait pas ça, ils vont forcer leurs femmes et après il y a des violences et tout ça, non. Alors… Je crois que c’est une chose indispensable…

16Ainsi, la prostitution de rue est considérée par nos interlocuteurs et nos interlocutrices comme indésirable, gênante et comme un problème que les pouvoirs publics se doivent d’éradiquer. Les travaux d’Alain Corbin (1982) montrent comment dès le dix-neuvième siècle, les prostituées constituent à elles seules une catégorie d’indésirables : il s’agit de femmes non vertueuses qui se construisent non seulement en opposition avec l’ordre social établi mais également en opposition à la femme dite respectable. La prostitution de rue, parce qu’elle est majoritairement perçue par les habitant-e-s comme négative (sans hygiène, sans sécurité, sans consentement), participe à la mise en valeur de la prostitution en club. Par effet de miroir, la dépréciation de la prostitution de rue alimente la valorisation de la prostitution en club et participe pleinement à sa légitimation. Cette dernière, décrite par son contraire (avec hygiène, avec sécurité, avec consentement, etc.), est considérée comme légitime puisque « choisie », attestant du même coup le fait que dans nos sociétés cette forme de prostitution serait indispensable.

  • 10  C’est l’établissement lui-même qui fait apparaître dans ses différents supports publicitaires ce q (...)

17La commune de la Jonquera compte deux clubs de prostitution. Un petit club discret, Le Désiré, construit au début des années 1980 et qualifié de « familial » dans les discours recueillis, dont le nombre de prostituées oscille entre 10 et 20 (nous en avons observé une petite dizaine lorsque nous nous y sommes rendues le 27 mai 2011) et le Paradise, ouvert en octobre 2010 qui se targue d’être « le plus grand bordel d’Europe10 » et se trouve dans la zone commerciale, sur une route perpendiculaire à l’axe principal, route relativement fréquentée du fait de la présence aux alentours d’un hangar pour les poids lourds, de stations d’essence, du Bingo, de restaurants, de sex-shops, etc.

18Les représentations de la prostitution en club se construisent en réaction aux représentations évoquées précédemment sur la prostitution de rue. Ainsi, on constate une tendance (des médias, des habitant(e)s, des clients) à considérer la prostitution en club comme une prostitution majoritairement libre, volontaire et indépendante (même si une allusion au proxénétisme indirect ressort parfois au cours des entretiens) qui s’exercerait dans de bonnes conditions sanitaires (alors qu’au cours de cette enquête nous ne sommes ni parvenues à accéder aux modalités de ce suivi médical, ni à savoir qui en avait la charge). Les prostituées ne prendraient pas de risque tant dans les pratiques sexuelles (puisqu’il est entendu que l’usage du préservatif est « strictement obligatoire ») que dans leurs rapports aux clients puisqu’un dispositif de sécurité est mis en place. Dans le « c’est mieux » maintes fois entendu dans les entretiens, les personnes interviewées soulignent également que ces femmes sont plus « soignées », plus « belles » que celles qui se prostituent sur les routes et qu’au sein des clubs la transaction sexuelle peut s’effectuer dans de bonnes conditions (présence de sanitaires, d’un lit, etc.) c’est-à-dire, pour reprendre les qualificatifs employés dans les entretiens, au sein d’un « lieu agréable et confortable ».

  • 11  Cf. l’article du journal L’Indépendant du 21 février 2013 : http: //www. lindependant.fr /2013 / 0 (...)

19Au-delà de tout cela, le principal argument en faveur de la prostitution en club est son invisibilité. Même si les clubs sont facilement repérables, ils n’offrent qu’une façade ; l’activité prostitutionnelle se déroule donc à l’abri des regards et suppose, pour être vue, une démarche : il faut s’y rendre, payer sa place et adopter le rôle du client, alors que dans la rue, les rôles sont mêlés avec la présence d’acteurs de la prostitution et de spectateurs (de personnes qui n’ont rien à voir avec le phénomène prostitutionnel mais en sont les témoins passifs). Dans les clubs, seuls les acteurs de l’activité prostitutionnelle sont présents. Ainsi, la prostitution en club est évoquée dans les discours mais elle ne fait pas l’objet de critiques virulentes dans la mesure où elle se déroule à l’abri des regards, dans l’espace privé des puticlubs. Les clubs offrent ainsi une image lisse et euphémisée de la prostitution ; c’est le caractère festif qui est mis en avant autour d’une prostitution indépendante. Si la dichotomie est très marquée dans les discours et les représentations, elle est néanmoins à nuancer dans les faits puisque, nous l’avons mentionné, un réseau de traite des femmes a été démantelé au Dallas11.

20L’activité prostitutionnelle apparaît comme un service formaté sur la demande française (les habitants de la Jonquera et des environs ne fréquentent pas ces clubs-là ou les prostituées de la route), à bas prix (les clients mettent l’accent sur les tarifs attractifs au regard des « prestations » en France ou dans les autres pays d’Europe) et sur un mode discount (les hypermarchés caractérisés par les piles de produits, toujours plus achalandés, trouvent leur équivalent dans les puticlubs, hypermarchés du sexe autours desquels gravitent une économie formelle et informelle). Tout est fait pour développer l’offre et la demande : « créer de nouveaux besoins, conquérir de nouvelles gammes de clients est possible à deux conditions : afficher une image ludique, récréative et moderne et offrir des garanties sur le plan de l’hygiène et de la santé » (Legardinier et Bouamama, 2006). Pour attirer et diversifier la clientèle potentielle, les puticlubs mettent en place des stratégies publicitaires à destination des Français, plus particulièrement des Catalans du Nord. Les supports sont variés : publicités dans les journaux d’informations sur les lieux festifs locaux, panneaux sur les routes départementales, voitures « balais » type limousine à l’effigie des clubs, annonces sur les antennes radio, distribution de tracts à l’entrée et à la sortie des matchs de rugby, etc. Les publicités ciblent, à travers l’organisation de soirées à thème dans leurs établissements, des groupes d’appartenance ou des publics spécifiques (« soirée rugby », « soirée VIP », « hawaiian party », « hot shot party », etc.) ; les clubs organisent également des soirées avec tombola, des soirées « enterrement de vie de garçon », des « menus » tout compris (dîner avec strip-tease, etc.) et proposent des « services » annexes : spa, jacuzzi et limousine pour certains clubs, restauration rapide halal pour un autre, etc. Tout est fait pour créer des ambiances spécifiques, attirer et fidéliser les groupes de consommateurs. Dans cette industrialisation de l’activité prostitutionnelle, on note que les supports publicitaires et l’architecture des clubs s’inscrivent dans des références esthétiques à Las Vegas (palmiers artificiels, enseignes lumineuses couleurs rose et doré) dessinant ainsi un univers qui se veut « branché » et « glamour ». Le choix des noms des clubs va dans ce sens (Dallas, Paradise, Moonight…), de même que les activités qui s’y déploient (show-girls, erotic show, sweet fantasy topless, gogo’s performance). Le caractère hygiéniste est aussi mis en avant : kit d’hygiène, nettoyage de la chambre après chaque passe, suivi médical des prostituées… Enfin, les clubs misent autant sur la « diversité » (physique et/ou ethnique) que sur l’« abondance » des « filles » : la superficie de l’établissement et la capacité d’accueil des prostituées sont des arguments de vente comme pour le Paradise qui compte plus de 200 prostituées et 80 chambres pour une superficie de 2700 m2.

21Le phénomène de marchandisation à outrance (avec une économie qui, rappelons-le, s’est sur ce territoire exclusivement construite sur l’activité commerciale et de service) s’étend ainsi à la prostitution. Les femmes prostituées sont présentées, à travers les discours recueillis, comme « un produit » supplémentaire à destination des frontaliers.

Incidences périphériques : quel vécu de l’activité prostitutionnelle pour les habitantes de ce territoire ?

Un découpage de la ville qui structure la pratique des lieux

22Nous nous sommes employées à ne pas dissocier ce qui relève de l’aménagement de l’espace et ce qui relève des acteurs, de leurs logiques et de leurs représentations. Comme le précise Romain Lajarge (2000, pp. 79-100) « le territoire n’est pas un objet neutre décidé dans l’abstraction et déconnecté du réel. Il est avant tout bricolé par les acteurs en fonction d’un grand nombre de paramètres en permanente mutation ».

23Comme nous l’avons évoqué, la ville est découpée en trois zones. Schématiquement, le centre-ville se distingue donc des deux autres zones du fait de la fonction première qui lui est assignée : il est le lieu de l’entre-soi, du « nous » (le champ sémantique « calme », « paisible », etc., revient dans les entretiens) tandis que les zones commerciales sont le lieu d’une forte concentration où règnent la diversité, l’agitation et le passage permanent. Ces zones sont dédiées aux « autres », c’est-à-dire aux personnes considérées comme extérieures voire étrangères à la ville. C’est le cas des touristes mais aussi des protagonistes de l’activité prostitutionnelle et des activités illicites.

  • 12  Marc Augé fait la distinction entre modernité et surmodernité, précisant notamment : « si les non- (...)
  • 13 Ibid., p.100.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p.139.

24Aussi, les zones commerciales que sont l’ancienne douane, le Polygone et le Mas Morato s’apparentent à ce que Marc Augé (1992) nomme « non-lieux », dont l’émergence résulte du processus de surmodernité12 à l’œuvre dans nos sociétés. Il définit les non-lieux par opposition au sens socio-anthropologique d’un lieu classique : « si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel et historique, un espace qui ne peut se définir ni comme identitaire, ni comme historique définira un non-lieu13 ». Ainsi, les zones commerciales de la Jonquera, reléguées à la périphérie, qui brassent des individus-consommateurs en privilégiant l’anonymat, renvoient bien à la description « d’un monde ainsi promis à l’individualité solitaire, au passage, au provisoire et à l’éphémère14 » : « c’est à la façon d’une immense parenthèse que les non-lieux accueillent des individus chaque jour plus nombreux15 ». Et effectivement, les habitants de la Jonquera considèrent, d’un point de vue spatial, cette zone comme une zone à part, comme une parenthèse à la marge du centre-ville.

25En résultent différentes appropriations du territoire et tous les entretiens convergent vers le même constat : le centre-ville demeure un lieu que l’on s’efforce de préserver. Effectivement, les observations menées tendent à montrer que l’activité prostitutionnelle ne s’y déploie pas. Cette dernière est reléguée en périphérie de la ville, comme s’il existait un accord tacite (puisqu’il n’existe pas d’ordonnance municipale interdisant la prostitution dans le centre-ville) entre le « nous » et les « autres ».

  • 16  Dans les discours recueillis, le terme « sombre » fait référence à l’origine ethnique tandis que l (...)

26Si l’activité prostitutionnelle en tant que telle est absente du centre-ville, sa présence en périphérie proche contribue à créer une atmosphère où elle reste latente quoique masquée. D’abord, du fait de la fréquentation d’hommes, le plus souvent en groupes, qui en attendant l’ouverture des clubs déambulent dans la rue Carrer Major ou sont attablés à la terrasse de cafés. La prostitution hétérosexuelle, à destination exclusive des hommes, bien que reléguée dans la zone commerciale, renforce ainsi la sensation de ségrégation spatiale dans l’espace public. Ce qui entre ici en ligne de compte c’est non seulement l’effet-groupe mais aussi le motif de leur passage : la fréquentation des puticlubs. Cela explique potentiellement le mal-être que les femmes interrogées décrivent lorsqu’elles évoquent les effets indirects du phénomène prostitutionnel sur leur quotidien. Ensuite, parce que les prostituées arpentent elles aussi les rues du centre-ville, soit pour se rendre sur leur lieu de travail (les clubs ou la rue), soit pour retourner à leur domicile, soit pour les activités quotidiennes (faire ses courses, se promener, boire un verre). Quoi qu’il en soit, dans l’espace circonscrit et restreint du centre-ville, elles n’endossent pas leur rôle de prostituée. Pour autant, l’étiquette qui leur est accolée perdure dans la mesure où elles sont marquées par les stigmates de l’activité prostitutionnelle : elles ne peuvent passer inaperçues parmi les habitant(e)s, elles ne sont donc pas considérées comme des femmes « normales » mais plutôt comme des prostituées dans le temps de leur vie hors travail. Les stigmates dont elles sont porteuses se construisent sur l’impudicité qui déshonore les femmes. Pour reprendre les propos de Gail Pheterson (2001), « dans chaque dimension du déshonneur, les prostituées réapparaissent sous le prototype de la putain. Elles sont perçues comme la personnification des rapports sexuels (adultères), de la race (sombre), de l’argent (sale), des sévices (mérités), de la maladie (sexuellement transmissible) et du savoir (tabou)  » (p. 128). Ces stigmates, mis en mots par les habitant(e)s, renvoient essentiellement à l’aspect physique et à leur image : elles sont étrangères, plutôt jeunes, elles ont la peau sombre et/ou brûlée par le soleil16 et on remarque souvent la présence de tatouages sur les parties visibles de leur corps, elles portent des tenues vestimentaires « sexy » ou « voyantes » et semblent privilégier les vêtements de marques ou plus précisément les vêtements dont les marques sont mises en évidence (Dolce Gabbana, Guess, etc.) ; généralement, leur apparence est « soignée » (elles sont « bien » coiffées, maquillées parfois « outrageusement », etc.).

Logiques de déterritorialisation et de distinction : le poids des stigmates

27Dans son ouvrage Crise urbaine et espaces sexués, Jacqueline Coutras (1996) part d’un double constat concernant l’espace public : « Les échanges tout à la fois réels et imaginaires qui se déroulent ici avec les “autres” et avec les formes urbaines pèsent sur la construction des identités individuelles. Ils participent aussi à la construction de la ville dans la mesure où celle-ci est partage, négociation incessante ; jamais fixée, menée par les acteurs. Ils sont donc à l’origine de la distinction masculin-féminin telle qu’elle s’opère dans et par l’espace » (pp. 97-98).

  • 17  Annie Dussuet, 2004, p. 372.
  • 18  Jacqueline Coutras, 1996, p. 100.

28Si les femmes sont très présentes dans l’espace public et si l’on constate aujourd’hui une uniformisation des pratiques spatiales, elles le sont plus ou moins fortement, dans certains endroits, à certaines heures de la journée et pour certaines fonctions. Comme le montrent les travaux de Jacqueline Coutras (1996) et, dans la même lignée, ceux d’Annie Dussuet (2004), il existe aujourd’hui dans l’espace public peu voire pas de lieu dont les femmes seraient exclues. Cependant, si « les femmes ne sont pas cantonnées dans l’espace clos du logement, elles sortent aussi dans les espaces de circulation, rues, commerces, sorties d’école ou services sociaux dont la fréquentation leur est imposée par les tâches d’approvisionnement ou d’accompagnement des personnes (jeunes ou âgées)17 ». De telle sorte que dans les espaces publics, les femmes sont avant tout porteuses d’un statut social : « elles y circulent et s’y activent comme consommatrices, mères, travailleuses18 ».

29Lorsque nous nous sommes intéressées aux effets que pourrait avoir l’activité prostitutionnelle sur leur quotidien, toutes les femmes interrogées ont répondu, de prime abord, par la négative — comme si ce phénomène ne les affectait en rien. En revanche, lorsque nous nous sommes attachées à mettre au jour le vécu de ces femmes c’est-à-dire à la manière dont elles perçoivent le territoire, dont elles le vivent, et lorsqu’on leur a demandé d’illustrer ce vécu à travers des exemples concrets, nous avons observé que le rapport à l’espace et aux autres était différent selon que l’on est homme ou femme et que ces différences trouvaient leur place dans des événements anodins et donc non directement perceptibles et/ou conscientisés ; ici la présence de la frontière couplée à l’activité prostitutionnelle contribue à renforcer les discours naturalistes.

30Erving Goffman (2002) montre que la mixité relève davantage d’un idéal que de la réalité, préférant dans cette optique mobiliser le concept de « co-présence » pour rendre compte des séparations entre les sexes. Par « co-présence », il entend « un type de relation sociale bien particulière entre ségrégation et indifférenciation, où les femmes et les hommes sont ensemble et séparés » (p. 36). Colette Guillaumin (1992) en analysant la mobilité, les attitudes, la gestuelle des femmes et des hommes dans l’espace public, montre des mécanismes de socialisation différenciés en fonction de la classe de sexe ; elle souligne ainsi que « dans l’espace public, qui n’est pas le leur, la fabrication du corps des femmes repose sur l’évitement et non pas sur la confrontation » (p.139). Aussi,« les femmes restreignent sans cesse leur usage de l’espace, les hommes le maximalisent » (p.132). Si cela est vrai dans de nombreuses situations sociales, il semblerait que ce constat soit renforcé sur le territoire de la Jonquera. Pour éclairer cette idée, nous prendrons deux exemples : d’abord dans le rapport que les femmes entretiennent à l’espace en mettant en évidence des logiques de déterritorialisation, puis dans leur rapport à une figure de l’altérité, en l’occurrence les femmes prostituées, en mettant en exergue les logiques de distinction à l’œuvre. Ces logiques de déterritorialisation et de distinction sont d’autant plus prégnantes que la figure « repoussoir » est double : celle de la prostituée étrangère.

31Certaines zones de la ville, notamment la périphérie, sont jugées par nos interlocutrices, le plus souvent à partir de la tombée de la nuit, infréquentables voire dangereuses. Leurs stratégies d’évitement exhibent le lien entre la peur des violences et la mobilité des femmes dans l’espace public. Ce constat rejoint les travaux de Marylène Lieber (2008) qui évoque « la dimension spatio-temporelle » qui « induit l’idée persistante qu’une femme seule est disponible sexuellement » : « les femmes pensent devoir faire attention où qu’elles soient et quel que soit le moment mais c’est encore plus vrai la nuit » (pp. 219 et 218). Aussi les femmes qui en ont conscience évitent de se rendre seules dans certaines zones de la ville de la Jonquera, et c’est donc sciemment qu’elles se déterritorialisent ; la dangerosité est ici mise en lien avec la présence des activités illicites et de délinquance.

Francesca (31 ans, esthéticienne) : Je dirais que oui, je me sens en confiance mais ça dépend des personnes et des endroits. Moi je suis une personne confiante mais un jour, il peut m’arriver quelque chose. Tu vois par exemple, je gare ma voiture près de la rivière, si c’est la nuit et qu’il n’y a pas trop de lumière, ça fait un peu peur…

Ireneu (28 ans, coiffeuse) : c’est pas comme avant, avant on ne pensait pas qu’il pouvait arriver quelque chose, maintenant on y pense…

Elies (17 ans, lycéen) : Moi, j’aime le village mais par contre ce qui ne me plaît pas c’est de les avoir à côté, tu traverses la route et t’as la pute à droite, la pute à gauche et tout ce qui va avec, tu vois des gens qui sont en train de se passer la drogue juste en face de toi…

Blanca (38 ans, commerçante) : Il y a beaucoup de délinquants… (…) Cela fait un an et demi que la police elle est très, très présente ici mais y’en a encore, y’en a… elle fait beaucoup de descentes… parce que l’année passée, il y en avait encore plus.

L’intervieweuse (Sophie) : Qu’est-ce qu’il y a comme actes de délinquance ?

B : Pff… des voleurs, beaucoup, beaucoup, beaucoup de voleurs et… la contrebande de drogue, la falsification, la vente ambulante.

  • 19  Jacqueline Coutras (1996,p. 15) faisant référence à De Tramar (Mme), L’Étiquette mondaine, Paris, (...)

32Aussi, lors des entretiens, nombreuses ont été celles qui m’ont mise en garde : « une jeune femme comme toi, surtout le soir, ferait mieux de ne pas fréquenter ces endroits-là ». À travers l’expression « une jeune femme comme toi », mes interlocutrices font ressortir les distinctions entre « elles » (les « putes ») et « nous » (les filles « bien ») qui reposent à la fois sur l’appartenance ethnique (ici française), sociale (ici enseignante-chercheure à l’université) et sur l’image projetée (ici « respectable » à l’opposé de ce qui apparaît comme de l’ordre de l’impudicité). Par ces « endroits », toutes désignent la périphérie de la ville et toutes m’ont conseillé de n’y aller qu’accompagnée. Resurgit ici l’idéologie naturaliste selon laquelle une femme ne pourrait pas se protéger en cas de problème, ne peut pas se défendre contre une agression physique (contrairement aux hommes). Par cette interprétation naturaliste, la vulnérabilité ne se conjuguant qu’au féminin, les femmes se trouvent surexposées à l’insécurité, voyant réduite d’autant leur marge de manœuvre au sein de l’espace public. Cela n’est pas sans rappeler les codes de « bonne conduite » de la fin du dix-neuvième siècle, selon lesquels « les femmes devaient rechercher la protection de ceux qui ont soit la capacité de discernement, soit le pouvoir de dissuasion. (…) Hors de chez elles, les femmes “de bonnes mœurs” devaient être accompagnées de préférence par leur mari, bien sûr, à défaut par un parent plus âgé, à la rigueur par une femme d’âge supérieur. (…) Dans la rue, marcher posément, ne pas s’arrêter, être habillée sobrement “avec élégance mais sans éclat”, aller “droit à son but” était la seule attitude possible pour “ne pas se faire remarquer”, pour passer “inaperçue” et ainsi rendre sûr un endroit qui, par définition, ne l’était pas pour une “dame”19 ». À travers son analyse, Marylène Lieber (2008) souligne quant à elle la persistance et l’actualité des tactiques de protection qui résultent des « peurs sexuées » au sein de l’espace public. La prégnance de la prostitution renforce ici les discours sur les risques et menaces pesant sur les femmes non accompagnées d’homme(s) dans l’espace public, plus spécifiquement dans certains endroits, à certaines heures et avec certaines tenues. L’activité prostitutionnelle justifie et renforce ainsi le confinement des femmes dans l’espace. La présence de la prostitution aggrave ce qui est défini comme l’un des moyens d’appropriation de la classe des femmes par les hommes, telle que la définit Colette Guillaumin (1992, pp. 40-41).

33Les femmes interviewées ont toutes fait l’expérience, à un ou plusieurs moments de leur vie, d’être prise pour une prostituée — que ce soit lors de déplacements quotidiens en étant accostée par un ou des hommes en quête d’une relation sexuelle tarifée, ou dans le cadre de leur activité professionnelle (qu’elle soit coiffeuse, esthéticienne ou commerçante) — et de se voir proposer des « extra » ou des « final feliz ». Toutes, sur le moment et dans leurs conduites ultérieures, ont ressenti le besoin impérieux de s’en distinguer.

Blanca (38 ans, commerçante) : Il y en a beaucoup des anecdotes de femmes d’ici, de la ville qui vont se promener… 3 ou 4 qui vont se promener dans la montagne pour chercher des asperges ou des choses comme ça… il y a des Français qui les ont arrêtées, ils ont demandé, tout ça. Si, si, y’a beaucoup d’anecdotes comme ça. (…) Je crois qu’ils viennent avec la mentalité de « à la Jonquera, tout le monde se prostitue » alors ils demandent. Même ici, on s’est trouvées quelquefois, quelques personnes qui nous ont demandé… Un client, qui vient acheter et qui demande « mais après vous voulez venir prendre quelque chose ? ». Tu lui dis « non, non tu vas au fond de la ville c’est pas ici ». C’est arrivé quelques fois. Des choses comme ça, ils te disent « ah, tu viens manger ? Tu viens… ? » « Non, non, non, non ça c’est un commerce ! Là-bas, il faut aller là-bas. » Non, mais ils essaient parce que je crois qu’ils viennent avec l’idée qu’à La Jonquera c’est tout le monde ou qu’il y a beaucoup de prostitution et ils savent pas si c’est dans les commerces, si c’est dans les… ça c’est comme ça, alors ils essayent… Même des fois qu’on se promène par la ville, une voiture s’arrête : « Mademoiselle, mademoiselle ! » Tu lui dis : « Pas là, dans la rue ».

Francesca (31 ans, esthéticienne) : ça me met en colère, « nos da rabia ». Avant c’était différent, c’est vrai qu’il y en beaucoup, mais il n’y a pas seulement ça. C’est vrai, qu’ici, des hommes sont venus me demander si je faisais des massages, j’ai dit les prix et après ils m’ont demandé avec « final feliz » ? La colère m’a prise : les hommes, les camionneurs pensent que pour toutes les femmes d’ici c’est pareil ! J’ai répondu qu’il y avait beaucoup de lieux pour ça où ils pouvaient aller…

34Toutes celles qui ont fait l’expérience de cette situation la vivent comme une violence à leur égard. Qui plus est, derrière ces expériences, le plus souvent contées sur le mode de l’anecdote, toutes déplorent le fait qu’en raison de la forte concentration de l’activité prostitutionnelle sur le territoire, dans les esprits, toutes les femmes de la Jonquera sont susceptibles d’être des prostituées : les barrières de la bienséance et les codes de « bonne conduite » tendent à se déliter. Sur ce point, les travaux de Gail Pheterson (2001) nous permettent de souligner le caractère exacerbé d’une perception plus générale de la figure « repoussoir » de la prostituée par rapport à laquelle les femmes doivent se construire, par opposition/distinction. Pour cette auteure, « la prostituée est le prototype de la femme stigmatisée. Ce qui la dénomme et à la fois la déshonore est le mot “putain”. Toutefois, ce mot ne réfère pas uniquement aux prostituées, c’est aussi une étiquette qui peut s’appliquer à n’importe quelle femme. L’adjectif correspondant à “putain” est “unchaste” (impudique) dont la définition est “qui s’adonne à des rapports sexuels illégitimes ou immoraux ; qui manque de pureté, de virginité, de décence (de langage), de retenue et de simplicité ; souillé — i.e. pollué, corrompu” (…) Le terme “putain” est un stigmate de genre spécifique aux femmes. La définition de “stigmate” étant “une marque apposée sur un esclave ou un criminel, une tache à la réputation de quelqu’un, une marque de honte ou de discrédit et/ou la trace visible d’une maladie”, nous pouvons alors définir le stigmate de putain comme une marque de honte ou de maladie apposée sur une femme impudique, esclave ou criminelle » (p. 95).

35Dans le sillage de Gail Pheterson (2001) et d’Isabelle Clair (2012), nous considérons le stigmate de la « putain » comme un stigmate commun au groupe des femmes, quel que soit l’espace donné et duquel les femmes doivent en permanence se démarquer, individuellement. Dans la ville de la Jonquera, le stigmate prend des formes concrètes, ne se limitant pas à sa forme langagière et/ou métaphorique, ce qui contribue à donner un relief particulier aux logiques de déterritorialisation et de distinction : il ne s’agit pas seulement de se distinguer de la catégorie abstraite et plus subjective des femmes « non vertueuses » mais de s’extirper du groupe des femmes qui exercent la prostitution dans ses dimensions concrètes et visibles, pour ne pas être prises pour ce qui leur apparaît comme de « vraies putes ». Il y a en filigrane aussi l’idée d’un décalage social et ethnique qui marque les différences entre « elles » et « nous » dans une ville marquée par le passage permanent, par des flux migratoires nombreux. Souligner ce décalage entre les autochtones et les « autres » c’est dans le même temps mettre en avant et affirmer son ancrage dans le territoire, son identité catalane.

36Ces extraits d’entretiens rendent compte des logiques de distinction et des stratégies mises en œuvre :

Elionor (56 ans, gérante de bar) :Tiens regarde comme ça nous influence aussi : des fois, pour atteindre la zone sportive de la Jonquera tu dois traverser la route. Je sais que certaines personnes qui ont traversé la route et elles ont dû, pour y arriver, patienter un peu sur le bord… Attendre pour traverser…  et on les a confondues avec des prostituées. Et ça c’est gênant. (…) Oui, ça nous influence. Par exemple, par rapport aux heures où tu vas te déplacer dans le village. Si tu dois t’éloigner un peu du centre du village, par exemple, aller jusqu’à la douane, avant une fille seule, une femme seule, à n’importe quelle heure, elle y allait sans réfléchir. Mais maintenant, c’est différent, tu vas réfléchir à l’heure à laquelle tu vas y aller. Parce qu’il y a des endroits dans ce village où c’est mieux de ne pas aller. Parce qu’on peut te confondre avec une prostituée et c’est blessant, non pas parce que « physiquement » tu prends des risques, mais parce qu’on va t’intimider… J’ai peur qu’on m’aborde, qu’on me confonde avec une prostituée… et c’est pas agréable. Mais j’ai pas peur de me faire agresser.

Lola (44 ans, employée dans un bureau de tabac) : Moi, par exemple y’a beaucoup de marques qui ne me plaisent plus parce qu’elle les portent toutes, elles. Tu comprends. Dolce et Gabbana, tout ça, ça fait pute pour moi maintenant. C’est triste mais c’est comme ça. Parce qu’elles, elles sont obsédées par les marques. Alors oui… elles ont leur style. (…) Même la manucure française, elle m’a toujours plu mais je me le ferais pas parce que je relie à elles…

Marta (61 ans, employée municipale) :Peut-être, oui, ça c’est une anecdote à moi, il y a toutes ces boutiques-là, et si on était dans un autre lieu, peut-être on y achèterait quelque chose, parce que c’est mignon, tout ça… Moi non, parce que toutes les prostituées portent les mêmes, je ne peux rien dans les autres boutiques. Il y a des choses que tu te dis « oh, c’est mignon, c’est pas mal » mais je me dis « ah non je peux pas parce que c’est les vêtements de cette femme ».

37Les logiques de distinction qui reposent tout à la fois sur le contrôle des apparences (les stratégies d’habillement comme ne pas porter certaines marques de vêtement et faire en sorte de passer inaperçue), sur la déterritorialisation (ne pas se rendre dans certains endroits de la ville, privilégier certains itinéraires au détriment d’autres) et sur l’attribution d’une fonction à un lieu donné (comme par exemple apparaître clairement comme des consommatrices dans la zone périphérique) visent à produire une « féminité respectable » au sein de l’espace public sexué.

38Cette étude qui n’avait initialement pas pour objectif de faire le lien entre sociologie et géographie, a fait émerger, à travers la notion d’effets-frontière et de territoire transfrontalier, les limites de la connaissance mono-disciplinaire. Si l’on considère qu’une des étapes de la démarche de compréhension d’un objet consiste à le nommer pour le conceptualiser, qu’en est-il de la terminologie à adopter ? Il semble que ces lieux résistent à ce processus tant la pratique et la représentation de ces derniers vont en structurer la qualification et la définition. S’agit-il de « non-lieux » au sens de Marc Augé (1992) ? De « contre-espace » au sens de Michel Foucault (2009) ? De « marche » ou de « marge » au sens de Van Gennep (1969) ? Ces interrogations se retrouvent dans les discours des personnes interviewées qui qualifient la Jonquera de « ville sans être vraiment une ville », qui font l’analogie entre la zone commerciale et les duty-free des aéroports, mais en même temps font état de l’existence de lieux identitaires et de sociabilité dans le centre historique de la ville.

39L’analyse plus spécifique de l’activité prostitutionnelle nous permet de mettre en exergue l’excès consumériste et viril qui caractérise ce territoire frontalier, cette zone de l’entre-deux, de marge et de passage, notamment dans le registre des rapports sociaux de sexe. L’activité prostitutionnelle et les lieux dans lesquels elle se déploie renforcent, d’une part les normes virilistes par le stigmate de la « pute étrangère », d’autre part les processus de distinction illustrés par le vécu des habitantes.

40Les chercheur(e)s n’échappent pas aux enjeux et aux rapports de pouvoir qui se jouent dans cet espace. L’analyse de la relation qui lie le chercheur(e) à son terrain et à son objet de recherche est sur ce point éclairant. En effet, le vécu des habitantes de la Jonquera fait écho au vécu des chercheures et aux obstacles rencontrés dans l’accès au terrain de recherche. La non-mixité dans l’espace public de la Jonquera concentre les catégories sexe-classe-race ; cette non-mixité prend des formes encore plus affirmées dans les puticlubs où l’assignation à des rôles sexués et sexuels est clairement affichée et revendiquée : l’interdiction d’entrée faite aux femmes dans ces clubs en est une illustration, qui fait de ces lieux des « bastions » encore réservés à la classe des hommes hétérosexuels.

  • 20  Cet argument nous fut clairement signifié par les tenanciers des clubs, les portiers et les client (...)

41Cela conduit à s’interroger sur les mécanismes de production de connaissances tant ce terrain et cet objet sont marqués par le sexe des chercheures et les postures retenues. Les chercheur(e)s en sociologie connaissent des difficultés inhérentes à l’entrée sur le terrain et aux enjeux méthodologiques qui les animent : se présenter, trouver une place sur le terrain, se faire accepter, participer aux activités et aux interactions, s’impliquer tout en trouvant la bonne distance entre soi et l’objet d’étude (Becker, 2002 ; Cefaï (dir.), 2003, 2010 ; Fassin, Bensa (dir.),2008). Pour la première fois dans notre expérience de chercheures nous étions interdites d’accès au terrain, notamment dans certains clubs de prostitution et ce, de par notre sexe, quel que fût le rôle que nous endossions (clientes potentielles ou chercheures20). Ce refus révèle l’assignation des rôles en fonction du sexe des protagonistes. Nous retiendrons trois arguments :

42Le premier s’organise autour de la notion de secret : l’intrusion d’une femme non prostituée dans cet espace mettrait en péril la solidarité des hommes, plus précisément le secret qui préside aux relations qui s’y trament. Il convient ici de souligner l’impensé au cœur du dialogue : celui selon lequel un homme ne peut en aucun cas dénoncer un autre homme, quel que soit le lien qui les unit. Selon le personnel des clubs, la dénonciation est dans ces lieux limitée. En effet, elle expose du même coup le délateur qui serait alors forcé de reconnaître (et donc de justifier) sa présence dans cet endroit. De manière sous-jacente, il y a l’idée que la délation et la dénonciation ne peuvent provenir que du groupe des femmes non prostituées, et ce en dépit du statut de consommatrices que nous aurions pu endosser ou de celui de chercheures. Dans cette optique, c’est donc le sexe — de femme — qui l’emporte sur tout autre statut dans une vision fortement hétérocentriste et stéréotypée (nous ne pouvions pas être prises au sérieux dans notre statut de clientes).

43Le second argument s’est construit autour de la notion de sécurité et de protection des femmes non prostituées. Le personnel à l’entrée des clubs nous a clairement dit que notre sécurité ne pouvait pas être garantie dans ce lieu et qu’ils ne pouvaient pas nous faire prendre ce risque. La dangerosité du lieu, attestée par le dispositif humain et matériel mis en place, s’expliquerait par l’effet groupe et le caractère incontrôlable des hommes, plus précisément leur désir sexuel présenté comme une « pulsion » par le personnel des clubs.

  • 21  Lorsque nous sommes entrées dans le club Le Dallas nous n’avons en revanche pas perçu ce type d’at (...)

44Le troisième argument est celui de la concurrence. Le refus s’est construit dans le discours du personnel à deux niveaux : pour les femmes prostituées nous étions susceptibles d’exercer une concurrence doublement déloyale dans la mesure où nous ne nous pliions pas aux contraintes et au règlement des « hôteliers » et où, en outre, nous pouvions proposer des relations sexuelles non tarifées21. Pour les responsables des clubs, notre présence pouvait être assimilée à du travail dissimulé, risque qui n’était encouru que de leur côté dans un calcul coûts/avantages et en ce sens inacceptable.

45L’analyse de ces trois arguments interroge plus encore la question de la réflexivité dans le travail de recherche. Sur ce terrain, nous ne nous sommes jamais autant senties appartenir à une classe de sexe, au groupe des femmes, dans une solidarité sororale, tant la frontière avec la classe des hommes semblait infranchissable. Ce ressenti, déjà connu dans certaines circonstances de la vie quotidienne, a pris ici une forme radicale sous l’effet de la prostitution in situ. Malgré ce sentiment d’appartenance, dans le même temps, nous faisions tout pour nous distancier de ces prostituées. Ce besoin s’exerçait à notre corps défendant. Aussi, c’est presque inconsciemment qu’une logique de distinction s’est installée par crainte d’être assimilées à ce groupe duquel nous nous sentions pourtant solidaires. Ce ressenti particulier fait écho au vécu des habitantes sur ce même terrain et son analyse souligne la puissance du stigmate de la putain.

  • 22  L’auteur juge utile de préciser en bas de page : « Mes remerciements vont en particulier à Juan Al (...)

46Au-delà de ces analyses, nous ne pouvons que constater que, dans ces lieux qui exacerbent et concentrent les rapports sociaux de pouvoir, l’analyse de la subjectivité des chercheur(e)s et des effets de la posture endossée nous paraît indispensable pour répondre aux exigences de la production scientifique de connaissances. Ces exigences ne doivent pas masquer une question cruciale : la fin scientifique justifie-t-elle tous les moyens ? Dans ce contexte, qu’en est-il des règles communément admises au sein de la communauté scientifique, à savoir les notions de confiance et de consentement relatives au cadre d’un entretien de recherche ? Hors de ce cadre, l’entretien se rapproche davantage d’un interrogatoire mettant à mal le principe de l’échange d’égal à égal. L’extrait du travail de recherche mené par le sociologue Alain Tarrius (2010), sur un terrain similaire, met en lumière les multiples rapports de pouvoir qui se jouent notamment au moment du recueil des données. Son étude porte sur des clubs de prostitution espagnols ; il fait état de la manière utilisée pour recueillir le discours des prostituées migrantes : « Ce sont des commissaires des villes concernés par mes investigations sur le Levant espagnol qui ont demandé aux “patrons” de clubs de me recevoir et de me laisser libre de choisir des femmes pour des entretiens ; dans un contexte de tolérance de ces établissements, un refus de leur part était impossible. Dans 16 clubs, je fus effectivement libre de choisir telle ou telle jeune femme pour un entretien sans durée préalablement déterminée, dans 7 autres j’indiquai le profil d’origine désiré et le “patron” désigna la personne ; dans 23 établissements j’ai pu rencontrer 65 femmes du pourtour méditérranéen22 » (p. 128). Tout se passe comme si les transgressions possibles sur ce territoire et dans les puticlubs trouvaient leurs prolongements dans l’exercice du métier de sociologue ; ici Alain Tarrius mobilise son réseau (la police) et assoit un rapport dominants/dominées, et ce à des fins « scientifiques ». Dans ces lieux, les rapports de domination, les rapports marchands, les rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » inhérents à toute pratique sociologique ne sont plus interrogés et sont, dans certains cas, niés.

Haut de page

Bibliographie

Augé Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, Paris.

Bouamama Said, Legardinier Claudine, 2006, Les clients de la prostitution, Presses de la Renaissance, Paris.

Clair Isabelle, 2012, « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », in Yaëlle Amsellem-Mainguy et Wilfried Rault (dir.), Jeunesse et sexualité : expériences, espaces, représentations, Agora Débats/Jeunesses, n°60, SciencesPo., Paris, pp. 67-78.

Corbin Alain, 1982, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Aubier, Paris.

Coutras Jacqueline, 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Armand Colin, Paris, pp. 97-98.

__________, 1987, Des villes traditionnelles aux nouvelles banlieues. L’espace public au féminin, Paris, SEDES.

Dussuet Annie, 2004, « Femmes des villes : des individues ou des personnes », in Sylvette Denèfle (dir.), Villes et territoires, Collection Perspectives, Presses Universitaires François-Rabelais, n°8, Tours, p. 372.

Emerson Robert, 2003, « Le travail de terrain comme activité d’observation : perspectives ethnométhodologistes et interactionnistes », in Cefaï Daniel, L’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Foucault Michel, 2009, Le corps utopique, les hétérotopies, Nouvelles Éditions Lignes, Paris.

Goffman Erving, 2002, L’arrangement des sexes, présenté par Claude Zaidman, La Dispute, Paris.

Gold Raymond, 2003, « Jeux de rôle sur le terrain. Observation et participation dans l’enquête sociologique », in Cefaï Daniel, L’enquête de terrain, La Découverte, Paris.

Groupe Frontière, Christiane Arbaret-Schulz, Antoine Beyer, Jean-Luc Piermay, Bernard Reitel, Catherine Selimanovski, Christophe Sohn, Patricia Zander, « La frontière, un objet spatial en mutation », Espacetemps.net, Textuel, 29/10/2004. http://www.espacestemps.net/document842.html

Guillaumin Colette, 1992, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Côté-femmes, Paris.

Lajarge Romain, 2000, « Patrimoine et légitimité des territoires. De la construction d’un autre espace et d’un autre temps commun » in Gerbeaux F. (dir.), Utopies pour le territoire : cohérence ou complexité ?, Éditions de l’Aube, Paris, pp. 79-100.

Lieber Marylène, 2008, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, SciencesPo., Paris.

Pheterson Gail, 2001, Le prisme de la prostitution, L’Harmattan, coll. Bibliothèque du féminisme, Paris.

Stock Mathis, 2004, « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », EspacesTemps.net in http: // espacestemps.net /document1138.html.

Tabet Paola, 2005, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, L’Harmattan, Paris.

Tarrius Alain, 2010, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Trabucaïre, Canet.

Van Gennep Arnold, 1969, Les rites de passage, Éditions Picard, Paris.

Haut de page

Notes

1  L’activité prostitutionnelle se déroule d’une part dans des établissements nommés puticlubs, d’autre part sur les routes nationales. Tout en ayant conscience des limites du terme « prostitution » et de ses corollaires, nous avons fait le choix de les utiliser dans notre étude pour deux raisons : d’abord parce que dans les discours recueillis sur ce territoire, il n’est question que de « prostitution » ou de « prostituées ». Ensuite, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le travail du sexe au sein des clubs catalans n’est pas une activité réglementée. Elle est dite « alegal », c’est-à-dire qu’elle existe et qu’elle est tolérée en tant que pratique. En revanche, elle ne s’insère pas dans un cadre juridique spécifique : aussi les prostituées ne bénéficient d’aucun statut. Seuls les « hôteliers » ont une activité professionnelle réglementée. Cependant nous rejoignons Paola Tabet (2004) qui appelle à la prudence quant à l’utilisation des mots « prostitution » et « prostituées » et qui préfère utiliser le terme d’échange économico-sexuel.

2  Nous utilisons ici le mot « client » au masculin et celui de « prostituée » au féminin : sur ce territoire où la prostitution est hétérosexuelle à destination des hommes, l’activité prostitutionnelle devient le symbole et le garant de l’ordre viril.

3  Il convient donc de garder en mémoire que les analyses qui suivent sont faites sur la base des discours et que ce groupe restreint ne reflète pas la diversité de la population de la ville de la Jonquera, notamment la catégorie des immigré(e)s importante dans cette ville. C’est donc l’ancrage sur le territoire qui a été ici privilégié dans le choix des personnes à interviewer.

4  Groupe Frontière, Christiane Arbaret-Schulz, Antoine Beyer, Jean-Luc Piermay, Bernard Reitel, Catherine Selimanovski, Christophe Sohn, Patricia Zander, « La frontière, un objet spatial en mutation », Espacetemps.net,Textuel, 29/10/2004. http://www.espacestemps.net/document842.html

5  Ibid.

6  Sur le site internet « lesroutiers.com » on apprend notamment que 10.000 camions transitent chaque jour à la Jonquera dont 80% s’arrêtent sur les 4.000 places de stationnement qui leur sont attribuées.
http://www.routiers.com/sejtbases/routiers/838/838-p056-060.pdf, consulté le 11 juillet 2012.

7  Du point vue des habitants de ce territoire, les clients tout comme les prostituées sont très majoritairement non autochtones, ce qui facilite la mise en distance du phénomène.

8  Les Français frontaliers apparaissent comme les principaux clients. Pour paraphraser le titre d’un article paru dans La Clau le 7 avril 2010, la prostitution à la Jonquera fonctionne bel et bien grâce au Roussillon : http://www.la-clau.net/noticia/la-prostitution-a-la-jonquera-fonctionne-grace-au-roussillon-4197. Les observations que nous avons menées sur les routes, sur les parkings et dans les clubs vont aussi dans ce sens : il y a une surreprésentation des Français et plus précisément des habitants des Pyrénées-Orientales voire de la région Languedoc-Roussillon.

9  Cependant, l’affaire du Dallas relayée médiatiquement le 21 février 2013 des deux côtés de la frontière (journal El Pais côté sud et L’Indépendant côté nord) a révélé le fait que « 215 jeunes prostituées roumaines travaillaient en “esclaves” au Dallas », mettant à mal ces représentations. Cette affaire a en outre permis de mettre en évidence l’impuissance des pouvoirs publics face au phénomène puisqu’une dizaine de jours après, le 1er mars, L’Indépendant titrait « Dallas : les prostituées ont repris le travail ».

10  C’est l’établissement lui-même qui fait apparaître dans ses différents supports publicitaires ce qualificatif, repris entre autres par la presse locale comme l’illustrent L’Indépendant avec son article du 20 octobre 2010 intitulé « Le plus grand bordel d’Europe ouvre demain à la Jonquera » et le journal en ligne La Clau dans unarticle daté du 14 octobre 2010 titré « Le plus grand bordel d’Europe inauguré le 21 octobre à la Jonquera ».

11  Cf. l’article du journal L’Indépendant du 21 février 2013 : http: //www. lindependant.fr /2013 / 02/21/215-jeunes-prostituees-roumaines-travaillaient-en-esclaves-au-dallas,1729517.php

12  Marc Augé fait la distinction entre modernité et surmodernité, précisant notamment : « si les non-lieux sont l’espace de la surmodernité, celle-ci ne peut donc prétendre aux mêmes ambitions que la modernité. (…) L’espace de la surmodernité, lui, est travaillé par cette contradiction : il n’a affaire qu’à des individus (des clients, des passagers, des usagers, des auditeurs) mais ils ne sont identifiés, socialisés, et localisés (nom, profession, lieu de naissance, adresse) qu’à l’entrée et à la sortie » (p. 139).

13 Ibid., p.100.

14 Ibid.

15 Ibid., p.139.

16  Dans les discours recueillis, le terme « sombre » fait référence à l’origine ethnique tandis que l’expression « brûlée par le soleil » renvoie aux conséquences de l’exercice de leur activité prostitutionnelle : les visages et les corps découverts sont, pour les prostituées de rue, exposés au soleil et aux intempéries.

17  Annie Dussuet, 2004, p. 372.

18  Jacqueline Coutras, 1996, p. 100.

19  Jacqueline Coutras (1996,p. 15) faisant référence à De Tramar (Mme), L’Étiquette mondaine, Paris, Éditions Victor Havard, 1905.

20  Cet argument nous fut clairement signifié par les tenanciers des clubs, les portiers et les clients. Les réponses furent les mêmes : « pas de femmes ici », « entrée impossible pour des femmes dans les clubs ».

21  Lorsque nous sommes entrées dans le club Le Dallas nous n’avons en revanche pas perçu ce type d’attitude de la part des femmes prostituées.

22  L’auteur juge utile de préciser en bas de page : « Mes remerciements vont en particulier à Juan Albert Dalmau i Balagué, Gérant des polices urbaines (sorte de “préfet de police”) de la ville de Barcelone ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cedref.revues.org/docannexe/image/1010/img-1.png
Fichier image/png, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Avarguez et Aude Harlé, « Entre « elles » et « nous » : phénomène prostitutionnel et logiques de distinction/déterritorialisation à la Jonquera », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 08 septembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cedref.revues.org/1010

Haut de page

Auteurs

Sophie Avarguez

Université de Perpignan Via Domitia – Institut des Méditerranées

Aude Harlé

Université de Perpignan Via Domitia – Institut des Méditerranées

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org