Skip to navigation – Site map

Performances et pratiques spatiales des femmes expatriées à Luxembourg : une enquête sur la production de l’hétéronormativité des espaces du quotidien

Karine Duplan

Full text

1La géographie sociale mais aussi culturelle s’est attachée à définir l’espace comme un construit social, à la fois support et enjeu des rapports sociaux. L’espace prend part, dans ce contexte, à la régulation des pratiques des usagèr.e.s de la ville. Ces géographies, qui se fondent en partie sur les théorisations de Lefebvre (1984) quant à la perception et à l’expérience affective de l’espace, tendent néanmoins à en ignorer la dimension genrée et sexuelle. Pourtant, à l’échelle de l’espace domestique comme à celle du quartier, de la ville ou encore de l’espace mondialisé, les normes sociales et culturelles de sexe et de genre entrent elles aussi en jeu dans cette production de l’espace (Bell et Valentine, 1995 ; Browne, Lim et Brow, 2007 ; Johnston et Longhurst, 2010).

2Les géographies des sexualités, anglophones pour la plupart (Bell et Valentine, 1999), s’emploient alors à les révéler (Duplan, 2012). Elles mettent au jour la façon dont l’espace est activement produit comme hétérosexuel, en portant majoritairement leur attention sur la relation à l’espace de ceux.celles qui se situent aux marges de cette norme hégémonique de sexualité (Browne, Nash et Hines, 2010 ; Namaste, 1996 ; Valentine, 1993). Cette hétéronormativité est entendue en tant que dispositif social. Elle régule les pratiques quotidiennes des individu.e.s en s’appuyant asymétriquement sur une division binaire et concordante de sexe et de genre — homme-masculin et femme-féminine —, division étendue à l’ensemble des rapports sociaux (Hubbard, 2001 ; Knopp, 2007). Nombre de ces travaux se réclament du tournant performatif des sciences sociales (Butler, 1993 ; Chapuis, 2010 ; Thrift et Dewsbury, 2000) et prennent en compte le rôle du corps dans la production de l’espace (Johnston et Longhurst, 2010 ; Longhurst, 1997). La plupart portent exclusivement sur les « autres sexuels » — sur ceux.celles qui ne se conforment pas à la norme dominante — tendant ainsi à réifier l’hétérosexualité en un tout supposé homogène et naturalisé (Binnie, 1997 ; Browne, 2006 ; Oswin, 2008). En choisissant d’étudier la construction de l’hétéronormativité des espaces du quotidien, non au travers de ses marges, mais selon un continuum adoptant comme point de départ « les éléments non marqués des routines publiques ordinaires » (Brekhus, 2005, p. 264), je souhaite apporter ma contribution aux travaux qui interrogent la production de cette norme hégémonique de l’hétérosexualité et la multiplication des rapports sociaux qui la traversent (Boyd, 2010 ; Brown, 2012 ; Hubbard, 2000).

  • 1  Il s’agit d’une recherche doctorale commencée à l’automne 2011.

3Cet article s’appuie sur une recherche en cours1 portant sur l’analyse des modalités d’appropriation de l’espace par les femmes expatriées (défini plus loin) à Luxembourg. Il a pour objectif d’examiner comment les pratiques des usagèr.e.s de la ville, ici celles des femmes expatriées, participent à la (re)production de l’hétéronormativité des espaces du quotidien. J’expose dans un premier temps le contexte de l’enquête en m’intéressant à l’utilisation du terme controversé d’expatriation. Je décris ensuite brièvement le cadre luxembourgeois et la méthodologie adoptée. La deuxième partie de cet article s’attache à la présentation des types de lieu au sein desquels se déploient les pratiques quotidiennes des femmes expatriées sur lesquelles se fonde cette enquête. Je propose en troisième partie une analyse des observations menées, en portant mon attention sur la façon dont les pratiques urbaines quotidiennes, l’expérience d’expatriation et les normes de sexe et de genre entrent en résonance, au travers du concept de performance.

Des femmes expatriées à Luxembourg

Expatriation et expatrié.e.s : imaginaires et vies quotidiennes

4L’expatriation s’inscrit dans les imaginaires de la mondialisation. Elle désigne un phénomène de migration de travail temporaire intéressant une population particulièrement qualifiée, encadrée juridiquement à l’intérieur de sociétés multinationales au moyen de forfaits à la mobilité très avantageux (Fechter et Walsh, 2010). Dans la littérature, l’expatriation demeure très souvent associée au prestige des élites hypermobiles et aux discours abstraits décrivant des individu.e.s extrait.e.s de la matérialité du quotidien (Ley, 2004). Cette perspective tend à renforcer les logiques hégémoniques de l’internationalisation et de la globalisation. D’autres approches soulignent la circularité entre les différents espaces composant cette expérience (Tarrius, 1996 ; Simon, 2008), s’intéressant aux dynamiques qui sous-tendent cet habiter polytopique (Stock, 2006) dans une perspective définie comme transnationale (Hannerz, 1996). Ces travaux portent leur attention sur la rugosité et « la texture quotidienne des lieux mondialisés que nous habitons » (Conradson et Latham, 2005, p. 228). Ils offrent une vision située et incarnée de l’expatriation et des élites mondialisées, en mettant l’accent sur le bouleversement engendré par ce type de mobilité en ce que « la perte des repères spatiaux est aussi une perte de repères sociaux, symboliques ou affectifs » (Wagner, 1998, p. 44). Leurs auteur.e.s étudient les recompositions identitaires et celles du rapport à l’espace à l’œuvre dans cette expérience à durée limitée. Dans le prolongement de ces travaux, j’envisage l’expatriation comme une pratique spatiale « dont le but consiste à modifier le rapport du sujet à l’espace » (Staszak, 2003) et se déployant à différentes échelles — de l’espace du corps à celui de la ville, de l’espace de la communauté à celui du monde globalisé —, une pratique dont on peut analyser le sens et les significations pour les individus, les ressources qu’elle mobilise et les enjeux à l’échelle individuelle. En tant que pratique sociale, l’expatriation comporte ses propres normes et fonctionne comme un espace de production de la subjectivité de chacun (Lussault, 2003), subjectivité qui s’exprime au travers des modalités mises en place pour mener à bien cette nouvelle inscription géographique.

  • 2 Brenda S.A. Yeoh et Louisa-May Khoo utilisent le terme de « trailing spouses » littéralement « épou (...)

5En tant que « strongly gendered process, producing different sets of experiences for men and women involved in it » (Yeoh et Khoo, 1998), l’expatriation demeure, pour des raisons structurelles, une pratique familiale encore largement envisagée comme opportunité professionnelle associée à un privilège masculin. Les femmes expatriées y apparaissent très souvent reléguées au rôle d’« épouses suiveuses2 ». Je choisis dans cette enquête de porter mon attention sur la façon dont les femmes expatriées modèlent leur propre subjectivité au travers de cette pratique spatiale spécifique. Par l’étude des spatialités quotidiennes de ces femmes, je souhaite donner corps à ces mouvements en montrant comment ils s’incarnent dans le corps même des individues et observer comment ils forment leur mobilité et marquent l’espace urbain. Cet article vise à l’analyse des recompositions qui, au cours de cette expérience d’expatriation, adviennent « en termes de rapports sociaux et non seulement de contraintes globales » (Wagner, 1998, p. 12), et plus particulièrement au prisme du genre. Nous verrons comment l’expatriation intervient dans le renforcement des rapports sociaux de sexe en s’exprimant au travers des pratiques de l’espace du quotidien de ces femmes.

6La plupart des travaux sur l’expatriation s’intéressent aux circulations internationales du Nord vers le Sud, interrogeant les dynamiques postcoloniales qui les sous-tendent. Cette étude est centrée sur les mobilités internationales de populations migrantes qualifiées d’occidentales vers un pays occidental — le Grand-Duché de Luxembourg. Aux côtés d’études récentes (Dubucs, 2009), je souhaite contribuer à l’élargissement des réflexions sur la compréhension des vies quotidiennes de ces individu.e.s ainsi que sur les logiques à l’œuvre dans ces circulations internationales.

7J’utilise le terme « expatriée » tel que les sujets de l’enquête le mobilisent, à savoir dans une autodéfinition permettant à ces femmes de situer leur expérience quotidienne de résidence temporaire à l’étranger liée à la situation professionnelle de l’un des conjoints du foyer, le mari dans la plupart des cas. Les femmes rencontrées se définissent comme expatriées — et non comme femmes d’expats comme la littérature hégémonique et le sens commun le font le plus souvent — signifiant à la fois comment cette expérience les éprouve et comment elles y sont investies. Ce choix vient contredire l’idée que ces femmes seraient démunies d’agentivité. Je propose ainsi une analyse de l’expatriation en tant que pratique spatiale exprimant et cristallisant à différentes échelles les rapports de pouvoir et les productions identitaires qui en découlent.

Luxembourg-Ville, capitale cosmopolite

  • 3  La ville de Luxembourg a enregistré son 100.000e habitant le 25 octobre 2012. Source : Statec.
  • 4  66%, source : Statec – Recensement général de la population du 1er février 2011 (RP2011).
  • 5  153 nationalités, même source.
  • 6  75% de classes moyennes et supérieures, même source.
  • 7  95% de population d’origine européenne, même source.

8Comptant un peu plus de 100 000 habitants3, Luxembourg est une capitale européenne particulièrement modeste. La ville concentre à elle seule un taux de population étrangère bien supérieur à la plupart des capitales européennes, avec deux tiers4 de population de nationalité non luxembourgeoise. Les 150 nationalités qui s’y côtoient au quotidien transforment la ville en un véritable creuset multiculturel5. Une autre spécificité de cette immigration est sa grande qualification : cette « immigration dorée » (Fehlen, 2009) s’incarne dans la figure du banquier expatrié qui occupe le haut de la pyramide sociale. Luxembourg-Ville concentre à elle seule un taux important de classes moyennes et supérieures6 incluant la plupart des expatriés travaillant dans le secteur financier et bancaire et dans les fonctions adjacentes. Provenant pour l’essentiel de l’Union européenne7, cette population migrante transforme Luxembourg en un laboratoire particulier en matière d’européanité.

9Cette forte polarisation du haut de l’échelle sociale est rendue visible dans la composition sociospatiale de la capitale luxembourgeoise (Gerber et Pruvot, 2005). De récentes études montrent comment cette migration qualifiée marque la ville de son empreinte au travers de choix résidentiels prenant part à la structuration de territoires favorisés (Carpentier, 2007 ; Jacobs, 2007 ; Lord et Gerber, 2009). D’autres encore soulignent le rôle de cette immigration dorée dans le processus de métropolisation de Luxembourg-Ville (Sohn, 2012). L’ensemble des recherches menées jusqu’à présent amène à s’interroger sur les spécificités des différentes formes et échelles de mobilité spatiale de ce groupe de population. Analysant les circulations entre les lieux de l’espace de vie et des pratiques ordinaires des femmes expatriées à Luxembourg, je m’attache à montrer la contribution de cette population à la production des normes de sexe et de genre dans la ville.

  • 8  Source : Ville de Luxembourg.

10D’un point de vue morphologique, l’agglomération de Luxembourg se compose de 24 quartiers qui s’étendent sur 51km² 8. Le centre-ville, ou Ville-Haute, se situe en zone piétonnière. Il se dédie aux commerces vestimentaires, aux commerces de luxe et aux espaces de restauration. On y trouve également de nombreuses structures bancaires. Nombre de facilités quotidiennes — écoles internationales, zones d’activités et zones commerciales entre autres — se situent en dehors du centre-ville, voire de l’agglomération. Ces localisations engendrent des discontinuités spatiales faisant de la voiture individuelle un mode de déplacement privilégié pour les classes aisées. Les géographies quotidiennes de ces femmes expatriées reposent ainsi sur un espace-archipel constitué de lieux multiples qui ne font sens dans l’agencement individuel de ces femmes qu’une fois réunis en un tout.

Méthodologie et échantillon d’observation

11Cet article se base sur les premiers résultats d’une enquête ethnographique approfondie par observation participante. Je résidais à Luxembourg avant le commencement de cette enquête et ma position en tant que femme étrangère a favorisé mon immersion au sein de ces réseaux de sociabilité de femmes expatriées. Cette observation participante, complétée d’entretiens et d’échanges informels émergeant de situations de la vie courante, compose la première étape de l’enquête de terrain en cours. Il s’agit, à ce stade, d’une observation exploratoire qui ne prétend donc être ni représentative du point de vue statistique ni exhaustive. Cet article vise à exposer le cadre d’analyse issu de cette observation participante, qui servira de base à la suite de l’enquête de terrain.

12Concrètement, je me suis fondée sur l’observation participante de situations quotidiennes se déroulant dans des lieux divers (sorties d’école, salles de sport, piscines, parcs et plaines de jeux, bars et cafés, rues du centre-ville, mais aussi groupes d’activités, dîners…), en continu sur une tranche horaire ou journalière ou encore régulièrement à partir de certains lieux. Ces observations ont été complétées lors d’événements plus exceptionnels (réceptions, cocktails…). Les femmes de cette enquête fréquentent avec une certaine régularité les réseaux servant à la socialisation des expatrié.e.s à leur arrivée à Luxembourg, tels l’école des enfants, le réseau professionnel ou celui du mari, la paroisse de rattachement, les associations locales et les réseaux nationaux de soutien aux expatrié.e.s. Elles sont principalement âgées de 30 à 50 ans, mariées et mères d’enfants vivant au domicile conjugal et scolarisés en école internationale, francophone ou anglophone. Mon échantillon d’observation se compose majoritairement de femmes ayant suivi leur conjoint en mobilité professionnelle. Quelques-unes d’entre elles reprennent une activité, le plus souvent selon un temps partiel ou flexible, revendiqué en tant que choix. Seules deux des femmes avec lesquelles j’ai eu des échanges informels travaillent à temps plein, et l’une d’entre elles porte le contrat à l’origine de la mobilité à Luxembourg.

13Pour la plupart des femmes composant cet échantillon exploratoire, Luxembourg représente une première destination d’expatriation. Pour les autres, Luxembourg s’inscrit dans un parcours d’expatriation le plus souvent intraeuropéen. Conformément à l’autodéfinition d’expatriée — au sens de « quittant son pays d’origine en famille pour s’établir temporairement dans un pays tiers pour des raisons professionnelles, ou celles du conjoint » — au moment de l’enquête, ces femmes résidaient à Luxembourg depuis quelques mois à environ quatre ans. Certaines seront amenées à quitter le Grand-Duché au cours de cette première phase d’observation. Cette définition implique une appartenance majoritaire de ces individu.e.s au monde de l’entreprise, les modes d’organisation des institutions publiques internationales supposant le plus souvent une installation sans durée limitée préalablement définie. J’ai toutefois rencontré au cours de cette enquête quelques individu.e.s appartenant à la sphère des institutions publiques internationales et qui ont choisi de scolariser leurs enfants en école internationale. Enfin, les femmes rencontrées au cours de cette enquête sont essentiellement de nationalité européenne, et plus marginalement américaine. Ce premier échantillon couvre un éventail de nationalités européennes allant du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest de l’Europe, avec une présence plus importante de femmes françaises et britanniques.

Lieux et figure imposés des microgéographies du quotidien

14Nigel Thrift prône la prise en compte et la compréhension des microgéographies des pratiques quotidiennes ancrées dans la trivialité des expériences matérielles. Il les définit comme « mundane everyday practices, that shape the conduct of human beings towards others and themselves in particular sites » (Thrift, cité dans Nash, 2000, p. 655). J’ai choisi de m’intéresser aux pratiques de l’espace du quotidien de ces femmes expatriées, au travers des spatialités déployées sur un mode récurrent la journée ou la semaine, pour la plupart à l’échelle de la ville. Je propose ici une catégorisation des lieux au sein desquels se déroulent ces pratiques : les lieux liés aux enfants, à l’espace domestique, au corps, à l’espace urbain, à la conjugalité et à la famille enfin. Cette catégorisation heuristique, qui émerge directement des observations menées sur mon terrain, sert à relever les éléments transversaux aux différents récits recueillis. Les lieux, ainsi thématisés, font écho à des pratiques culturelles et sociales et s’entendent comme fluides, hybrides et en recomposition permanente (Saïd, 2003/1978).

Les lieux liés aux enfants

15La plupart de ces femmes ont, nous l’avons vu, suivi leur conjoint. Elles assument la responsabilité quotidienne des enfants et cette tâche est facilitée par le fait que la majorité d’entre elles ne travaille pas. Celles qui reprennent une activité professionnelle s’engagent sur un temps partiel ou flexible, conciliable avec la charge parentale qui leur est assignée, et contrastant avec l’intense investissement professionnel de leurs maris. Ces femmes consacrent beaucoup de temps à leurs enfants, de l’éveil des plus jeunes aux performances scolaires et activités périscolaires des plus grands. Leurs enfants fréquentent une école internationale ; la plupart jouent au tennis, a minima les garçons, tandis que les filles suivent un cours de danse classique. Nombre d’entre eux disposent de cours de musique privés et certains reçoivent du soutien scolaire à domicile. Ces femmes exposent des agendas très serrés liés aux emplois du temps de leur progéniture. Elles paraissent accéder à une forme de satisfaction dans ce rôle de mère dévouée qui devient, au moins durant le temps de l’expatriation, l’un de leurs modes d’existence et d’identification.

16Dans leurs microgéographies du quotidien, ces femmes fréquentent nombre de lieux liés aux occupations de leurs enfants : l’école et le café à côté de l’école, les lieux d’activités périscolaires, les parcs et plaines de jeux, les fêtes d’anniversaires, les domiciles privés dans le cadre de rendez-vous de jeux. Ces activités offrent le prétexte à d’importantes socialisations dépassant largement le cadre exclusif des relations entre enfants et répondant à des règles implicites, ou pensées comme telles, de bienséance sociale. Ainsi, les fêtes d’anniversaires s’organisent-elles dans des lieux spécialisés : en multipliant le nombre d’invitations, ces plaines de jeux offrent la possibilité de développer un réseau de socialisation, pour l’enfant comme pour les parents. Ce type d’événement fournit également l’occasion de rivaliser de créativité dans le choix du thème ou du lieu investi et de montrer l’attention que l’on porte à son enfant tout comme à ses invités, ainsi qu’un certain niveau de revenu dans le faste déployé.

17Ce rôle maternel très poussé s’élabore en lien avec cette pratique partagée de l’expatriation, envisagée ici comme une expérience privilégiée qu’il s’agit de mettre à profit — en raison notamment de sa durée limitée et des conditions matérielles qui l’entourent. Ces femmes s’emploient à former leurs enfants à un certain mode de vie expat, ce qui suppose de les doter d’un capital culturel nécessaire à leur insertion sociale. Cet investissement maternel dans des modes d’éducation très normés relève d’une stratégie d’intégration à ce milieu expatrié. À l’image de ce que Sylvie Tissot décrit au sujet des nouvelles communautés bourgeoises de Boston, « ces normes supposent la volonté de se soumettre à des règles collectives (…). Elles requièrent un sentiment d’appartenance à la communauté » et valorisent « des pratiques qui dénotent un certain niveau de revenus » (Tissot, 2011, pp. 289-290). De même, la façon d’investir ces lieux liés aux enfants s’effectue selon un certain rôle de « mère modèle » conformément aux normes en vigueur dans ce milieu expatrié, soit « mère expat modèle ». Au travers de la promotion et de l’adhésion à ce modèle, l’expatriation participe quotidiennement à la production d’un discours œuvrant à la naturalisation du rôle maternel de la femme.

Les lieux liés à l’espace domestique

18Celles de ces femmes qui ne travaillent pas se retrouvent entre elles en journée lorsque leurs conjoints sont au bureau et leurs enfants à l’école. Ces espaces de rencontre servent à créer et à consolider les liens sociaux, tout comme ils offrent la possibilité de contourner la dépendance économique à laquelle la plupart de ces femmes se trouvent confrontées. L’organisation de déjeuners les unes chez les autres ou encore les échanges de services qui y sont négociés échappent par exemple à la supervision du budget familial, très souvent effectuée par le mari. Ces femmes se retrouvent encore pour mener ensemble d’autres occupations qui ont souvent trait à leur rôle de femme au foyer : cours de cuisine, cours de couture, réunions de mamans — avec bébés non scolarisés.

19Les lieux dans lesquels ces activités se déroulent relèvent de la sphère communément entendue comme privée et sont soustraits à la visibilité publique. Ils contribuent doublement à réassigner les femmes à leur rôle domestique, à la fois par leur localisation et par le type d’occupation qu’ils accueillent. Ces femmes semblent s’attacher à mimer la « parfaite femme au foyer », épanouie qui plus est dans son assignation à la sphère domestique. Elles échangent sur les plats qu’elles vont préparer pour leurs prochains invités, au milieu de leurs ustensiles et accessoires dernier cri, comme en témoigne l’une d’entre elles. Emmanuelle vient de quitter son poste pour suivre son conjoint à Luxembourg et mentionne spontanément ne pas souhaiter chercher un nouveau travail. Elle se montre pleinement satisfaite de s’occuper de l’éveil de ses enfants en bas âge. Elle suit des cours de cuisine et envisage d’apprendre la couture car, dit-elle, « avec les enfants, c’est vraiment sympa (…) et puis c’est génial de leur fabriquer toi-même des petits vêtements ». Depuis ces observations menées peu après son arrivée à Luxembourg, Emmanuelle a pourtant repris un emploi salarié. Cette divergence entre, d’une part, le fantasme du rôle de la parfaite femme au foyer et l’obligation sociale de montrer publiquement sa satisfaction dans cette assignation à domicile et, d’autre part, des aspirations individuelles susceptibles d’être discordantes, mérite    attention.

20La situation d’expatriation intervient comme une injonction en   matière de rôles de genre, non sans lien avec la dépendance économique à laquelle ces femmes s’avèrent le plus souvent confrontées. Ces femmes parlent de leur « chez elles » comme d’un espace personnel, véritable havre de paix, et l’espace domestique apparaît pour elles comme un espace central d’assignation identitaire. Cet espace intime est toutefois étendu en tant qu’espace public partagé. En publicisant cet espace initialement conçu comme privé, ces femmes mettent à profit sa malléabilité, par exemple lorsqu’elles se rencontrent pour prendre un verre entre amies chez l’une d’entre elles. L’espace domestique se révèle alors fluide et mobile le long d’un continuum public-privé, bien que demeurant, dans l’usage qu’en font ces femmes, un espace dédié au féminin.

Les lieux liés au corps

21Ces femmes disposent d’un important temps « libre », dont l’organisation ne semble pas contrainte en amont, et qu’elles emploient le plus souvent de façon intensive. Loin de l’oisiveté qui leur est encore largement associée dans la littérature hégémonique, elles se montrent extrêmement actives. Elles multiplient les occupations personnelles et en particulier les pratiques sportives — jogging, marche, yoga, gym, tennis essentiellement — en cours privés ou en groupe, au cours de la journée ou en début de soirée pour celles dont le travail salarié impose des contraintes horaires. Ces lieux se présentent comme d’intenses lieux de socialisation. En effet, « le sport joue comme renforcement des liens sociaux » (Pinçon et Pinçon-Charlot, 2000, p. 93) — au double sens ici de sociabilité et de classe sociale — en même temps que des liens de genre.

22Ces activités sont la plupart du temps menées sur un mode régulier et compétitif. Cette compétitivité fait écho à la compétitivité sociale et professionnelle présente au sein de cet espace-temps particulier de l’expatriation. La pratique du tennis conduit aux tournois, tandis que le jogging amène à courir le semi-marathon annuel. Cette compétitivité n’a toutefois pas trait qu’aux résultats sportifs : ces lieux dédiés au sport sont explicitement investis dans un objectif d’entretien de l’apparence physique et la façon dont les corps se trouvent modelés par ces pratiques entre aussi en ligne de compte. En valorisant l’image d’un corps mince, ferme, sain, ces femmes jouent de leur corps comme marqueur de distinction sociale. Elles cherchent à incarner au plus juste un corps idéalisé par les normes hégémoniques de santé et de beauté. En cela, ces lieux de pratique sportive contribuent à façonner la figure de la femme désirable et l’idée du désir s’entend selon différentes acceptions : désirable dans le sens de qui réussit à coller à ce modèle qui se dessine comme modèle de la femme expat ; désirable dans le sens de sexy aux yeux des hommes, en premier lieu de l’entraîneur — un homme le plus souvent —, et accessoirement du mari ; désirable, enfin, eu égard aux interactions et aux émotions présentes au sein d’un univers non mixte, dans une forme d’homosensualité.

23La fréquentation des espaces de bien-être que sont, entre autres, le sauna et les centres de soins intervient, elle aussi, dans la promotion d’un certain idéal de beauté et de santé tout comme dans le renforcement des liens de genre. Les groupes de femmes dont le degré de socialisation est plus avancé y organisent des après-midis entre filles à l’étranger, et ce en dépit de l’offre existante à Luxembourg : Sabine va à Spa, en Belgique, Astrid à Baden-Baden, en Allemagne. Cette mise à distance géographique permet d’éviter un voisinage connu et de se soustraire aux responsabilités familiales et aux valeurs morales liées au statut de femme mariée. Ces échappées entre filles influencent la construction de cette identité de genre en ce qu’elles soudent un ensemble de femmes qui s’octroie ce temps en dehors à la fois de la sphère domestique et de la sphère géographique à laquelle il est traditionnellement assigné — la maison et Luxembourg. Ces femmes s’affirment collectivement en une classe de sexe qui se révèle naturalisée relativement au groupe d’hommes que forment les maris. Dans ce contexte, ces lieux liés au corps peuvent être envisagés comme des lieux hybrides qui, bien que liés au corps désirable, affichent une forme d’émancipation assurant un temps pour soi, tout en réitérant un certain type d’identité de genre.

Les lieux de sortie dans l’espace urbain

24L’espace public compte lui aussi comme site de rencontre pour ces femmes, comme l’illustre le café du matin une fois les enfants laissés à l’école. Des mères d’une des écoles observées préfèrent aller au salon de thé du coin plutôt qu’à la cantine de l’école où un espace café est quotidiennement mis à disposition des parents. En se retrouvant dans un lieu choisi par et pour elles, elles signifient publiquement une volonté d’affirmation individuelle : la présence dans l’espace public, sans être chaperonnées par l’école, tout comme la visibilisation d’un accès à la consommation pour soi, sans les enfants ni le mari, aussi petite que soit cette consommation. Cet espace du café se révèle alors détourné de sa fonction de lieu public pour devenir un espace d’entre-soi féminin, un entre-soi renforcé par une équipe d’employées-femmes.

25De même, des déjeuners collectifs sont organisés en semaine, soit directement par les parents-représentants d’élèves — des mères — soit par un groupe créé au sein de l’école dont l’objectif est de tester l’offre de restauration disponible. Si cette dernière formule aide à l’échange de bonnes adresses locales, elle vise surtout à maintenir un réseau de sociabilité. La mise en scène de ces déjeuners entre femmes — puisque les pères, y compris les rares qui ne travaillent pas, n’y participent pas — s’avère, elle aussi, pleine de sens. Ces mères de famille, extraites du rôle initial qui a permis leur socialisation, s’apprêtent tout particulièrement et arborent tenues soignées, maquillage, vêtements de marque, bijoux, de valeur pour celles qui en ont les moyens. Leur gestuelle empruntée témoigne d’une affectation appuyée visant à montrer que l’on sait aussi « faire la dame » ou encore « être femme ». Les relations avec les serveurs contribuent à leur tour à conforter cette assignation genrée en ce qu’elles renouvellent tout à la fois les rapports traditionnels de séduction entre les genres et les rapports de classe. Les rapports de classe s’expriment en effet d’autant plus nettement que la plupart de ces femmes dépendent économiquement de leur conjoint. Certes, l’appropriation d’espaces non mixtes serait susceptible d’aider à l’autonomisation de ces femmes. Ces déjeuners semblent toutefois davantage des espaces de surveillance et de compétition dans le rôle attendu de la « femme parfaite », soulignant la profonde intériorisation de l’injonction à une norme de genre et de sexualité socialement située. Ils participent au renforcement de la sélection socio-économique à l’œuvre au sein de ce milieu de femmes expatriées, excluant celles qui ne maîtrisent pas les codes sociaux promulgués implicitement selon le modèle d’une classe sociale supérieure qui, pourtant, brille par son absence.

26Ces femmes se rencontrent également entre elles en soirée, en fonction des affinités personnelles qui se créent, pour dîner au restaurant, prendre un verre, voire en fin de semaine aller dans un club, sur le mode girls night out. Ces investissements collectifs de l’espace public soulignent à nouveau l’importance de l’identification genrée : elles se reconnaissent comme appartenant à un groupe socialement situé dont il convient de jouer les règles pour mieux en être. Ces sorties du soir témoignent d’une forme de subversion par rapport au modèle d’assignation à la sphère privée auquel les femmes se trouvent rapidement renvoyées. Elles font valoir leur droit à la ville par leur présence dans un type d’espace traditionnellement dévolu au masculin — l’espace public — et par le biais de pratiques, elles aussi classiquement associées au masculin — boire de l’alcool et sortir dans les bars. Elles affichent une volonté d’affirmation qui passe par la confrontation des genres et se revendiquent individuellement en tant que « femme au foyer, oui, mais libérée ». Cette émancipation se remarque encore dans la fréquentation des espaces commerciaux comme les grandes surfaces et les centres commerciaux. L’argent représente ici un facteur de visibilité accrue dans la ville et dans les espaces publics. Il évite à ces femmes d’être confinées derrière les murs de leur maison. Cet accès à un certain niveau de consommation sert à afficher une forme d’autonomie définie selon un mode de consommation néolibéral passant en outre par la mise à distance des autres femmes. Il importe de savoir choisir ses adresses — de sortie, de vacances, mais aussi de shopping, par exemple les marques de vêtements, pour soi ou pour ses enfants. Être une femme expat, une vraie, ce serait donc bien répondre à une double injonction de genre et de catégorie sociale.

Les lieux de la conjugalité hétérosexuelle

27Ces femmes, dont les maris travaillent parfois tard au bureau et se déplacent fréquemment à l’étranger, se retrouvent souvent seules en journée, voire en semaine. Dans l’agenda expat, le week-end est promu en temporalité dédiée à la conjugalité et à la vie de famille, deux maillons imbriqués au travers desquels elles légitiment leur existence.

28Le couple est savamment travaillé et mis en scène. Il s’expose dans des lieux de sociabilité : sorties au restaurant, cocktails, dîners mondains. Dans cette conjugalité qui s’appuie sur une complémentarité des genres traditionnellement bourgeoise, la femme tient un rôle de représentation dans les événements mondains liés, entre autres, au monde professionnel de son mari. Elle s’apprête et affiche les parures, atours et postures attendus dans ces circonstances et correspondant à une féminité chic, tout en se prêtant aux conversations de cocktail. En position d’épouse mondaine, elle assure la gestion de l’agenda relationnel et du réseau de sociabilité de la famille, incluant l’organisation de dîners et réceptions. Les jeux de rôle dans ces soirées conjugales partagées relèvent eux aussi de la réitération et de la naturalisation des rapports de genre. On y observe une répartition genrée des tâches lors des soirées se déroulant au domicile privé des intéressé.e.s — préparation du repas et service à table versus composition de la cave et ouverture des bouteilles de vin — ainsi qu’une division genrée des groupes et des discussions dans les lieux de rencontre, sur le mode enfants-école-vacances pour les femmes et voitures-sport-boulot pour les hommes. Cette mise en scène de la conjugalité cherche toutefois à subvertir le modèle purement bourgeois précédemment exposé. Ces couples sortent, collectivement toujours, dans des salles de concert, dans l’idée tout à la fois de partager un événement culturel de divertissement et de faire montre de cette pratique de consommation culturelle.

29Les week-ends se présentent eux aussi comme des temporalités dédiées à la famille, au sens hétéronormé — papa-maman et leurs deux à trois enfants. Entretenant le souci de l’harmonie familiale, ce modèle familial exprime tout un arsenal de parades, au sens goffmanien (2004/1976), rejouant les rôles traditionnels de genre et imposant à chacun de se situer dans ce schéma d’inspiration bourgeoise. Il s’appuie lui aussi sur une forme de mise en scène se déployant au-delà de l’espace de la maison familiale. Qu’il s’agisse du barbecue de l’école, des fêtes organisées par l’American Women Club, de la fréquentation de la paroisse d’affiliation ou tout simplement de la piscine du dimanche, véritable lieu de rencontre pour ces familles, l’unité familiale est savamment produite et exposée. Ces lieux sont à leur tour finement choisis par rapport à leur fonction de représentation sociale : l’American Women Club regroupe une certaine classe sociale d’expatrié.e.s ; la piscine publique se situe dans les quartiers huppés ; quant à la paroisse, si l’adoption du lieu de culte s’effectue en fonction de la langue et du rite, elle découle, comme pour l’ensemble des lieux évoqués ci-dessus, du réseau d’interrelations. Ces lieux électifs jouent un rôle dans la distinction sociale à l’œuvre, une distinction qui s’attache à mettre à distance l’autochtone, le local, celui dont l’avenir et le désir semblent figés dans une forme de sédentarité et duquel on cherche à se démarquer. Plus que de remplir ses obligations religieuses ou encore de profiter d’un centre aquatique, l’enjeu est bien d’assurer une présentation de soi qui passe par le corps en tant qu’espace premier. Au-delà des attributs extérieurs qui comptent comme signes de distinction économique, il importe par-dessus tout de savoir se tenir, dans ses relations, ses postures, ses conversations, ses projets, afin de (main)tenir sa place dans cet entre-soi géographique millimétré extrêmement hétéronormé de la parfaite famille expat.

Les géographies imaginaires d’une expatriation au féminin

30Les premiers résultats de cette enquête montrent comment les femmes expatriées rencontrées instaurent dans leur quotidien un ensemble de pratiques de lieux et de mises en scène ajustées au travers desquelles elles (re)construisent leur espace de vie à leur arrivée à Luxembourg. Ces pratiques et mises en scène diffèrent en fonction des lieux et des contextes. Elles témoignent du déploiement d’un mode collectif d’appropriation de l’espace, en double lien avec la position de sujet sexué et la position d’expatriée que ces femmes occupent. Plutôt que l’appropriation de l’espace luxembourgeois en lui-même, cet ensemble de pratiques quotidiennes atteste l’appropriation de l’expatriation en tant que pratique spatiale, et sa réitération. Les microgéographies quotidiennes de ces femmes s’effectuent au travers de lieux types de socialisation, non spécifiques à Luxembourg. Chacun de ces types de lieux se montre régi par, et impose tout à la fois, une ou des figures de style conformes au bon modèle de la femme expatriée.

Les performativités à l’œuvre

31Ces femmes expatriées expriment leur subjectivité et leurs identifications propres selon un procédé performatif. Elles se mettent en scène et exposent, au travers de lieux spécifiques, différentes figures correspondant aux différents rôles et facettes supposés de ce que devrait « être » une femme expatriée. J’ai proposé, par le biais des observations menées et à titre heuristique, différentes figures : la mère modèle, la femme au foyer épanouie, la femme désirable, la femme libérée et l’épouse mondaine. Chacune de ces figures est performée dans le but d’atteindre une perfection idéale, ce qui donne au concept de performativité tout son sens : on assiste bien à la reproduction d’un modèle fantasmé, sans original, comme l’a amplement montré Judith Butler (2005/1990). L’objectif de ces performances réside dans le fait d’approcher au plus près une forme d’idéaltype, offrant la possibilité à la fois de se définir, et d’être reconnue, en rapport à ce qui devient un modèle de référence partagé.

32Dans chacune des figures évoquées, chacune étant construite en fonction de types de lieux et d’actions différents, l’identité de genre s’affirme comme première. Chacun de ces modèles s’appuie sur une complémentarité des genres et les microgéographies quotidiennes de ces femmes expatriées concourent à une naturalisation des rôles genrés. Leur performativité participe au déploiement et au maintien de l’hétéronormativité, selon l’idée que « sexuality is performed and practiced spatially » (Hubbard, 2008, p. 23). Ces rôles ne sont toutefois pas seulement des rôles de genre : ils expriment tout autant des rôles de classe et il importe, dans sa présentation de soi, d’assurer une forme de distinction sociale. L’hétéronormativité à l’œuvre ne s’appuie pas seulement sur des rapports de genre, en ce qu’elle implique également des rapports de classe, et les performances relevées au quotidien tiennent autant lieu de performances de genre que de performances de classe.

33Cette performativité amène à (re)déployer dans l’espace et a (ré)inscrire de façon réitérée dans le corps un modèle hégémonique de sexualité, tout comme un modèle hégémonique d’expatriation. Ces premières observations laissent entrevoir la présence d’un modèle iconique pensé comme privilège des élites cosmopolites mondialisées. Cet idéaltype s’ancre sur un mode réticulaire dans un ensemble de lieux, ou plus exactement de types de lieux, dont le sens émerge au travers des pratiques qui les assemblent (De Certeau, 1990). L’espace devient alors ressource des actions du quotidien. L’expérience de l’expatriation se traduit par une cristallisation de l’identification de genre, qui serait la condition première à la fois d’une identité de classe et d’une identité expatriée. En reconstruisant leur espace de vie, ces femmes fabriquent performativement du genre au quotidien et participent à la réitération sans cesse renouvelée de l’hétéronormativité des espaces urbains qu’elles investissent. L’expérience de l’expatriation est coextensive au renforcement des rapports sociaux, au sens où elle contribue à la (re)production des rapports sociaux de sexe.

Une communauté imaginée et discursive

34Plutôt que d’investir cet espace dans un objectif d’appropriation individuelle et d’ancrage localisé, ces femmes expatriées à Luxembourg déploient des spatialités visant à répondre à un modèle collectif de sociabilité. Lié à leur position d’expatriée, ce modèle supposé est envisagé en tant que distinction sociale. Elles fréquentent peu les autres segments de population, et pas davantage — ne serait-ce que par proximité de classe sociale — la bourgeoisie locale. Elles tendent à se définir par le biais de cette pratique spatiale partagée de l’expatriation qui devient une forme de légitimation pour ce groupe d’individues aux trajectoires et devenirs sociogéographiques similaires. Au-delà des clivages et hiérarchisations, inévitables au sein d’un collectif, prime avant tout la construction de valeurs communes. L’adhésion à ces valeurs soutient le développement d’un sentiment d’appartenance à une forme de communauté imaginée et discursive, qui se déploie selon des spatialités éphémères ou invisibles, comme l’a montré Tamar Rothenberg (1995) à propos de la communauté lesbienne de Park Slope.

35Ces femmes expatriées infusent des modalités collectives d’appropriation de l’espace qui aident au maintien du sentiment d’inclusion et d’appartenance à cette communauté. La « vraie » expatriée ou encore la « bonne » expatriée se définit en ce qu’elle partage cette pratique spatiale de l’expatriation, cette pratique supposant une co-présence dans des lieux appropriés. Si elle veut être reconnue comme faisant authentiquement partie du groupe, elle doit auprès de ses paires s’investir dans une socialisation selon certaines règles et valeurs implicitement déterminées par ce collectif ainsi créé. Ces règles s’avèrent largement indexées sur les valeurs phares de la société néolibérale mondialisée et en particulier ses modes de consommation. Les logiques à l’œuvre se rapprochent de celles mises au jour par Sylvie Tissot à l’intérieur de la communauté de gentrifieurs qu’elle étudie à Boston. Elles concèdent la possibilité pour les individu.e.s de cette communauté d’être identifié.e.s comme de « bons voisins » (Tissot, 2011). Dans l’enquête menée à Luxembourg, les femmes observées se réfèrent à une identité d’expatriée occidentale, selon une perspective transnationale, c’est-à-dire au-delà de leur propre identité nationale bien que prenant le national comme point de départ. Elles occultent, ce faisant, les autres identifications et rapports de pouvoir en présence.

36Elles partagent les imaginations et les pratiques quotidiennes qui caractérisent la position de « la »femme expatriée dans ce contexte (Fechter et Walsh, 2010, p. 1200). Le concept d’« imaginative geographies » est utilisé par Edward Said (2003/1978) pour décrire les représentations des cultures, nations, gens et lieux basés sur les imaginaires collectifs s’agissant de l’identité culturelle et de la différence. Ce concept permet de penser la manière qu’ont ces expatriées de se définir et de faire concorder leurs pratiques quotidiennes avec ce modèle imaginé. Leur identification en tant qu’expatriée passe ainsi par la construction de la figure d’un Autre, selon le processus fin d’altérisation révélé par Edward Said. Il s’agit de mettre à distance l’Autre, ici le local, l’autochtone, celui qui se pense dans un ancrage géographique localisé, fût-il le concitoyen resté au pays ou bien le résident local du pays d’accueil. Les pratiques des lieux de ces expatriées traduisent ces géographies imaginaires et contribuent à la construction de leur propre subjectivité au travers de l’appartenance à un groupe, à une communauté imaginée, dont la fabrique s’effectue de façon renouvelée dans les espaces du quotidien.

Mobilité sociogéographique, cosmopolitisme et hétéronormativité

37Au travers de la réitération de cet ensemble de pratiques quotidiennes de l’espace, ces femmes jouent d’une certaine distinction que je qualifierais de sociogéographique, car « le positionnement social se joue en partie dans la dimension spatiale » (Veschambre, 2005). Cette distinction repose sur la mise en avant d’un capital spatial (Lévy, 2003), d’un capital mobilitaire (Ceriani-Sebregondi, 2007)ou encore d’un habitus mobilitaire (Stock, 2004). Ces femmes expatriées présentent un discours de valorisation de la mobilité internationale, qui répond dans le même temps à une injonction généralisée au sein de la société néolibérale actuelle. Elles affichent une forme d’ouverture multiculturelle et de cosmopolitisme, au sens où le définit Hannerz, comme « intellectual and aesthetic stance of openness toward divergent cultural experiences » (1990, p. 239). Le cosmopolitisme des individues de cette communauté transnationale n’est pas dénué de contradictions, en particulier du fait de leur modeste investissement social et de leurs faibles interactions avec les locaux. Cette intentionnalité cosmopolite peut être mise en perspective avec la volonté de distinction que sous-tend ce sentiment d’appartenance à une communauté de happy few. L’évitement des microrelations du quotidien ancrées dans l’espace local et l’exclusion conséquente de la figure d’un Autre, principalement incarné dans la figure de l’autochtone, constitue le fondement de ce processus de distinction socioculturelle.

38Ce discours d’ouverture à la diversité culturelle masque mal son conformisme hétéronormé, basé sur des normes conjugales et familiales et une division des rôles genrée. Il ne dissimule pas non plus un certain classisme, d’autant plus présent que de nombreux individus semblent faire de l’expatriation le levier d’une ascension sociale, dans le sens où Sandrine Depeau et Thierry Ramadier conçoivent le lien entre mobilité géographique et mobilité sociale (2011). L’inscription de ce modèle au sein du système capitalopatriarcal vient en outre créer des clivages en matière d’accès à la consommation et renforcer des normes de sexe et de genre très conformistes, que Bell et Binnie (2004) décrivent comme normes de sexe mondialisées. En aspirant à rejoindre cet idéal fantasmé de ce que certains nomment les élites mondialisées, ces femmes expatriées se trouvent réassignées dans un rôle traditionnel de genre, naturalisé selon la logique exprimée ainsi par Fechter (2010, p. 1281) : « new international division of labour meant that success of global capitalism was fundamentally based on sexism ». L’expatriation participe au renforcement des rapports de genre au travers de la division du travail et de la reconduction du partage entre sphères privée et publique (Yeoh et Khoo, 1998). On assiste, dans les pratiques quotidiennes de l’espace déployées, au développement d’un entre-soi géographique qui est aussi un entre-soi social, autour d’une communauté imaginée performant son propre modèle au quotidien. Ces observations rejoignent ici encore les analyses proposées par Sylvie Tissot sur les relations entre migration résidentielle et stratification sociale au sein de la nouvelle bourgeoisie des quartiers en réhabilitation à Boston. Ainsi, l’expatriation peut s’envisager « comme site d’observation privilégié des styles de vie, des valeurs, des pratiques à travers lesquels un groupe — à savoir une élite mondialisée — parvient à s’installer temporairement dans un nouvel espace — à y imprimer sa marque, et à construire une représentation légitime de soi » au travers de son appartenance à une élite hypermobile (à partir de Tissot, 2011, p. 303).

39La réitération des performances spatiales et pratiques de l’espace du quotidien des femmes de cette enquête expatriées à Luxembourg participe de la production et de la définition d’une communauté expatriée. Cette communauté fantasmée, qu’une certaine classe moyenne s’attache à performer en copiant des modèles sans originaux, s’appuie sur et promeut un ensemble de valeurs en lien avec les injonctions généralisées d’une société néolibérale mondialisée. Elle affiche une forme de mobilité internationale spécifique et de cosmopolitisme, véritable outil de distinction sociogéographique. Ainsi, « l’appropriation de l’espace n’est pas seulement une finalité, c’est aussi un moyen » (Ripoll et Veschambre, 2005). L’espace local devient à la fois support et moyen d’une intégration et d’une ascension sociale : ses qualités intrinsèques seraient niées et l’on ne chercherait qu’à y transposer un modèle d’appropriation de l’espace, relevant de cette communauté de référence et susceptible d’être exporté de Dubaï à Genève ou Singapour.

40Ce modèle d’appropriation de l’espace s’appuie sur une naturalisation de l’identité de genre. Ces femmes donnent à voir une forme de comédie hétéronormative qui les autorise à prendre part à cette communauté. Leurs performances et pratiques des espaces du quotidien répondent à des normes sexuelles spécifiques au groupe, dans une logique plus mondialisée que localisée. Il serait intéressant d’interroger les fluidités de positionnement de ces femmes par rapport aux différentes facettes de leur subjectivité et leurs circulations entre ces différents rôles sociaux en fonction des lieux fréquentés, et ce à différentes échelles : conservent-elles ce masque hétéronormatif dès lors qu’elles passent les frontières ? Dès lors qu’elles retournent dans leur pays d’origine ? Ou encore lorsqu’elles cheminent seules dans la ville ou se retrouvent seules à leur domicile ? Ces questions seront à garder à l’esprit lors des entretiens approfondis.

41Au-delà de l’accent mis sur la mobilité, il m’apparaît important de ne pas négliger le fait que ces femmes expatriées se servent de l’espace matériel du lieu dans lequel elles s’inscrivent temporairement comme support de leurs pratiques spatiales. Comprendre comment elles se situent dans la ville en fonction des moments et des rôles qu’elles endossent demande d’accorder une attention particulière à leurs subjectivités : « Narratives of emplacement are a way in which immigrants write themselves into the city » (Farrer, 2010, p. 1214). Les moyens qu’elles utilisent pour décrire leur intégration et leur participation à la ville et à son cosmopolitisme se révèlent aussi le moyen de décrire leur sentiment d’étrangeté, d’extranéité dans la ville : « narratives of being in place (are) simultaneously narratives of being out of place » (Idem, p. 1226). Les éventuelles spécificités de Luxembourg dans la production de ces subjectivités en relation avec une communauté expatriée internationale auront tout intérêt à être examinées. De même, ces performances et pratiques des espaces du quotidien, et l’hétéronormativité qu’elles supposent et véhiculent tout à la fois, se diffusent de par le monde en raison de l’objet même de la pratique spatiale de l’expatriation. Une perspective comparative permettra d’étudier les performances et pratiques menées par des femmes expatriées dans d’autres villes internationales et d’interroger un éventuel « effet Luxembourg » dans les pratiques de l’espace du quotidien adoptées par ces femmes.

42Enfin, la multiplicité des expériences du quotidien de ces femmes expatriées à Luxembourg ne peut se réduire à un discours homogénéisant sur les élites hypermobiles. L’expérience d’expatriation serait, dans ce cadre, à même d’être mobilisée comme moyen d’autonomisation et d’émancipation pour ces femmes qui reconfigurent leurs propres subjectivités et espaces de vie de façon fine (Ma Mung, 2009). Il importe de prêter attention à la pluralité des récits à l’œuvre et des hiérarchisations qui se jouent au sein de cette catégorie que l’autodéfinition ne permet pas de saisir de prime abord. Les circulations entre les différents rôles sociaux devront également être prises en considération, et ce à la fois à l’échelle intra-urbaine et dans le système global de mobilité des individu.e.s concernées. La suite de cette enquête sera ainsi l’occasion d’ouvrir à une compréhension incarnée et située de la production des subjectivités de ces femmes expatriées.

Top of page

Bibliography

Bell David, Binnie Jon, 2004, « Authenticating queer spaces: citizenship, urbanism and gouvernance », Urban Studies, 41(9), pp. 1807-1820.

Bell David, Valentine Gill (eds.), 1995, Mapping Desire: Geographies of Sexualities, London, Routledge.

Binnie Jon, 1997, « Coming out of geography: towards a queer epistemology », Environment and Planning D, 15, pp. 223-238.

__________, 2004, The globalisation of sexuality, London, Sage.

Blidon Marianne, 2008, « Jalons pour une géographie des homosexualités », L’Espace géographique, 37(2), pp. 175-189.

Bondi Liz, Damaris Rose, 2003, « Constructing Gender, Constructing The Urban: a review of Anglo-American feminist urban geography », Gender, Place and Culture, 10(3), septembre, pp. 229-245.

Boyd Jade, 2010, « Producing Vancouver’s (hetero)normative nightscape », Gender, Place and Culture, 17(2), pp. 169-189.

Brekhus Wayne, 2005, « Une sociologie de l’invisibilité : réorienter notre regard », Réseaux, 1(129-130), pp. 243-272.

Brown Michael, 2012, « Gender and sexuality I: Intersectional anxieties », Progress in Human Geography, 36(4), pp. 541-550.

Browne Kath, 2006, « Challenging Queer Geographies », Antipode, 38 (5), pp. 885-893.

Browne Kath, Nash Catherine J., Hines Sally, 2010, « Introduction: towards trans geographies », Gender, Place and Culture, vol. 17(5), octobre, pp. 573-577.

Browne Kath, Lim Jason, Brown Gavin, 2007, Geographies of      Sexualities. Theory, Practices and Politics, London, Ashgate.

Butler Judith, 2005 (1990), Trouble dans le genre, Paris, La Découverte.

__________, 2009 (1993), Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, Amsterdam.

Carpentier Samuel, 2007, Mobilité quotidienne et ancrage résidentiel : différenciation des pratiques spatiales et des représentations sociales selon la structure urbaine. L’exemple du Luxembourg, Thèse de doctorat, Université Louis Pasteur.

Ceriani-Sebregondi Giorgia, 2007, Quand la mobilité change le rapport au Monde : migrants marocains en Méditerranée, Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Rémy Knafou, Université de Paris Panthéon-Sorbonne.

Chapuis Amandine, 2010, « Performances touristiques. D’une métaphore à un cadre de pensée géographique renouvelé », Mondes du tourisme, 2, pp. 44-56.

__________, 2012, Performances touristiques et production des identités spatiales individuelles à Amsterdam, Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Rémy Knafou, Université de Paris 1 — Panthéon Sorbonne, soutenue le 30 novembre 2012.

Coles Anne, Walsh Katie, 2010, « From “Trucial State” to “post-   colonial” city ? The imaginative geographies of British expatriates in Dubai », Journal of Ethnic and Migration Studies, 36(8), pp. 1317-1333.

Conradson David, Latham Alan, 2005, « Transnational urbanism: attending to everyday practices and mobilities », Journal of Ethnic and Migration Studies, 31(2), pp. 227-233.

De Certeau Michel, 1990 (1980), L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Dubucs Hadrien, 2009, Habiter une ville lointaine. Le cas des migrants japonais à Paris, Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Françoise Dureau, Université de Poitiers, soutenue le 30 novembre 2009.

Duplan Karine, 2012, « Espace(s), genre(s) et sexualité(s) : critique généalogique des géographies des sexualités de langue anglaise », Géographies et Cultures, 83, pp. 115-136.

Farrer James, 2010, « “New Shanghailanders” or “New Shanghainese”: Western Expatriates’ Narratives of Emplacement in Shanghai », Journal of Ethnic and Migration Studies, 36(8), pp. 1211-1228.

Fehlen Fernand, 2009, « L’immigration dorée », Bousch Patrick, Gerber Philippe, Chilla Tobias et al. (dir.), Der Luxembourg Atlas/Atlas du Luxembourg, Cologne (De), Editions Emons, pp. 170-171.

Fechter Anne-Meike, 2010, « Gender, Empire, Global Capitalism: Colonial and Corporate Expatriate Wiwes », Journal of Ethnic and Migration Studies, 36(8), pp. 1279-1297.

Fechter Anne-Meike, Walsh Katie, 2010, « Examining “Expatriate” Continuities: Postcolonial Approaches to Mobile Professionals », Journal of Ethnic and Migration Studies, 36(8), pp. 1197-1210.

Gerber Philippe, Pruvot Michel, 2005, « La ville de Luxembourg, mosaïque sociorésidentielle », Population & Territoire, 7, Luxembourg, CEPS/INSTEAD.

Goffman Erving, 2004 (1976), « Le déploiement du genre », Terrain, 42, mis en ligne le 9 septembre 2008.

__________, 2002 (1977), L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute.

Hannerz Ulf, 1990, « Cosmopolitans and locals in world culture », Theory Culture & Society, 7, pp. 237-252.

__________, 1996, Transnational Connections: Culture, People, Places, London, Routledge.

Hubbard Philip, 2000, « Desire/disgust: mapping the moral contours of heterosexuality », Progress in human geography, vol. 24(2), pp. 191-217.

__________, 2001, « Sex zones: Intimacy, citizenship and public space », Sexualities, 4(1), pp. 51-71.

________ 2008, « Here, there, everywhere : The ubiquituous geographies of heteronormativity », Geography Compass, 2(3), pp. 640-658.

Jacobs Annick, 2007, La ségrégation à travers les mouvements migratoires résidentiels. L’exemple de la ville de Luxembourg, Mémoire de Master 2 de géographie sous la direction de Stéphane Tapia et Philippe Gerber, Université Louis Pasteur – Strasbourg et CEPS/INSTEAD – Luxembourg.

Johnston Linda, Longhurst Robyn, 2010, Space, Place and Sex. Geo- graphies of Sexualities, Plymouth, Rowman & Littlefield.

Kergoat Danièle, 2012, Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute.

Knopp Larry, 1995, « Sexuality and Urban Space: A Framework for Analysis » in Bell David, Valentine Gill (eds.), Mapping Desire: Geographies of sexualities, London, Routledge.

__________, 2007, « On the Relationship Between Queer and Feminist Geographies », The Professional Geographer, 59(1), pp. 47-55.

Lefebvre Henri, 1984, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Lévy Jacques, 2003, « Capital social », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 124-126.

Ley David, 2004, « Transnational spaces and everyday lives », Transactions of the Institute of British Geographers, 29, pp. 151-164.

Longhurst Robyn, 1997, « (Dis)embodied geographies », Progress in Human Geography, 21 (4), pp. 486-501.

Lord Sébastien, Gerber Philippe, 2009, « Immigration et intégration : Trajectoires résidentielles (inter)nationales et dynamiques ségrégatives locales au Luxembourg », Espace Populations Sociétés, 1, pp. 85-103.

Lussault Michel, 2003, « Pratique spatiale », in Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 740-742.

Ma Mung Emmanuel, 2009, « Le point de vue de l’autonomie dans les migrations internationales : “penser de l’intérieur” les phénomènes de mobilité », in Dureau Françoise, Hily Antoinette (dir.), Les mondes de la mobilité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 25-38.

Nash Catherine J., 2000, « Performativity in practice: some recent work in cultural geography », Progress in human geo- graphy, 24(4), pp. 653-664.

Namaste Ki, 1996, « Genderbashing: Sexuality, gender, and the regulation of public space », Environment and Planning D, 14, pp. 221-240.

Oswin Natalie, 2008, « Critical Geographies and the Uses of Sexuality: Deconstructing Queer Space », Progress in Human Geography, 32(1), pp. 89-103.

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, 2000, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte.

Depeau Sandrine, Ramadier Thierry (dir.), 2011, Se déplacer pour se situer. Places en jeu, enjeux de classe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Ripoll Fabrice, Veschambre Vincent, 2005, « L’appropriation de l’espace comme problématique », Norois, 195, pp. 2-10.

Rothenberg Tamar, 1995, « And she told two friends: lesbians crea- ting urban social space », in Bell David et Valentine Gill (eds.), Mapping Desire: Geographies of sexualities, London, Routledge.

Said Edward, 2003 (1978), L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil.

Simon Gildas, 2008, La planète migratoire, Paris, Armand Colin.

Sohn Christopher (ed.), 2012, An emerging cross-border metropolitan region, Bruxelles, Peter Lang.

Staszak Jean-François, 2003, « Pratique spatiale », in Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 740-742.

Stock Mathis, 2004, « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », EspacesTemps.net, en ligne.

_________, 2006, « L’hypothèse de l’habiter polytopique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », EspacesTemps.net, en ligne.

Tarrius Alain, 1996, « Territoires circulatoires et espaces urbains », in Morokvasic Mirjana, Hedwig Rudolph (eds.), Migrants. Les nouvelles mobilités en Europe, Paris, L’Harmattan, pp. 93-117.

Thrift Nigel, Dewsbury John-David, 2000, « Dead geographies — and how to make them alive », Environment and Planning D, 18, pp. 411-432.

Tissot Sylvie, 2011, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir.

Valentine Gill, 1993, « (Hetero)sexing space: lesbian perceptions and experiences of everyday spaces », Environment and Planning D, 11, pp. 395-413.

Veschambre Vincent, 2005, « La notion d’appropriation », Norois, 195, pp. 115-116.

Wagner Anne-Catherine, 1998, Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, PUF.

Yeoh Brenda S.A., Khoo Louisa-May, 1998, « Home, Work and Community: Skilled international migration and expatriate women in Singapore », International Migration, 36(2), pp. 159-186.

Top of page

Appendix

Karine Duplan (Université de Paris-Sorbonne, UMR 8185, Laboratoire ENeC, karineduplan@yahoo.fr)

Top of page

Notes

1  Il s’agit d’une recherche doctorale commencée à l’automne 2011.

2 Brenda S.A. Yeoh et Louisa-May Khoo utilisent le terme de « trailing spouses » littéralement « épouses-remorques ».

3  La ville de Luxembourg a enregistré son 100.000e habitant le 25 octobre 2012. Source : Statec.

4  66%, source : Statec – Recensement général de la population du 1er février 2011 (RP2011).

5  153 nationalités, même source.

6  75% de classes moyennes et supérieures, même source.

7  95% de population d’origine européenne, même source.

8  Source : Ville de Luxembourg.

Top of page

References

Electronic reference

Karine Duplan, « Performances et pratiques spatiales des femmes expatriées à Luxembourg : une enquête sur la production de l’hétéronormativité des espaces du quotidien », Les cahiers du CEDREF [Online], 21 | 2014, Online since 20 October 2015, connection on 27 April 2017. URL : http://cedref.revues.org/1007

Top of page

About the author

Karine Duplan

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Université Paris Diderot – Paris 7
  • Les cahiers de Revues.org